Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Sole Remedy

Interview de Sole Remedy


Sole Remedy, nouveau venu de la scène finlandaise, est un groupe sur lequel il faudra désormais compter. Si son premier album The Wounded Ones n'a pas fait grand bruit par chez nous, il en est tout autre chose avec Apoptosis, qui récolte nombre de critiques élogieuses depuis sa sortie fin septembre.

Pour ceux qui n'ont pas encore eu la chance de découvrir Sole Remedy, voici une bonne séance de rattrapage en compagnie de Jukka Salovaara (chant, guitare) en personne!


Metalship : Salut à toi Jukka !
Sole Remedy vient tout juste de sortir son second album, Apoptosis, mais n’est pas encore connu en France. Peux-tu revenir sur vos débuts, nous expliquer votre parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Sole Remedy a été créé en 1998 par moi-même (chant et guitares), Henry (batterie) et Toni (chant et basse). Au début, nous jouions ce qui nous passait par la tête, le résultat était très progressif dans l’âme. Puis Mikko (guitare) nous a rejoints en 2003, et nous avons évolué vers des sonorités plus sombres, qui nous ont amenées à ce que tu peux entendre maintenant.
En 2007, nous avons enregistré notre premier album The Wounded Ones, que nous avons sorti en 2008 en édition limitée. Ce n’est qu’au printemps 2009 que nous nous sommes penchés sur son successeur, Apoptosis, que nous avons finalisé durant l’été. La fin de l’enregistrement coïncide avec le départ de Toni, qui ne pouvait se donner à 100% pour Sole Remedy. C’est donc pendant l’automne et l’hiver que nous avons accueillis Artturi (basse) et Eetu (claviers et chant).
2010 a vraiment été une bonne année pour nous : nous sommes parvenus à signer avec un label, nous avons joué plus de concerts que jamais, et nous nous sentons de plus en plus à l’aise au fil du temps.


Metalship : Comme tu l’as mentionné, en juin dernier, vous annonciez avoir signé avec le label Aftermath Music. Comment est née cette collaboration ?

Nous avons envoyé un tas de copies promotionnelles pour démarcher différents labels à travers le monde. Aftermath Music nous a contacté et a souhaité écouter notre album dans son intégralité. Haavard a apprécié ce que nous avions composé et c’est ainsi qu’Aftermath est devenu notre label. Vu leur catalogue, nous avions toutes les raisons de penser que c’était une excellente opportunité pour Sole Remedy…


Metalship : Apoptosis, voilà un nom plutôt étrange… Je te laisse nous décrire le concept…

Le nom Apoptosis est né dans l’esprit d’Henry il y a déjà quelques années maintenant, mais à l’époque nous n’avions pas de concept pour l’utiliser. Ce n’est qu’une fois que j’avais créé les prémices de cet album que nous avons décidé de nous baser sur ce nom pour élaborer son concept. Comme tu t’en doutes, Apoptosis est donc un concept-album, qui suit une personne qui évolue et change selon ses expériences.


Metalship : Je dois reconnaître que votre album n’arrête pas de tourner dans mon lecteur ! J’ai bien l’impression que vous êtes parvenus à composer votre album le plus imposant, mâture et original. Comment s’est déroulée sa composition ?

Merci à toi ! A mon avis, cet album n’est pas le plus évident à découvrir car il comporte de nombreux éléments et détails, bien qu’il reste quand même bien mélodique et accrocheur…
Je t’avoue que la composition d’Apoptosis a été quelque peu différente de tout ce que j’ai pu sortir auparavant. Comme beaucoup de groupes aujourd’hui, j’ai enregistré des démos chez moi, que j’ai ensuite envoyées aux autres. Certains morceaux sont restés tels que je les avais composé, alors que d’autres ont subi un grand nombre de modifications. C’est dans notre studio de répétition que nous avons intégré tous les détails dans les compositions.
Je me permets de souligner que chacun dans le groupe a contribué à l’écriture de nos morceaux, et il y a de fortes chances que nous continuerons ainsi à l’avenir. Même si je suis à la base des compositions, il m’est impossible de tout composer, notamment au niveau de la batterie (bien que la ligne rythmique de "Solace" était mon idée héhé).


Metalship : Peux-tu nous présenter les morceaux d’Apoptosis un par un ? Quel est ton morceau préféré ?

Bien sûr !
"Comatose": un titre résolument triste, presque fantasmagorique dans son approche. C’est une excellente transition entre The Wounded Ones et Apoptosis, qui renvoie au morceau "The Wounded Ones". C’est le troisième titre que nous jouons en live.
"Present Remorse": très mélodique et très groovy.
"Leave": une de nos chansons les plus heavy. Le titre de travail était d’ailleurs Gojira, c’est dire ! J’adore jouer le riff principal ! C’est simple mais terriblement heavy…
"The Burden": beaucoup d’émotion sur ce morceau, c’est également celui qui nous rapproche le plus de Katatonia… Je me souviens que c’était l’un de nos premiers titres finalisé pour l’album.
"Ordeal": morceau instrumental dans la veine de Tool. Nous avions plusieurs versions différentes pour ce titre, que nous avons finalisé durant l’enregistrement. Henry avait une migraine monstrueuse lors de l’enregistrement de ce morceau, mais il est parvenu à le jouer quand même en une traite. Je pense que c’est pour cette raison que ce titre a une ambiance aussi tordue !
"The Undertow": difficile à définir… Je te dirais que ce morceau évolue dans un style que je nommerais Progressive-Heavy-Pop-Rock ! C’est également l’un de nos vieux morceaux que nous souhaitions enregistrer.
"Apoptosis": c’est notre premier morceau acoustique. Lui aussi est un vieux titre, nous l’avions composé en 2002, mais il a depuis connu des changements considérables pour devenir ce qu’il est aujourd’hui.
"Wolf in Me": un titre résolument épique, bourré de nuances et d’effets. Le riff d’intro est absolument trippant à jouer…
"Solace": le chant est vraiment influencé des travaux de Devin Townsend et Textures… Cette chanson me rappelle l’été…
"Past Decay": là, on est plus dans un automne sombre, pas loin du début de l’hiver ! C’est un titre très émotionnel, une bien belle façon de terminer l’album.

Je ne peux pas te dire quelle composition je préfère, mais je peux en revanche t’assurer que "Wolf in Me" et "Solace" sont les plus trippantes à jouer sur scène, même si j’apprécie évidemment tous les morceaux d’Apoptosis.


Metalship : L’artwork est plutôt inquiétant… Qui s’en est chargé et quelle en est sa signification ?

Il a été réalisé par un bulgare qui s’appelle Mirko Stanchev. Je lui ai envoyé un exemplaire de l’album en lui laissant deux-trois notes sur ce que je voulais dire à travers l’artwork. Je n’avais pas grand-chose à demander à propos du visuel, je lui ai donc parlé en termes de sons ! Mirko avait la liberté totale de créer sa vision de notre album, et nous sommes vraiment satisfaits du résultat.
Si vous souhaitez en savoir plus sur le bonhomme, allez donc l’embêter de notre part sur www.illogicalconversions.com!


Metalship : Depuis The Wounded Ones, j’ai l’impression que vous êtes parvenus à peaufiner votre identité, en incorporant plus d’éléments progressifs. Qu’en penses-tu ?

C’est plutôt difficile de se placer soi-même dans une catégorie définie… De même, nous n’avons pas vraiment idée de ce que le public pensera de nos compositions.
C’est pour cette raison que nous avons décidé de jouer ce qui nous ferait vraiment plaisir de jouer. La musique est progressive, soit, elle se rapproche de nos personnalités et nos influences. Dans le groupe, nous écoutons tous des musiques différentes, nous respectons évidemment les goûts de chacun.
La plupart d’entre nous se connaissent depuis longtemps maintenant, et nous savons ce que chacun a vécu dans sa vie personnelle, ça aide vraiment à comprendre ce que l’autre peut penser lorsque l’on compose. Mais je peux te dire que nous sommes tous sur la même longueur d’onde dans Sole Remedy.


Metalship : A l’écoute d’Apoptosis, j’ai remarqué que vous aviez un son original qui, conjugué avec le jeu tribal de batterie, apportait une aura intéressante. Il me semble que c’est toi qui t’es chargé du mixage non ?

Effectivement, j’ai enregistré, produit et mixé l’album de A à Z. Mon but était de donner à l’album une couleur unique, emportant l’auditeur dans un monde différent pour une fois.
Henry a un style reconnaissable entre mille, il a su apporter un groove et une aura particulière à la musique. Toni, notre ancien chanteur-bassiste qui a joué sur Apoptosis, est également responsable de cette saveur particulière, lui et Henry étaient vraiment complémentaires. Je dois cependant admettre qu’Artturi est meilleur bassiste que Toni. Son groove associé au jeu d’Henry donne une combinaison vraiment percutante !
En conclusion, je t’avoue que la section rythmique est une pièce maîtresse dans notre approche de la musique, celle qui caractérise le "son Sole Remedy". C’est pourquoi il est très facile pour moi, Mikko et Eetu d’apporter nos idées à la base des compositions. Enfin, Henry et moi jouons depuis longtemps ensemble, nous avons cette sorte de connectivité musicale qui nous lie.


Metalship : Parlons un peu de votre premier album, The Wounded Ones. Quels ont été les retours ? En es-tu satisfait avec le recul ?

Pour l’instant, il n’a été chroniqué que par un seul site car nous ne l’avons pas envoyé ailleurs. Il l’a d’ailleurs noté 4/5, ce qui est une bien belle note pour un premier album.
Pour être franc, je ne suis pas vraiment satisfait de The Wounded Ones. Ce n’est pas tellement à cause des compositions, mais plus par rapport à ce chant clair, qui me déçoit toujours à chaque écoute. Il a été réalisé à la hâte, et le mastering n’est pas assez ajusté. Mais ce n’est que mon avis.


Metalship : Il est plutôt difficile à trouver en dehors de la Finlande (j’en sais quelque chose !)… Comptez-vous le rendre disponible hors de vos frontières ?

Peut-être un jour qui sait ? Nous n’y pensons pas vraiment à vrai dire, nous sommes concentrés sur la sortie d’Apoptosis et sur l’écriture de nouveaux titres. Bien sûr, nous jouons toujours des titres issus de The Wounded Ones, comme le morceau éponyme ou "Deep End", que nous jouerons encore pendant longtemps…
Si un jour nous ressortons The Wounded Ones, ce sera pour une occasion spéciale, pas seulement une simple réédition… Peut-être un album live ? Ou peut-être un réenregistrement avec les nouveaux membres… Eetu a une voix unique et émouvante, ce serait intéressant de voir comment il chanterait les parties de Toni. Mais ce n’est absolument pas à l’ordre du jour, nous préférons nous concentrer sur l’avenir.


Metalship : Depuis quelques années, j’ai l’impression que la plupart des groupes finlandais proposent une musique mélancolique. D’où cela vient-il selon toi ? Connais-tu des groupes finlandais qui proposent une musique festive ?

Et bien, c’est probablement parce que nous avons un automne sombre et un hiver très froid… L’été en Finlande dure environ trois mois, et même si le début de l’automne est très beau (avec les feuilles qui tombent des arbres), la période entre l’automne et l’hiver (fin septembre jusqu’à fin novembre) est plutôt sombre avec la pluie et le froid… Généralement, il commence à neiger fin novembre, début décembre, ça apporte un peu de lumière ! Je peux par exemple te dire qu’ici, à Lahti, il a commencé à neiger ce matin-même…
Pour répondre à ta question, je te dirais que les finlandais ont cette mélancolie car ils sont en quelque sorte attristés par ce temps. Mais même si l’on paraît souvent triste, nous ne le sommes pas tant que ça !
Sinon, une musique festive… Là tout de suite, je pense à Korpiklaani, qui rentrerait bien dans cette catégorie. Ils ont un peu de mélancolie quand même, mais vu leurs paroles sur l’alcool et la bière… Sinon, aucun autre groupe ne me vient à l’esprit pour le moment.
De toute façon, j’aime la musique mélancolique !


Metalship : Si tu devais décrire ton groupe en quelques mots, lesquels seraient-ils ?

Mélancolique, progressif, honnête, émotionnel, groovy… De la musique alternative quoi !


Metalship : Dans le même style, comment est Sole Remedy sur scène ?

A la maison ! Nous aimons être sur scène, c’est l’une des principales raisons qui fait que nous sommes musiciens : jouer et partager notre son avec le maximum de gens. Nous nous amusons beaucoup sur les planches, même si nous nous donnons à 100% à chaque date.
Nous nous concentrons aussi beaucoup sur la façon dont nos titres doivent sonner en live, même si nous n’avons pas encore d’ingé-son régulier. Nous sommes justement en train de voir pour créer un package qui permettrait à chaque ingé-son de s’y retrouver…


Metalship : J’ai vu que vous allez jouer avec October Tide en janvier prochain. Aura-t-on la chance de vous voir jouer un peu partout ?

Bien sûr, il y a pleins de bonnes choses à venir ! Nous espérons vraiment jouer en festivals l’été prochain, puis dans des clubs au printemps et en automne. Ce serait tout bonnement génial de sillonner l’Europe avec Gojira, Opeth ou Porcupine Tree


Metalship : Si tu devais tourner avec un groupe français, lequel serait-il ?

Mmmh, avec ma précédente réponse, c’est évident pour tout le monde ! Gojira bien sûr ! Je suis un fan absolu de ce groupe, tout comme les autres membres de Sole Remedy d’ailleurs. Il y a également Scarve, bien qu’il soit en pause il me semble. Klone ou Hacride serait également de bons petits groupes avec qui nous aimerions partager la scène. Le clip d’Hacride pour "Perturbed" est d’ailleurs l’une des meilleures vidéos que j’ai pu voir…
J’en ai presque oublié Demians, qui sont français également ! C’est un de mes groupes préférés, je suis persuadé que leur univers s’accorderait très bien au nôtre.


Metalship : Question extra-musicale, à laquelle tu es libre de répondre ou non : que font les membres de Sole Remedy dans la vie de tous les jours ?

Mikko et Artturi travaillent, Henry bosse aussi et étudie en même temps, Eetu est en plein dans ses études pour être ingé-son et je suis moi-même ingé-son en freelance. Dès qu’on a du temps libre, nous répétons, buvons et matons un bon film. Les trucs habituels quoi !


Metalship : L’interview touche à sa fin, je te remercie pour toutes tes réponses et souhaite à Sole Remedy une longue et belle carrière ! Tu as le dernier mot !

Merci à toi pour cette interview ! Pour les Metalshipiens, merci à tous ceux qui ont acheté ou téléchargé Apoptosis ! N’hésitez à parler de nous et venez donc nous voir en concert dès que nous visiterons la France !
Et si vous êtes promoteur, n’hésitez pas à nous proposer une offre que l’on ne pourra refuser ;) !


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par kumelia, le 23 novembre 2010 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Sole Remedy

Albums chroniqués :
Chronique de Apoptosis
Apoptosis
2010

Chronique de The Wounded Ones
The Wounded Ones
2007

Sole Remedy
Sole Remedy
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Metal Progressif
Origine : Finlande




Groupes en rapport


Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Korpiklaani
Korpiklaani
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Scarve
Scarve
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Death Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Back To Where You've Never Been
Back To Where You've Never Been
2013

Chronique de Lazarus
Lazarus
2009

Chronique de Lazarus
Lazarus
2009

Chronique de Amoeba
Amoeba
2007

Hacride
Hacride
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts: