Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Link Alive

Chronique de The Link Alive

Gojira  - The Link Alive (DVD)

Il lézarde les murs



Si Godzilla a pu un jour devenir le Gojira que nous connaissons, c'est en grande partie grâce au renom dégagé par sa puissance scénique. Il est bon de rappeler que le premier producteur de Gojira les a repéré sur scène, là où le fameux groupe landais provoquait l'enthousiasme du public underground. Alors quand en 2004 arrive The Link Alive, le DVD de la tournée du deuxième album du monstre, on ne peut que l'attendre avec la bave aux lèvres, en sachant qu'on le regardera certainement pour longtemps.

Et c'est le cas. Six ans après, The Link Alive reste une prestation scénique de référence. Autant passer à la partie principale de suite: le live, sur lequel on pourrait appliquer divers adjectifs comme dantesque, gargantuesque, monolithique, chirurgical ou encore propre comme pas deux. Le concert donné par Gojira au théâtre Barbey de Bordeaux est fantastique. Et il l'est sur de nombreux aspects essentiels. Tout d'abord, il est donné dans un cadre bien précis: The Link était attendu au tournant par les fans après un Terra incognita magistral et se devait donc d'être représenté fièrement à la sueur de leurs fronts. Ensuite, le groupe se donne à fond du début à la fin, déchainé comme jamais, vivant et terrible de charisme général. Enfin, la setlist et la production sont énormes, mais voyons cela plus dans le détail voulez-vous?

The Link étant mis en avant par la tournée, on ne sera pas surpris de le voir en quasi-intégralité sur le live, pas plus que l'on ne sera surpris par la présence de mastodontes tirés de Terra Incognita comme "Clone", "Love" ou "Space Time". Là où la setlist est implacable, ce n'est pas dans sa présentation formelle mais bien dans son exécution, édifiante. Ainsi, chaque morceau suit l'autre avec une parfaite cohérence de par les intermèdes musicaux ou tout simplement les larsens comme sur "Indians", amorcé par l'interlude "Terra Inc." qui n'a pourtant rien à voir. Gojira ne lâche pas son public, Joe Duplantier gueule entre les titres, ponctuant le set de "Bordeaux vous êtes là?!" ou "Vous êtes vivants?!" déjà légendaires et ce, malgré certains cris spontanés assez laids.

La cohérence ne serait cependant rien sans l'exécution. Et de ce côté là, c'est à pleurer tant le groupe est propre. Le déluge de Mario est en plus mis en avant par une caméra qui n'en finit pas de jouer entre différents plans pour mettre les musiciens dans leur plus bel appareil (bravo aux cameramen) notamment avec Joe, les cheveux bien collants collés au visage tandis qu'il grogne derrière le micro, saisissant, ou encore Jean-Michel Labadie, monstrueux sur "Lizard skin" et infatiguable headbanger. On parlait de caméras à l'instant alors autant continuer dans la technique tant le travail des techniciens mérite d'être mis en avant. Si le son a certainement été largement retravaillé (on n'a jamais entendu le même face à face avec Gojira), la lumière est réellement baléze. Comprenez par là que le travail effectué est hallucinant de professionalisme. Les lights sont en effet placées au bon moment, avec la couleur parfaite pour ressentir tel ou tel moment (aaaah "In the forest" et son intro à l'ambiance verte...), si bien qu'on en prend plein les yeux quand il faut. Frustrant pour l'amateur.

Pour parler morceaux, il faut savoir qu'il y a du magnifié et du quelconque. "Death of me" par exemple, est l'archétype du titre qui décolle avec le live et cela marche d'ailleurs pour tous les morceaux de The Link. Chacun des titres issus du deuxième opus est incroyablement amplifié dans sa puissance et sa charge émotionnelle ("Embrace the world" est sublimée) tant et si bien que les réfractaires à The Link découvriront à quel point l'album est bon. Pour ceux qui étaient déjà convaincus, c'est une claque de plus. Au rang des surprises autre, on peut compter "In the forest", bougrement terrifiante et bien introduite par un des passages ambiance construits pour l'occasion. On peut encore parler de "Lizard skin", dont le côté rampant renvoie Morbid angel au placard et enfin l'incroyable "Blow me away you (niverse), trainée en longueur pour le live et qui devient une perle de psychédélisme. Mais malheureusement, quelques morceaux n'échappent pas à la déception à l'instar de "Love", plus intéressant sur CD ou "Space time" assez quelconque.

Vous l'aurez compris, le live vaut à lui seul l'achat de la galette mais le mieux, c'est que ce n'est pas fini! Les bonus présents sur le DVD achéveront de convaincre le fan. Le documentaire "Sur la route", déjà, permet de voir le quotidien de Gojira à travers quelques scènes de la tournée en bus, en arrêt pipi ou autre. Du coup, on découvre un Gojira complétement débile, qui joue à des trucs à la con dans le camion (le flic et le bandit) ou encore au mauvais film de Kung fu sur un pont en attendant le plein d'essence. Pour les moments plus sérieux, on aura l'occasion de voir les landais enregistrer leur partie du film Maciste All Inferno; mais le tout vaut pour la découverte plus intime du groupe. Pour le reste, on aura le droit à des photos d'arbres développées par le père Duplantier (Alain de son prénom qui signe de belles photos par ailleurs) mais aussi du tournage des clips, ces derniers étant au nombre de deux: "Love" et "Deliverance". Des bonus pas nécessairement géniaux (si l'on excepte "Sur la route") mais qui ont le mérite de compléter un DVD déjà très intéressant par le live.

The Link Alive est une bombe, une référence en matière de concert. Gojira montre à quel point il porte bien son nom. The Link est magnifié, les 15 morceaux sont divins, exceptés quelques uns pas vraiment transcendés, la technique est énorme, les bonus intéressants...les landais explosent tout. So what else?



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

The Link Alive - Infos

Voir la discographie de Gojira
Infos de The Link Alive
acheter sur Amazon
Sortie : 30 octobre 2004
Genre : Death Metal
DVD

Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Connected (01:09)paroles de Connected
2. Remembrance (04:59)à écouter en premierparoles de Remembrance
3. Death of me (05:46)culte !culte !paroles de Death of me
4. Love (04:22)paroles de Love
5. Embrace the world (04:40)à écouter en premierparoles de Embrace the world
6. Space time (05:23)paroles de Space time
7. Terra Inc. (04:36)paroles de Terra Inc.
8. Indians (03:57)culte !culte !paroles de Indians
9. Wisdom Comes (02:25)paroles de Wisdom Comes
10. Blow me away you (niverse) (05:12)culte !culte !paroles de Blow me away you (niverse)
11. Lizard skin (04:32)à écouter en premierparoles de Lizard skin
12. Inward movement (05:51)paroles de Inward movement
13. The Link (05:08)à écouter en premierparoles de The Link
14. Clone (05:00)à écouter en premierparoles de Clone
15. In the forest (12:11)culte !culte !paroles de In the forest
écouter : Ecouter l'album



Gojira

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Death
Death
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Illud Divinum Insanus
Illud Divinum Insanus
2011

Chronique de Covenant
Covenant
1993

Chronique de Altars of Madness
Altars of Madness
1989

Morbid Angel
Morbid Angel
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Titan
Titan
2014

Chronique de The Great Mass
The Great Mass
2011

Chronique de Communion
Communion
2008

Chronique de Mystic Places of Dawn
Mystic Places of Dawn
1994

Septicflesh
Septicflesh
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Mithridatic
Mithridatic
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts: