Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Diamond Eyes

Chronique de Diamond Eyes

Deftones  - Diamond Eyes (Album)



C’est dans la douleur que les cinq mecs de Sacramento ont accouché cet album. On commence à être habitué chez eux, mais là, ce n’est pas une affaire d’égo ou de drogues qui viendra entacher l’histoire du groupe, à nouveau. Le 28 novembre 2008, Chi Cheng, le bassiste de Deftones depuis 1988, a un accident de la route qui le conduit aux urgences. Tout s’enchaine alors, il tombe dans le coma, puis en ressort dans un état de semi-conscience. La famille de Chi ne pouvant assurer les frais de son hospitalisation, le groupe s’est peu à peu essoufflé économiquement. Pour subvenir aux besoins de Chi, Deftones, accompagné de l’ex-Quicksand, Sergio Vega, décident d’organiser plusieurs concerts où le montant de la recette aurait servi à son hospitalisation. Lors de ces apparitions, on pouvait y voir des artistes de renoms comme Tommy Lee de Mötley Crue ou Cypress Hill, Dave Lombardo de Slayer ou encore Max Cavalera, en passant par System Of A Down (sans Serj Tankian) et Roberto Trujillo de Metallica … C’est dire que la communauté métallique s’est entourée autour de Deftones pour les soutenir face à cette épreuve.

Les fans attendent le dénommé Eros depuis 2008, mais par respect envers leur bassiste, les compositions restent statiques et le quinquet a donc composé un nouvel opus. Le voyage commence donc vers un nouveau chemin avec le bien nommé Diamond Eyes. Succéder au nébuleux Saturday Night Wrist est donc la tâche que le groupe a dû se fixer lors de la composition de l’album. L’opus sorti en 2006 a vu une renaissance artistique et une maturité assumée. Mis à part les problèmes internes, Deftones n’a pourtant jamais eu de faux pas, ce depuis son premier opus Adrenaline. L’évolution musicale n’est pas un facteur moindre dans leur succès, ces mecs savent jouer, balloter ou encore transporter leur auditoire. Profitant d’une richesse artistique plus qu’appréciable, très loin du cliché même plus de vingt ans après sa formation.

Malgré avoir été qualifié de « neo metal », le combo a su se démarquer, s’éloigner, se rapprocher et contredire ce catalogage. Ouvert vers des horizons riches en diversité, le son chaud et aérien de Deftones répond à une forme de mélancolie ambiante, langoureuse et déprimante. Be Quiet And Drive (Far Away), Pink Maggit ou Xerces en sont d’ailleurs les premiers à démontrer cela.
Diamond Eyes, second single qui paraitra le 30 mars prochain, a la lourde tâche d’ouvrir les hostilités. On se retrouve coincé dans un monde lumineux et chaotique, proche d’une contradiction incompréhensible. La première chose dont on peut se réjouir c’est la voix de Chino. Le chanteur a retrouvé un niveau digne de White Pony, dû à sa perte de poids, métamorphosant littéralement son niveau. La vision de Moreno a également évolué, il a souhaité que cet opus gagne en optimisme par rapport au passé. Les évènements récents ont fait réfléchir ce groupe qui ne savait même pas s’il allait continuer ou non, mais Deftones reste soudé. L’opus est bien sûr dédié à leur ami et compagnon de route, et Sergio Vega a la rude tâche d’être au niveau du géant. La basse n’a pas été mise en retrait, bien au contraire, le son de Deftones est bel et bien présent.

Seulement les sonorités du groupe sont nettement moins brutales que sur Around The Fur ou encore l’éponyme. Le ton est doux, malgré des parties très appuyées par la nouvelle signature huit cordes de Stephen Carpenter, qui ne s’est jamais caché pour avouer son admiration envers Meshuggah et le heavy en général. Le guitariste à-la-plaque-de-métal-dans-le-tibia massacre son instrument comme un acharné. You’ve Seen The Butcher rappelle les tarés suédois pour ses riffs pachydermiques, plombants et groovy. L’ambiance en ressort plus écorchée, telle une série de coup de poignard dans l’abdomen, entrecoupée par la voix susurrée et transportante de son leadeur.

Le mélange électronique de Frank Delgado se marie en une dose terrifiante de beauté et de chaos avec les multi-effets de Carpenter. A croire que le groupe est réellement décidé à rester vers ce virage plus alternatif rappelant Saturday Night Wrist ou encore le chef d’œuvre, White Pony. Ce qui est sûr, c’est le cocktail est fracassant, terriblement émouvant et rempli d’espoir. La comparaison avec le White Pony n’est pas décalée puisque l’aquatique Prince rappelle Rx Queen pour son côté hydraulique et coulant. Même si les années ont passés depuis qu’ils étaient encore des jeunes branleurs de skateurs dans la banlieue de Sacramento, leurs influences primaires ne les ont pas oubliés. Chino a d’ailleurs mentionné à de nombreuses reprises son affection envers le new wave, comme le groupe de Robert Smith, The Cure. On se souviendra d’ailleurs du mémorable “If Only Tonight We Could Sleep” lors des MTV awards, metamorphose, encore plus grinçant et cinglant que sa version originale.

Deftones arrive à rester lui-même sur Diamond Eyes, surprenant et tellement entêtant, comme ce Sextape. Le morceau n’est pas sans rappeler Rivière sur STW pour sa fraicheur. Amputé, écorché vif, touché dans la chair, le titre ne mettra pas longtemps avant de se faire une place lors des prochaines tournées du groupe. Ce nouvel album du quinquet aura mis longtemps avant de pouvoir voir le jour, mais c’est sans regret qu’on leur pardonne. Deftones est Deftones, la fin est loin d’être proche et on espère que les problèmes du groupe auront pris fin d’ici peu. Diamond Eyes est l’album qui renforce le combo vers un statut encore intouchable…



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Merci Prom, je te donnerais une leçon un de ses jours.
Nan, je déconne ^^
Imagines que j'aurais dis ça sérieusement, tu crois qu'on m'aurait dis que je suis une grosse pute ? :D
J'aurais jamais la réponse toute façon :(

Concernant l'album:

Je suis content que tu me dises ça. Déjà parce que je suis plus habituer à dire "ce skeud défonce, c'est de la tuerie en boite, tu manges ta mère en écoutant ça", c'est beaucoup plus élaboré depuis un certain temps ^^
L'album est terriblement romantique, il renvoie une image à découvert et à fleur de peau du groupe. C'est pas naif, c'est très bien foutu, les compositions sont de plus en plus riches, on se rapproche vachement d'un rock atmosphérique tantôt énervé, tantôt mélancolique. J'hésite pas à dire que c'est certainement l'un des meilleurs albums de Deftones, si ce n'est le meilleur.
Faut plus s'attendre à du jump à tout va avec ce groupe, c'est plus que ça désormais.

*désolé*

ven. 26 mars 10- 18:41  
Si ce n'est le meilleur? Hé bien...oui j'ai remarqué que tes chros n'étaient plus comme ça, ça me rappelle d'ailleurs OncleGuud sur NiME qui s'était fait virer pour ce manque d'argumentation. Là on sent que tu sais y faire, t'as la maîtrise et ton style grandit en qualité.

Après t'es loin de me donner une leçon! (JE suis une pute!)

ven. 26 mars 10- 20:13  
Bravo Choko, tes progrès ont été constant et ce, depuis longtemps.
sam. 27 mars 10- 13:28  


Diamond Eyes - Infos

Voir la discographie de Deftones
Infos de Diamond Eyes
acheter sur Amazon
Sortie : 18 mai 2010
Genre : Neo Metal
Label : Warner Bros
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Diamond Eyesà écouter en premierparoles de Diamond Eyes
2. Royalà écouter en premierparoles de Royal
3. CMND/CTRLparoles de CMND/CTRL
4. You've Seen The Butcherparoles de You've Seen The Butcher
5. Beauty Schoolparoles de Beauty School
6. Princeparoles de Prince
7. Rocket Skatesà écouter en premierparoles de Rocket Skates
8. Sextapeà écouter en premierparoles de Sextape
9. Riskparoles de Risk
10. 976-EVILparoles de 976-EVIL
11. This Place Is Deathparoles de This Place Is Death
écouter : Ecouter l'album

Deftones

Albums chroniqués :
Chronique de Koi No Yokan
Koi No Yokan
2012

Chronique de Diamond Eyes
Diamond Eyes
2010

Chronique de Saturday Night Wrist
Saturday Night Wrist
2006

Chronique de White Pony
White Pony
2000

Deftones
Deftones
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Years In The Darkness
Years In The Darkness
2009

Arkaea
Arkaea
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Indus
Origine : États-Unis


Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Imperfect Harmonies
Imperfect Harmonies
2010

Chronique de Elect the Dead
Elect the Dead
2007

Serj Tankian
Serj Tankian
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Violent Sleep Of Reason
The Violent Sleep Of Reason
2016

Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: