Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Ghost Reveries

Chronique de Ghost Reveries

Opeth  - Ghost Reveries (Album)

La pâle lueur d'une bougie...



Avec Ghost reveries, Opeth marque un tournant dans sa carrière, tournant qui sera fortement contesté par certains fans en raison de l’apport nouveau du clavier et du côté plus rétro de l’ensemble. Gros virage dans la discographie du groupe, Ghost reveries dévoile une nouvelle facette de leur musique.

Le diptyque Deliverance/Damnation marquait la fin d’une ère. En poussant dans ses retranchements son art de la nuance musicale (un album très Death et un album acoustique), Opeth se devait de se renouveler. A l’écoute de ce Ghost reveries, le constat est frappant : Opeth a changé, la musique n’a plus la même intensité et l’atmosphère est différente. Ici, pas de lacs mystérieux ou de forêts brumeuses, place à la profondeur d’un esprit fantôme dansant (l’intro de « Beneath the mire » avec ses claviers groovy) ou à la noirceur et la densité d’un sentiment ineffaçable (la magnifique « Isolation years » tout en douceur). L’album est travaillé sur des thèmes bien précis et c’est une première pour le groupe. Akerfeldt a puisé dans des ouvrages spécialisés en légendes noires appartenant à sa femme. Les paroles se veulent sombres et nous content des histoires maléfiques, la musique se voulant elle-même inquiétante.

Celle-ci reste puissante comme jadis, avec des titres comme « Ghost of Perdition » ou « The Baying of the Hounds » mais elle a aussi énormément changé et évolué. Le clavier est désormais omniprésent et n’officie plus qu’en tant qu’instrument d’apparat (le long interlude « Atonement », merveille de légèreté et de minimalisme avec ses petites touches de piano). Per Wiberg est donc le nouveau claviériste du groupe et son jeu apporte énormément à l’univers du combo. Très jazzy, il amène des touches plus sombres mais aussi plus progressives et confère au tout une ambiance rétro proche des 70’s (qui sera plus exploitée sur Watershed) comme sur la majestueuse « Hours of wealth » au chant à la limite du crooner, qui entre directement dans les plus belles compositions des Suédois. Néanmoins, il sait aussi rester en retrait rappelant ainsi les précédentes compositions à l’image d’un « Reverie/Harlequin Forest » terriblement progressif et grandiose. L’album aurait alors pu être sans faute s’il n’y avait pas eu ce « The Grand Conjuration » extrêmement stéréotypé et pauvre artistiquement lorsque l’on connait Opeth.

De changement il est question avec ce Ghost Reveries. Le groupe change complètement de direction et opère un virage très net avec son passé, se voulant très différent dans son approche, en instaurant des éléments jazzy grâce à Per Wiberg, claviériste de grand talent. L’album nous offre alors des morceaux parmi les plus réussis de leur carrière (« Ghost of Perdition », « Hours of wealth » et « Reverie/Harlequin Forest » en tête) et montre la capacité d’Opeth à évoluer et à s’aventurer dans d’autres genres musicaux. A noter également la présence d’une reprise de « Soldier of fortune » de Deep purple dans la réédition du CD qui n’est malheureusement pas à la hauteur de ce que l’on pouvait espérer, la faute à un chant trop excessif.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Ghost Reveries - Infos

Voir la discographie de Opeth
Infos de Ghost Reveries
acheter sur Amazon
Sortie : 29 août 2005
Genre : Death Metal Progressif
Label : Roadrunner Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Ghost of Perdition (10:29)à écouter en premierparoles de Ghost of Perdition
2. The Baying of the Hounds (10:41)paroles de The Baying of the Hounds
3. Beneath the Mire (07:57)paroles de Beneath the Mire
4. Atonement (06:28)à écouter en premierparoles de Atonement
5. Reverie/Harlequin Forest (11:39)paroles de Reverie/Harlequin Forest
6. Hours of Wealth (05:20)paroles de Hours of Wealth
7. The Grand Conjuration (10:21)à écouter en premierparoles de The Grand Conjuration
8. Isolation Years (03:51)à écouter en premierparoles de Isolation Years
9. Soldier of Fortune (Bonus Track, Deep Purple Cover) (03:15)paroles de Soldier of Fortune (Bonus Track, Deep Purple Cover)
écouter : Ecouter l'album



Opeth

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: