Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de 30 Seconds To Mars

Chronique de 30 Seconds To Mars

30 Seconds To Mars  - 30 Seconds To Mars (Album)

 8 
10

Plus de 30 secondes à écouter!

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Classer 30 Seconds To Mars dans le néo métal est un peu réducteur. En effet, 30 Seconds To Mars bénéficie d’un panel d’influences plus ou moins redondantes au fil des écoutes : des riffs lourds typiques du néo, des tempos plus proches du rock que du métal, une touche d’électro qui apporte ce qu’il faut de cosmique et d’atmosphérique et une légère pointe de New Wave.
Pour ce qui est du thème des chansons, je vais vous le donner dans le mille : 30 Seconds To Mars parle de cosmonaute, de l’univers, du cosmos et de la place que tient l’Homme sur terre. Normal, quand on voit le titre de la galette, les noms des chansons, la pochette !
S’ensuit un petit détour par le livret…tiens Jared Leto ?? Ce nom ne vous dit rien ? Mais si, le junkie de Requiem For A Dream, le voleur débilissime de Panic Room, le djeuns rebelle de la série Angela, 15 piges©, et accessoirement l’ex petit ami de miss Cameron Diaz (ça y est, tout le monde va croire que je lis Voici). Et là, on se dit « Pffff…encore un de ces acteurs qui pense qu’il peut tenir un micro ». Ah oui mais dans le cas de 30 Seconds To Mars on ne joue pas sur le même terrain que miss J-Lo.

Parce qu’en plus d’être un acteur pas tellement nul , Jared Leto est bon chanteur, et bon compositeur. 11 titres vous embarquant dans sa fusée pour un voyage inter-sidéral. Le son est pur (parfois un peu trop), les compositions sont toutes très accrocheuses, mais pas dénuées d’originalité. On peut faire le rapprochement avec un certain Deftones, mais alors que ceux-ci officient dans un néo métal plutôt triste, 30 Seconds To Mars est largement plus frais. Cela se ressent à la fois grâce aux arrangements toujours bien placés, dans la voix de Jared Leto, qui bien que parfois traficotée par toutes sortes de filtres, n’en reste pas moins limpide.

Avec une faculté à générer tube sur tube, muni d’un bon feeling, et d’une bonne utilisation des effets, 30 Seconds To Mars nous délivre un skeud mature et parfaitement huilé. Les guitares s’éclipsent toujours au bon moment, et ne reviennent que pour apporter leur dose de hargne et de puissance. Au lieu de tomber dans la facilité du tube bateau et prévisible, on a droit à de nombreux changements de tempos, des refrains parfois écrasants et lents (« Oblivion », et son beau refrain, « Edge Of The Earth »), des rythmiques plus pêchues pour relancer la fusée (« The Mission »), des breaks surprenants et puissants (c’est le frère Leto à la batterie) sur « End Of The Beginning », sans oublier la dose de riffs pour combler nos besoins de gros sons.

Le résultat de cette mixture est un album aux chansons variées, accrocheuses, tout en sachant rester sinueuses et s’embarquer dans des chemins inattendus. Certes, la production est un peu lisse, mais cela ne suffit pas à faire basculer notre soucoupe carrée dans un schéma pré-conçu, pré-emballé, pré-digéré et pré-rejetté par l’auditeur.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
NanoRoux  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




30 Seconds To Mars - Infos

Voir la discographie de 30 Seconds To Mars
Infos de 30 Seconds To Mars
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired