Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Sirius B

Chronique de Sirius B

Therion  - Sirius B (Album)

 9 
10

SIrius B



Pour ce 12ème album (rien que ça), nos suédois préférés nous livrent un beau chef d’œuvre, un disque aux multiples facettes et influences. Heavy et death aussi bien que symphoniques et classiques, tantôt alternées tantôt mélangées, toutes sont mariées avec talent dans ce petit chef d’œuvre, ou un orchestre, un chœur et un nombre considérable d’invités ont participés à l’enregistrement.
On a souvent dit qu’il s’agit de l’album jumeau de Lemuria (rappelons que les deux albums avaient étés réalisé et étaient sortis ensembles), et ça n’est pas exagéré ; toutefois il est moins death, plus symphonique. En revanche, l’atmosphère est toujours la même, sombre et mystique comme une messe noir célébrée au dieu de la peste !
Il faut dire que les textes sont inspirés de toutes les histoires ésotériques les plus tordues de la création, depuis les légendes égyptienne jusqu’au délires sur le continent perdu de Mù…
La première chanson justement, The Blood Of Kingu est inspirée de la mythologie babylonienne ; Kingu étant le dieu commandant l’armée des monstres, dans la bataille originelle qui vit la création du monde. La chanson, et donc l’album, débute par une entrée orchestrale en trois temps : d’abord un air de violon, puis l’entrée des trompettes et des corps, façon trompette d’Aïda ; enfin la batterie et la guitare. Une voix death, aigüe et criarde, arrive alors. Le contraste est d’autant plus violent que le refrain est répété par un chœur féminin chantant dans un style religieux, quelque chose de comparable au cœur des anges dans La damnation de Faust, le plus célèbre opéra de Berlioz.
Sans transition, on passe en Egypte antique avec Son of the Sun, où curieusement le principe est inversé : c’est un chœur masculin qui donne la réplique à la voix féminine, avec pour fond un bon riff heavy entrecoupé d’airs de basse et de mélodies symphoniques. Progressivement, un chœur féminin se mêle au chœur masculin, puis le remplace totalement.
Suit The Klysti Evangelist, une chanson à la gloire de Raspoutine, le saint qui vivait dans la débauche... Le début de la chanson est totalement inattendu ; c’est un extrait je ne sais pas trop de quoi, peut être d’un opéra de Wagner du genre Parsiphal, peut être des Carmina Burana, voir d’un opéra russe antérieur à la fin XIXème, là ça dépasse ma culture. L‘introduction d’un tel passage au milieu d’un CD de métal crée une atmosphère absolument fantastique, même quand la piste redevient plus heavy.
En comparaison Dark Venus Persephone est conventionnelle, malgré sa mélodie pas vraiment ordinaire. Surtout on retrouve trois des plus belles voix qu’a compté le groupe : Lori Lewis, Katarina Lilja et Thomas Vikström, et ça sa fait vraiment plaisir !
On continue dans les légendes tordues avec les deux Kali Yuga, cette fois avec un mythe indien, celui de Kali. Déesse de la destruction et du carnage (pour simplifier, c’est évidemment plus compliqué que cela) elle est ici célébrée à grand renfort de chœurs de voix de basses, alternés avec des chœurs féminins.
Pas le temps de souffler, le tour du monde continue avec un petit retour en Egypte, car The Wondrous World Of Punt est une évocation du périple ordonné par la reine Hatchepsout (je sais c’est dur à prononcer) au XVème siècle avant notre ère. Son but était de retrouver un pays lointain, à la réputation fantastique : le pays de l’or et de la myrrhe, le pays de Punt... Les égyptiens mirent des mois à l’atteindre avec leurs bateaux ; il s’agit probablement du sud du Soudan ou de la Somalie, voir de l’Arabie, mais des farfelus n’hésitent pas à parler de l’Afrique du Sud ou du Mexique ! Mais je m’égare encore. Musicalement, célébrons la présence d’un orgue (un vrai !) et la finesse de la composition, notamment dans l’utilisation des voix et des chœurs classiques.
Vient ensuite Melek Taus ; batterie et guitares commencent par accompagner le chœur masculin avant l’arrivée de la voix féminine ; celle-ci revient après un passage instrumental, et tout du long alterne avec les différents chœurs (féminins, masculins, mixte) ; elle structure véritablement la chanson parmi la multitude de voix qu’on y entend.
En enchaînant avec Call of Dragon, quelle n’a pas été ma surprise de reconnaître dans l’air du début l’un des plus célèbres de la musique classique, l’air de cors des Nibelungen, tiré de l’opéra éponyme de Wagner ! Il revient tout le long de la chanson, précédant le refrain. Il fallait être gonflé pour faire ça, mais le résultat vaut le détour.
Sirius B, le titre éponyme suit ; sur une mélodie classique, un chœur masculin, des voix de basse psalmodiant les mots « Po tolo » durant toute la chanson. On imagine sans peine les druides à la pleine lune, piétinant en cercle dans Stonehenge en invoquant les forces de la nuit…
L’album se conclut avec Voyage Of Gurdjieff (The Fourth Way), ultime preuve de maitrise collective du groupe. Sur les parties classiques, on retrouve les influences wagnériennes, pour le reste les influences death et heavy.
Un mot de conclusion ? Avec le duo Lemuria et Sirius B, Therion a sellé définitivement son entrée dans la légende du métal.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Sirius B - Infos

Voir la discographie de Therion
Infos de Sirius B
acheter sur Amazon
Sortie : 2004
Genre : Death-symphonique Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. The Blood of Kingu (05:45)culte !culte !paroles de The Blood of Kingu
2. Son of the Sun (05:35)à écouter en premierparoles de Son of the Sun
3. The Khlysti Evangelist (05:39)culte !culte !écouterparoles de The Khlysti Evangelist
4. Dark Venus Persephone (04:02)à écouter en premierparoles de Dark Venus Persephone
5. Kali Yuga, Part 1 (03:28)paroles de Kali Yuga, Part 1
6. Kali Yuga, Part 2 (05:48)à écouter en premierparoles de Kali Yuga, Part 2
7. The Wondrous World of Punt (07:19)à écouter en premierparoles de The Wondrous World of Punt
8. Melek Taus (05:32)culte !culte !listenparoles de Melek Taus
9. Call of Dagon (04:14)culte !culte !paroles de Call of Dagon
10. Sirius B (03:44)à écouter en premierparoles de Sirius B
11. Voyage of Gurdjieff (The Fourth Way) (05:57)à écouter en premierlistenparoles de Voyage of Gurdjieff (The Fourth Way)
écouter : Ecouter l'album



Therion

Albums chroniqués :
Chronique de Sirius B
Sirius B
2004

Chronique de Lemuria
Lemuria
2004

Chronique de Live in Midgard
Live in Midgard
2002

Chronique de Secret of The Runes
Secret of The Runes
2001

Therion
Therion
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal symphonique
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts: