Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Christophe Muller

Interview de Christophe Muller


Christophe Muller est l'auteur d'un fabuleux ouvrage sur un groupe à la fois mythique, étrange, et mystérieux : Tool !
Son livre, Tool - Reflets et Métamorphoses, a récemment été chroniqué dans les pages de Metalship. Mais pour nos lecteurs qui voudraient en savoir plus sur cet ouvrage, l'auteur lui-même a bien voulu nous accorder un peu de temps.


Metalship : Bonjour, Christophe. Tu es l’auteur du fameux livre sur Tool intitulé Tool - Reflets et Métamorphoses. Peux-tu nous en dire plus à ton sujet ; que fais-tu dans la vie, quelles sont tes passions, tes activités annexes, etc. ?

Je suis un informaticien de 35 ans qui, comme beaucoup de personnes, comble ses frustrations à travers ses passions ; en ce qui me concerne, elles sont nombreuses pour la musique, le cinéma (notamment asiatique), et les expressions artistiques en général. Je suis également branché photo, en particulier de concert, souvent pour le site Never Scene (il y a aussi ma page Flickr : www.flickr.com/photos/salival). Mais la plus grande partie de mon temps est depuis quelques mois consacrée à la découverte des joies de la paternité, depuis la naissance de mon fils.


Metalship : Venons-en à cet ouvrage. Un groupe énigmatique, une carrière remarquable, des personnalités hors du commun, bref, on peut dire que Tool n’est pas une entité facile. Peux-tu nous raconter comment a germé l’idée de retracer la vie du groupe, et surtout comment tu t’y es pris, le temps que ça t’a pris, etc. ?

Cela faisait déjà plusieurs années que je leur consacrais un site Internet (dont l’adresse actuelle est www.salival.fr), puis s’y sont ajoutés une liste de diffusion et un forum ; quand j’ai appris que l’éditeur Camion Blanc ne voyait pas d’inconvénient à sortir une biographie sur Tool, je me suis dit que je devais absolument me lancer, car je n’aurais sans doute pas d’autre occasion qui se présenterait pour un tel projet. C’était aussi en quelque sorte la suite logique à tout ce que j’avais fait jusque-là en rapport de près ou de loin avec ce groupe.
Suite à cela, j’ai donc passé un an à écrire dès que j’avais le moindre temps libre en dehors de mon boulot - à la grande joie de ma femme, qui m’a néanmoins soutenu et a admirablement fait preuve de patience -, en même temps que j’ai fait des recherches, que je me suis documenté, et que j’ai écouté un nombre incalculable de fois certaines chansons.
J’ai ensuite laissé reposer le résultat pendant un an, par la force des choses en fait puisque l’éditeur n’avait pas le temps de s’en occuper tout de suite, ce qui au final n’a pas été si mal puisque j’ai ensuite repris le tout pendant quelques semaines, avec une prise de recul bénéfique.


Metalship : Dans ce livre, on comprend très bien que ton but n’est pas de démystifier le groupe, puisqu’après lecture, le groupe conserve son aura et garde une pointe de mystère. Lever le voile sans en dire trop relève du domaine du challenge. Qu’en penses-tu ?

Je n’avais en fait pas trop le choix, car je ne pouvais que donner mes avis et retranscrire ce qui me paraissait le plus probable sur des faits que je n’ai pas vécus et des idées qui ne m’appartiennent pas. Ce qui, cela va de soi, est loin d’être évident à partir de données indirectes, à l’exception des interviews et encore, quand on connait les blagues qu’ont toujours aimé faire les membres de Tool (bien qu’ils aient cette image des plus sérieuses qui leur colle à la peau). Je voulais avant tout éviter de colporter, voire tenter de corriger certaines des rumeurs et des nombreux délires qui trainent sur Internet au sujet du groupe et de son œuvre.


Metalship : Déchiffrer les paroles de Tool demande une certaine approche, et surtout un grand nombre de références culturelles, qu’elles soient ésotériques, philosophiques, historiques, etc. J’imagine que là aussi la tâche n’a pas du être aisée…

C’est même ce qui a été le plus difficile. Pour les faits relatifs à la biographie, cela m’a demandé pas mal de recherches mais j’avais peu de risques de faire de grosses erreurs, même si j’ai mis un point d’honneur à être le plus exact et précis possible en procédant à de multiples recoupements et vérifications. En ce qui concerne les textes et leurs interprétations, c’était une toute autre histoire car il s’agissait d’analyses, qui plus est sur de nombreux sujets que je ne connaissais que vaguement pour certains, mais que surtout j’étais loin de maîtriser dans l’ensemble. Cela m’a ainsi permis au final d’apprendre énormément de choses, puisque je n’avais jamais vraiment pris le temps auparavant de développer mes connaissances là-dessus.


Metalship : Je me demandais si tu avais été toi-même en contact avec le groupe, ou même si tu avais rencontré un de ses membres pour t’aiguiller dans la rédaction de ce livre.

Non, je n’ai pas eu cette chance, qui aurait même été un grand privilège pour moi ; c’est marrant, c’est une question qui revient à chaque fois que je parle de ce livre avec quelqu’un. J’ai donc dû en réalité me débrouiller tout seul, mais en même temps je n’ai pas eu à subir de vérification ou d’autorisation de la part du groupe ou de son entourage. Je ne pense pas que j’aurais été à l’aise de toute façon ; il ne s’agit pas d’une série d’entretiens, même si cela serait des plus intéressants si les membres du groupe acceptaient de se prêter au jeu, mais d’un ouvrage qui tente de retracer au mieux la somme de leurs parcours et des thématiques qu’ils ont abordées.


Metalship : Inévitablement, cet ouvrage sort sous la bannière de Camion Blanc, une maison d’édition que chaque métalleux doit bien connaître, au même titre que sa sœur Camion Noir. Es-tu satisfait de leur travail ?

J’avais un peu l’impression au départ de faire face à un léger scepticisme. Tool n’est pas spécialement leur tasse de thé, et ils se demandaient - légitimement - s’il y avait un lectorat potentiel pour ce genre de groupes en France. Je ne pouvais pas leur assurer, mais j’étais assez confiant en ayant constaté à maintes occasions la ferveur de nombreux francophones pour le groupe. Car malgré ce qu’on essaye de nous faire croire, le plus souvent simplement en les passant sous silence, qu’il n’y a pas de place par chez nous pour ce genre d’artistes et de musiques, la réalité est selon moi qu’ils n’ont tout simplement pas/plus besoin des médias traditionnels pour exister. En tout cas, je remercie grandement les personnes de chez Camion Blanc de m’avoir accordé une entière confiance, alors que j’étais novice dans ce domaine.


Metalship : On peut dire que le livre a reçu des critiques plutôt positives. Est-ce que ça t’encourage à renouveler l’expérience avec un autre groupe ?

Non seulement le livre a eu de bonnes critiques, mais il marche même bien à son niveau, ce qui est évidemment une grande satisfaction pour moi et me fait très plaisir. Pour ce qui est par contre d’en écrire un autre, j’aimerais bien mais je ne vois pas parmi les artistes que j’affectionne à qui je pourrais consacrer autant de temps et d’énergie. Peut-être Mike Patton (Faith No More, Mr. Bungle, Tomahawk, Fantômas, entre autres : ndr), mais je me vois mal écrire un bouquin sur lui, car je ne saurais pas par où commencer et quoi dire sur son œuvre si éclatée.


Metalship : D’ailleurs, quels sont tes goûts musicaux, quels sont tes groupes fétiches ?

Ils sont très variés, même si j’ai une préférence pour le post-hardcore - avec les classiques que sont Isis, Cult of Luna et consorts -, le stoner et l’indus, sans compter les inclassables Melvins. Mais presque à égalité avec Tool, je mettrais en avant toute l’œuvre de Mike Patton donc, mais aussi celle de Trent Reznor.


Metalship : Dans la critique que j’ai faite pour Metalship, le seul petit point négatif que je faisais était par rapport au prix du livre. J’imagine que ce n’est pas toi qui fixe les prix, et après lecture, je trouve que le prix est justifié par la qualité, mais j’avoue que si je ne l’avais gracieusement reçu de manière gratuite, je ne me serais pas forcément penché dessus. Je pense que c’est aussi le cas de nombreux autres métalleux. Et pourtant quel dommage, car ce bouquin est une mine d’informations qui saurait combler les fans. En même temps, ça reste le tarif de base des livres de Camion Blanc/Camion Noir… Un avis sur le sujet ?

Je regrette en effet que le livre soit à ce prix, car il doit en effet en rebuter plus d’un, mais il ne s’agit pas d’une grosse maison d’édition, ceci expliquant avant tout cela. Ce n’est d’ailleurs pas le métier des quelques personnes qui se trouvent derrière cette collection, ils ont tous une activité professionnelle en dehors de ça et ne font pas ça pour l’argent. Si j’ai un seul véritable regret, c’est surtout en ce qui concerne la qualité d’impression des photos et des illustrations, car j’aurais aimé qu’elle soit semblable à celle d’autres ouvrages de la collection.


Metalship : Toi qui a suivi, exploré, déchiffré […] Tool, quels sont les anecdotes qui t’ont marqué ?

J’aurais aimé être là quand le groupe a donné un concert face à des adeptes de la scientologie. Ou encore quand des personnalités telles que Bill Hicks ou Timothy Leary sont montés sur scène pour les présenter, quand Buzz Osborne a joué avec eux sur scène ! Sinon j’en avais déjà pas mal conscience d’une certaine façon, mais je ne pensais pas que les albums étaient à ce point homogènes en poussant dans les détails.


Metalship : Pour toi, quels sont les autres ouvrages de référence sur le métal ?

Je suis désolé, mais je n’en connais pas des masses, et à la vérité j’en ai même très peu lu. Je suis plus branché romans américains contemporains par exemple. Mais quoi de plus métal que certains auteurs illustres comme Lovecraft ou Philip K. Dick ?


Metalship : J’ai pu voir que tes goûts musicaux étaient assez divers et variés. Quels sont tes disques de chevet du moment, tous styles confondus ?

L’un des groupes qui m’a le plus marqué dernièrement est Converge, pour lequel j’ai rattrapé mon retard ; le chant me rebutait au début, mais je suis finalement devenu complètement accro. J’écoute aussi très régulièrement des groupes comme Oceansize, Mastodon ou encore Kylesa, et cela ne m’empêche pas d’écouter des albums plus calmes, comme ceux de Jeniferever ou Unkle.


Metalship : Et maintenant, quels sont tes projets pour l’avenir ?

En ce moment, je suis en train de traduire le livre écrit par Joel McIver, Unleashed : The Story of Tool, à nouveau pour Camion Blanc. Je ne le connaissais pas encore avant ça, car il est sorti très peu de temps avant le mien et j’ai préféré attendre pour jeter un œil dessus. Sinon je continue de développer mon site Internet Salival, pour lequel j’essaye de temps en temps de décrocher des interviews avec des personnes qui sont ou ont été dans l’entourage de Tool, à défaut de pouvoir leur poser directement des questions (qui sait, peut-être un jour ?).


Metalship : Certains auteurs se rendent au Hellfest pour dédicacer leurs ouvrages. Seras-tu présent à ce festival tant décrié ?

Oui, j’ai été invité pour présenter mon livre Tool - Reflets et Métamorphoses au public du festival dans le cadre des animations annexes aux concerts, au stand de la Petite Librairie. En ce qui me concerne, j’y serai lors des trois jours de 14h à 15h, et j’espère que cela sera l’occasion de faire quelques rencontres sympas. Sans oublier que cela va me permettre d’assister pour la première fois à ce grand festival de renom (je ne pourrai résister de prendre quelques photos).


Metalship : D’ailleurs, je pense que tu as eu vent des controverses dont ce festival a été victime encore cette année… Un petit mot sur le sujet ?

C’est bien représentatif de l’état d’esprit français… pas très rock n’ roll ! Pour aller à l’encontre de ces élus - oui, ces personnes ont bien été élues - qui crient à l’exorcisme caractérisé, la meilleure chose à faire est encore je pense de s’en amuser voire de s’en foutre. Quoique, car le Furia Sound Festival juste à côté de chez moi a été annulé à cause de pressions politicardes, même si ce n’était pas pour les mêmes raisons.


Metalship : Je pense qu’il est temps de conclure… Evidemment, le dernier mot est à toi, si as quelque chose à ajouter, n’hésite surtout pas.

Que dire à part merci de m’avoir accordé cette interview. J’invite tout de même ceux qui s’intéressent à Tool à venir rejoindre les membres des forums Salival et NinePerfecTool(s) pour discuter ensemble.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Pit, le 27 mai 2010 pour Metalship

(3)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Ahah, ouais, j'ai trouvé les réponses vraiment intéressantes !
ven. 28 mai 10- 14:32  
Interview très intéressante, que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire. J'avoue cependant ma honte de ne jamais m'être sérieusement penché sur Tool, malgré le fait que j'apprécie indéniablement leur musique.
Ta contribution, m'a en tous les cas donné l'envie d'approfondir ma connaissance en la matière, et je t'en remercie.

dim. 30 mai 10- 10:51  
Ouais, c'est indéniablement un groupe qui manque à être connu, y a pas à dire. La musique est vraiment intéressante, et le livre de Christophe Muller permet de mieux en comprendre les mystère tout en conservant une aura importante. Je ne peux que le conseiller à quiconque.
dim. 30 mai 10- 12:58  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Christophe Muller



Groupes en rapport


Mr. Bungle
Mr. Bungle
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis


Tomahawk
Tomahawk
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis


Fantômas
Fantômas
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Vertikal II
Vertikal II
2013

Chronique de Vertikal
Vertikal
2013

Chronique de Fire was born
Fire was born
2009

Chronique de Eternal Kingdom
Eternal Kingdom
2008

Cult of Luna
Cult of Luna
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Hardcore
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Melvins
Melvins
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de All We Love We Leave Behind
All We Love We Leave Behind
2012

Converge
Converge
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Mastodon
Mastodon
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Kylesa
Kylesa
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de As Yggdrasil Trembles
As Yggdrasil Trembles
2010

Unleashed
Unleashed
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Furia
Furia
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Thrash Metal
Origine : France