Retour à l'accueil
Dossiers :: Les vikings : renaissance par le Metal

Dossiers


Les vikings : renaissance par le Metal


Les années 90 auront vu l'essor d'un genre nouveau, le pagan metal, qui se démarque du reste de la scène par la place qu'il accorde au néo-paganisme, et tout particulièrement à la culture viking. Nous avons remarqué, d'une part, que le caractère inhabituel de ce mouvement artistique en interpelait plus d'un, et d'autre part que le nombre d'écrits traitant du sujet était proche de zéro. C'est pourquoi nous vous proposons ici une analyse profonde du sujet qui sera étudié de la manière la plus objective possible. Dans ce dossier Metalship, nous nous interrogerons sur la place des vikings, et plus largement de l'histoire dans le metal.

Ce dossier traitera séparément deux sujets : d'une part la civilisation viking avec ses mœurs et ses expéditions (pour savoir enfin de quoi parlent vos idoles !) et d'autre part les origines et l'essor du pagan metal en Europe, ainsi que de la frontière entre l'histoire et le mythe dans ce milieu. Allez ! Un petit come-back dans vos leçons d'histoire vous fera le plus grand bien !




I) Civilisation viking : les mœurs

La société viking aux alentours de l'an 800 se divise en de nombreux royaumes rarement plus grands qu'un département, chacun gouvernés par un roi . Les citoyens vikings vivent dans différentes fermes dirigées par le chef de famille et sa femme . La famille est l'unité de base de la société viking et elle regroupe consanguins, amis proches, frères jurés, serviteurs etc ...


  Un viking, c'est quoi ?

Le viking moyen est un citoyen libre qui a ses droits et ses devoirs envers son royaume. Il se doit de bien en connaître les lois afin de pouvoir exprimer son point de vue au thing, la réunion saisonnière du royaume.
Mais le viking est surtout un artisant polyvalent qui peut se montrer à l'occasion pêcheur, tisserand, forgeron, voir médecin sans compter ses qualités artistiques. Il doit évidement être habile commerçant afin de bien négocier durant ses voyages. Et pour pouvoir faire face à toute éventualité, le viking se doit d'être aussi un bon navigateur et un combattant averti .

  L'organisation politique

Le royaume scandinave est gouverné par un roi qui est désigné ou élu par les citoyens. Si ce dernier ne donne pas entière satisfaction il peut être destitué lors du thing, qui rassemble les chefs d'un même royaume afin de discuter des affaires politiques et commerciales.
Le roi n'a donc pas un rôle majeur dans cette société de commerce et peu à peu s'instaureront des monarques à l'occidentale qui participèrent notamment à la réunification des territoires scandinaves à la fin de l'ère viking.

  L'art viking

Tout d'abord, rappelons que les vikings ne possédaient pas d'art qui soit reconnu en tant que tel, c'est à dire pour ses qualités purement artistiques. En effet, les vikings se livraient souvent à la sculpture ou même à la joaillerie mais dans le but de rendre plus attirant un objet de la vie courante ( bol, pommeaux d'épée, proue de bateau etc ...).
Mais bien vite un art nouveau nait chez les vikings : l'écriture. On possède de nombreux écrits vikings dont les plus connus relèvent de la poésie scaldique. Ces écrits, souvent retranscriptions de légendes ou poésies orales sont recueillis pour beaucoup dans l'Edda poétique.
Quand à la musique, les vikings n'en pratiquaient pas vraiment. Mais il est probable qu'une musique rudimentaire basée sur des percussions soit utilisée lors de rituels, de fêtes etc ...



  Les expéditions

Qu’est ce qui poussa les vikings à prendre la mer ? Les historiens se disputent encore sur le sujet. Mais les facteurs probables sont nombreux : la pauvreté donc le besoin de richesses, la vue d'un empire faible et mal défendu ...

Ce qui est certains, c’est que l’expansion du monde scandinave commença au VII ème siècle, et se poursuivit en gros jusqu’au XIème. Il est cependant établi que les vikings n’étaient à la base pas des guerriers, mais des commerçants capable de se transformer assez rapidement en pillards. Au fil des siècles, la volonté de conquêtes s’y mêlant, les expéditions de commerces musclés se transformèrent en opérations militaires, qui culminèrent avec le siège de Paris en 885.

Le principal atout des Vikings, c’était bien entendu leurs navires : légers, rapides, avec un faible tirant d’eau, et cependant assez solide pour affronter la haute mer. Ils suppléaient à l’absence de boussole par une très bonne connaissance des vents et des courants marins, et plus généralement de la navigation.




II) La mythologie :

A proprement parler, les Vikings ne possédaient pas de religions ; d’ailleurs ce mot n’existait pas dans leur langue. Le mot le plus proche était seydr : coutume, magie… Globalement, et d’après les témoignages de l’époques, il semble qu’ils étaient, à l’époque, ce qui ressemblait le plus à des libres penseurs. Ils ne possédaient ni druides ni prêtres d’aucune sorte, ni sanctuaires, ni dogme, ni credo. Comme beaucoup de peuples, ils divinisaient la lune, le soleil, le vent, et les phénomènes naturels ; ils en associaient également d’autres à la guerre, au mariage, à la mort, etc.

Yggdrasil. Le panthéon nordique se divise en deux classes : les Ases (Odin, Thor, Baldr…) et les Vanes. Les premiers, dieux guerriers, semblent avoir été l’apanages d’une élite ; au contraires des Vanes, dieux de la fertilité et de l’abondance, associés à des cultes populaires et paysans.
Selon les textes, les Ases furent les premiers ; leur nombre varie entre une vingtaine et une trentaine. Plus tard ils conclurent une alliance avec les Vanes, fils de l’aire.

  Les principaux dieux :

Odin, roi des dieux. Il est souvent considéré comme le dieu de la sagesse et de l'inspiration poétique. Quand il est dans son palais, les deux corbeaux Hugin (la pensée) et Munin (la mémoire) lui racontent à l'oreille ce qu'ils ont vu des neuf mondes. Deux loups restent à ses pieds : Geri et Freki.



Odin, sur son cheval à huit pattes.


Thor est le dieu de l’orage, de la guerre et de la victoire. Il est le fils d’Odin et de Jord, incarnation de la terre, et c’est sans conteste le plus puissant guerrier des neufs mondes. Il traverse le ciel à l'aide de son char tiré par deux boucs magiques.

Frigg est l’épouse d’Odin. Elle symbolise le mariage et la maternité. C’est une magicienne sans égale, qui connaît l’avenir et la destinée de tous les hommes, mais elle ne dévoile jamais ses secrets.

Freyr est la déesse de la vie et de la fertilité et faisant partie des trois vanes qui ont rejoins les dieux, elle jouie d'une grande popularité auprès du peuple.

Baldr, Freyja, Loki, nombreux sont les autres dieux qui peuplent le panthéon scandinave mais dont nous ne pouvons parler ici.



III) Quand histoire et metal se rencontrent


La présente partie à pour but de relater l'apparition et la prise d'importance de l'héritage viking et du néo-paganisme dans le metal - que ces thèmes soient abordés sous leur angle symbolique ou purement historique – ainsi que de détailler et de tenter d'expliquer ce phénomène avec le recul nécessaire. « Pourquoi cette fascination pour nos ancêtres ? » ou « Le pagan metal est il d'extrême droite ? » sont, entre autres, des questions récurentes qu'un amateur de metal pourra se poser en écoutant des groupes comme Arkona ou Belenos ... Nous tenterons donc d'y répondre au mieux afin de prouver que même si l'heure est à la nostalgie des époques passées, le message, lui, est toujours d'actualité. D'autre part, nous parlerons beaucoup de "pagan metal", terme général qui englobe folk et pagan black metal, c'est pourquoi nous donnerons des définitions précises sur les genres musicaux ou le néo-paganisme est le plus présent.


  Les racines du genre

Depuis mille ans le guerrier viking a été idéalisé. On en a fait un archétype du combattant parfait : courageux, vertueux et honnête. C'est ainsi que bien avant l'émergence du pagan metal (qui regroupe folk et pagan black metal) des groupes de hard-rock comme Led Zeppelin utilisaient déjà cette figure dans leurs morceaux. Comment est-on passé de l'utilisation du guerrier nordique comme unique symbole du courage et d'honneur à un réel engouement historique fondé sur les écrits des plus grands historiens de nos jours, comme le font Heidevolk notamment, dans un soucis de crédibilité ?

Années 1980 : A cette époque le thème du viking est déjà bien présent dans la musique populaire, « I am a viking » de Y. Malmsteen en est un parfait exemple avec ses paroles caricaturales : « Je suis un Viking qui part au combat, je n’ai que la mort à l’esprit, et lorsque je suis parti hier, je n’avais aucune crainte au fond de mon cœur ... ». Autant vous dire que l'on sombre ici dans d'âpres clichés, bien loin de la réalité historique.

Années 1990 : En 1987 sort « Blood Fire Death » de Bathory (Suède), et c'est à cet album que l'on attribue pour la première fois le nom de viking metal. Dans les années qui suivent on observe partout en Scandinavie (le Danemark un peu en retrait) l'apparition de groupes à revendications païennes comme Enslaved, Burzum, Amon Amarth ou autres groupes issus du black metal notamment. Ce qui donnera naissance à un nouveau genre : la pagan black metal. Ce qui distingue ces artistes des autres ? Cet engouement récurant, presque fanatique, pour l'histoire de nos ancêtres ...

Années 2000 : Le début du XXI sera marqué par l'essor considérable d'un nouveau genre : le folk metal avec notamment la sortie des premiers albums d'Ensiferum, Moonsorrow ou encore Korpiklaani qui sont aujourd'hui des piliers du genre. Ces artistes reprennent le flambeau laissé par leurs ainées et revendiquent fièrement leur appartenance à un mouvement néo-païen scandinave qui entretient des liens très étroits avec la sphère metal. En même temps que le genre repousse ses frontières, cela va de soit, les cultures et héritages mis à l'honneur se diversifient ; la mythologie scandinave et les vikings doivent désormais se partager la scène avec l'histoire des peuplades slaves, des gaulois ou des saxons par exemple.



  Qu'est-ce que le viking metal ?

« Viking metal » est une appellation erronée issue du langage populaire et à ne pas prendre au premier degré. En effet, les vikings ne possédant pas de musique au sens auquel nous l'entendons, le préfixe « viking » n'implique strictement rien musicalement, et ne peut donc être utilisé qu'associé à un autre nom de genre (viking death ou viking folk par exemple). De plus les groupes couramment qualifiés de vikings n'ont que rarement un rapport direct avec ces derniers, à l'image de Moonsorrow qui se défend de cette fausse étiquette en interview. Il est donc préférable d'éviter le terme de « viking metal », car seuls les textes et l'imagerie sont concernés, et puis ce serait regrouper Amon Amarth (death metal) et Falkenbach (folk metal) sous une même étiquette ... cherchez l'erreur !


  Le folk metal

Si la scène folk metal est assez pauvre en terme de de chiffres – une quinzaine d'artistes, tout au plus, valent le détour (gardons à l'esprit qu'il ne sagit que d'un sous-genre !) - elle n'en est pas moins intéressante et très diversifiée musicalement parlant. En effet, comme chaque mouvement artistique le folk metal est, au delà d'une simple musique, une philosophie, une optique de vie, le moyen d'expression d'une population (voire « Paganisme et metal »).

Le folk metal c'est d'une part l'agressivité et la modernité du metal, et d'autre part l'authenticité et l'atmosphère unique des musiques traditionnelles (orientales avec Orphaned Land, celtiques avec Eluveitie, slaves avec Arkona, nordiques avec Korpiklaani etc) ; et la première musique vient en quelque sorte enrichir la seconde de sa puissance et de son efficacité. Et tandis que certains groupes tels que Korpiklaani ou Metsatöll utilisent un panel d'instruments traditionnels (flûte, violon, accordéon, vielle à roue, cornemuse etc), d'autres travaillent avec un clavier comme Moonsorrow ou Arkona pour des raisons pratiques où par simple choix artistique.

A écouter : Korpiklaani, Moonsorrow, Falkenbach, Ensiferum, Arkona, Finntroll, Heidevolk, Turisas, Equilibrium, Aes Dana, Eluveitie, Cruachan, Orphaned Land, Waylander, Svartsot, Skyforger, Metsatöll, Battlelore ...




  Le Pagan black metal

Comme l'indique son nom, le pagan black est avant tout un sous-genre du black metal (et non un dérivé !), et il en a gardé les principales caractéristiques musicales. Par définition, le black metal est païen (comme partout, l'exception confirme la règle) et dans la plupart des cas, satanique. En revanche, le pagan black est néo-païen, et se révèle parfois tout à fait similaire au folk metal sur le plan de l'imagerie.
Car si l'on retrouve dans celle du pagan black les grandes forêts où les paysages brumeux typiques du black traditionnel, on rencontre aussi beaucoup d'éléments faisant référence aux traditions du pays d'origine des artistes (Drudkh) ou à leur héritage païen (celtique pour Belenos, viking pour Windir etc).

D'un point de vue musical, le pagan black se différencie du black traditionnel dans son approche de la mélodie - là aussi, souvent plus proche du folk metal, mais avec les instruments et le son du black metal. Les mélodies y sont souvent influencées par la musique traditionnelle, ce qui permet de rapprocher musique, imagerie et paroles. On notera parfois la présence de chœurs et de claviers rappelant encore une fois fortement les atmosphères du folk metal. Mais comme nous le verrons par la suite, la pagan metal met en place une vision bien plus sombre et violente du paganisme que le folk ...

A écouter : Windir, Einerjer, Belenos, Graveland, Valhôll, Fortid, Drudkh, Enslaved, Kampfar, Primordial




  Paganisme et metal

Il n'y a pas un néo-paganisme, il y en a plusieurs. Et chacun des artistes mentionnés précèdement à une approche de l'histoire ou du mythe qui lui est propre ; déjà, les croyances diffèrent : rien à voir entre l'animisme spirituel d'Arkona et la rigueur historique d'Heidevolk, bien sur, cela est principalement du à l'origine des artistes. Ensuite on observe que les musiciens n'ont pas toujours le même recul par rapport à leurs textes et à leur image, et se prennent plus ou moins au sérieux ...

Ils s'appellent Korpiklaani, Metsatöll ou encore Falkenbach, et viennent respectivement des milieux ruraux finlandais, estoniens et islandais. Ils sont les puristes du pagan metal, les « trues », ceux qui vivent le néo-paganisme au jour le jour et qui y ont consacré leur vie. Bref, pour eux ce n'est pas qu'un trip artistique ou une image, mais bel et bien un esprit, une religion. Et si ils sont animistes pour les uns et polythéistes pour les autres, ils s'adonnent avec autant de foi aux rites appropriés. Évidemment ils se sont pas les seuls, et représentent bien ces jeunes générations déboussolées qui, voyant leurs traditions et leurs repères se perdre dans le tourbillon de la mondialisation, voient dans le néo-paganisme un moyen de renouer avec leurs racines ...

Qui serait mieux placé que Jonne Järvelä de Korpiklaani (le « Clan de la forêt ») pour nous parler des arbres, lui qui a vécu tant d'années dans une maison isolée au plus profond des bois ? Celui-ci confie d'ailleurs au cour d'une interview « Je m’inspire des atmosphères autour de moi et de la musique traditionnelle finlandaise. C’est la base des chansons. Et si l’inspiration vient un jour à manquer, que notre Terre mère me vienne en aide ! Tu sais, on ressent des sentiments très forts ici au milieu de la forêt, parce que les arbres te donnent toujours de la force. C’est la différence majeure entre vivre au milieu des gens et vivre dans la forêt : les arbres te transmettent de l’énergie alors que les gens essaient de te l’absorber ». A l'image de Jonne Järvelä, de nombreux musiciens sont profondément hostiles au Christianisme, jugeant les croyances païennes plus saines ; par exemple Eldur, frontman de Fortid (pagan black metal, Islande) déclarait récemment dans un de nos mensuels nationaux « Tu veux savoir si je crois en ces Dieux ? Je dirais que je suis un éternel sceptique [...] et je ne restreins pas mon esprit à une seule réponse, car je suis conscient des limites humaines face à l'étendue du sujet. Ce dont je suis sur, c'est que cette l'Asatru (croyance païenne populaire en Islande) est beaucoup plus sain que le Christianisme et qu'il devrait le remplacer ici ». Mais attention : les idées de ces gens ne sont pas malsaines et regressistes, dans le sens ou ils ne souhaitent pas un retour pur et dure aux modes de vie du moyen-âge (heureusement !), et puis d'ailleurs, n'oublions pas qu'ils utilisent aussi des instruments électroniques et du matériel de son dernier-cri à la pointe de la technologie !

Et puis il y a les antithèses de ces « trues » : ils se nomment Ensiferum, Turisas ou Svartsot, et sont des artistes tout aussi talentueux ! Seulement pour eux, le néo-paganisme est affaire d'image et de textes, il se limite à la musique. Ils ont plus de recul vis à vis de leur héritage païen, et, ayant étés élevés en milieu urbain (Helsinki et Hämeenlinna) ils est probable qui ne souhaitent pas vraiment mener le train de vie difficile de leurs ancêtres ! D'ailleurs cela saute aux yeux : leur approche du folk metal est tout à fait différente, faisant la part belle aux épopées fantastiques et aux clichés les plus extrêmes du genre. Il suffit de jeter un coup d'œil à leurs morceaux, qui se nomment « One more Magic Potion », « Battle Metal » ou encore « Goblin's Dance » ! En un sens, ils ont une approche plus power du sujet ... Voici ce qu'en dit Jukka-Pekka Miettinen (Ensiferum) quand ont lui parle des clichés « vikings » « Bien sûr qu'ils sont très pompeux et ils doivent l'être, parce que nous ne prenons pas les choses très au sérieux et qu'avec ce genre de musique on ne peut pas chanter autre chose » avant d'ajouter que leur inspiration ne vient pas de l'énergie magique dégagée par les arbres comme Korpiklaani, mais « d'un bon bouquin, un bon film. L'inspiration vient même quand je me fais à manger alors je m'assoie et je commence à penser à la musique ».
Des gens comme nous, finalement, ces metalleux !

On constate que depuis l'émergence du pagan metal dans les années 1990, les groupes accordent de plus en plus d'importance à la crédibilité historique de leurs textes. Au début, on chantait les exploits légendaires des guerriers vikings (très surestimés !), aujourd'hui on relate avec précision la vie quotidienne de nos ancêtres ainsi que leurs exploits attestés historiquement ! C'est en effet le cas de formations telles que Heidevolk ou Waylander qui s'attachent à retranscrire l'histoire telle qu'elle fut. De cette manière, Joris Boghtdrincker de Heidevolk explique à propos des textes du groupe « Nous utilisons plusieurs sources différentes comme les commentaires de la guerre des Gaules par César, l'ancien voeu baptistal d'Utrecht [...] mais aussi les précieuses informations rapportées des fouilles archéologiques. Pour leur interprétation, on se réfère principalement aux travaux de savants contemporains tels Hilda Ellis-Davidson, Georges Dumézil, Jan de Vries et Aat Van Gilst. Nous considérons que la religion comparative est un champ de recherche très fiable pour reconstituer des éléments perdus ».

Bien sur il existe d'autres visions du paganisme, presque autant que de groupes. Et cela varie d'autant plus que la scène pagan metal s'étend géographiquement. On peut donc supposer que les thèmes abordés seront de plus en plus diversifiés dans le futur ... et de plus en plus fidèles à l'histoire !





 
La question des dérives nationalistes

Le néo-paganisme est-il une forme de nationalisme ? La question est épineuse ... Et si les deux termes sont bien distincts, en pratique ils se confondent souvent. On raconte tout et n'importe quoi concernant des liens très étroits qu'entretiendraient les scènes folk et pagan black metal(mais pas seulement) avec un quelconque milieu d'extrême droite néo-nazi, et si ces accusations se révèlent souvent archi-fausses et infondées, n'oublions pas qu'il existe bel et bien de tels cas.

Le folk metal est un monde, le pagan black en est un autre – et les deux, contrairement aux apparences, n'ont que peu de choses en commun. Le pagan back est bien plus violent - musicalement et idéologiquement – que le folk, plus cru, plus sombre, plus agressif, et ... plus à droite ! Tandis que le folk est entièrement dénudé de connotation politique, le pagan black, lui, regorge d'artistes se revendiquant d'extrême droite. Et ce dernier à quelque fois tendance à entacher l'image du folk metal ...

Les fascistes ne sont pas connus pour leur finesse et leur discrétion, c'est pourquoi quand un artiste désire véhiculer un message diffamatoire et se faire reconnaître par ses confrères, il l'affiche sans détours. C'est par exemple le cas de Graveland (affilié au Pagan Front, un label qui collectionne les groupes néo-nazis), Arkona (au nationalisme le plus douteux) ou autres groupes plus ou moins issus du National Socialist Black Metal.

Au début des années 2000, des Antifa allemands accusent publiquement le Pagan Fest d'être un festival « fasciste, raciste et néo-nazi » donnant lieux à une véritable polémique née de la confusion entre néo-paganisme et extrême droite ; en effet, peu de temps après, une vague d'accusations pour les mêmes motifs déferle sur la scène folk metal. Il faut dire que l'amalgame est vite fait, et les êtres ignorants et bornés qui sont à la source de ces calomnies n'ont pas l'habitude de pousser leur recherche bien loin. Comme le reconnaissent volontiers certains acteurs majeurs de la scène visée, le malentendu vient de l'appropriation de certains symboles païens – qu'ils arborent - par le néo-nazisme (runes Odal, roues solaires) ainsi que de l'intrusion de certains artistes de NSBM comme Nocturnal Mortum dans le milieu du folk metal.

Ces derniers ont d'ailleurs subit l'hostilité de certains artistes de folk metal tels que Ciaran O'Hagan (Waylander) qui considère leur musique comme « une insulte aux gens comme lui, qui n'adhèrent pas du tout aux idéaux fascistes » et qui insiste sur le fait que les néo-nazis n'ont rien à faire dans le folk metal. Dans la même veine, Henri Sorvali (Moonsorrow) et Heri Joensen (Tyr) ont publié une vidéo dans laquelle ils réfutent les accusations à leur encontre en mettant l'accent sur le fait que les runes utilisées dans leurs logos ont des siècles et appartiennent à leur histoire, non à celle des néo-nazis. Après tout, pourquoi renier certains symboles traditionnels qui nous sont chers, pour la seule raison qu'ils ont étés détournés de leur sens premier par des personnes mal intentionnées ?

Les membres de Svartsot, qui ont tenu à publier un communiqué préventif disant que leur musique ne pouvait être associée à aucun idéal politique ou religieux, précisent « Pour le moment, nous n'avons eu aucun souci avec les mouvements d'extrême droite, mais le fait de chanter en Danois des textes sur l'histoire du Danemark peut facilement être interprété comme du Nationalisme et nous voulons éviter ça ». On notera aussi l'inscription « No nazi stuff here » (pas de choses nazies ici) qui figure sur les pochettes des albums de Skyforger, ainsi que les souhaits de musiciens comme Cruachan, Manegarm ou Summoning d'être discossiés des milieux néo-nazis ...

Or donc, quand on parle des dérives nationalistes, il est très important de distinguer le pagan metal du folk metal qui, étant bien plus diversifié idéologiquement – du néo-paganisme au judaïsme -, est un milieu évidemment plus ouvert et tolérant. Mais comme dirait-on : l'exception confirme la règle, et mieux vaut ne pas trop généraliser !



Nous espérons que ce dossier aura apporté un certain nombre de réponses à vos questions, et dans le cas où il en aurait soulevé d'autres, n'hésitez pas à nous contacter !

Le Traître et Ouraz..



Signaler une erreur Signaler un article incomplet Modifier l'article
par Le Traître, le 29 juin 2009
(3)



Dossier précédent

Tout

Dossier suivant


Commentaires


Voir les 6 commentaires précédents
Merci pour la retouche du dossier, notamment pour la partie sur les dérives.
C'est pas très objectif, mais on voit que tu es habité par la passion ;-).
Merci !

sam. 22 mai 10- 05:01  
Très bon dossier, franchement.
Dommage que vous n'ayez pas mentionné également Nokturnal Mortum à ce panorama assez complet.
En effet, l'influence de ce groupe pour le moins controversé aura tout de même été d'une influence indéniable sur une grande partie de la scène d'Europe de l'Est.

Je crois également savoir, sans être à 100% affirmatif, qu'il ne fait plus partie du Pagan Front, mais certains indices le laissent à penser.
Leur logo a également subit une petite modification en voyant disparaître la rune Odal, bien connue pour avoir été utilisée par la Hitlerjungen, puis par les SS.

sam. 22 mai 10- 09:24  
Merci pour ce dossier on ne peut plus intéressant (en même temps ce thème est passionnant mais cela n'enlève en rien a la qualité du travail réalisé !)
ven. 28 sept. 12- 21:29  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Viking
Viking
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Slovo
Slovo
2011

Chronique de Goi, Rode, Goi!
Goi, Rode, Goi!
2009

Chronique de Ot Serdtsa K Nebu
Ot Serdtsa K Nebu
2007

Chronique de Vo Slavu Velikim
Vo Slavu Velikim
2005

Arkona
Arkona
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Pagan/Folk
Origine : Russie

Concerts:
Rapports de concerts:

Belenos
Belenos
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Led Zeppelin
Led Zeppelin
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Heidevolk
Heidevolk
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Pagan/Folk
Origine : Pays-Bas

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nordland II
Nordland II
2003

Chronique de Nordland I
Nordland I
2002

Chronique de Hammerheart
Hammerheart
1990

Chronique de Blood Fire Death
Blood Fire Death
1988

Bathory
Bathory
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Axioma Ethica Odini
Axioma Ethica Odini
2010

Chronique de Frost
Frost
1994

Enslaved
Enslaved
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Amon Amarth
Amon Amarth
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Moonsorrow
Moonsorrow
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Korpiklaani
Korpiklaani
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Concerts:
Rapports de concerts:

Falkenbach
Falkenbach
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Pagan/Folk
Origine : Allemagne


Albums chroniqués :
Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR
The Never Ending Way Of ORwarriOR
2010

Orphaned Land
Orphaned Land
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Doom Metal
Origine : Israël

Rapports de concerts:

Eluveitie
Eluveitie
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Pagan/Folk
Origine : Suisse

Rapports de concerts:

Metsatöll
Metsatöll
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Pagan/Folk
Origine : Estonie

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de One Man Army
One Man Army
2015

Chronique de From Afar
From Afar
2009

Chronique de Victory Songs
Victory Songs
2007

Chronique de Dragonheads
Dragonheads
2006

Ensiferum
Ensiferum
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Ur Jordens Djup
Ur Jordens Djup
2007

Chronique de Nattfödd
Nattfödd
2004

Finntroll
Finntroll
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Stand Up and Fight
Stand Up and Fight
2011

Chronique de Battle Metal
Battle Metal
2004

Turisas
Turisas
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Armageddon
Armageddon
2016

Chronique de Sagas
Sagas
2008

Chronique de Turis Fratyr
Turis Fratyr
2005

Equilibrium
Equilibrium
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Pagan/Folk
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de FORMOR
FORMOR
2005

Aes Dana
Aes Dana
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Black Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Folk-Lore
Folk-Lore
2002

Chronique de The Middle Kingdom
The Middle Kingdom
2000

Chronique de Tuatha Na Gael
Tuatha Na Gael
1995

Cruachan
Cruachan
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Pagan/Folk
Origine : Irlande


Waylander
Waylander
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Pagan/Folk
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Ravnenes Saga
Ravnenes Saga
2007

Chronique de Ravnenes Saga
Ravnenes Saga
2007

Svartsot
Svartsot
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Pagan/Folk
Origine : Danemark


Albums chroniqués :
Chronique de Kurbads
Kurbads
2010

Skyforger
Skyforger
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre :
Origine : Lettonie

Rapports de concerts:

Battlelore
Battlelore
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Likferd
Likferd
2003

Chronique de 1184
1184
2001

Chronique de Arntor
Arntor
1998

Windir
Windir
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Pagan/Folk
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Spears of Heaven
Spears of Heaven
2009

Graveland
Graveland
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Black Metal
Origine : Pologne


Albums chroniqués :
Chronique de A la Mémoire de Nos Ancêtres
A la Mémoire de Nos Ancêtres
2009

Valhôll
Valhôll
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Black Metal
Origine : France



Albums chroniqués :
Chronique de Mare
Mare
2011

Kampfar
Kampfar
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Primordial
Primordial
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Irlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Oath Bound
Oath Bound
2006

Chronique de Let Mortal Heroes Sing Your Fame
Let Mortal Heroes Sing Your Fame
2001

Summoning
Summoning
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Autriche