Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Slippery When Wet

Chronique de Slippery When Wet

Bon Jovi  - Slippery When Wet (Album)

 8 
10



N’en déplaisent à tous ces détracteurs les plus farouches, ceux qui s’en moquaient à l’époque et qui en rient aujourd’hui encore à gorge déployé, le Hard-FM, au même titre que les courants plus extrêmes, auxquels il fut souvent opposé, est un art dont les œuvres les plus marquante furent, elles aussi, coupable de certaines vocations et de certaines évolutions sinon cruciales tout au moins captivantes. Ce mouvement, né à la fin des années 70, et au début des années 80, de la volonté de certains groupe de donner un son plus ‘‘pop’’ à leur musique (Styx, Boston, Foreigner, Journey), fut quelques peu dévoyés par les excès de certaines attitudes dévoués à un paraitre un peu ridicule. Mais aussi par l’abus d’une musicalité démesurée de mélodie toujours plus mélodiques et travaillées ; et, aussi, par un synthé prenant une place toujours plus prépondérante dans ce courant. L’apogée de ces abus, qui coïncida, aussi, avec l’éclosion du Grunge, au début des années 90, marque l’origine du déclin du Hard-FM.

De nos jours ce mouvement semble donc vivre les derniers soubresauts tragiques de cet étiolement, souffrant du désintérêt de la communauté d’où il s’est extraie. Ce détachement fait taire le terrorisme manichéen à son encontre, et rien ne peut plus désormais, nous empêcher de rendre un hommage appuyé à quelques unes de ces œuvres les plus fondatrices.

Et de ces meneurs les plus charismatiques, impossible de ne pas évoquer le cas Bon Jovi.
Si actuellement les américains ont définitivement basculé dans les dédales d’une musique Rock/Pop consensuelle, selon votre humble serviteur, sans grand intérêt ; il fut un temps béni où le groupe servait, avec talent, la cause d’un propos certes ultra mélodique mais non dénué de qualités.

L’année 1986 fut faste pour le genre. Elle nous permit, entre autre, de découvrir le phénomène Europe qui, avec son The Final Countdown très largement considéré, ouvrira le genre à une dimension nouvelle où la popularité est plus accessible, plus immédiate et touche un public, certes, moins connaisseurs de toutes les subtilités d’un microcosme Hard Rock/Rock mais nettement plus vaste. Et elle nous permit aussi d’entendre le troisième album de Bon Jovi, Slippery When Wet.

Loin des cette débauche stérile de l’usage intempestif, immodéré, envahissant et surtout, quelque peu, ridicule du sacro-saint synthé, les américains vont composer une œuvre exemplaire. Trouvant un équilibre intéressant entre l’harmonieuse mélodicité inhérente au Hard-FM et une certaine ‘‘vivacité’’ caractéristique au Hard Rock/Rock, le groupe nous en offre ici sa vision la plus attachante. Bien évidemment, ne nous trompons guère, il s’agit bien ici d’une fougue sans commune mesure avec la virulence d’autre genre mais qui pourtant demeurent convaincante. En effet en des titres bien construit, aux refrains fédérateurs efficaces, aux guitares suffisamment présentes pour revendiquer cette appartenance au monde Hard et aux constructions certes évidentes mais néanmoins intelligentes, Bon Jovi réussis à demeurer concluant. Et les excellents et renommés Give Love A Bad Name, le tourmenté Livin’on a Prayer, le concerné I’d Die for You ou, par exemple, le ‘‘pesant’’ Let It Rock, ne démentiront pas cette bonne impression.

L’intérêt de cette œuvre réside, aussi, dans sa capacité à créer des atmosphères donnant lieu à des sentiments divers, et donc à ne jamais lasser l’auditeur. Ainsi, outres l’anxiété et la lourdeur des titres déjà évoqués, Bon Jovi développe, également, une certaine allégresse incontestablement communicative (Social Disease, Raise Your Hand, Wild in the Streets).

En évoquant le romantisme de ces ballades, exercice symptomatique du genre, difficile de ne pas évoquer Wanted Dead Or Alive. Ce titre, au climat bluesy western, est tout simplement superbe. Ajoutons que Never Say Goodbye reste sympathique et que Without Love est dispensable, mais que, malgré cela, fait relativement rare pour être souligné, ces titres n’alourdissent pas cette œuvre d’une pesanteur mièvre négligeable.

Slippery When Wet demeure donc un album captivant. Le temps passant, il aura acquis, espérons-le, une respectabilité tout à fait méritoire.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Oh que ça fait plaisir de lire ceci! Merci!
dim. 2 mai 10- 22:05  
Mais de rien...
dim. 2 mai 10- 23:28  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Slippery When Wet - Infos

Voir la discographie de Bon Jovi
Infos de Slippery When Wet
acheter sur Amazon
Photo
Pochette alternative.
Photo
Pochette alternative.
Photo
Bon Jovi - Slippery When Wet


Sortie : août 1986
Genre : Hard Rock
Label : Mercury
Playlist :
1. Let It Rock
2. You Give Love a Bad Namelisten
3. Livin' on a Prayerlisten
4. Social Disease
5. Wanted Dead or Alivelisten
6. Raise Your Hands
7. Without Love
8. I'd Die for You
9. Never Say Goodbye
10. Wild in the Streets
écouter : Ecouter l'album



Bon Jovi

Albums chroniqués :
Chronique de What About Now
What About Now
2013

Chronique de Slippery When Wet
Slippery When Wet
1986

Bon Jovi
Bon Jovi
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Def Leppard
Def Leppard
Voir la page du groupe
Création : 1977
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Mechanical Resonance
Mechanical Resonance
1986

Tesla
Tesla
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: