Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Malevolentia

Interview de Malevolentia


Second album pour Malevolentia, et quel album ! Du grand Black Symphonique comme on n'en fait plus, et en plus, ils sont français ! La sortie d'Ex Oblivion était l'occasion de donner la parole à un groupe montant de la scène française !


Metalship : Salut à vous !
Malevolentia était encore relativement peu connu il y a peu, jusqu’à la sortie de votre second album qui a reçu des critiques assez positives dans l’ensemble. Ma question est : pourquoi avoir attendu si longtemps pour sortir ce second opus ? En zyeutant régulièrement votre Myspace, il me semble que l’album était terminé depuis un petit moment…

Bonjour Pit

Arbaal : Les raisons sont multiples et chaque étape a apporté son lot de difficultés et d'imprévus, propices à retarder la sortie d'un album: un line-up qui n'a retrouvé sa stabilité que très récemment, des refontes fréquentes et parfois complètes de parties dont nous n'étions pas entièrement satisfaits... Ajoutons à cela des problèmes d'ordre technique au mixage et au pressage, et il aura fallu à "Ex Oblivion" pas loin d'un an de plus que prévu pour voir le jour.


Metalship : Alors entre la sortie du premier opus et celui-ci, Malevolentia a subi plusieurs changements, notamment l’ancienne chanteuse, la Baronne de Vénielle ne fait plus partie du groupe, elle a été remplacée un temps pas Ténèbres, puis par Spleen. Est-ce que vous cherchiez exclusivement une voix féminine ou est-ce que Ténèbres ne convenait simplement pas ?

Le problème pour Ténèbres était surtout d'intégrer Malevolentia à son emploi du temps. Nous avons donc choisi de mettre un terme à notre collaboration car, compte tenu de ses nombreuses activités annexes, il n'y avait aucune chance pour que la situation ne s'arrange. Mais c'est tout à fait par hasard que l'occasion d'intégrer à nouveau une chanteuse s'est ensuite présentée. Nous recherchions avant tout des compétences et de la motivation. Spleen nous a prouvé qu'elle ne manquait d'aucun des deux.


Metalship : Pour "Contes et Nouvelles Macabres", c’est Ghislain Gilberti qui avait écrit les textes. Peux-tu nous en dire plus sur ce personnage de l’ombre, et sur le pourquoi du comment de votre collaboration ?

Arbaal : Je suis avant tout un admirateur de son travail. J'ai eu le privilège de voir une nuée de post-it et de punaises constellant des cartes géographiques, des photos explicites d’armes à feu et autres éléments disparates qui sont devenus des paragraphes, puis des chapitres d’un projet à grande échelle en cours d’écriture. Son premier roman, "Dynamique du Chaos", fait actuellement l’objet d’une diffusion en ligne massive, principalement sur Facebook, et rencontre un succès croissant. Connaissant son habileté à manier les mots, je n'aurais pu concevoir un album de Malevolentia sans sa participation. Je lui laisse cependant le soin de se présenter.

Ghislain Gilberti : A la base, je suis pierceur dans un salon belfortain (Tattoo Spirit Prod), mais aussi romancier et auteur de plusieurs recueils de poésie moderne. C’est sur la demande d'Arbaal que j'ai participé à la rédaction de la plupart des textes du premier album, ainsi que deux sur celui-ci. Ces derniers étaient plus proches de mon style, vu les thèmes, car je connais bien l'univers de HP Lovecraft. C'est une collaboration vraiment intéressante dans la mesure où je vois l'évolution de groupe, dans le bon sens. Il est possible que je sois encore un peu plus présent sur le suivant, dans un projet particulièrement audacieux. A ce jour, Malevolentia représente une grande partie de ma renommée.


Metalship : Pour votre nouvel album, on voit également toute une liste de collaborateurs au dos du livret. Peux-tu nous en dire plus ?

Arbaal : Effectivement, en dehors de Ghislain Gilberti que nous venons de citer, nous on fait l'honneur de leur participation à Ex Oblivion, Asphodel (Pin Up Went Down) pour l'écriture de deux textes. Céline Innocenti (Moonlight Tears), Marina Viotti (Soulmaker), Christelle Pozzi (Draven) pour les chants lyriques et les choeurs, et enfin Neb Xort (Drudenhaus studio, et ex-Anorexia Nervosa : ndr) pour le mixage de l'album. Ça a été très enrichissant pour nous d'orchestrer ce beau monde.


Metalship : Venons-en désormais aux textes. Le premier disque racontait essentiellement, comme son nom l’indique, des contes et nouvelles macabres. De quoi traite ce nouvel album ?

Arbaal : Comme pour son prédécesseur, il n'y a pas de ligne directrice ni de concept global qui ressort de "Ex Oblivion". Que ce soit au niveau du thème abordé que du style d'écriture, chaque texte est construit sous forme de conte et possède son identité, sa conclusion et sa propre morale. Cette diversité est totalement volontaire et souligne les différentes ambiances musicales que nous abordons tout au long de l'album.


Metalship : On voit que la plupart de vos textes sont en français. Qu’est-ce que cette langue représente pour vous ? Est-ce que vous imaginez Malevolentia chanter en anglais ?

Arbaal : Si ça ne reste que très sporadiquement, je ne suis pas contre intégrer d'autres langues à l'avenir. Pour l'instant ce n'est pas "la plupart" mais, exception faite de quelques phrases en latin, c'est l'intégralité de nos textes qui sont en Français. Chaque langue a une musicalité qui lui est propre et apporte un rythme spécifique. Le chant en français donne une couleur particulière à la musique de Malevolentia et fait donc partie intégrante de son identité.


Metalship : La chanson-titre, "Ex Oblivion" m’a directement fait penser à Cradle Of Filth et son "Mother Of Abomination". Un hommage à Cradle ? Un hommage à Lovecraft ?

Arbaal : Tu fais sans doute référence à la litanie tirée de l'appel de Cthulhu reprise dans le refrain. C'est bien entendu l'œuvre de Lovecraft qui a influencé ce texte. Je n'ai pas suivi le travail de Cradle of Filth depuis "Cruelty And The Beast" et je n'ai appris que bien après l'avoir composé qu'ils y avaient également fait référence.


Metalship : Alors, justement, en parlant de Cradle, sujet qui fâche, on sentait le groupe relativement proche de cette scène symphonique/horrifique/gothique avec le premier album. Pourtant, le style est très décrié. Et là, le groupe arrive à aller de l’avant, tout en proposant sensiblement la même musique. Est-ce que ça vous emmerde les comparaisons avec Cradle Of Filth ?

Arbaal : Je suis tout à fait conscient qu'en proposant un album de Black Metal Symphonique en 2011 nous n'allons pas faire l'unanimité et je n'en ai absolument rien à foutre. Que l'on remette en cause mon intégrité au BM sur des forums plus ou moins underground n'a pas plus d'intérêt. Malevolentia ne s'est jamais donné comme ligne directrice d'être intègre à la scène Black Metal actuelle ni de s'en éloigner. Nous allons là où nous avons envie d'aller et c'est la seule chose qui m'importe. Les comparaisons à Cradle ou à qui que ce soit d'autre ne m'emmerdent donc pas du tout. Surtout qu'elles ne sont pas systématiques. Dusk and her embrace et Vempire sont deux albums sensationnels et il est fort probable que quelques passages d'Ex Oblivion en aient été involontairement inspirés, mais je ne pense pas que ce soit une influence majeure. Quant à nous intégrer à la scène gothique... Pourquoi pas, bien que je ne me sente absolument aucune affinité avec cette scène.


Metalship : Ma question est maintenant pour Spleen. Les femmes sont de plus en plus présentes dans le Métal. Comment est-ce que tu vois ça ?

Spleen : A vrai dire c'est un sujet qui ne m'intéresse pas vraiment et je ne suis pas non plus très attentive à ce que peuvent en penser les autres. Toutefois je dois admettre que dans le milieu Black Metal et plus largement du "Metal Extrême", il est plus difficile pour nous de se faire une place. J'imagine donc que celles qui y sont parvenues ne se sont pas créé une notoriété grâce à un effet de mode.


Metalship : Je connais un groupe lamentable du nom de Hasserben ahah ! Il parait que tu as intégré le groupe ! Quand est-ce qu’on aura la chance de t’entendre enfin ? Le chant m’exaspère au plus haut point sur la première tape, et la seconde est guère mieux… Je compte sur toi pour redonner un second souffle au groupe.

Spleen : Il y a certainement des choses à redire sur les deux premiers opus mais « lamentable » me semble vraiment très exagéré.
Oui j'ai intégré Hasserben en septembre 2009. Depuis nous avons eu l'occasion de faire quelques lives et un Split CD avec Searing Skull devrait sortir prochainement. Il y a deux morceaux en écoute sur notre myspace avec mon chant. Mais je ne suis pas la dernière à avoir rejoint Hasserben. Nous avons également intégré un second guitariste dont la subtilité du jeu a immédiatement influencée les nouvelles compositions. Puis, plus récemment, c'est un nouveau batteur qui a provoqué de nouveaux changements radicaux.
Les nouvelles compositions sont plus mélodiques, mais également plus puissantes. Le style est beaucoup plus personnel et je m'efforce de compléter l'ensemble en dégageant un maximum de haine et de désespoir.


Metalship : Je crois savoir qu’à tes heures perdues, tu te passionnes aussi pour la photographie. Qu’est-ce qui te plait dans cet art ? Peut-on imaginer que le prochain artwork de Malevolentia soit une de tes créations ?

Spleen : Je me suis d'abord passionné pour la photo argentique, puis pour l'art en général, de là en a découlé tout le reste... C'est aujourd'hui bien plus qu'un simple passe-temps. Je suis actuellement en école d'arts et, avec la vidéo, cela occupe toujours la majeure partie de mon emploi du temps.
Pour le prochain artwork, je ne suis pas contre mais ce n'est pas vraiment mon domaine de prédilection. À voir...


Metalship : La scène franc-comtoise semble assez unie. Entre Hasserben, Autarcie, Ciel Nocturne, Dyster, etc. On voit même l'appellation Sequanian Black Metal chez des groupes comme Myrkvid. Comment se place Malevolentia au milieu de tout ça, avec son style original ?

Arbaal : Évidemment, j'essaie de suivre ce qui se fait et reconnais quelques proches et amis parmi les noms cités. Je participe même de près ou de loin à certaines productions. Mais d'une manière générale chacun mène son propre combat avec ses propres armes. Pour l'instant...


Metalship : Quels sont les derniers disques, tous styles confondus, qui vont ont marqués ?

Arbaal : Je viens de voir Septic Flesh sur scène et, confirmé par les quelques extraits que j'ai pu entendre, les orchestrations de "The Great Mass" promettent de dépasser tout ce que j'ai pu entendre en Metal jusqu'ici. Dans un autre registre, même si ce n'est pas une sortie récente, "The Near Death Experience" et "Mescalyne" de Spektr reviennent assez souvent dans mon lecteur en ce moment.


Metalship : J’imagine que vous avez déjà travaillé un peu sur le prochain album, ou du moins que des idées sont là. Vous auriez quelques infos à nous donner en avant-première quant à son contenu ?

Arbaal : Il promet d'être beaucoup plus conceptuel. Structurellement beaucoup plus proche d'une BO de film que d'un album. Nous travaillons parallèlement sur un Maxi aux ambiances très différentes de ce que nous avons proposé jusque-là et de ce que nous proposerons par la suite.


Metalship : Je crois que notre interview touche à sa fin. Je vous laisse le soin de conclure comme il se doit !

Arbaal : Merci à toi pour l'interview et ta chronique pertinente.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Pit, le 6 août 2011 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Malevolentia

Albums chroniqués :
Chronique de Ex Oblivion
Ex Oblivion
2011

Chronique de Contes Et Nouvelles Macabres
Contes Et Nouvelles Macabres
2005

Malevolentia
Malevolentia
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Black Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Cradle of Filth
Cradle of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Nordland II
Nordland II
2003

Chronique de Nordland I
Nordland I
2002

Chronique de Hammerheart
Hammerheart
1990

Chronique de Blood Fire Death
Blood Fire Death
1988

Bathory
Bathory
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Concerts:
Rapports de concerts: