Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Ausserwelt

Chronique de Ausserwelt

Year Of No Light  - Ausserwelt (Album)

 8 
10

Plongez



Nord avait su donner au public Post/Hardcore des raisons de croire en l'exception française, tout comme l'avait déjà fait des formations hexagonales aussi larges et variées que Celeste, Dirge, Amenra, Overmars ou encore Tanen. En se faisant un nom dans la scène, avec seulement un essai, on peut dire que les Bordelais de Year of no light ont du talent; un talent que les amateurs ne veulent pas voir disparaître. A l'annonce d'un second opus, précédé de changements de line-up intéressants, l'intérêt monte à 200%, surtout après l'écoute de splits assurant une mise en branle des fondations.

L'arrivée de Shira (Monarch) au poste de troisième guitariste laisse imaginer une profondeur ténébreuse proprement divine que soutiendra certainement une section rythmique des plus explosives grâce à un second batteur entrant également dans le jeu (celui de Aeroflot); l'idée même de la noirceur est déjà largement accrue lorsque l'on jette un œil à l'artwork de ce Ausserwelt (« en dehors ou au delà du monde » en français), esthétique et surréaliste, jouant sur les nuances grisâtres et noir spatial. Devenu exclusivement instrumental, Year of no light prend les fans par la gorge et serre le coeur de l'auditeur sans ménagement, pour mieux apercevoir l'évasion de son âme. Ausserwelt est un album qui prend aux tripes, et fait voyager au-delà du monde, cela est certain.

Le diptyque « Perséphone » donne déjà le ton. Les Aquitains offrent une musique lourde, dépouillée de toute violence Metal et très ancrée dans un Sludge froid et sombre. Envolées hypnotisantes, atmosphère infernale et volonté de faire évoluer la musique à travers un schéma quasi-narratif sont la marque de ces deux titres dont le « Perséphone II » restera certainement le plus apte à procurer des frissons. Difficile de commenter Ausserwelt, finalement, en raison de ce schéma narratif, l'album étant construit sur une ligne directrice et suivie comme on pourrait le retrouver chez Dirge. Les titres s'enchainent et semblent n'être qu'un seul, serpent d'ébène progressant dans les ténèbres.

Year of no light, dans ce second opus, donne plus de matière encore que dans Nord, à entendre par là, richesse novatrice. Il s'est débarrassé de ses influences pour mieux trouver son feeling personnel. Un feeling fait de substances Drone et Doom (« Hiérophante », massive) mais aussi de racines purement Post/Hardcore dans les codes musicaux (les lignes de batterie apocalyptique), ainsi que d'un soupçon Shoegaze dans l'âme sombre de l'essai (le final de « Hiérophante » ou l'introduction de « Abbesse »). Le résultat est détonnant et surtout vivant, les Bordelais jouent avec les sensations auditives et sur le désir d'évasion de l'auditeur. D'un « Perséphone I » plus lumineux, on arrive alors à « Abbesse », bien plus mélancolique, car fortement Doom et accompagnée de cette impression que des chœurs de damnés religieux chantent en arrière-plan (terrifiant). Le final angoissant du morceau fait alors opposition au départ de l'album, plus relâché alors qu'ici, c'est l'Apocalypse qui se joue. En assistant à cette fuite et cette perte de repères, on est vite happé par le gouffre que creuse Year of no light, l'impression d'être au cœur d'une messe noire purement musicale, à l'instar d'un Sunn O))). Le son y est pour beaucoup, le groupe entretenant une production fuligineuse, aussi impénétrable que fascinante, comme si l'album entier était habité.

En donnant à son public Ausserwelt, Year of no light prouve qu'il est une formation en devenir, capable de soulever n'importe quelle personne terre-à-terre dans les confins de son imaginaire spirituel. Les Bordelais signent là un second essai superbe mais pas encore parfait (trop court?)qui reste pourtant prêt à assurer le nom français pour quelques années encore. Après un Nord fameux, il semble que le groupe n'a jamais aussi bien porté son patronyme. Ou peut-être manque t-il l'idée de foi?



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Ausserwelt - Infos

Voir la discographie de Year Of No Light
Infos de Ausserwelt
acheter sur Amazon
Sortie : 26 avril 2010
Genre : Post/Hardcore, Drone, Sludge Metal
Playlist :
1. Perséphone I (11:56)
2. Perséphone II (09:37)
3. Hiérophante (13:17)
4. Abbesse (13:12)listen
écouter : Ecouter l'album



Year Of No Light

Year Of No Light
Year Of No Light
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Mammal
Mammal
2011

Altar Of Plagues
Altar Of Plagues
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Black Metal
Origine : Irlande


Sunn O)))
Sunn O)))
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Black Bomb A
Black Bomb A
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hatebreed
Hatebreed
2009

Chronique de Supremacy
Supremacy
2006

Chronique de The Rise Of Brutality
The Rise Of Brutality
2003

Chronique de Perseverance
Perseverance
2002

Hatebreed
Hatebreed
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Implosion
Implosion
2008

Self Defense
Self Defense
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Hardcore
Origine : France


Hopes Die Last
Hopes Die Last
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Hardcore
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Walls Of Jericho
Walls Of Jericho
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: