Retour à l'accueil
Dossiers :: God Bless Ozzy Osbourne

Dossiers


God Bless Ozzy Osbourne


Ce n’est pas l’histoire d’un type qui est parti de rien, mais c’est l’histoire d’un type qui est parti de moins que rien. God Bless Ozzy Osbourne est un des nombreux documentaires sur la légende vivante qu’est devenu le premier chanteur de Black Sabbath, groupe pionnier dans ce genre que nous aimons tous : le Heavy Metal.
God Bless Ozzy Osbourne nous emmène dans une biographie d’un mec qui n’a pas vraiment su gérer son succès et qui n’a pas hésité à profiter de sa vie de Rock Star de toutes les manières possibles. Porté en partie par son fils Jack, ce documentaire rend hommage à une icône incontestable qui a connu la gloire comme la déchéance la plus totale.



Ce n’est pas l’histoire d’un type qui est parti de rien, mais c’est l’histoire d’un type qui est parti de moins que rien. God Bless Ozzy Osbourne est un des nombreux documentaires sur la légende vivante qu’est devenu le premier chanteur de Black Sabbath, groupe pionnier dans ce genre que nous aimons tous : le Heavy Metal.
God Bless Ozzy Osbourne nous emmène dans une biographie d’un mec qui n’a pas vraiment su gérer son succès et qui n’a pas hésité à profiter de sa vie de Rock Star de toutes les manières possibles. Porté en partie par son fils Jack, ce documentaire rend hommage à une icône incontestable qui a connu la gloire comme la déchéance la plus totale.

John Michael Osbourne est né le décembre 1948 en banlieue ouvrière de Birmingham en Angleterre. C’est quand il a entendu les Beatles à la radio qu’il a su qu’il voulait devenir une Rock Star. De nature renfermée et manquant cruellement de confiance en lui, le personnage arrive malgré tout à rencontrer les membres du futur Black Sabbath avec qui il sympathise puis est choisi pour chanter dans le groupe, grâce à un ampli que son père lui avait acheté. Les autres membres de Black Sabbath étaient aussi très pauvres et cet ampli était une sorte de passerelle vers la concrétisation d’un projet musical hors du commun. En 1970, le premier album de Black Sabbath a connu un succès totalement inespéré ! Ces jeunes qui n’avaient rien ont soudainement eu accès à tout : l’argent, les voitures, les femmes. Et avec cet argent, est venue la drogue. A peine un an après, Paranoid voit le jour. Le succès est encore plus démentiel que tout ce que ces jeunes auraient pu imaginer. La gloire, le succès… Tout ça, ils n’étaient pas vraiment prêts à gérer, mais surtout Ozzy. Lui qui a toujours été renfermé sur lui-même protégeait sa carapace en essayant d’être drôle, d’être le plus extrême possible. Plus que les autres membres, Ozzy passait ses journées défoncé ou complètement saoul du matin au soir. L’argent était là, et on ne savait pas pour combien de temps, alors autant en profiter se disaient-ils.
C’est avec de nombreuses photos inédites que le documentaire est enrichi. Mais on trouve aussi de nombreuses interviews, d’Ozzy bien sûr, mais aussi de ses enfants, de sa femme, des membres de Black Sabbath, des membres d’autres groupes qu’il a été amené à côtoyer (Mötley Crüe, Black Flag, Metallica, etc.) Et c’est sans langue de bois que ces personnages répondent aux questions qui leur sont posées. On retrouve des passages particulièrement émouvants, notamment avec les deux premiers enfants d’Ozzy (qu’il a eu avec sa première femme, Louis et Jessica). Ozzy n’était pas un bon père, il n’était que rarement là, et quand il était présent, il était bourré. On sent des enfants à la fois frustrés et fiers de ce qu’est devenu leur père malgré tout. Du côté de ses autres enfants, ceux qu’il a eu avec Sharon, Jack et Aimee et Kelly, on ressent cette même frustration du père absent.

Il faut dire, Ozzy a enchainé les dévastations. Il a rencontré toutes sortes d’obstacles qu’il n’était pas prêt à affronter. Déjà, le succès et la gloire, ce trop plein d’argent tombé du ciel alors qu’il n’en avait jamais eu et qu’il n’avait jamais eu l’occasion de savoir comment le gérer. Mais il y a eu ces terribles blessures au cours de sa jeunesse : le décès de son père qui l’a particulièrement affecté, lui et les autres membres de Black Sabbath, le divorce d’avec sa première femme qui l’a conduit à une sorte de rupture avec ses enfants. Et puis… son éviction de Black Sabbath a totalement ruiné sa vie. Il a dû vivre pendant près d’un an avec tous ces évènements insoutenables avant de reprendre du poil de la bête. Avec l’aide de sa nouvelle compagne Sharon, il s’est enfin décidé à poursuivre la route vers la gloire en solo. C’est là que la rencontre avec Randy Rhoads a totalement changé sa vie. Ce type était comme une sorte d’âme sœur d’Ozzy. En très peu de temps, ils sont devenus inséparables, et le succès de Blizzard Of Ozz a rapidement confirmé les espoirs d’Ozzy ! La Rock Star était de retour, avec ou sans Black Sabbath ! Un tournant qui a totalement changé la manière de chanter d’Ozzy, une musique qui donnait une nouvelle dynamique à la légende.
Alors que tout allait pour le mieux, Randy Rhoads, âgé de 25 ans, et la couturière du groupe sont morts dans un accident d’avion. Ce nouvel évènement a à nouveau anéanti la Rock Star avec une blessure qui ne se refermera jamais. Encore aujourd’hui, 30 ans après, la légende pense à son acolyte et parle de lui, des sanglots dans la voix, les larmes prêtes à couler. On sent que jamais rien ne pourra remplacer cette unique complicité.
Enfin, après des années de débauche et de décadence dans leurs formes les plus extrêmes, Ozzy a réussi à remonter le cap et il est désormais sobre depuis quelques années. Une grande fierté pour sa fille Kelly notamment. Mais si Ozzy y est parvenu, c’est en grande partie grâce à son fils Jack qui a su lui aussi devenir sobre. Si son fils y arrivait, il n’a pas de raisons que lui n’y arrive pas. Après des dizaines de cures de désintoxications qui ont plus ou moins bien fonctionné sur le court terme, c’est dans sa famille qu’il a trouvé la force. Après cette série débile qui le montrait comme une épave et qui faisait rire les gens, Ozzy avait vraiment touché le fond, notamment quand il a appris que sa femme avait un cancer.
Désormais sobre, Ozzy, à bien plus de 60 ans, connait toujours le succès, sans drogue, sans alcool, et il se donne à fond pour combler ses fans. Exercices physiques tous les jours, sur son vélo d’appartement, corde à sauter, etc. Il peut désormais marcher fièrement, la tête haute après avoir surmonté tout ce qu’il a eu à surmonter. Ozzy a à nouveau confiance en lui, en ce qu’il est devenu et en ce qu’il deviendra.

Au final, God Bless Ozzy Osbourne est un documentaire assez surprenant, très documenté, assez riche et déstabilisant parfois. On ressent même de la gêne face à cet homme qui a oublié beaucoup de choses, face à cet homme qui en a accompli tout autant. Mais ce qui compte, c’est ce qu’il est devenu aujourd’hui, et c’est pour cette raison que son fils Jack a voulu lui rendre hommage avec ce reportage qui comblera ses fans. 135 minutes pour raconter une vie aussi remplie, c’est peu. Ainsi, on pas mal de moments ne sont pas abordés : les divers musiciens d’Ozzy, l’épisode des croix de Black Sabbath et cette prétendue attirance pour le Diable, les compositions et enregistrements d’albums, le Ozz Fest, etc. Mais les documentaires au sujet d’Ozzy ne manquant pas, on pourra trouver tous ces manques dans d’autres films. Quoi qu’il en soit, God Bless Ozzy Osbourne est un film à la fois émouvant et intéressant qui ravira les fans de ce grand bonhomme sans qui nous n’écouterions sans doute pas de Metal aujourd’hui. Un bel hommage.



Signaler une erreur Signaler un article incomplet Modifier l'article
par Pit, le 18 décembre 2011
(0)



Dossier précédent

Tout

Dossier suivant


Commentaires


Intéressant. Faudra que je le voie ! Bien joli dossier !
lun. 19 déc. 11- 13:09  
Sans doute pas vraiment objectif, ce documentaire, mais le personnage est si complexe que cette nouvelle approche viendra compléter les autres, comme tu le suggères.
lun. 19 déc. 11- 13:23  
Justement si, je le trouve au contraire très objectif. Que ça soit sa femme ou ses enfants, il n'hésitent pas à insister sur les points négatifs de la vie d'Ozzy, voire même à démonter son comportement passé. Et c'est même là que ça en est touchant.
lun. 19 déc. 11- 20:53  


Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Black Rain
Black Rain
2007

Chronique de Down To Earth
Down To Earth
2001

Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Black Flag
Black Flag
Voir la page du groupe
Création : 1977
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande

Concerts:
Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Blind Guardian
Blind Guardian
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne


Edguy
Edguy
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Built To Last
Built To Last
2016

Chronique de (r)Evolution
(r)Evolution
2014

Chronique de Infected
Infected
2011

Chronique de Renegade
Renegade
2000

Hammerfall
Hammerfall
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Heavy Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: