Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Gold Cobra

Chronique de Gold Cobra

Limp Bizkit  - Gold Cobra (Album)

About my fucking generation !



Limp Bizkit est et restera l'archétype même du groupe opportuniste, arborant fièrement son noble manteau au couleur de la supercherie commerciale. Ainsi, depuis ses balbutiements en 1997 sur le fougueux « Three Dollar Bill Yall $ » au très encourageant « The Unquestionable Truth (Part 1) », la bande à Fred Durst aura berné son petit monde avec des albums à l'aura insipide et des tubes sentant bon la naphtaline ( le vomitif « Rollin' »). Autant dire qu'à l'annonce de la sortie de Gold Gobra, les plus vindicatifs d'entre nous aiguisèrent leurs piques acerbes afin de démolir le groupe en bonne et due forme. Nouvelle déculottée ou sursaut d'orgueil ? Lumière et... action !

Je ne sais pas pourquoi, mais Gold Cobra peut être assimilé à un écho du passé, celui des années 90. Passée la dispensable « Introbra » le rap metal de « Bring It Back » nous ramène à cette époque bénigne où les baggys et casquettes à l'envers étaient légions. Le flow si caractéristique de Durst semble être revenu pour notre plus grand bonheur, il va même jusqu'à bigarré sa technique vocale pour des moments de fun absolus ( le spoken lyric sur « Why Try »). Bien évidemment Limp Bizkit ne serait pas Limp Bizkit s'il n'y avait pas tous ces « fuck » disséminés ingénieusement (!) un peu partout. Envie de contester et de se rebeller contre cette société de (con)sommation pourrie certainement, le propos peut ainsi paraître rieur mais s'inscrit toujours dans l'air du temps moralisateur et dénonciateur. Risible pour certains mais indispensable pour d'autres. Les gars de Jacksonville semble donc être de retour, les riffs de l'excentrique Wes Borland sont toujours aussi efficaces (le riff haché de « Douchebag ») malgré leurs manques d'originalités évidentes. Le tout est enrobé dans une production compacte et cristalline qui laisse une bonne place à la guitare.

Seulement voilà, les américains n'ont pas encore exorcisé tous leurs démons, les ballades niaises refont leurs apparitions et leurs imbuvables facettes également. Franchement, que vient faire un titre comme « Loser » sur une galette pareille. Le groupe perd de sa crédibilité sur un titre chiant au possible et au tempo presque soporifique. L'autre épine du pied qui va venir ralentir notre enthousiasme face au cobra d'or est sans aucun doute « Walking Away » ; il va monter progressivement en puissance avant un final rageur où Durst va laisser éclater sa colère. Pas qu'en soit le morceau soit mauvais, il est juste improbable de s'émouvoir face à tant de classicisme face au travail structurel des compositions. C'est d'ailleurs l'un des gros défauts de cet opus (en plus de sa pochette immonde).

Pourtant, le reptile sociopathe se glisse inlassablement entre nos jambes, injecte son venin avec sa pingrerie légendaire et nous pousse vers la flexuosité du divertissement. Ne se prenant nullement au sérieux, l'amorçage d'une risette se fait presque instantanément ; les déflagrations de fusil à pompe à la fin de « Shotgun » étonnent, le délirant « Autotunage » et sa voix auto-tunée est une petite perle jumpy et accrocheuse. On aime ce néo metal qui ne se prend pas la tête et qui reste terriblement séduisant, quitte à s'en prendre plein la tête au niveau des critiques et des amateurs de technicité malsaine.

Que dire de plus ? Au dessus du pitoyable « Chocolate Starfish... » et à des années lumières de « Results May Vary », Gold Cobra ne s'en tire pas avec une médaille d'or, mais il arrive à décrocher l'honnête médaille de bronze. Ne boudons pas notre plaisir de retrouver un groupe qu'on croyait sous défibrillateur, qu'on croyait cliniquement mort. L'aspic subira forcément les foudres de certains, tandis que d'autres verront là le symbole d'une victoire bien méritée. Limp Bizkit, un groupe à jamais dérangeant.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 3 commentaires précédents
Ah Limp Bizkit... À croire qu'ils ne peuvent (et ne savent) pas un autre style que le fusion rap/metal... Dommage car on dirait bien qu'ils ne nous ressortiront jamais un skeud digne de leur premier album, Three Dollars.
Et comme le dit Exo, ils ne sont plus LE monstrueux groupe de néo comme ils ont pu l'être entre 1997 et 2003...

lun. 10 oct. 11- 18:25  
Justement s'ils auraient tant que ça voulu faire du fric ils se seraient soit mis à faire de l'emo-rock bon pour une BO de Twilight, soit du gros rap US, voir de la dubstep comme Korn. Qu'ils soient en panne d'inspiration car je le conçois, mais qu'ils aient fait du rap-metal pour faire du fric alors que plus personne n'en écoute, je ne trouve pas ça très pertinent.
lun. 10 oct. 11- 18:59  
C'est ton avis... et je le respecte. De là à dire que plus personne n'en écoute, c'est un pas que je ne franchirais pas. Concernant Korn, je trouve l'idée du dubstep bienvenue, quitte à pousser le délire dans ces derniers retranchements.
lun. 10 oct. 11- 20:50  


Gold Cobra - Infos

Voir la discographie de Limp Bizkit
Infos de Gold Cobra

Sortie : 28 juin 2011
Genre : Néo Metal
Label : Interscope Records
Playlist :
1. Introbra (01:20)
2. Bring it back (02:17)
3. Gold cobra (03:53)
4. Shark attack (03:26)
5. Get a life (04:54)
6. Shotgun (04:32)
7. Douche bag (03:42)
8. Walking away (04:45)
9. Loser (04:53)
10. Autotunage (05:00)
11. 90.2.10 (04:18)
12. Why try (02:51)
13. Killer in you (03:46)
14. Black porch (Deluxe) (03:22)
15. My own Cobain (03:40)
16. Angels (03:20)
écouter : Ecouter l'album

Limp Bizkit

Albums chroniqués :
Chronique de Gold Cobra
Gold Cobra
2011

Limp Bizkit
Limp Bizkit
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Lofofora
Lofofora
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Korn
Korn
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Linkin Park
Linkin Park
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Disturbed
Disturbed
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Skeamp
Skeamp
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:
  • Skeamp - 10 mai 08 (Lavans les St Claude)


Albums chroniqués :
Chronique de The Open Door
The Open Door
2006

Chronique de Anywhere But Home
Anywhere But Home
2004

Chronique de Fallen
Fallen
2003

Chronique de Origin
Origin
2000

Evanescence
Evanescence
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: