Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Prometheus : The Discipline Of Fire And Demise

Chronique de Prometheus : The Discipline Of Fire And Demise

Emperor  - Prometheus : The Discipline Of Fire And Demise (Album)

Dernier hymne

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Les chuchotements d’Ihsahn résonnent dans la tempête, un nouveau soleil se lève, le mythe continu. C’est donc après quelques notes de clavecin que commence Prometheus : The Discipline of Fire and Demise, dernier album d’Emperor.

Première constatation, Emperor s’est définitivement éloigné du légendaire In The Nightside Eclipse. Le groupe a mûrit, évolué, comme l’avait déjà grandement démontré IX Equilibrium. Après une intro mystérieuse et cabalistique, le premier morceau commence en trombe. Le son des guitares est massif, percutant, et les riffs dans une lignée très Death Metal. Mais la démarche des norvégiens est devenue quasiment progressive. Les rythmes sont changeants, les ambiances varient. Passages violents et séquences bien plus contemplatives avec leads de guitares aériens s’entremêlent, tout comme les changements entre le chant lyrique et les cris haineux d’Ihsahn.
Les morceaux sont reliés intelligemment, et la présence de samples et de moments méditatifs renforce l’aspect ésotérique de l’album.
Le clavier, Emperor oblige, à toujours une place aussi primordiale. Cependant, son utilité ne se voit plus qu’en orchestrations, mais aussi en diverses sonorités électroniques comme le démontre la chanson « Empty » (qui se voit d’ailleurs attribuée un clip). Et c’est d’ailleurs une utilisation du clavier bien plus intelligente qui démontre la maturité atteinte par Emperor. Ici, point de nappes abusives et indigestes sans créativité. Le trio norvégien sait parfaitement allier le jeu des guitares à celui du dit instrument.

Quand à l’ambiance de l’album, elle est bien différente du précédent volet. Emperor a insufflé dans son dernier enfant une dimension bien plus ténébreuse et déchirante. Il suffit d’écouter « In The Wordless Chamber » pour comprendre la dimension épique et tragique atteint par Emperor. Cet album est tel un mourant livrant son dernier combat. Son esprit est grave et funeste, et pourtant, à l’approche de la faucheuse, il s’exalte dans un rayonnement passionné. C’est là toute la verve de l’album, sa magnificence de temple ancien en ruine, son sublime de statue grecque, morte et pourtant si ruisselante de beauté.
Emperor devient alors semblable au nom de l’album, à Prométhée, apportant dans son sacrifice la science de la lumière et de la chaleur, de la beauté et de l’exaltation, mais aussi et surtout l ‘art de mourir, délaissant la charogne et la pourriture pour se figer devant l’éternel, tel un monument à jamais sur le panthéon.
L’aura de cet album, le plus technique et le plus quintessencié d’Emperor, est toutefois si luminescente qu’il est difficile de pouvoir la regarder comme il se doit aux premiers abords. Mais qui saura voir plus loin, qui saura transcender son enveloppe pourra en extirper toute sa divine substance, et contempler une fois de plus le sublime d’Emperor.

Parce qu’il faut une fin à tout, parce que chaque empire est voué à l’écroulement, parce que même les plus grands doivent un jour partir, Emperor charge dans sa dernière bataille, et pousse sa finale, son ultime acclamation. Mais contrairement à l’antique Rome, la fin d’Emperor ne fut point sa déchéance, mais bien au contraire, sa majesté.


L’Empereur est mort, vive l’Empereur !

(0) Modifier l'article
par Kale, le 8 décembre 2009
Voir toutes les chroniques de Kale


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Prometheus : The Discipline Of Fire And Demise - Infos

Voir la discographie de Emperor
Infos de Prometheus : The Discipline Of Fire And Demise
acheter sur Amazon
Sortie : 21 octobre 2001
Genre : Black Metal Expérimental
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. The Eruption (6:28)paroles de The Eruption
2. Depraved (6:32)paroles de Depraved
3. Empty (4:16)à écouter en premierlistenparoles de Empty
4. The Prophet (5:41)paroles de The Prophet
5. The Tongue Of Fire (7:10)paroles de The Tongue Of Fire
6. In the Wordless Chamber (5:12)à écouter en premierlistenparoles de In the Wordless Chamber
7. Grey (5:05)paroles de Grey
8. He Who Sought The Fire (5:28)paroles de He Who Sought The Fire
9. Thorns On My Grave (5:55)paroles de Thorns On My Grave
écouter : Ecouter l'album



Emperor

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Sideshow Symphonies
Sideshow Symphonies
2005

Chronique de La Masquerade Infernale
La Masquerade Infernale
1997

Arcturus
Arcturus
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Concerts:
Rapports de concerts:

Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Nordland II
Nordland II
2003

Chronique de Nordland I
Nordland I
2002

Chronique de Hammerheart
Hammerheart
1990

Chronique de Blood Fire Death
Blood Fire Death
1988

Bathory
Bathory
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Suède