Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Era Nova

Interview de Era Nova


Era Nova, vous ne connaissez peut-être pas encore, mais c'est un (jeune) groupe de la région nantaise qui officie dans le heavy mélodique et dont le premier album, Children Of Alcyone, montrait quelques belles choses, voire de très belles choses. Et c'est avec une certaine surprise que j'ai retrouvé Pierre, une connaissance un peu (beaucoup) perdue de vue, derrière les claviers. Du coup, l'occasion était trop belle pour la rater, et voilà l'interview !


Metalship : Salut Pierre, ça fait un bail qu’on ne s’est plus croisé. Peux-tu me dire concrètement quels ont été tes projets musicaux depuis 2004 ?

Pierre : Salut ! Cela commence à faire loin, c’est vrai… En 2004, si je me souviens bien, mon groupe Midwinter venait de sortir son premier album, ou était sur le point de le faire. Depuis, on a enregistré le second, The Glassy Waters, qui est sorti chez Pervade Productions fin 2006 ou début 2007, je ne sais plus trop. L’accueil a été plutôt bon, mais on n’a malheureusement pas pu continuer comme on l’aurait souhaité, notamment pour des questions d’emploi du temps, d’activité professionnelle mais également d’argent puisque nous ne pouvions pas vraiment nous permettre grand-chose. On n’a même pas pu vraiment promouvoir l’album en live, ce qui reste comme une déception. Je ne désespère pas que le groupe reprenne du service un jour ou l’autre mais il n’y a rien de prévu à l’heure actuelle… J’ai pourtant de bons trucs dans mes tiroirs ! C’est un peu dommage. En parallèle, j’ai rejoint Era Nova en 2005, après l’enregistrement de la démo Sin Eater. On a beaucoup travaillé les années suivantes sur la réalisation de l’album, dont certaines chansons ont été composées par Christophe, notre guitariste, avant même la création du groupe en 2002 ! Cela a pris beaucoup de temps, il fallait trouver la bonne personne pour le produire, coordonner les emplois du temps de chacun, bref la galère habituelle pour un groupe amateur qui débute. On l’a finalement enregistré au Drudenhaus Studio courant 2008. S’en est suivi toute la période de démarchage des labels, de réalisation de l’artwork, de négociation du contrat, etc. Pour toutes ces raisons, l’album n’a pu sortir que le 12 avril dernier, mais je crois très franchement que l’attente valait le coup ! On a vraiment pu faire ce que l’on souhaitait, de A à Z.


Metalship : Qu’est-ce qui t’a motivé pour rejoindre un groupe comme Era Nova ? Quelle est ton implication au sein de la formation ?

Pierre : A l’époque, Midwinter était encore en vie donc ce n’était pas pour combler un vide. C’est Manu, qui était à l’époque batteur de Midwinter (et toujours d’Ultra Vomit), qui m’a proposé le poste, au moment où leur claviériste venait de quitter le groupe. C’est donc plus par opportunité qu’autre chose que j’ai rejoint le groupe à l’origine. Depuis, mes motivations ont logiquement évolué… On a un très bon line-up, très soudé et efficace. C’est essentiel ! Era Nova est un groupe qui fait ce qu’il aime et qui ne se prend pas trop au sérieux, ce qui est à mon sens essentiel dans ce style de musique. On a pu constater les ravages d’un égo sur-dimensionné sur pas mal de musiciens metal (rires) ! En ce qui concerne mon implication, pour ce premier album, Children of Alcyone, elle a été relativement limitée au niveau de la composition. J’ai simplement réalisé l’intro de l’album avec l’aide de notre producteur Neb Xort (qui je le rappelle était claviériste dans Anorexia Nervosa), et j’ai bien entendu composé toutes mes parties de clavier, en accord avec Christophe, le compositeur principal, et le groupe dans son ensemble. Heureusement, on ne fonctionne pas dans un système fermé, il est donc très possible qu’à l’avenir Era Nova joue des morceaux composés par l’un ou l’autre des membres. C’est juste qu’à l’origine, Christophe avait de très nombreuses idées sur la réalisation du premier album et c’est lui qui a été à l’origine du groupe donc c’est assez logique que Children of Alcyone soit principalement son œuvre au niveau de la composition.

Chris (guitare) : Salut tout le monde ! Je confirme, l’entente est excellente. C’est un facteur principal pour nous. Il n’y a pas de place pour de l’égo sur-dimensionné à la con. Il est hors de question de supporter ça dans Era Nova. Sinon, en ce qui concerne l’implication de Pierre dans Era Nova, je précise qu’il m’invite régulièrement à manger des pizzas devant des matchs de Ligue des Champions et son canapé en cuir est très confortable, les autres gars pourront te le confirmer ! Vivement la coupe du monde (rires) !


Metalship : Era Nova est constamment entre le heavy des familles et le metal symphonique. Cet équilibre est-il important aux yeux des musiciens ou est-ce finalement un hasard de l’écriture ?

Pierre : Je suis désolé de te contredire mais je ne crois pas du tout qu’Era Nova lorgne du côté du métal symphonique… (NDLR : hé ho ! c'est qui le chroniqueur, toi ou moi ?!? Ok, c'est toi le musicien, t'as gagné...) Il y a tout juste le titre « In Search of Gralium » qui pourrait être qualifié de symphonique, pour le reste j’ai un peu de mal à faire le rapprochement. Au niveau des claviers, j’ai justement fait attention à ne pas tomber là-dedans, car ça ne correspond plus vraiment à mes aspirations. On pouvait déjà le constater sur le deuxième album de Midwinter, d’ailleurs… De façon générale, Era Nova fait du heavy mélodique. Je ne tiens pas à aller plus loin dans la qualification de notre musique, car je crois qu’elle reste assez variée tout en se rattachant évidemment à la famille du « heavy » dans son ensemble. On a des passages presque thrash, quelques structures prog, des passages ambiant ou rock, quelques arrangements electro par-ci par là… Je crois donc qu’une définition très générale comme « heavy mélodique » convient parfaitement. En tout cas, ça reflète à peu près nos influences à tous. Pour moi, comme pour le reste du groupe, il est essentiel de ne pas faire deux fois la même chose et donc de varier au maximum notre musique. Je déteste ces vieux groupes qui font la même chose depuis 30 ans, je ne veux surtout pas faire comme eux… Cela dit, j’aurai peut-être un avis différent quand j’aurai vendu des millions d’albums et quand j’aurai la flemme de me casser le cul à proposer quelque chose de neuf (rires) !

Chris : Effectivement, il n’y a pas grand chose de symphonique dans Era Nova. Je suis bien plus branché grattes que orchestrations (j’aime bien aussi attention) quand j’écoute du metal. Nous avons tous des influences différentes. Du coup, les morceaux sont assez différents je pense, les uns des autres. Nous prendrons le temps de faire quelque chose de différent sur le prochain opus. Cela restera heavy, mais il y a quelques signes déjà.


Metalship : Avec un tel nom de groupe et une pochette pareille, on pouvait s’attendre justement à un groupe de metal sympho à chanteuse, un de plus pourrait-on ajouter. Donc joli pied de nez. Mais comment jugez-vous justement l’évolution de la scène metal symphonique depuis son explosion au début des années 2000 ? Avez-vous déjà songé à faire intervenir du chant féminin en quantité sur la musique d’Era Nova ?

Pierre : Merci mais ce pied de nez n’était absolument pas prémédité ! Cette pochette correspond au concept inventé par Andréas, notre chanteur, et Christophe. Je tiens d’ailleurs à souligner le travail formidable de Patrick Baud dans la réalisation de cet artwork. Il a parfaitement mis en image ce que l’on avait en tête et ce, dans un temps record. Chapeau !
Pour ce qui est de la scène sympho, pour ma part je l’ai totalement délaissée. La plupart des groupes de ce style m’ont déçu au fur et à mesure… Beaucoup n’ont pas réussi à se remettre en question, c’est dommage. Il y a tout de même des exceptions. Un groupe comme After Forever a toujours essayé des choses nouvelles, avec plus ou moins de réussite, mais c’est en tout point admirable. Je suis bien navré que le groupe ait splitté car pour moi c’était le seul à conserver un intérêt. Ils ont d’ailleurs terminé leur carrière sur un album culte… Au final, c’était peut-être le meilleur moment pour eux de passer à autre chose. Aujourd’hui, je crois que le mouvement « metal sympho » de la fin des années 90 et du début des années 2000 n’existe plus. Il reste quelques survivants, mais je n’adhère plus du tout à leur musique. En tout cas, en ce qui me concerne, je m’en suis totalement détaché. Il faut dire aussi que quand je faisais ce genre de musique, j’étais adolescent… Depuis, j’ai évolué et je ne veux surtout pas être enfermé dans un style ou dans un mouvement quelconque.
Enfin, pour ce qui est du chant féminin, ce n’est pas du tout dans l’optique d’Era Nova… Très ponctuellement, pour un duo avec une chanteuse que l’on apprécierait particulièrement, voire pour quelques chœurs, ça pourrait être une idée… mais ce n’est pas envisagé à l’heure actuelle.

Chris : Honnêtement, les morceaux n’ont jamais été conçu pour du chant féminin. Bien sûr, rien ne dit que sur le prochain album, cela ne fera pas. On verra, pour le moment tout cela est bien flou.


Metalship : Revenons à cette pochette et à son aspect très héroïc fantasy. Pensez-vous que le metal et ce genre littéraire sont intimement liés ? Et vers où vont vos préférences dans ce genre ?

Pierre : Je crois que par essence, le metal est un genre de musique très épique. C’est donc quelque part assez logique que l’heroic fantasy, la science-fiction ou le fantastique en général ait inspiré les musiciens. L’aspect symphonique de groupes comme Rhapsody et leur imaginaire fourmillant a contribué à développer cet aspect, même si dès le départ les références à ces genres littéraires étaient très présentes. Aujourd’hui, c’est quasiment ancré dans la culture metal… quitte à ce que cela rentre dans les clichés du metalleux de base. Pour ma part, je lis assez peu d’heroic fantasy. J’aime beaucoup le Seigneur des Anneaux et la saga d’Ambre, c’est tout. Comme en musique, je lis à peu près tous les genres, mais au sein de chacun je vais être très sélectif. C’est pareil pour la science-fiction, mon auteur préféré est Philip K. Dick et j’aime particulièrement Barjavel ou Bradbury mais c’est à peu près tout. Je préfère ne pas me focaliser sur un style et ouvrir au maximum mon « spectre » de lecture.


Metalship : En écoutant votre album, on devine un panel d’influences assez larges. Quelles sont-elles ? Qu’est-ce qui vous a plus dans ces groupes ?

Pierre : Je pense que dès qu’on parle des influences au sein d’Era Nova, il faut séparer les influences générales qui se dégagent des compos et les influences de chacun au niveau de ses parties instrumentales. Ainsi, pour parler généralement, notre musique est influencée par des groupes de heavy assez traditionnels comme Metallica, Iron Maiden, Angra ou Stratovarius, mais aussi par des groupes qui lorgnent beaucoup plus vers le thrash, par exemple Nevermore, Annihilator ou Testament. Ajoutons à cela un peu de prog type Dream Theater et on obtient le mélange auquel tu fais référence. Maintenant, pour ce qui concerne mes parties de claviers, je vais te répondre comme je réponds à tous ceux qui me posent la question. Je cite systématiquement Roddy Bottum de Faith No More et Yoshiki de X-Japan, puis des compositeurs plus classiques comme Joe Hisaishi et Craig Armstrong, ainsi qu’un groupe comme Depeche Mode pour le côté électro présent dans une ou deux chansons de l’album. Je joue plutôt la carte de la sobriété, en fait… Après, on a tous au sein du groupe des influences très variées. Andréas, le chanteur, est un grand fan de Rage Against the Machine ou des Red Hot Chili Peppers, notre bassiste Ben est notamment fan de Cynic, etc. Cela ne peut être que positif pour le groupe.


Metalship : Les soli de guitare sont assez monstrueux dans leur genre, bien que parfois un peu court. Quels sont les maîtres à penser à ce niveau ?

Pierre : je vais laisser Christophe répondre à cette question…

Chris : Merci pour ce compliment sur les solos de gratte, mais ils n’ont rien de monstrueux. Je suis très très loin d’être un guitar-hero. Quand je conçois un solo de gratte, cela doit pour moi systématiquement apporter quelque chose au morceau. Mon dicton est le suivant : la technique doit être au service de la mélodie et pas le contraire. Les solos branlette de manche pour faire de la branlette de manche ne servent à rien… La technique à elle seule est importante mais ne suffit pas. Au moment de la conception d’un solo, je prends toujours en compte le morceau dans son intégralité. Il ne faut pas que ça arrive comme un cheveu sur la soupe. Il faut le faire vivre à la manière du chant en quelque sorte. Pour ce qui est de mes influences, il y a plein de guitaristes que j’apprécie : Jeff Waters, Jorn Viggo Lofstad, Michael Romeo, Kiko Loureiro
Je précise tout de même que je suis très en dessous du niveau des guitaristes que je viens de nommer. Mais j’aime bien leur façon de composer un solo, mais aussi leur jeu de gratte en général.


Metalship : Comment s’est passée l’intégration de Gru au sein du groupe ? Il y a tout de même un fossé entre Ultra Vomit et Era Nova, le groupe représentait-il un challenge plus dans ses inspirations ou voulait-il juste faire autre chose que du grind ?

Pierre : C’est clair qu’il y a un fossé entre Ultra Vomit et Era Nova, mais c’est la même chose pour notre batteur Manu alias Manard et je ne crois pas que cela pose problème. Ultra Vomit s’est largement diversifié avec Objectif : Thunes et on a pu voir qu’ils avaient tous des influences très variées. Pareil pour Andréas, ce qu’il fait avec Andréas & Nicolas n’a strictement rien à voir avec la musique d’Era Nova puisque c’est de la chanson française acoustique (et délirante) ! Je crois qu’on est tous assez éclectiques au sein du groupe… Greg « Gru » Dutein a tout à fait sa place dans le line-up. En plus, c’est un excellent musicien, ce qui ne gâche rien à l’affaire ! Son intégration ne pose donc aucun problème, on est très ravi de l’avoir parmi nous.


Metalship : Comment a été accueilli Children Of Alcyone à sa sortie ?

Pierre : Jusqu’ici, les chroniques sont plutôt bonnes, voire très bonnes. Je crois que jusqu’ici on n’a eu que deux mauvaises critiques et encore, ils n’ont pas osé descendre en-dessous de 10 (rires) ! Si c’était pareil à l’école… Blague à part, on est assez surpris et évidemment très contents de cet accueil particulièrement chaleureux. Maintenant, on a hâte de voir plus de chroniques étrangères, car il n’y en a eu qu’une jusqu’ici. J’attends aussi avec impatience de voir si les magazines papier hexagonaux vont nous accorder un peu de place… Pour l’instant, je n’ai pas eu d’échos allant dans ce sens mais ça devrait se décanter. Du moins, je l’espère. Il ne faut cependant pas prendre tout cela pour argent comptant et se reposer sur nos lauriers… Cela ne reste l’avis que de quelques personnes, il ne faut pas trop se focaliser là-dessus malgré tout le respect que je dois aux gens qui prennent de leur temps pour écrire des articles sur nous. Après, pour ce qui est des ventes, je n’en ai aucune foutre idée, et c’est le cadet de nos soucis à l’heure actuelle. Cela dit, si ça marche pas mal, on pourra espérer être distribués dans plus de pays étrangers, ce qui serait plutôt sympa. Pour l’instant, on est distribué en Grèce et au Portugal, et partout dans le monde via le format mp3 (iTunes, Limewire, etc) mais c’est pas pareil…


Metalship : Est-ce que la scène française peut, selon vous, amener un renouveau au genre ?

Pierre : Dans l’absolu, peu importe l’origine d’un groupe, il peut toujours apporter quelque chose ! Gojira l’a déjà fait, je pense. Pour ce qui est du heavy, le problème vient du fait que c’est un genre trop peu représenté en France et qui a un public encore plus restreint que le metal extrême. C’est donc encore plus difficile d’avoir la moindre exposition médiatique, et c’est par conséquent plus difficile d’avoir les moyens de ses ambitions. Cela dit, il ne faut pas désespérer… La scène metal française a fait de gros progrès ces dernières années, en terme de production et d’exposition, je crois que le meilleur reste à venir.


Metalship : J’imagine que vous essayez actuellement d’enchaîner les concerts. Avez-vous toutefois déjà commencé à travailler sur un nouvel album et si oui, vers quoi tendra-t-il ?

Pierre : Pour l’instant, nous répétons effectivement dans l’optique de faire le maximum de concerts. Je ne peux donner aucune date précise à laquelle nous serions prêts pour la scène, mais il ne faut sans doute pas compter sur nous avant l’automne. A l’heure actuelle, il est difficile de répéter car nous avons tous nos occupations professionnelles, et dorénavant nous n’habitons pas tous à Nantes. Ca complique les choses. En plus, Greg vient d’arriver et cela prend du temps pour tout mettre en place. Cela dit, notre objectif reste de faire le maximum de concerts, en fonction des opportunités et de nos disponibilités, et je suis persuadé que nous y arriverons. Ce n’est qu’une question de temps. A côté de ça, nous avons tout de même commencé chacun de notre côté à composer dans l’optique du second album. Je sais que Christophe et moi-même avons déjà de bonnes choses dans les tiroirs. Il est encore trop tôt pour te dire vers quoi nous allons tendre. Par contre, je peux t’assurer qu’Era Nova ne fera pas deux fois la même chose… Nous évoluerons tout en gardant notre base heavy. Il est possible que l’ensemble soit un peu plus progressif voire plus rentre-dedans mais je ne peux rien affirmer.


Metalship : Cette interview touche à sa fin, merci de votre patience et de vos réponses. Souhaitez-vous rajouter un mot à l’attention des lecteurs de Metalship ?

Pierre : Merci à toi et à tous les lecteurs de Metalship qui ont pris le temps de lire cette interview… Nous sommes très reconnaissants du soutien que nous accorde la presse web nationale. J’espère en tout cas que vous apprécierez notre musique et que vous viendrez nous voir en concert. Les dates seront annoncées en temps et en heure… A très bientôt !

Chris : Merci à toi pour cette interview et à toutes les personnes ayant pris le temps de lire cette interview. N’hésitez pas à nous rejoindre sur Myspace et Facebook, ou à écouter l’album dur Deezer. A très bientôt !


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Elric des Dragons, le 29 mai 2010 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Era Nova

Albums chroniqués :
Chronique de Children Of Alcyone
Children Of Alcyone
2010

Era Nova
Era Nova
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Heavy Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de New Obscurantis Order
New Obscurantis Order
2001

Anorexia Nervosa
Anorexia Nervosa
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Exordium
Exordium
2003

Chronique de Decipher
Decipher
2001

Chronique de Prison of Desire
Prison of Desire
2000

After Forever
After Forever
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas


Spectre
Spectre
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Black Metal
Origine : Belgique


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Secret Garden
Secret Garden
2015

Chronique de Best Reached Horizons
Best Reached Horizons
2012

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Angra
Angra
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Power Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nemesis
Nemesis
2013

Chronique de Unbreakable
Unbreakable
2013

Chronique de Elysium
Elysium
2011

Chronique de Polaris
Polaris
2009

Stratovarius
Stratovarius
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Nevermore
Nevermore
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Annihilator
Annihilator
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Testament
Testament
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Faith No More
Faith No More
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Renegades
Renegades
2000

Chronique de Rage Against The Machine
Rage Against The Machine
1992

Rage Against The Machine
Rage Against The Machine
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Fusion
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Kindly Bent to Free Us
Kindly Bent to Free Us
2014

Chronique de Re-Traced
Re-Traced
2010

Cynic
Cynic
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Kiko Loureiro
Kiko Loureiro
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metal Progressif
Origine : Brésil


Albums chroniqués :
Chronique de Objectif : Thunes
Objectif : Thunes
2008

Chronique de Objectif : Thunes
Objectif : Thunes
2008

Ultra Vomit
Ultra Vomit
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Grindcore
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts: