Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de No Prayer For The Dying

Chronique de No Prayer For The Dying

Iron Maiden  - No Prayer For The Dying (Album)

 4 
10

Une p'tite prière pour Maiden ?



Il fallait que ça arrive.
Nul n'est parfait, comme on dit.
Les géants ont tous des pieds d'argile.
Passé un certain âge, on bande mou.

Il y a des tas de platitudes qui pourraient se marier à cet album qui porte affreusement bien son nom. Sauf qu'on a envie de désobéir à ce souhait écrit de la main de Steve Harris.

Mais No Prayer For The Dying, c'est la chronique d'une mort annoncée. Il était facile de penser que le groupe allait marquer le pas après le départ d'Adrian Smith, lassé qu'Harris essaye de lui passer une muselière. Il s'en va sous d'autres cieux et il est remplacé par la danseuse Janick Gers (ex White Spirit, Gillan...) qui restera muet pour le coup. Puis le bassiste annonce un retour aux sources d'un point de vue musical. La perspective d'avoir des titres percutants comme sur un Number Of The Beast ou un Powerslave est alléchante. Même si Somewhere In Time et Seventh Son Of A Seventh Son sont de véritables pierres angulaires de la discographie de la Vierge de Fer (et vu le nombre de pierres angulaires que l'on aime placer pour ce groupe, on se retrouve avec une sculpture étrange, éternuée par Picasso), il paraissait difficile de faire un troisième album dans cette lignée sans la présence de Smith qui était l'un des instigateurs de ce son.

Mais bon, un album heavy est-il forcément bon quand il est signé Iron Maiden ?

Désolé pour ceux qui crient oui au fond de la pièce, mais non. Niet. Nein. No. Si ? No j'ai dit !

Parce que, ce qui se dégage de cet album, c'est un sentiment de remplissage tout le long du disque. L'inspiration n'est pas au rendez-vous et on rencontre des titres relativement convenus. Par exemple, le title track ressemble tellement à un morceau de Steve Harris que c'en est un. Mother Russia est gentiment épique mais n'apporte rien de neuf au moulin, Tailgunner est gentil en guise d'ouverture, même si ce titre a valu un procès au groupe (qu'un anglais confonde un Fokker avec Fucker, ça me laisse pantois). Dickinson s'adonne à un chant plus rentre-dedans, mais il n'est pas particulièrement savoureux. On attendait plus, on a moins. Il s'exprimera plus sur son premier album solo, Tattooed Millionaire, sur lequel officiait également Gers. Et c'est ainsi que l'on se retrouve avec un Bring Your Daughter... To The Slaughter à la structure hasardeuse, mais avec l'un des meilleurs refrain sde l'album, destiné à faire chanter le public durant les concerts.

Que penser d'un Holy Smoke aux paroles rageuses (légère déception pour le chant, où Dickinson se contente de crier) et de son clip aux confins du ridicule ? Que penser de l'espèce de formatage sonore qui fait que très peu de morceaux sortent du lot ? Qu'Iron Maiden est fatigué et qu'il a laissé une partie de son âme derrière lui ? Il y a de ça. No Prayer For The Dying ne tient pas la comparaison avec les albums dont il a la prétention de se rapprocher et il représente la marche dans laquelle le groupe s'est pris les pieds. Même Derek Riggs semble à la traîne. Ses différents visuels pour les singles ou l'album en lui-même ne sont pas aussi accrocheurs. Elle semble loin l'époque où Eddie manipulait le Diable, où il était un étranger dans un pays étrange...

Grosse déception donc. Maiden prouve là qu'il est humain et se ramasse gentiment. Reste à savoir comment le groupe compte relever la tête après cet échec.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En réalisant les clips de ce disque en faux live (je ne parle pas du champêtre Holy Smoke), Steve Harris s'est rendu compte du souci: avec les bruits du public derrière, comme en concert, le disque sonne tout de suite mieux. Mais voilà, c'est un album studio, et assez plat. Bring your daugther..., l'un des titre phare de cet album, était à l'origine destiné à la carrière solo de Dickinson. Steve Harris a trouvé la chanson tellement bonne qu'il a voulu le mettre sur le disque. Pas facile de remplacer un gars comme Adrian Smith.
mar. 24 juin 08- 23:47  
Pour moi cet album a une pur zic, et c'est l'une de mes préférées de Maiden : "Mother Russia".
Elle est énorme, intro magique, pont délicieux.

Maintenant je pense que Maiden a besoin d'une cure de jouvence, et j'aimerai bien écouter du Maiden avec une prod d'aujourd'hui genre Andy Sneap, Tue Madsen, ..., à mon avis il reviendrait surpuissant.

lun. 7 juil. 08- 15:22  


No Prayer For The Dying - Infos

Voir la discographie de Iron Maiden
Infos de No Prayer For The Dying
acheter sur Amazon
Sortie : 1 octobre 1990
Genre : Heavy Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Tailgunner (4:15)à écouter en premierparoles de Tailgunner
2. Holy Smoke (3:49)paroles de Holy Smoke
3. No Prayer For The Dying (4:23)à écouter en premierparoles de No Prayer For The Dying
4. Public Enema Number One (4:13)paroles de Public Enema Number One
5. Fates Warning (4:12)paroles de Fates Warning
6. The Assassin (4:35)à écouter en premierparoles de The Assassin
7. Run Silent Run Deep (4:45)paroles de Run Silent Run Deep
8. Hooks In You (4:08)paroles de Hooks In You
9. Bring Your Daughter... To The Slaughter (4:45)à écouter en premierparoles de Bring Your Daughter... To The Slaughter
10. Mother Russia (5:32)à écouter en premierparoles de Mother Russia
écouter : Ecouter l'album



Iron Maiden

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Def Leppard
Def Leppard
Voir la page du groupe
Création : 1977
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Noises From The Cathouse
Noises From The Cathouse
2004

Chronique de Spellbound
Spellbound
1981

Tygers Of Pan Tang
Tygers Of Pan Tang
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Sacrifice
Sacrifice
2013

Chronique de Into The Labyrinth
Into The Labyrinth
2009

Chronique de Killing Ground
Killing Ground
2001

Chronique de Metalhead
Metalhead
1999

Saxon
Saxon
Voir la page du groupe
Création : 1976
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: