Retour à l'accueil
Dossiers :: Comment se la péter en indus sans connaître (ou presque)

Dossiers


Comment se la péter en indus sans connaître (ou presque)


Chaque métalleux, ou presque, a un jour headbangué sur du Rammstein ou du Nine Inch Nails, sans pour autant aller plus loin dans le monde de la musique industrielle. Et c'est bien dommage, car elle a beaucoup à offrir au mélomane qui souhaite sortir des sentiers battus. Sans pour autant être exhaustif (ce qui serait d'ailleurs difficile), voilà quelques notions pour découvrir le metal indus et sa grande soeur, la musique industrielle. En prime, de la culture gé pour se la péter dans les salons . Elle est pas belle, la boîte à rythme ?


Voilà, au cours d'une soirée chez votre pote Jojo, d'un boeuf/concert/rave dans une cave ou d'un dîner de l'ambassadeur (la troisième hypothèse étant néanmoins la plus douteuse), vous vous retrouvez en face d'une superbe fille chaussée de rangers, du khôl sur les yeux et un masque à gaz autour du cou. Afin d'avoir une chance de discuter avec (et donc de séduire) cette sublime créature, ou tout simplement parce que vous voulez en savoir plus sur le metal industriel et la musique en général, vous lisez ce merveilleux dossier, écrit par votre chroniqueur préféré sur votre webzine préféré !

Mais tout d'abord, un peu d'histoire


Pour avoir l'air de s'y toucher, citer les glorieux ancêtres

Le nom même de musique industrielle vient d'un des groupes fondateurs, Throbbing Gristle. En 1977, année punk s'il en est, le groupe (composé des performers de COUM Transmissions) fonde le label Industrial Records. L'heure est à la contestation du rock établi. Mais, au lieu de donner dans une version rageuse et saturée du rock'n roll des années 50, comme le font Ramones et autre Clash, Throbbing Gristle joue de la "musique industrielle pour des gens industriels". Pas de guitare, des samples, des infrabasses, de la pornographie et des uniformes nazies: voilà dans quoi donne le combo anglais.
Cette attirance pour le macabre et le choquant, on le trouve aussi chez le groupe australien SPK. SPK: Sozialistisches PatientenKollektiv, un groupuscule gauchiste de patients psy, dans l'Allemagne fédérale des années 1970. D'aileurs, Revell et Neil Hill, les fondateurs de SPK, se rencontrèrent dans un hôpital psychatrique. SPK, c'est encore plus extrême que Throbbing Gristle, c'est dire ! Larsens, voix inaudibles, sons électroniques.


Le décor est posé. Alors y en a plein d'autres, mais SPK et Throbbing Gristle incarnent très bien "l'esprit indus". L'indus c'est sale, dérangeant, pas si musical que ça (certains membres de la scène indus considèrent que faire de la musique, c'est plus faire de la politique que de l'art) et avant-gardiste. Et si c'est définitivement de la musique populaire (par opposition à la musique savante), la musique industrielle est hermétique et d'abord là pour faire ressentir quelque chose à l'auditeur plutôt que pour groover. Et c'est le point du dossier où, finalement, on se rend compte que la hard tek est plus proche de la musique industrielle que le metal indus. Sans parler de sous genres nombeux (neo folk, EBM, dark ambiant...), il y a de quoi s'y perdre Eh oui, c'est dur, là on se sent ringard face à la nana au masque à gaz, mais patience, la suite va vous venir en aide.


Pour pas trop être perdu, se raccrocher aux guitares

La musique industrielle a quand même rencontré le rock, dans un fracas violent et heureux. Enfin, heureux, à cause de sa progéniture. On peut considérer que c'est Laibach, groupe indus slovène, ultra kitsch, botté et moustachu. Leurs reprises de Life Is Life (culte, avec la chute d'eau à l'envers) et de Sympathy For The Devil, version propagande totalitaire, ont sacrées une union pas facile. Car finalement, quoi de commun entre des riffs identifiés et faciles à retenir (typique du rock) et le bruitisme de la musique industrielle ? Une volonté de remettre en cause la societé conservatrice et bourgeoise. Et Laibach, en tapant largement dans l'imagerie nazie ou staliniste, y parvient parfaitement. La confusion est telle qu'encore maintenant, bandant sur les beaux uniformes et les paroles en allemand du groupe, de nombreux traditionalistes ou nationalistes sévissant sur le web voue un culte à la formation slovène. Quand on sait la came qu'ils ont consommés, leur volonté de choquer ou leur anticonformisme proche de l'anarchisme, cela fait sourire.

Ah, et la jolie fille sourit aussi. Cela tombe bien, on va enchaîner sur un terrain encore plus solide pour le metalhead. Car un autre groupe plus metal encore affirme la filiation. Il s'agit de Godflesh. Fondé en 1988 par Justin Broadrick, ex Napalm Death, Godflesh, c'est un son crade, une ambiance glauque et un beat de boîte à rythme très apocalyptique. Guitares distordues qui font des émules: Ministry, Killing Joke qui apportera sa petite pierre à l'édifice metal indus (juste retour des choses, Broadrick étant dans un groupe qui s'appelait Fall Of Because, titre d'une chanson de Killing Joke).
Enfin, c'est aussi à ce moment là que KMFDM, groupe indus allemand, se tourne vers la formule grosse gratte+beat électro. Mais la veine allemande, on va en parler tout de suite.


Pour se la péter à mort, différencier les uns des autres (ou essayer)

  Les crados anglosaxons

Précurseurs, affreux, sales et méchants. Pas du metal indus de tapette, comme dirait Jojo (encore lui). Les guitares sont crades et mangent du pâté. Les beats et les samples sont là, mais pas omniprésents. Ils servent la puissance de l'ensemble. Des noms ? Allez, quelques uns: Ministry et Godflesh, cités précédemment, mais aussi Prong. Dans le genre déglingué, Antichrist Superstar de Manson est un incontournable, si si. On me dit aussi dans l'oreillette qu'un genre de thrash indus canadien, commis par Voivod et Strapping Young Lad, mériterait le détour...

  Les costauds teutons

Ou, Rammstein, bien entendu. Enfin, Oomph aussi, quand même. C'est pareil mais en mieux, bien qu'aujourd'hui on puisse regretter le manque d'inspiration des deux formations d'outre Rhin. Le son allemand ? Grosses guitares, rythmique martiale, muscles, et voilà. Ce genre de son a eu aussi sa petite influence sur d'autres groupes plus éloignés de l'indus, par exemple In Extremo, au niveau des ryhtmiques et de la voix, ou Die Apokalyptischen Reiten pour le côté "gay pride des barbares germains". Ah, et puis n'oublions pas KMFDM, groupe pionnier qui, au milieu des années 80, a fait plus que définir le rock indus à l'allemande, il l'a créé.

  Les ricains catchy

Ceux qui donnent un brin dans le metal indus, mais en carré et en solide. Comme Fear Factory par exemple, qui impose des riffs métalliques secondés par quelques samples bien posés, ou Nine Inch Nails. Si le sieur Reznor s'est aussi tourné vers le rock alternatif puis l'électro (le moins convainquant "With Teeth'), Broken est un exemple parfait de metal indus. Plus eletro, Skinny Puppy a tout de même son lot de guitare qui accroche l'oreille. Et le Pandemonium de Killing Joke est un exemple de puissance et de force (même si ils sont anglais). Mais là on commence à être très fourre tout...

  Heu... Cocorico ?

Emmenés par Punish Yourself, toute une flopée de groupes (Herrschaft, Me As The Devil...) émerge en France et en Navarre. Avec finalement des parcours assez différents, des influences assez éloignées, difficile d'en faire une branche à part entière, comme on peut le faire avec une partie de Blackeux mystérieux originaires de la Gaule. Mais bon, quand même, Patton parle des Young Gods, donc c'est la classe quand même !

Enfin, on a réussi à attirer l'attention de la jolie fille au masque à gaz. On a papoté zic sans paraître trop à la ramasse, elle a rit, on a réussit à tisser des liens, voire plus... La volonté de repousser les limites, une certaine difficulté d'accès et un peu de violence musicale, voilà les points communs entre metal et musique industrielle. La fusion des deux n'est donc pas si surprenante. Mais ce dossier n'est que la partie émergée de l'iceberg, et son but n'est pas d'être exhaustif. Mais de permettre d'emballer la nana au masque à gaz.



Signaler une erreur Signaler un article incomplet Modifier l'article
par Fendragon, le 3 juillet 2010
(1)



Dossier précédent

Tout

Dossier suivant


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Erreur corrigée. Ouais, en fait c'est un dossier que j'avais commencé avant mes oraux, avec plein d'idées. Je l'ai terminé ce week end...avec des idées différentes ! Du coup c'est sans doute un brin plus décousu que prévu au départ, mais de toutes façons il va repasser sur la table de travail ce dossier, même si la cohérence est bonne je pense.
lun. 5 juil. 10- 12:53  
Juste une chose, les Young Gods sont suisses. Très bon dossier en tout cas Fen' !
mar. 13 juil. 10- 15:51  
Un dossier très agréable à lire! Cependant, cher Fendragon, je crois que tu n'as pas assez insisté sur les milieux qui ont vu naître les groupes qui ont défini la musique industrielle. La plupart des personnes les composant viennent d'écoles d'art ou de milieux artistiques d'avant-garde et ne sont pas des musiciens de formation. Genesis P-Orridge de Throbbing Gristle, par exemple, était auparavant spécialisé dans les "performances"(COUM, comme tu l'a dit...) et avait l'habitude de fréquenter les galeries d'art. Pour la plupart des pontes de l'industriel, le punk n'aura été qu'un prétexte pour faire accepter leurs expérimentations. Les membres de Cabaret Voltaire expérimentaient dès 1973 avec les sons synthétiques et les bruits à la manière de la musique concrète. D'aiileurs, je crois que tu n'as pas cité Cabaret Voltaire... Le nom de ce groupe renvoie lui même au mouvement artistique Dada des années 20, autre énorme influence de la scène industrielle (dans ses présupposés esthétiques). D'ailleurs, les avant-gardes artistiques européennes ont eu un imapct énorme sur la pop, le rock, le punk et a fortiori la musique industrielle (dadaïsme, Fluxus, situationnisme...). Je constate que tu as également oublié de citer Einstürzende Neubauten, groupe allemand où l'élément "artistique" est très présent (terrorisme sonore des premiers albums). On pourrait aussi considérer que la musique industrielle dans ses premiers développements est une sorte de rock psychédélique inversé: un voyage sonore dans les abysses plutôt que dans les hauteurs. On peut trouver de nombreux points communs entre la musique psychédélique et la musique industrielle: recherche du débordement sensoriel par un "spectacle total"(audio, vidéo,etc.) et traitement extrême du son... Des groupes proto-industriels comme PIL (le groupe de John Lydon) ne cachent pas leur amour du Krautrock... On peut également déplorer une utilisation abusive du terme "industriel" quand il s'agit juste de décrire une musique qui utilise des samples ou deux ou trois sons électroniques. A noter que la musique industrielle a également eu une influence déterminante sur la musique techno (j'entends par là la musique qui vient de Detroit). Voilà, j'espère que je ne t'ai pas trop embêté avec toutes ces précisions...
dim. 3 oct. 10- 18:06  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Ministry
Ministry
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Selfless
Selfless
1994

Chronique de Pure
Pure
1992

Godflesh
Godflesh
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Indus
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Liebe Ist Für Alle Da
Liebe Ist Für Alle Da
2009

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Reise, Reise
Reise, Reise
2004

Rammstein
Rammstein
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Napalm Death
Napalm Death
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Grindcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Killing Joke
Killing Joke
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Indus
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Power of The Damager
Power of The Damager
2007

Chronique de Beg To Differ
Beg To Differ
1990

Prong
Prong
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de War and Pain
War and Pain
1984

Voivod
Voivod
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de City
City
1997

Chronique de Heavy as a Really Heavy Thing
Heavy as a Really Heavy Thing
1995

Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada


In Extremo
In Extremo
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Pagan/Folk
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Downward Spiral
The Downward Spiral
1994

Chronique de Broken
Broken
1992

Nine Inch Nails
Nine Inch Nails
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Pink Panther Party
Pink Panther Party
2009

Punish Yourself
Punish Yourself
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts: