Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Falling Down

Interview de Falling Down


Voilà déjà plus d'un mois que le second volet de la compilation Falling Down est disponible en France. L'occasion de rencontrer Yann et Thibault, fondateur du projet ainsi que.caedes du webzine Falling Down pour une série de questions aux réponses particuliérement intéressantes.


Metalship : Tout d'abord, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs, vous, votre projet...

Yann : Yes, we can. Je suis un jeune homme d’origine savoyarde, étudiant lyonnais depuis 3 longues et interminables années, en science politique. J’écoute depuis quelques années maintenant des musiques extrêmes, et uniquement, d’ailleurs, des musiques extrêmes… je suis loin d’être quelqu’un d’ouvert d’esprit et d’éclectique. Je n’aspire plus qu’à une seule chose : pouvoir vivre seul dans une montagne isolée, dans un modeste chalet construit de mes mains, avec quelques LPs, quelques livres, une machine à écrire, un appareil à raclette et un potager pour subvenir à mes besoins. Je hais de manière exponentielle le progrès, et particulièrement Internet.

Thibaut : No, I can't.


Metalship : D'où vous est venu l'idée d'une compilation?

Yann : L’idée de faire une compilation remonte à la fin de l’année 2007. Nous écrivions déjà des articles pour des webzines, commencions à faire beaucoup de concerts (donc à croiser des personnes de la scène, régulièrement) et nous voulions nous investir de manière plus… active dans la musique. L’idée de faire une compilation, sur un seul CD, sans forcément des morceaux inédits d’ailleurs même si nous l’espérions déjà secrètement, nous a semblé, sur le coup, être envisageable. Après tout, d’autres l’avaient fait avant nous, pourquoi ne pas nous lancer dans cette aventure ? Pourquoi pas. A ma connaissance, ce genre d’initiative ne devait pas demander beaucoup de compétences. A ma connaissance, également, il n’existe/existait pas de compilation dans cette scène musicale. On s’est néanmoins rendu compte petit à petit que ce projet était bien plus long, complexe et coûteux en énergie/temps, par rapport à ce que nous avions initialement imaginé. Impensable cependant, et évidemment !!, de faire marche arrière : autant faire, dès lors, les choses sans ne plus se fixer aucune limite. Tu connais la tendance, j’imagine…


Metalship : Comment avez-vous réussi à attirer une tête comme Pelican sur votre premier essai ?

Yann : Avec des petites graines aromatisées à la pistache et aux noix d’acajou.

T. : Avec Knut je pense, qui étaient déjà annoncé, facteur déterminant.
Comme les mails US arrivaient principalement la nuit, c'était un peu le suspense quotidien le matin, voir si le Père Noël passait...


Metalship : Vos choix musicaux sont-ils personnels ou puisez-vous dans la critique, vos amis...?

Yann : Et bien nos choix musicaux sont personnels, mais forcément influencés, consciemment ou non, par la critique et les discussions que nous pouvons avoir sur le Hard. Le nombre de visites de la page Myspace du groupe est également un facteur déterminant : ça nous permet de (sa)voir si ça se vendra. On débute en science économique, mais c’est un domaine qui nous passionne et nous émerveille.


Metalship : Pouvez-vous nous expliquer comment se passe la création d'une compil Falling Down ?

Yann : Je ne vais pas me lancer dans une longue explication qui décrirait toutes les étapes qu’il faut franchir avant d’avoir ce bonheur incommensurable d’avoir ENFIN l’objet entre les mains… ce serait très long, sûrement incomplet et relativement fastidieux. Par contre, je tiens à insister sur les différentes possibilités que tu peux rencontrer si tu décides de monter un projet comme celui-ci. Soit :
- le groupe que tu as contacté ne prend pas le temps/la peine de te répondre. (ZU, Electric Wizard, Converge ou Neurosis, par exemple)
- le groupe ne veut pas participer à ton projet, faute d’intérêt officieusement, et faute de temps officiellement. (Isis, Mono ou Envy, par exemple)
- le groupe ne peut pas participer, pour une quelconque raison. (Shora, Minsk, Forgotten Tomb, Coalesce, Earth, par exemple)
- le groupe accepte de participer à ta compilation, mais uniquement avec un morceau d’un de leur album. (Pelican, Callisto ou Rosetta, par exemple)
- le groupe te propose de te donner un morceau « rare » (titre bonus d’un skeud, morceau d’un obscur split inconnu, etc., comme pour Overmars ou GIAA, par exemple)
- le groupe te propose un morceau live de plus ou moins bonne qualité. (I Pilot Daemon ou Taint, par exemple)
- le groupe a un morceau inédit en stock, qu’il t’offre gracieusement. (Gnaw Their Tongues, Kylesa ou Time to Burn, par exemple)
- le groupe fait déjà tourner un morceau depuis quelques temps en répète, et serait prêt à aller en studio spécialement pour l’enregistrer. (Impure WilHELLmina, Cortez, Knut ou Mumakil, par exemple)
- le groupe décide de te composer et de t’enregistrer un morceau spécialement pour ta compilation. (Omega Massif, Jucifer, The Ocean, When Icarus Falls, par exemple)
Sachant que nous avions 40 groupes sur le premier volume, plus de 25 sur le second (26 ?), je te laisse un peu imaginer le nombre de mails qu’il a fallu envoyer pour essayer de se rapprocher au maximum, à chaque fois, des dernières possibilités. Et comme si ça ne suffisait pas, et concernant les « gros » groupes, il a fallu en plus corrompre les labels… chose que nous ne sommes pas arrivés à faire à chaque fois, manifestement/malheureusement. Je pense entre autre à Russian Circles, Cult of Luna ou DEP.

T. : Et puis il y a tout l'aspect logistique et les détails techniques de la chose, les murs qui se dressent devant toi alors que tu n'as rien demandé. Au début tu essayes de les passer en douceur, les escaladant avec plus ou moins de réussite/facilité... Puis tu finis par tirer dedans à coups de mortier, aux risques de dégâts collatéraux certes.


Metalship : D'ailleurs, pourquoi ce titre?

Yann : Ce titre est un clin d’œil au film Falling Down, sorti dans les années 90, avec notamment Mickael (Michael ?) Douglas. Comme tu as pu/du le voir, également, dans les citations que nous avons souhaité mettre dans le livret : nous sommes loin d’être au quotidien des personnes très funky. Ce « Chute Libre » nous a semblé être un nom intéressant pour notre projet. Qui plus est, Art of Falling était déjà pris, alors…

T. : Tout l'intérêt est d'essayer de voler.


Metalship : Qu'est-il arrivé avec The Dillinger Escape Plan pour Down II" class="search">Falling Down II?

Yann : C’est un groupe qui a une très grande intégrité : il ne souhaitait pas être trop exposé médiatiquement, ils ont donc préféré décliner à la dernière seconde notre proposition. Je comprends, et respecte finalement leur choix.

T. : Hélas, le label nous a sèchement barré la route. Tant pis. Si vous voulez de croustillants détails, nous nous sommes expliqué sur le Myspace.


Metalship : Les textes du livret ont-ils un but à part des titres ou sont-ils liés d'une certaine manière?

Yann : Les textes sont liés au concept de « Falling Down », assurément, mais en rien avec les morceaux à proprement parler : ils ne nous appartiennent pas, et nous ne tenons pas à faire remplir des questionnaires psychologiques à « nos » groupes afin de savoir si leurs idées coïncident avec les notre. C’est un autre côté de notre projet, qu’on avait peut-être pas oser mettre autant en avant sur le premier volume, faute de certitudes et/ou de couilles. Car oui, ma Maman lira bien un jour ou l’autre le livret.


Metalship : Arrivez-vous à joindre les deux bouts au niveau financier?

Yann : Je ne sais pas, sincèrement. Je sais que nous n’avons pas perdu d’argent avec le premier volume, sûrement même gagné un peu. Nous ne savons pas non plus combien nous avons vendu d’exemplaires, et ne savons pas non plus combien il nous en reste. Il nous reste quelques cartons encore du premier volume, ce qui nous laisse penser qu’on ne pourra pas indéfiniment proposer les packs FDI/FDII. C’est vraiment un aspect où nous ne sommes pas du tout sérieux, et, surtout, qui ne nous intéresse pas plus que ça. Evidemment, lorsque nous recevons des mails nous confirmant des achats par Paypal, ça nous fait extrêmement plaisir, vraiment, de savoir que des gens supportent notre projet. Et sans eux, il n’y aurait sûrement pas eu de second volume. Après, nous ne sommes juste pas obnubilés par nos ventes et l’aspect business du projet. On a mis d’ailleurs plus de deux ans je crois avant de créer un compte paypal valide et un eshop BigCartel… idée dont nous ne sommes même pas à l’origine, c’est notre manager qui nous l’a soufflé à l’oreille. Merci à lui, les ventes de cette Down II" class="search">Falling Down II semblent bien mieux marcher que le premier volume : les milliers d’euros investis ne seront peut-être pas à jamais perdus.

T. : On essaye au mieux en tout cas.


Metalship : Qui y a t'il derrière la compilation hormis vous?

Yann : Les Dieux du Hard qui entretiennent notre foi dans les musiques sombres et extrêmes.

T. : Il y a pas mal de monde plus ou moins investis, je citerais Julien Fehlmann qui à réaliser le mastering, Sylvain (www.synckop.com) à qui nous devons toute l'œuvre graphique, Pascal d'ArkaDesign qui nous à vraiment bien aider pour le pressage, puis Aurélio (DMA/Fenec), Igor de RAIG, Kim de Catharsis PR, etc. Merci à eux et tout ceux que je n'ai pas énoncé.


Metalship : Ce deuxième volume me semble plus light en terme de gros groupes par rapport au premier (absence de ténor comme Pelican, Rosetta, Dirge, Amenra...), est-ce un choix ou un problème quant aux réponses des groupes?

Yann : J’ai vu/lu que tu avais, en effet, fait allusion à ça dans ta chronique. Je ne suis pas d’accord avec toi, pour différentes raisons. Tout d’abord, il faut savoir qu’on a contacté certains groupes du premier volume avant qu’il ne devienne ce que tu appelles des « ténors ». Si tu prends par exemple des groupes comme Amenra (avant leurS tournéeS US, celle avec Neurosis, Mass IIII, etc.) ou Celeste (l’engouement grandissant suscité après les sorties de Nihiliste(s) et Misanthrope(s), avant qu’ils ne fassent les marioles en Russie), Year of No Light (avant que le monde entier se rende compte du caractère incroyable de Nord, leur live at Roadburn, etc.), MOPA (avant l’épisode Ross Robinson et leur tournée avec Will Haven) ou même Kylesa dans une certaine mesure (ils jouissaient, certes, déjà d’une renommée mais rien en comparaison à l’après « Static Tensions »), ce sont tous des groupes qui ont bénéficié d’une plus grande notoriété pendant et/ou après la phase de production de notre première compilation. Je serais tenté donc de te répondre que, pour ce second volume, et sans aucune prétention, les « futurs » ténors pourraient très bien être dans cette tracklist (Omega Massif qui a suscité un engouement assez fou pour un seul album, Mumakil en terme de grind furieux, Gnaw Their Tongues pour le Mal Absolu, Farflung/White Hills/USX pour le spacerock/psyché embrumé, Ufomammut/Kodiak en terme de Doom orgastique, Taint pour les prêcheurs de groove, etc.). Et c’est d’ailleurs ce dernier point qui me laisse penser que tu fais allusion à des ténors, certes, mais des ténors uniquement en post-hardcore/post-rock. Car si tu t’intéresses aux différents styles que je viens de citer, je peux t’assurer que ce sont, à leur manière, et dans des styles différents, soit déjà des grosses pointures, soit des futurs groupes qui susciteront une certaine notoriété dans un avenir tout proche. Autre point, et sous forme de question, qui aurais-tu vu comme autres ténors ? Selon nous, donc selon nos goûts, nous avons eu la chance d’avoir les leaders de cette scène sur notre premier volume, enfin… tout ceux où il était possible de travailler avec. Nous ne souhaitions pas nous répéter, et nous enfermer sous une étiquette. Ce n’est donc ni un choix ni lier à des problèmes de manière générale, dans le sens où le fait d’avoir déjà produit le premier volume nous a donné une plus grande crédibilité et permis de rentrer en contact avec des plus « gros » groupes. Notre ligne directrice pour ce second volume était, d’une part de faire participer les (nouveaux) groupes que nous chérissons car nos goûts évoluent aussi constamment, et d’une autre part de se rapprocher le plus possible de la barre des 100% d’inédits : on a tout fait pour ne pas s’en éloigner.


Metalship : Qui avez-vous tenté de contacter et quel est votre rêve quant à la participation d'un groupe?

T. : Have A Nice Life, KTL, Nirvana, Joy Division, Sunn O))), The Cure, The Winchester Club, A Place To Bury Strangers, Pink Floyd, Burzum, Chopin, Pan Sonic, Murder City Devils, The Jesus & Mary Chain, Los Natas, Ahkmed, Wildildlife, Logh, Buried inside, This Will Destroy You, Shora, Mono, World's End Girlfriend, Om, My Bloody Valentine, Electric Wizard, Earth, EF, Wildildlife, Sonic Youth, Lvmen, Converge, Jefferson Airplane, Forgotten Tomb, Crystal Antlers, Cult Of Luna, The Breeders, Mudhoney, Hendrix, Battle of Mice, Beethoven, Monarch, Silencer, Neurosis, Green River, Baroness, Fuck Buttons, Gang of Four, Iggy Pop, The Doors, The Beatles, Ancestors, Wipers, Mr. Epp & The Calculations...


Metalship : Pour vous, quel groupe mérite vraiment d'être suivi sur cette nouvelle compilation ?

Yann : Tu sais, nous avons mis plus de 14 mois pour mettre en place ce second volume : je peux t’assurer qu’on a longuement médité avec quels groupes nous souhaitions travailler, et qu’il n’y a rien eu d’anodin dans nos choix, vraiment. C’est là peut-être un progrès vis-à-vis de la première. Je te dirais, donc, et a priori, tous. Tu m’aurais dis quel groupe, toi ? Difficile comme question.

T. : Presque tous.


Metalship : On sent plus d'hétérogénéité sur cet opus, voulu ou pas voulu ?

Yann : Je dirais à la fois voulu, et naturel. Mais oui, clairement, tu as raison : ce second volume est bien plus hétérogène. On espère que ça ne nous causera pas trop de préjudices, que les gens auront soit les mêmes goûts que nous, soit une envie incoercible de faire des découvertes passionnantes.

T. : Nous sommes pour la diversité des bonnes choses.


Metalship : Comment sélectionnez-vous les groupes, avez-vous des demandes?

Yann : En fonction du montant de leur chèque, principalement.

T. : Pour la première compilation nous avons pris quelques demandes.
Pour ce deuxième volume, nous voulions vraiment choisir l'intégralité des groupes selon nos envies (et les possibilités bien sur), et nous avons du rejeter beaucoup, beaucoup de demandes, ce qui n'est jamais évident.


Metalship : Vous avez un webzine en ligne, comment cela se passe t'il pour gérer les deux?

.caedes : Nous ne sommes déjà pas du genre à reposter les mêmes news parues sur Metalorgie ou VS-Webzine, car nous n’en voyons tout simplement pas l’intérêt, si ce n’est gonfler ses stats en actualisant quotidiennement et inutilement son webzine, en espérant secrètement devenir une nouvelle plaque tournante de la scène musicale extrême. Et, ironie du sort, lorsque nous avons des news « exclusives », ce qui peut arriver assez régulièrement, nous ne pensons pas à les mettre en exergue, étonnamment ou non. Tout ça, déjà, nous évite de nous occuper du zine tous les jours et donc, d’être très/trop? dépendants à ce niveau-là (les dépendances sont ailleurs, en réalité). J’aimerai beaucoup écrire pour un journal et/ou un magazine.

T. : Merde putain, j'ai pas fini ma chronique de Wildildlife, j'ai pas traduis l'interview d'Ocoai, j'ai pas çi, j'ai pas ça... Hmmm. Tant pis, c'est lent, c'est comme ça...


Metalship : Ainsi, que pensez-vous de French Metal et de leur compil?

Yann : Bonne question, et je suis content que tu me/nous la poses. Je tiens à préciser, déjà, que je respecte le travail de Pete via French Metal. Il a le mérite de s’investir activement dans la scène, depuis plusieurs années qui plus est, donc à ce niveau là : chapeau bas. Nous étions en contact avec lui, au début de notre périlleuse aventure, et il avait eu l’amabilité de nous aider, notamment via des conseils ou des infos précieuses lorsque tu te lances dans ce genre de projet, sans aucune connaissance. Nous l’avions remercié, et je tiens à le faire, à nouveau. Après, et ça n’engage que moi, je t’avoue ne pas comprendre l’intérêt de ces/ses compilations, si ce n’est promouvoir indirectement son webzine. J’estime qu’actuellement, à l’ère des myspace, blogspots et autre peer-to-peer, faire des compilations sans aucun morceau inédit n’a PLUS aucun intérêt. Qui plus est, le choix de la track-list n’est même pas un choix intentionnel de sa/leur part puisque la compilation est ouverte à tout le monde : ils choisissent dans les propositions qui leur sont faites, mais ce n’est pas une démarche intentionnelle de sa/leur part de mettre en avant certains artistes, en particulier. Curieux. Nan, vraiment, je ne comprends pas… surtout au bout de la dixième. Qu’à la rigueur, lorsque tu débutes, tu n’arrives pas à te procurer des morceaux inédits, je peux le comprendre et je pense être bien placé pour parler de ça. Mais quand tu jouis de son/leur expérience, et de la renommée qu’ils se sont faits, je n’arrive pas à comprendre pourquoi il persiste dans cette optique là. Dommage, me semble-t-il. D’ailleurs, s’il passe par ici, qu’il m’explique : ça peut m’intéresser.

T. : J'en pense rien, j'ai jamais été attiré par les compilations, curieusement ou pas.


Metalship : Consultez-vous d'autres webzines et qu'en pensez-vous?

.caedes : Les webzines me font de plus en plus chier. Certaines personnes devraient intérioriser deux choses, selon moi, à savoir :
- il faut désormais plus de temps pour lire une chronique que pour se procurer l’album en question.
- la confiance entre d’une part le lecteur/auditeur lambda, et d’une autre part le rédacteur/journaliste « compétent » n’existe plus, ça s’est perdu en cours de route.

Donc, il me semble que, encore plus qu’hier, les rédacteurs de ces webzines devraient vraiment soigner la forme (ça reste une activité littéraire, certes musicale, mais littéraire tout de même : or, maintenant, si la personne arrive à reformuler correctement la biographie promotionnel du groupe, ça semble DEJA être un exploit) et le fond (écouter le reste de la discographie du groupe, les activités annexes des membres, la ligne directrice du label, lire des interviews pour tenter de cerner le côté « humain » des musiciens, etc., me semblent être des pistes à creuser), ce qui induit INDUBITABLEMENT une moindre quantité, au profit d’une plus grande qualité qui permettrait, ainsi et me semble-t-il, de restaurer une confiance, mutuelle. Le fait que tout le monde puisse s’exprimer via ces systèmes de commentaires m’agacent aussi énormément : ceux qui surfent sur la Toile en voient quotidiennement les limites. C’est vexant, parfois, de se rendre compte que ces abrutis écoutent les mêmes groupes que toi, ceux que tu chéris tout particulièrement. D’ailleurs, sur cette fascination pour le Chiffre, j’ai eu la chance récemment de me rendre à une radio afin de faire une interview en direct pour promouvoir cette compilation : j’ai vraiment trouvé cette univers… noble. Dans le sens où les mecs qui travaillent dans le milieu radiophonique sont des putains de passionnés qui ne sont pas, QUANT A EUX, obnubilés par toute une série de statistiques et de chiffres, de nombre de visiteurs et autres courbes auxquelles je ne comprends rien. Qu’il soit écouté par 10 ou 5000 personnes, l’animateur radio préparera et fera avec la même passion son émission. Enfin… ma vie virtuelle arrive à sa fin : un magazine comme Noise devrait donc me suffire.


Metalship : Un festival ce serait pas mal non? Comme le Metalorgie Fest par exemple.

T. : Je dirais plutôt comme le Reading Festival tant qu'à faire...
A priori, c'est beaucoup plus compliqué qu'on pourrait le penser.


Metalship : La scène musicale actuelle vous parle en dehors de ces groupes?

Yann : Oui oui, assurément. Il y a tellement de choses à écouter, à découvrir : c’est juste incroyablement fou… presque flippant au final, dans le sens où j’ai cette peur constante de passer à côté de pépites musicales perdues dans cette masse indigeste. L’un de mes soucis, c’est le temps que je peux passer sur un album que j’affectionne : je ne suis pas du genre à écouter un album « seulement » une dizaine de fois, mais bien plus durant de longs mois. Alors il arrive parfois que je découvre des groupes, ou des albums en particulier, longtemps après leur sortie. Récemment, j’ai beaucoup écouté Naam, Earthless, Kickback, The XX, Farflung, Ahkmed, Burzum (je n’avais jamais attendu aussi longtemps un album !), Karma to Burn, Cobalt, Misery Index et Genghis Tron. Donc, comme tu peux le voir, pas forcément des groupes présents sur nos compilations.

T. : Il y a suffisamment de groupes selon qu'on veuille évoluer dans une phase de violence extrême ou de douceur partiel, de mélancolie ou de destruction, etc.


Metalship : Question plus personnelle, vous n'êtes évidemment pas obligé d'y répondre: Vous semblez attirer par les essais ou la philosophie, que ressentez-vous face à notre époque, la place de la musique, avez-vous des convictions, des croyances?

Yann : Il ne croit plus en rien, c’est un nihiliste. Et oui, c’est extrêmement fatigant.

T. : D'ailleurs personnellement je suis réellement épuisé. Je laisse l'abrutissement écrouler ce qu'il a à écrouler. Il n'y a rien à croire, rien à quoi accorder de l'importance ; sur une vision suffisamment poussée des choses, l'importance de toutes entités ce rapproche du néant.
Un spectacle où l'on n'a point payé sa place d'entrée...


Metalship : La question à la con, la question Ardicon: est-ce que sucer c'est tromper?

Yann : Question délicate, mais qu’il faut bien se poser. Déjà, je dirais que ça dépend si c’est ma queue qui est dans la bouche de la fille (ou du mec) en question, ou l’inverse. Après, et en ce qui me concerne, je pars du principe que jusqu’à 16 ans, les hormones de ces collégiennes excusent tout… et qu’ils seraient donc dommage de ne pas en profiter, finalement.

T. : Dans mon cas, ce serait se tromper surtout.


Metalship : Un mot pour convaincre les lecteurs de Metalship de l'achat de votre pièce?

Yann : Tout l’argent amassé grâce aux ventes de nos compilations est/sera gracieusement reversé à l’OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies) afin de lutter contre ce terrible cancer/fléau qui ronge notre pays : jouez pas aux cons, vous pourriez sauver des vies.

T. : Si vous avez encore de l'argent, je pense qu'il vaut mieux s'acheter un bon disque que se donner bonne conscience en envoyant de l'argent pour l'Afrique ou le Sida, de toute façon, on y passera tous.


Metalship : Des attentes en terme de sortie musicale?

Yann : Thibaut attend impatiemment le prochain Nirvana et The XX, je crois. En ce qui me concerne, la liste serait vraiment très longue, excessivement longue même. Mais disons en vrac, au risque d’en oublier, les prochains skeuds de Amenra, Year of No Light, Rosetta, Electric Wizard, Karma to Burn, Farflung (ces fous viennent de nous mailer pour nous annoncer qu’ils débutaient la composition !), ZU, Shora, Knut, USX, Ufomammut que je n’ai pas pu encore écouter, etc.

Merci pour tes questions de qualité, merci pour le temps que tu nous as accordé, merci pour ta chronique intéressante, merci pour ton intérêt général… merci pour tout, donc, et très sincèrement. Au plaisir de se croiser à un concert pour bavarder un peu autour de quelques mousses ! Cheers

T. : J'attends ce qui me surprendra. Merci à toi pour l'intérêt.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Prométhée, le 18 avril 2010 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Voir les 3 commentaires précédents
Je suis d'accord avec toi Fen'. Malheureusement je n'ai pu les avoir que par mail mais d'un certain côté heureusement car sinon l'interview aurait été plus longue. Merci beaucoup en tout cas, mon but est de poser les questions qu'il fautj, content qu'elles te plaisent ;)
mer. 21 avril 10- 15:52  
Excellent Prom vraiment ! Surtout bravo à eux pour leur franchise et leur discours, je me sens moins seule. Ca fait plaisir de lire une interview avec des personnes qui réalise quelque chose de sérieux sans se la raconter. Chapeau messieurs.
mer. 21 avril 10- 18:52  
Merci nadine. Oui ils sont vraiment très intègres et ils continuent malgré la perte d'argent du premier volet. J'espère que celui-ci leur portera chance ils attirent déjà de gros groupes!
jeu. 22 avril 10- 12:43  


Falling Down

Albums chroniqués :
Chronique de Falling Down IIV
Falling Down IIV
2012

Chronique de Falling Down II
Falling Down II
2010

Falling Down
Falling Down
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Autre
Origine : France




Groupes en rapport


Pelican
Pelican
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Dopethrone
Dopethrone
2000

Electric Wizard
Electric Wizard
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de All We Love We Leave Behind
All We Love We Leave Behind
2012

Converge
Converge
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Neurosis
Neurosis
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Forgotten Tomb
Forgotten Tomb
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Black Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Noir
Noir
2006

Callisto
Callisto
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Sludge Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Rosetta
Rosetta
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Kylesa
Kylesa
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Behold The Failure
Behold The Failure
2009

Chronique de Customized Warfare
Customized Warfare
2006

Mumakil
Mumakil
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Grindcore
Origine : Suisse

Rapports de concerts:

The Ocean
The Ocean
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Sludge Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Russian Circles
Russian Circles
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Ambiant/Atmo
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Vertikal II
Vertikal II
2013

Chronique de Vertikal
Vertikal
2013

Chronique de Fire was born
Fire was born
2009

Chronique de Eternal Kingdom
Eternal Kingdom
2008

Cult of Luna
Cult of Luna
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Hardcore
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Plagiarism
Plagiarism
2006

The Dillinger Escape Plan
The Dillinger Escape Plan
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Dirge
Dirge
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Doom Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Mass V
Mass V
2012

Chronique de Mass IIII
Mass IIII
2008

Chronique de Mass IIII
Mass IIII
2008

Chronique de Mass III
Mass III
2005

Amenra
Amenra
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Hardcore
Origine : Belgique

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Morte(s) Nee(s)
Morte(s) Nee(s)
2010

Chronique de Nihiliste(s)
Nihiliste(s)
2008

Celeste
Celeste
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Black Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Year Of No Light
Year Of No Light
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Will Haven
Will Haven
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de In Utero
In Utero
1992

Chronique de Nevermind
Nevermind
1991

Nirvana
Nirvana
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Grunge
Origine : États-Unis


Sunn O)))
Sunn O)))
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Buried inside
Buried inside
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Sludge Metal
Origine : Canada


Silencer
Silencer
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Baroness
Baroness
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

French Metal
French Metal
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Metal
Origine : France