Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Wedding in Hades

Interview de Wedding in Hades




Wedding in Hades marque à nouveau les esprits avec la sortie de son deuxième album Misbehaviour, mêlant avec brio le gothic, le doom et le death métal. Après une chronique sur Metalship, le groupe, du moins, Stéphane (Chant, Basse) et Vincent (Batterie) se prête au jeu de l’interview.


Metalship : Wedding in Hades bonjour, petit passage obligé pour les Metalshipiens qui ne vous connaissent pas encore, petite présentation du groupe.

Stéphane : Vincent et moi collaborions déjà depuis plus d’un an au sein d’un groupe qui a rapidement périclité. Comme le feeling passait bien entre nous deux, nous avons décidé de continuer à bosser ensemble en recrutant d’autres musiciens. Par le biais d’annonces, nous avons rencontré Olivier (Claviers) puis Damien (Guitare) et le groupe fut ainsi fondé fin 2006. Pour être tout à fait franc, il n’était pas du tout prévu que j’en soit le chanteur, et d’ailleurs nous n’avions à ce moment aucune idée précise quant à la direction qu’allait prendre notre musique. Puis les premières compos sont apparues assez rapidement et les quatre premières d’entre elles furent enregistrées dans les studios de la MJC de Saint-Brieuc. Nous n’avions pas d’ambitions particulières, mais les premières chroniques de cette démo nous ont permis de prendre conscience du potentiel du groupe. C’est là que l’idée d’enregistrer un album et de la faire produire et distribuer dignement a germé dans nos esprits. Elements of Disorder est sorti en février 2010 et nous revoici deux ans plus tard avec Misbehaviour.


Metalship : Petit retour en arrière, quel est votre regard sur le précédent album Elements of Disorder et sur le chemin parcouru depuis ?

Vincent : Le premier mot qui me vient à l’esprit est « fierté », fierté d’avoir pu créer un album de cette qualité, fierté d’avoir été signé sur un si bon label, fierté d’avoir eu tant de retours positifs, fierté d’être distribué dans de nombreux pays, fierté d’avoir des fans… c’est vraiment pour moi en tant que musicien, un aboutissement.

Stéphane : J’avoue avoir toujours un jugement très critique et peu valorisant sur le travail que j’accomplis, mais force est de reconnaître qu’à mes yeux, et si l’on excepte quelques défauts de production, Elements of Disorder est un premier album absolument incroyable, bourré d’émotions et de rebondissements. Celui-ci aura suscité un véritable engouement chez certains, là où d’autres n’auront rien compris…


Metalship : Je sais que trouver un label est chose difficile pour un groupe, peux-tu nous expliquer les relations que vous avez avec Solitude Productions qui reste un énorme label doom métal ?

Stéphane : Il n’y a pas grand-chose à dire... Nous avons pris contact avec quelques labels Doom afin de leur confier la production d’Elements of Disorder. SOLITUDE PRODUCTIONS a été l’un des premiers à nous répondre favorablement. Comme ce label était au sommet de notre liste, tu imagines bien notre stupéfaction et notre euphorie à la signature du contrat. Ce label offre une véritable promotion aux groupes, ce qui a permis d’accroître clairement notre visibilité, de plus, notre liberté artistique en matière de musique ou d’artwork est totale.


Metalship : Venons-en à Misbehaviour. Je sais que vous aviez dit lors d’une précédente interview que vous alliez insister sur les ambiances lors de l’enregistrement de cet album. Comment s’est donc passé cet enregistrement ? Avez-vous pu travailler les ambiances et les arrangements ?

Vincent : Nous avons effectivement fait ce que nous avions dit, en fonction du temps que nous avons pu consacrer au studio. Mais globalement cet album est clairement plus abouti au niveau des arrangements, tant au niveau des voix, des diverses pistes que nous avons travaillées (violon, guitare acoustique…) Nous avons engrangé l’expérience nécessaire avec Elements of Disorder, surtout dans l’approche générale d’un enregistrement studio, nous pouvons dire qu’aujourd’hui, cet album reflète bien les ambitions que nous avions après le premier album.


Metalship : Misbehaviour est sorti depuis maintenant plus de 6 mois, quels ont été les premiers retours ?

Stéphane : Je dirais que les retours ont été conformes à ce que nous attendions. Ceux ayant aimé Elements of Disorder ont su souligner, comme toi, la maturité et les progrès présents sur ce second album. Ceux qui par contre n’ont pas aimé le premier n’ont guère plus apprécié Misbehaviour ; ce qui est totalement compréhensible.


Metalship : Bien qu’Elements of Disorder soit un album déjà très personnel, j’ai trouvé Misbehaviour encore plus intime, est-ce juste une sensation d’un auditeur ou est-ce un souhait du groupe ?

Vincent : Je crois que cela vient du fait que cet album est composé à 80 % par Stef, alors qu’EOD était plus un travail de groupe. Stef était dans une période de sa vie ou il avait beaucoup de temps à pouvoir consacrer à la composition, du coup c’est effectivement un album plus personnel.

Stéphane : Je pense que mes influences personnelles sont beaucoup plus perceptibles sur Misbehaviour, et comme celles-ci se tournent vers des artistes assez singuliers, souvent bien éloignées du Metal, ceci n’a pu qu’accroître le côté résolument intimiste de notre musique.


Metalship : Comment se déroule la composition chez Wedding in Hades ? Est-ce toujours Stéphane qui s’occupe des paroles ?

Stéphane : Concernant Misbehaviour, j’ai effectivement composé intégralement la plupart des morceaux, parfois jusqu’aux moindres arrangements, et naturellement les textes sont venus avec. « Dust in a Stranger’s Eyes » et « The One to Blame » sont les deux seuls véritables morceaux où l’on peut percevoir une vraie participation de chacun. Concernant « The One to Blame » c’est une de nos premières compositions, volontairement écartée à l’époque d’Elements of Disorder. Damien est également crédité au niveau des paroles car j’avais repris un passage dont il était l’auteur, puis modifié par la suite pour coller avec l’ensemble du texte.


Metalship : La scène doom métal française reste petite mais très active. Qu’elle est votre vision de cette scène à laquelle vous participez ?

Stéphane : Absolument aucune car nous ne nous sommes jamais senti proches de cette scène, française ou internationale d’ailleurs. Pour être tout à fait honnête, à l’exception de quelques albums, nous ne sommes pas franchement des gros fans de Doom.


Metalship : Ce qui marque à l’écoute de la musique de ||Wedding in Hades]] est que chaque instrument possède son passage où il est mis en avant. Comment appréhendez-vous cette mise en valeur de chaque instrument ? Est-ce une approche délibérée ?

Stéphane : Non, notre musique est très spontanée, intuitive, et tout arrive de façon très naturelle sans qu’on y réfléchisse plus que ça. J’ai remarqué que les plus belles compos naissaient toujours de cette façon et que l’idée de base était bien souvent la meilleure.


Metalship : Misbehaviour possède son lot de surprise, dont l’inclusion d’un violon sur 3 morceaux. Comment s’est faite la rencontre avec Marie Clouet (membre de l’orchestre national d’Ile de France, excusez du peu) ? Comme s’est faite l’intégration de cet instrument classique dans votre musique électrique ?

Vincent : Pour tout te dire, Marie est la sœur de ma compagne, je savais qu’elle était intéressée par une approche du violon un peu différente par rapport à la musique classique qu’elle pratique au quotidien. D’autre part elle écoute des groupes comme Dream Theater, du coup lorsque je lui ai proposé de venir jouer sur notre nouvel album elle n’a pas hésité longtemps. Tout s’est fait très naturellement, Stéphane lui a donné les partitions de ce que nous souhaitions et en studio nous lui avons demandé d’improviser lorsqu’elle en avait la possibilité. Je crois que nous sommes tous très heureux du résultat.


Metalship : Que nous présage la suite ? Une tournée est-elle prévue pour défendre Misbehaviour sur scène ? Des Festivals ?

Stéphane : La scène n’a jamais été véritablement une priorité pour le groupe, et la perspective de rester cloîtré un temps fou dans un véhicule et passer des heures interminables à attendre de monter sur scène ne nous enchante que très peu. Certains aiment ça, j’avoue qu’en ce qui nous concerne, nous préférons passer du temps chez nous plutôt que sur la route. De plus, quelques évènements d’ordre professionnel nous ont conduis pour l’instant à mettre le groupe en période d’inactivité ; il est donc certain que nous ne donnerons pas de concerts à court ou moyen terme. Pour la suite, je ne puis t’en révéler beaucoup plus à cet instant car je l’ignore moi-même, mais il est certain qu’une pause sera nécessaire et vitale pour l’avenir artistique du groupe.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par dark pimousse, le 27 novembre 2012 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Belle interview l'ami!
C'est marrant qu'ils ne soient pas spécialement fans de Doom!

mer. 28 nov. 12- 00:14  
Oui, mais pas tant que ça en fait... Si tu prends des groupes comme Lethian Dreams ou Amphitryon, ils ne revendiquent que peu des groupes de Doom en fait...
mer. 28 nov. 12- 13:42  


Wedding in Hades

Albums chroniqués :
Chronique de Misbehaviour
Misbehaviour
2012

Wedding in Hades
Wedding in Hades
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Doom Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Daylight Dies
Daylight Dies
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de An Ode To Woe
An Ode To Woe
2008

Chronique de The Angel And The Dark River
The Angel And The Dark River
1995

My Dying Bride
My Dying Bride
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR
The Never Ending Way Of ORwarriOR
2010

Orphaned Land
Orphaned Land
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Doom Metal
Origine : Israël

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Dopethrone
Dopethrone
2000

Electric Wizard
Electric Wizard
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de A Rose for the Apocalypse
A Rose for the Apocalypse
2011

Chronique de No Greater Sorrow
No Greater Sorrow
2008

Draconian
Draconian
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Doom Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Epicus doomicus metallicus
Epicus doomicus metallicus
1986

Candlemass
Candlemass
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Doom Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: