Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Chthonic

Interview de Chthonic


Le lendemain de leur concert à Tokyo, Chthonic organise une session dédicaces, nous permettant d'interviewer le groupe entier (Freddy, Doris, Jesse, Dani et CJ), malgré leur agenda serré au Japon.

Nous discutons de leur tout nouvel album, Taksago Army, leur histoire et thèmes musicaux et leur inspiration, ainsi que leur relation au Japon ou à la Chine, ainsi que de l'actualité sur fond de peur du nucléaire et du Japon.

NB : ne pas oublier d'activer les sous-titres Français (bouton CC)...




Metalship : Comment prononce-t-on Chthonic ?

Freddy : la prononciation correcte est (cf vidéo), mais la plupart des fans occidentaux disent “thon-ick” (prononcé à l’anglaise), et ça nous va.



Metalship : Et votre nom Taïwanais ?

Freddy : 閃靈 (prononcé « Shan Ling »).
Doris : On a d’abord pris le nom de Chthonic parce qu’il sonnait bien, puis on a choisi le nom Taïwanais de 閃靈 parce que la prononciation était proche.


Metalship : Pouvez-vous présenter le groupe ?

Doris : Le groupe est né en 1996, alors que Freddy était tout seul. Puis moi et Jesse avons rejoint le groupe, et enfin Dani (claviers) et CJ (batterie). Nous venons de sortir notre dernier album, qui est le 6ème. Toutes les histoires de nos textes sont basées sur l’histoire et les mythologies d’Asie orientale. On utilise souvent des éléments de mélodie orientale dans notre musique, ce qui définit notre style.


Metalship : Quels sont vos themes musicaux ?

Freddy : On aime les histoires locale Taïwanaises, qui nous inspirent. C’est tout comme les Scandinaves qui s’inspirent d’histoires Scandinaves. La prochaine fois on pourra peut être écrire des histoires Scandinaves, on peut essayer …



Metalship : Jusqu’en 2000, beaucoup de membres ont rejoint et quitté le groupe. Votre line-up est maintenant stabilisé ?

Freddy : Avant 2000, la scène metal Taïwanaise était peu structurée. Au tout début, ceux qui jouaient avec moi étaient des amis, qui voulaient jouer du jazz, du punk ou d’autres styles musicaux, mais pas de metal. Comme je ne trouvais pas d’autre metalleux, je devais demander à mes amis de jouer avec moi. Mais après 2000, quand Doris et Jesse ont rejoint le groupe, ils étaient les premiers membres à vraiment apprécier le metal, tout comme Dani et CJ ensuite. Le groupe est maintenant stabilisé car nous aimons tous le metal. Concernant les premiers membres du groupe, je pense qu’ils devaient se sentir soulagés quand ils avaient la chance de quitter le groupe « je peux jouer du punk maintenant ! » (rires).


Metalship : Que pensez-vous de la scène metal Taïwanaise ?

Freddy : Je pense qu’elle est plutôt développée maintenant. On peut voir de nombreux groupes étrangers qui viennent jouer à Taïwan, et il ya de nombreux groupes de metal dans les écoles et universités, il y a maintenant du metal un peu partout. C’est assez développé, mais il reste des choses à développer encore, on a besoin d’une industrie, pas juste de groupes.
Doris : Je pense qu’il y a de plus en plus de filles qui jouent du metal à Taïwan de nos jours.
Freddy : C’est comme ça dans le monde entier, non ?
Doris : En proportion, pas tellement.
Metalship : Savez-vous pourquoi ?
Freddy : Parce que le metal a Jesse, donc les filles veulent jouer du metal (rires).
Doris : Je ne sais pas. Je pense que dans d’autres styles musicaux comme le post-rock ou la pop music il y a également beaucoup de filles qui veulent monter sur scène, jouer un instrument et ne veulent plus rester dans la foule. C’est un phénomène …


Metalship : Comment votre musique a-t-elle évoluée durant ces 15 années ?

Freddy : Les premières années, nous jouions du metal très proche du style occidental. Et plus on jouait, plus on insérait d’éléments Taïwanais dans notre musique. En particulier pour le nouvel album Takasago Army, le concept entier d’écriture a été changé. Auparavant nous écrivions du metal, puis insérions des éléments et émotions Taïwanais, mais cette fois j’ai écrit des chansons Taïwanaises. En fait, ce sont toutes des musiques de folk Taïwanaise, ou pop Taïwanaise, je ne sais pas comment les définir, et ensuite moi et Jesse les rendons plus heavy. Maintenant on nous avons donc un nouveau procédé d’écriture, qui est plus naturel.


Metalship : Comment définiriez-vous Takasago Army ?

Freddy : J’en suis très satisfait. Tu dois vraiment l’écouter ! C’est notre meilleur.
Doris : Je pense que c’est de loin notre meilleur album. On est très confiant à propos de son succès.
Freddy : Concernant le précédent album, on peut penser « c’est du très bon metal, de qualité, avec des éléments orientaux cools », mais si tu écoutes Takasago Army, tu vas penser « wow, c’est complètement différent ». C’est totalement unique, ce n’est plus du metal, c’est du nouveau metal (new metal en anglais).
Doris : New metal ? (rires)
Freddy : Un nouveau style de metal !


Metalship : Vous portez des masques et maquillages depuis le début ? Que signifient-ils pour vous ?

Freddy : Au tout début, de 1996 à 1998, on a juste fait comme les groupes de black metal scandinaves, essayant de faire les mêmes corpse paints. Et depuis, nous avons commencé à utiliser de plus en plus de maquillages Taïwanais, comme les 8 généraux ou les Taïwanais aborigènes. Nos maquillages les plus récents sont complètement basés sur des concepts Taïwanais.
Doris : Les 8 généraux sont un symbole de la culture religieuse Taïwanaise, c’est pourquoi Freddy s’est fait leur symbole sur le visage.
Freddy : Chacun d’entre nous a essayé de prendre des influences de la culture Taïwanaise pour les ajouter à leurs masques ou maquillages.


Metalship : Quelle est votre relation au Japon (en particulier puisque Takasago est lié au Japon et que vous venez jouer ici au Japon).

Freddy : Seediq Bale, qui est notre 4ème album, est le premier album à propos de la relation entre Taïwan et le Japon, à propos de l’histoire des années 1930, quand Taïwan était une colonie Japonaise. Seediq Bale parlait du peuple Seediq, à Taïwan, combattant le gouvernement Japonais. Et dans le nouvel album, Takasago Army, on parle de leurs enfants, les descendants du peuple Seediq, qui sont devenus de force des soldats Japonais. Avec le temps passant, ils ont été plus éduqués et ont été forcés de devenir Japonais, et ont été envoyés dans le Pacifique Sud pour combattre aux côtés des troupes régulières Japonaises. Ils luttaient donc entre leurs deux identités, et se combattaient intérieurement.



Metalship : Quelle est votre relation avec la Chine ?

Freddy : Si on parle des relations diplomatiques, alors Taïwan et le Japon sont maintenant de bons amis. Mais pas Taïwan et la Chine, puisque cette dernière a des milliers de missiles pointant sur Taïwan. Ce que le Japon ne fait pas, il faut donc croire qu’on est bons amis. Il y a également beaucoup de manœuvres militaires à Taïwan et en Chine, et nos buts respectifs sont de détruire l’autre, constamment. Je pense que le problème vient surtout du gouvernement Chinois, et non pas du peuple Chinois qui est sous contrôle. Je dirais même que l’ennemi du monde moderne est le gouvernement Chinois.


Metalship : Avez-vous déjà joué en Chine ?

Doris : On a uniquement joué dans des zones spéciales Chinoises, comme Hong-Kong [NDLR : ancienne colonie Britannique, récemment rendue à la Chine] ou Macao [NDLR : ancienne colonie Portugaise]. On est en fait sur liste noire en Chine. Si jamais ils nous autorisaient à aller en Chine, ce serait alors vraiment étrange. (rires)
Freddy : Nos premières années, on a reçu plusieurs propositions de promoteurs nous proposant de jouer là bas, mais nous ont finalement dit qu’on était bannis par leur bureau culturel. Il y a encore divers promoteurs essayant de nous y faire jouer, mais ils reçoivent toujours des pressions de la part de divers organismes leur disant qu’ils ne doivent pas le faire. Du coup nos fans Chinois vont parfois de Chine à Hong-Kong pour assister à nos concerts.



Metalship : Quelle était votre meilleure expérience en concert ?

Doris : Je pense qu’on est tous d’accord pour dire que celui d’hier soir à Tokyo était notre meilleur fait en dehors de Taïwan. Il est parmi nos premiers concerts au Japon, et à peine on est monté sur scène que la foule était déjà en délire. Enormément de personnes sont venues.
Freddy : Je pense que les publics Nord-Américains ou Européens sont tarés. Ils sont fantastiques, mais pas du début à la fin. Ils ont besoin de se reposer, tout comme nous d’ailleurs donc on aménage quelques morceaux plus doux durant notre set. Mais hier soir, personne ne voulait s’arrêter, le public regorgeait d’énergie tout du long du concert. On est venus plusieurs au Japon, pas forcément pour jouer mais aussi pour assister aux concerts d’autres groupes comme Slayer ou Megadeth, et on pensait que les fans Japonais étaient très polis. Au concert de Slayer, les premières rangées étaient tarées, mais les gens autour de nous étaient très calmes et avaient l’air de s’en taper, ils étaient juste venus pour écouter la musique. Je pensais du coup que les fans Japonais étaient comme ça, mais hier soir c’était totalement différent. Je ne sais pas ce qui s’est passé, c’était comme un zoo (rires). Les gens ne s’arrêtaient plus de slammer !



Metalship : Y a-t-il d’autres différentes entre les fans Occidentaux et Orientaux ?

Freddy : Je pense qu’aux Etats-Unis les gens apprécient la musique seuls, ils ont leur propre manière d’exprimer leurs sentiments et ne crient pas tous ensemble. C’est une masse de gens où chacun fait son propre truc. Mais en Europe, tout le monde hurle ensemble. En Allemagne par exemple, tu sens une force unie. Hier soir c’était un mélange des deux, certains étant se défoulant de leur côté, d’autres hurlant ensemble.
Au Canada c’est un peu comme en Europe, ils hurlent ensemble. Tandis qu’aux USA tu vas voir des chaussures par ici, des jambes en l’air par là, ou encore des bras levés, des verres …
Doris : Et la foule hier soir n’arrêtait pas de faire des circle pits.
Freddy : Un ami qui ne connaît rien à la culture metal m’a dit que les gens n’arrêtaient pas de courir en circle, qu’ils faisaient de l’exercice (rires).



Metalship : Que vous a apporté votre expérience au Ozzfest ?

Doris : C’était notre première tournée officielle aux Etats-Unis, et c’était donc très nouveau pour nous. On a fait plusieurs choses stupides (rires). C’était un concert de très grande échelle, et comme disait Freddy, les gens étaient complètement tarés. Certains étaient bourrés, d’autres carrément drogués. A ce moment on manquait encore d’expérience de scène devant un public occidental. On a joué tous les jours pendant deux mois, et on s’est mis à comprendre les habitudes des fans Américains et Canadiens, comment ils réagissent. On a aussi appris au contact des autres groupes avec lesquels on jouait, comment améliorer notre performance sur scène, donc c’était une excellente expérience pour nous, pour apprendre et s’éclater.


Metalship : Beaucoup de groupes étrangers ont annulé leurs concerts au Japon, par peur du nucléaire (en raison de la crise nucléaire de Fukushima suite au gigantesque tremblement de terre). Pas vous ?

Doris : Les gens doivent continuer à vivre, vivre leur vie normale. Bien sûr on doit résoudre ce problème et s’entre-aider pour résoudre les conséquences du tremblement de terre et de la crise nucléaire. On devrait tous travailler ensemble pour les résoudre. Mais quand bien même, les autres devraient continuer à vivre leur vie normalement, travailler comme d’habitude. On ne s’est pas dit « tiens, parce qu’il y a des tremblements de terre au Japon, on ne va pas aller jouer là-bas ». En particulier puisque Taïwan est géographiquement proche du Japon et qu’on est dans la même zone sismique, nous avons beaucoup de tremblements de terre et de typhons. On a également beaucoup de centrales nucléaires, proches de l’Océan.
Freddy : On en a proportionnellement autant qu’au Japon.
Doris : On comprend donc ce qui se passe. Et quand le tremblement de terre a eu lieu, on a encouragé nos fans à donner à la croix rouge. Nous continuons également de suivre ce qui se passe, mais nous continuons notre vie comme d’habitude, et espérons que les gens et le pays vont vite s’en remettre.
Freddy : Annuler nos concerts n’a jamais été une option, et je ne comprends pas du tout pourquoi les autres groupes ont annulé leurs dates. Il est même parfois dangereux de jouer aux USA, en raison des terroristes. Il y a également énormément de gens qui veulent jouer en Chine alors que le gouvernement Chinois est le pire terroriste au monde. Et pourtant ils y vont pour jouer et n’ont pas peur de se faire arrêter.


Metalship : Votre dernier message aux metalheads ?

Dans les prochains mois nous allons tourner en Amérique du Nord et en Europe, donc venez à nos shows, achetez le nouvel album Takasago Army, et vous aurez une nouvelle expérience, découvrirez un nouveau monde dans le metal !



Lire le rapport de concert de Chthonic à Tokyo.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par NanoRoux, le 14 août 2011 pour Metalship

(2)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Sympa cette interview! Bien joué Nano'!
dim. 14 août 11- 23:30  
Merci ;-)
lun. 15 août 11- 02:52  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Chthonic

Albums chroniqués :
Chronique de Takasago Army
Takasago Army
2011

Chronique de Mirror of Retribution
Mirror of Retribution
2009

Chthonic
Chthonic
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : Taïwan

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Corpse
Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Death Metal
Origine : Suède


Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège