Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Lawless Darkness

Chronique de Lawless Darkness

Watain  - Lawless Darkness (Album)

 6 
10

La flamme vacille

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Considéré par beaucoup, et par le groupe lui-même, comme le nouveau porte-drapeau de l’intégrisme du Métal Noir et revendiquant haut et fort sa souveraineté, rien visiblement ne semble pouvoir entraver la fulgurante ascension de la légion suédoise, son accession à la plus haute hiérarchie se profilant depuis quelques temps déjà. En effet, suite à un engouement massif de la part des médias et du public (sa renommée et ses sulfureuses prestations scéniques n’y étant certainement pas étrangères), la popularité de cette légion maléfique a littéralement explosé depuis Sworn To The Dark, cet opus leur ayant définitivement ouvert les portes de la reconnaissance.
Un disque qui n’est pourtant pas parvenu à réitérer l’exploit de noirceur du monumental Cassus Luciferi, dont l’aura ésotérique et délétère était si divinement exacerbée.

Alors que le groupe prépare clairement le terrain pour asseoir définitivement son statut sur la scène extrême mondiale, qu’en est-il de ce nouveau blasphème longue durée ?
Il faut bien avouer que l’impression générale est assez mitigée...
Si l'on se retrouve sans grande surprise devant un schéma musical portant incontestablement le sceau de l'entité Watain, laquelle a néanmoins délibérément souligné l’aspect immédiat de son art, c'est assez rapidement que l'on constate une certaine vacuité créative, faisant progressivement vaciller notre attention bienveillante. Le fan avisé, tout comme l’auditeur ayant furtivement croisé une parcelle de sa discographie, se retrouvera immédiatement en terrain connu et sera de fait rassuré sur les belliqueuses intentions de la horde satanique. Lawless Darkness est une œuvre labyrinthique d’une grande densité, voulant semble t-il appuyer de façon tangible son côté sombre et mystique et se réclamant d’un certain aboutissement, tant musical que spirituel.

Toutefois, malgré la rigueur qui s’en dégage et la volonté d’éclairer nos esprits en les ouvrant aux arcanes de la connaissance occulte, la musique cette fois-ci est gravement entachée par une inspiration qui commence sérieusement à se tarir, la longueur de l’album en étant paradoxalement l’élément le plus significatif, mais pas seulement...
Les dix psaumes dédiés au malin qui constituent cette nouvelle messe noire, sont en effet bien loin d’évoquer la profondeur, la sombre magie transcendantale et l’aura surnaturelle que pouvaient procurer les deux premiers opus. Certes, on ne pourra guère reprocher ici un manque de professionnalisme, la rigueur dans l'exécution ne pouvant nullement être prise à défaut, Watain ciselant un art incontestablement mature.
Cependant, on ne peut que rester dubitatif face au cruel manque de hargne et à la relative platitude d’un tel album. Un disque qui malgré le fait d’étaler des riffs souvent old school à la banalité trop évidente sur une production plus abrasive que sur l'opus précédant, ne parvient paradoxalement pas à masquer une stratégie clairement "grand public", de par ces solis au calibrage mélodique presque heavy/rock, et surtout par ces rythmiques et ces riffs "headbangants" s'octroyant une place prépondérante. Le groupe, rodé par ses nombreuses tournées et ayant manifestement pris des notes en concert, donne effectivement l’impression que bon nombre de morceaux ont été élaborés dans le seul but d’engendrer l'enthousiasme des foules imbibées et d'avoir un impact maximal sur scène. Très loin du ritualisme occulte et du souffle misanthropique des débuts donc...
De fait, c’est tout un pan de sa personnalité, et à son grand dam, son aspect le plus mystique que Watain sacrifie sur l’autel d'une efficacité quelque peu factice. Une attitude qui ne sera probablement pas rédhibitoire pour les nombreuses personnes ayant découvert le groupe avec Sworn To The Dark, mais qui sera plus difficilement digeste pour ceux dont l’écho de Rabid Death’s Curse et Cassus Luciferi résonne encore...

De plus, et j’y reviens donc, contrairement à Cassus Luciferi et dans une moindre mesure à Sworn To The Dark, l’auditeur est vite perdu dans les méandres d’un disque dont la longueur de certains morceaux se fait bien trop souvent redondante. En effet, la durée excessive de pavés tels que le monotone et léthargique Wolf Curse, ou encore l'épilogue fleuve Waters Of Ain et son interminable solo purement Heavy Metal en conclusion, n’est pas des plus pertinentes et se révèle au final plus soporifique qu'autre chose.

Quoi qu’il en soit, nous sommes tout de même en présence d’un opus de qualité à la conception quasi-irréprochable, contenant son lot de moments forts et distillant même des climats parfois très réussis, où l’aspect ritualiste et envoûtant reprend un rôle manifeste. Watain a somme toute réussi à accoucher d’un disque massif tout en conservant la majeure partie de sa personnalité, mais ceci demeure grandement insuffisant pour un groupe d’une telle stature.
Qu'importe, Season Of Mist peut dors et déjà être rassuré : Watain est assurément en passe de réussir un nouveau pari commercial et nul doute que toute une cohorte de nouveaux adeptes, bien plus nombreux que les quelques fans frustrés de la première heure, se rallieront bien vite à sa cause. Commercialement parlant donc, une réussite plus que probable. Quant à la magie…



Une chro en (8.5/10)
  Afficher / masquer la traduction automatique
  Voir l'article original



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Lawless Darkness - Infos

Voir la discographie de Watain
Infos de Lawless Darkness

Sortie : 7 juin 2010
Genre : Black Metal
Label : Season of Mist
Playlist :
1. Death's Cold Dark (5:29)
2. Malfeitor (6:58)listen
3. Reaping Death (5:08)
4. Four Thrones (6:17)
5. Wolves Curse (9:12)
6. Lawless Darkness (6:09)
7. Total Funeral (6:04)
8. Hymn to Qayin (5:58)
9. Kiss of Death (7:46)
10. Waters of Ain (14:29)
écouter : Ecouter l'album



Watain

Watain
Watain
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Black Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Reinkaos
Reinkaos
2006

Chronique de Storm of the Light's Bane
Storm of the Light's Bane
1995

Chronique de The Somberlain
The Somberlain
1993

Dissection
Dissection
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Salvation
Salvation
2003

Funeral Mist
Funeral Mist
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Blasphème
Blasphème
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Age of Nero
The Age of Nero
2008

Satyricon
Satyricon
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Celtic Frost
Celtic Frost
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suisse


Darkthrone
Darkthrone
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Norvège