Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Nibirus

Interview de Nibirus


Jeune groupe français qui commence à percer en dehors de nos frontières, Nibirus présente en cette rentrée 2010 son premier EP, Dawn of Dream, résolument accrocheur et bestial. Un savant dosage entre la brutalité du Black Metal et les mélodies du Death Mélodique scandinave, tels sont les ingrédients proposés par cette formation bien de chez nous.

Après avoir chroniqué Dawn of Dream dans nos colonnes, il devenait normal de laisser la parole à Nibirus, représenté fièrement par Asscaroth (guitare).


Metalship : Salut à toi Asscaroth !
Afin de débuter cet entretien comme il se doit, peux-tu revenir dans le passé pour présenter les origines de Nibirus et de son nom aux Metalshipiens qui ne vous connaissent pas encore ?

Salut dude ! Et bien Nibirus a démarré en 2006, quand Baâlberith, et moi-même avons décidé de faire un petit projet musical entre nous et surtout pour nous, tout ça dans une mouvance un peu Black extrême. A l’époque, on n’avait pas de nom, rien du tout, ce n’était même pas de l’underground, puis un jour alors qu’on composait, il y avait cette télé allumée et ce reportage sur Arte qui tournait, tu vois le genre de reportage trop bizarre qui t’explique qu’on va tous crever parce que les êtres humains déconne depuis 150 ans… Et à la fin de ce reportage, il y avait un petit passage sur les « prédictions» des anciennes civilisations, le calendrier maya étant le plus connu, mais aussi des sumériens qui croyaient donc qu’une planète appelée Nibiru située près de Jupiter et cachée par cette dernière se rapprochait dangereusement de la Terre tous les 3600 ans et déviait un peu notre planète de son orbite, mais juste assez pour exterminer 90 pourcent de la population. Si je me souviens bien, le reportage comparait ce phénomène et cette croyance dans 4 ou 5 civilisations et même avec le déluge présent dans les croyances Chrétienne. Suite à ça, nous avons étudié le concept et choisi comme nom Nibirus.


Metalship : D’après votre page Myspace, vous décrivez votre musique comme étant une créature hybride entre Black Metal et Melodeath. En quoi ces deux styles vous influencent-ils, et quelles sont les formations dont vous vous sentez le plus proche ?

Humm, le black Metal est pour moi l’essence d’un Metal pur, j’entends par là que théoriquement c’est un style où l’idéologie et la spiritualité sont très fortes… C’est ce coté que j’affectionnais dans le Black Metal. Pour le Melodeath, c’est juste une histoire de goût, j’ai grandi avec du At the Gates, Dark Tranquillity, Soilwork et Dimension Zero. Baâlberith et moi-même avions 8 ans quand mon frère écoutait ça à fond, donc on peut dire qu’on à été marqué au fer rouge par ce style…
Pour nous, Nibirus est une symbiose entre le Black Metal du fait qu’il y a une spiritualité dans notre musique aux travers des textes et aussi de la musique, et du Melodeath car on apprécie ce style.


Metalship : Les mélodies et atmosphères semblent être une part très importante dans la composition de la musique de Nibirus. Es-tu d’accord ?

Je suis complètement d’accord, les atmosphères sont très importantes dans la composition pour nous car ça te permet de faire passer ce coté spirituel avec ta musique, de faire voyager l’auditeur dans des temps anciens, des guerres passées, tout simplement dans l’Histoire.
Pour les mélodies, ce sont plus les sentiments envers le monde qui nous entoure que l’on essaie de retranscrire… Aujourd’hui, tu regardes les infos 15 minutes, tu vois 1,5 millions de sans-abris au Pakistan, 58 morts en Irak, un élève qui descend toute sa classe et se tue… On vit dans un monde pervers, sale et où chaque jour pour une grosse partie de la populace mondiale il faut se battre pour survivre… Donc nos mélodies sont le ressentiment de toute cette merde….


Metalship : Après seulement quatre ans d’activité, Nibirus a déjà sorti deux démos et aujourd’hui un EP. Vous êtes donc plutôt productifs ! Quels ont été les différents retours pour vos démos ?

Disons que Nibirus répète 4 fois par semaine, tout le monde pratique son instrument souvent, donc les idées de compos fusent…Pour les démos, la première a été tiré à 50 exemplaires pour nos potes, surtout parce que c’était une époque où on jouait pour nous. La deuxième a été tiré à 200 exemplaires et est aujourd’hui sold out… Les retours étaient plutôt positifs malgré une production assez pourrie et un son ultra UG…


Metalship : Comme nous l’avons vu plus haut, aujourd’hui sort Dawn of Dream, votre premier EP. Comment le considères-tu dans la discographie de Nibirus ? S’apparente-t-il comme une suite logique de vos deux précédentes démos ?

On peut dire que Dawn of Dream est plus une évolution logique de notre musique plutôt qu’une suite, pour nous c’est le CD qu’il fallait entre la dernière démo et le premier album, sinon le clivage aurait été trop grand. Certains groupes affectionnent changer de style au gré du vent, des modes, des groupies et de l’argent… Disons que nous préférons suivre la voix d’Enlil et rester honnête envers nous-mêmes.


Metalship : Pourquoi avoir choisi le format EP, et comment s’est passé son enregistrement ?

Le format EP a été choisi car on voulait vraiment un disque court et transitoire au niveau de notre musique qui dans les démos était beaucoup plus Black Metal. L’EP amorce une évolution sur 5 chansons qui sera poursuivie à l’avenir, disons que nous aimons tester de nouvelles choses.
Les prises de voix, de batterie, et de basse on été faites aux Northern Tear’s Studio par notre bassiste. Quant aux prises guitares, nous avons choisi le HK Studio à Paris, avec donc HK du groupe Livarkahil aux commandes.


Metalship : Derrière ce premier EP se cache un concept original. Peux-tu nous en dire un peu plus ?

Comme je t’expliquais plus haut, ce reportage nous a littéralement traumatisé… Suite à ça, nous nous sommes penchés sur ces anciennes civilisations…Au moment de la composition de l’EP, nous avons décidé de faire un concept sur ces 5 chansons liées autour des Annunakis, les Habitants de Nibiru.

Tout commence sur :

- "Prediction" : Les Annunakis se réveillent de leur longue léthargie et doivent pour survivre drainer des minerais sur d’autres planètes. Ils partent donc pour la Terre.

- "Sumerian Land" : Les Annunakis créent les humains, les asservissent et les font travailler dans les mines. Ils leur font construire des temples et leur permette de créer la première civilisation humaine.

- "Dark Desire" : Les humains, ne supportant plus cette oppression, commencent à se rebeller, le sentiment de haine et l’envie de mettre fin à la vie apparaissent dans leur cœur. Anu, le grand maitre des Annunakis, se sacrifie pour permettre à son peuple d’écraser cette rébellion.

- "Enlil Rising" : Enlil, le fils spirituel d’Anu, monte sur le trône et fait subir une répression sans égal à la race humaine pour éviter de nouvelles rébellions, mais quelqu’un va déranger ses plans de suprématie.

- "The Last Empire" : La dernière chanson raconte le déclin de l’empire formé par les Anunakis et la débâcle d’Enlil face aux rebelles humains, menés par leur futur leader Gilgamesh.

Je tiens à préciser que c’est une histoire que l’on a écrite, nous tirons certains passages de légendes mais nous les avons un peu « customisé »…


Metalship : L’artwork de Dawn of Dream a été réalisé par Mika Kobari qui, me semble-t-il, est une artiste japonaise. Comment est née cette collaboration ?

Disons que je suis assez réfractaire aux pochettes et artwork d’aujourd’hui, les gens modifient sur Photoshop une image trouvée sur le net…
Je voulais un truc un peu plus intime, notre nouveau chanteur habitant la moitié de l’année à Tokyo, nous a donc proposé les services de Mika. Elle est donc venue en France dessiner nos portraits pour le livret, puis en s’inspirant de quelques vestiges d’anciennes civilisations, elle nous a fait l’artwork. Elle a travaillé dans le rush le plus complet et je l’en remercie fortement, le résultat est comment dire simple certes, mais il a une âme, ce qui nous correspond.


Metalship : As-tu le sentiment que votre participation à la compilation Songes et Cauchemars de French Metal vous ait ouvert des portes ? Comment s’est présentée l’occasion d’y participer ?

Cette participation a été fructueuse, c’est un coup de pub pour nous d’être sur un CD avec des pointures du Metal en général comme Kataklysm, Nightmare, Lyzanxia et Destinity.
Pour y participer, un de nos potes nous a dit que French Metal recherchait des groupes pour une compilation, on a envoyé un titre et on a été sélectionné.


Metalship : Si vous êtes actifs au niveau des sorties, vous l’êtes autrement plus en ce qui concerne les concerts. Vous tournez en effet en France, mais aussi en Allemagne, Pologne, Japon, Chine… C’est plutôt rare de voir un groupe français tourner aussi loin avec seulement un EP et deux démos. Peux-tu nous en dire davantage ?

Les concerts sont très importants pour nous, ça te permet de faire passer le coté spirituel auditif lorsque les gens écoutent la musique au coté visuel lorsqu’ils assistent à un show. Le live est aujourd’hui ce qui nous plait le plus, on y consacre des heures et des heures de préparation…
Pour ce qui est de jouer à l’étranger, c’est vrai qu’on a pas mal de dates, pas mal de bons plans…


Metalship : Lorsque l’on jette un œil à vos photos live, on s’aperçoit que ce n’est pas Baâlberith qui tient le micro. Avez-vous en effet un line-up différent pour la scène, et si oui, peux-tu nous présenter le chanteur en question ?

En fait, on a recruté un nouveau chanteur, il s’appelle MV et ce n’est autre que mon frère… Au début, nous étions septiques quant à son intégration dans Nibirus du fait qu’il passe pas mal de son temps en Asie, mais suite aux premiers concerts avec lui, il a clairement mis tout le monde d’accord. Il a participé à l’écriture des paroles de l’EP et enregistré les vocaux, et là il s’investit beaucoup dans l’écriture de notre prochain disque.


Metalship : Il semble que ce futur premier album ait déjà un nom et un producteur (et non des moindres !). Je te laisse nous en dire plus…

Oui, nous avons commencé la pré-production de certains titres, l’album s’appellera 16 Insane, et sera toujours porteur d’un message qui nous tient a cœur, il est trop tard pour sauver la planète… L’album sera produit courant d’année prochaine par Peter Witchers de Soilwork.


Metalship : Quels sont tes pires et meilleurs souvenirs avec Nibirus ?

Le pire, c’était lors d’un concert en Belgique. L’entrée était gratuite, pas beaucoup d’affluence, une organisation dépassée par les évènements et surtout quelques fans de Hip Hop présents dans la salle. Ils ont insulté chaque groupe qui montait sur scène, et lors de notre passage, ils ont malheureusement réitéré leurs propos. MV a sauté de la scène et leur a montré qu’on ne fait pas chier les gens pour rien !
Le meilleur, c’est sans doute les concerts à domicile. La dernière fois, un mec est passé a travers un mur de la salle, il y avait du placo partout, on songe d’ailleurs à établir un partenariat avec Placoplatre!


Metalship : Un petit groupe à nous faire découvrir ?

A vous faire découvrir je ne sais pas mais en ce moment ce qui tourne beaucoup chez moi c’est le dernier Der Weg Einer Freiheit.


Metalship : Comme à l’accoutumée, c’est à toi que revient le dernier mot !

Merci à toi et Metalship pour l’interview, on sera en tournée au mois d’octobre avec un groupe de Black Death ultra violent, Bane. N’hésitez pas à venir au show, ça va être une grosse fête !!!!


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par kumelia, le 17 septembre 2010 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Nibirus

Albums chroniqués :
Chronique de Dawn of Dream
Dawn of Dream
2010

Nibirus
Nibirus
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Melodic Death Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de At War with Reality
At War with Reality
2014

Chronique de Slaughter of the Soul
Slaughter of the Soul
1995

At The Gates
At The Gates
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Atoma
Atoma
2016

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de Fiction
Fiction
2007

Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Soilwork
Soilwork
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heaven's Venom
Heaven's Venom
2010

Chronique de In the Arms of Devastation
In the Arms of Devastation
2006

Kataklysm
Kataklysm
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Death Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Nightmare
Nightmare
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Destinity
Destinity
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts: