Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Re-Traced

Chronique de Re-Traced

Cynic  - Re-Traced (EP (Maxi))

Envolée lyrique



Cynic est ce que l'on pourrait appeler un groupe invincible. En effet, après avoir sorti une première démo en 1993 intitulée "Focus", le groupe se sépare peu de temps après alors qu'il allait accoucher d'un nouveau rejeton. C'est cependant après 15 longues années de silence que Cynic sort "Traced In The Air", album quoi, rappelons le, fut largement salué par la population chevelue. Porté par leur enthousiasme à revenir sur le devant de la scène, Cynic ne laisse que 2 ans s'écouler entre les deux opus, en nous servant un "Re-Traced" sur un plateau d'argent.



Pourtant, on ne peut pas tout de suite affirmer que "Re-Traced" est un album à part entière. En effet, c'est avec un EP de 5 titres que Cynic signe son grand retour. Certes, 5 titres mais il est important de préciser que 4 figuraient déjà sur "Traced In The Air" : "The Space For This" devient "Space" ; "Evolutionary Sleeper" mute en un "Evolutionary " ; " Integral Birth" se transforme en " Integral" et " King Of Thise Who Know" quant à lui, se métamorphose en un "King", tout simplement. Pourquoi chercher à faire compliquer ?


La remasterisation de ces quatre titres est flagrante, le groupe cherchant ainsi l'amélioration et l'innovation en terme de musicalité et de technique. Cynic va toujours plus loin dans la rechercher et ça se ressent. En effet, Paul Masvidal prend désormais en charge la totalité des vocaux. Le bonhomme fait preuve d'une voix exceptionnelle dans "King" car il parvient à maintenant cette ambiance feutrée tout en nous insufflant une intensité si chargée en émotion que nous pouvons sentir nos tripes se tordre dans tous les sens, notre estomac frémir au contact de ces doux accords de guitare. Cette part de douleur dans la voix de Madvidal est continuellement présente et nous l'éprouvons comme s'il s'agissait de la notre. Adieu les growls death de Tymon Kruidenier, même si cela est regrettable, étant donné que ces growls rendaient les morceaux plus énergiques. Mais les groupe ne s'en sort pas si mal, les instrumentaux très progressifs et relativement lents pourraient nous donner l'impression de nous retrouver au milieu de petits lapins roses habitant un monde fait de coton et de guimauve, mais cette impression reste brève. Le tout se veut subtilement jazzy teinté d'éléments progressifs bien dosés.


La sérénité ressort de l'écoute de "Re-Traced". Peut être est ce le fait que Cynic ait enfin trouvé sa voie ? Le soulagement de pouvoir enfin se poser ? Peut être, oui.


Les morceaux de "Re-Traced" restent fidèles à ceux reprit de "Traced In The Air", même si une remasterisation implique forcément des changements. Le groupe utilise beaucoup d'arrangements à consonances "éléctro", ce qui nous fait alors déplorer la présence du batteur, Sean Reinert, relégué au second plan. Certes il est vrai que celui ci reste présent au sein des morceaux, mais cela parait toutefois léger, on aurait même plutôt tendance à oublier sa présence... Fantomatique. Il est vrai que le manque de batterie reste le point faible de cet album, empêchant les morceaux d'atteindre relief et profondeur espérés attendu nerveusement par nos oreilles, mais rien n'y fait.


Cependant, les touches "éléctro" faisant office de percussions ne vont pas si mal avec l'ambiance général qui émane de "Re-Traced". L'atmosphère se veut feutrée, "moelleuse" (si je puis dire) et "l'éléctro" ne fait que renforcer ce ressenti en donnant l'impression de bruits sourds, pouvant se rapprocher à des battements de cœur, comme dans "Space", nous projetant ainsi l'image d'un cocon inviolable. Mais ces battements cardiaques à grande vitesse sont bel et bien présent afin de nous démontrer que malgré le fait qu'il s'agisse ici d'un EP (dont la remodélisation de 4 titres du précédent album), "Re-Traced" est bien vivant et possède sa propre âme. Ce n'est pas qu'un simple "vide placard", faire du neuf avec du vieux qu'à créé ici Cynic, c'est le mythe du Phoenix personnifié auquel nous avons à faire : le groupe semble renaître de ses cendres, paraissant alors beaucoup plus fort et puissant qu'il ne l'a jamais été. L'album fait preuve d'une grande force. L'intensité planant sur cet album répond à la vivacité et à la technique des accords de guitares, menée d'une main de maître par Tymon Kruidenier et Paul Masvidal dont les inébranlables manches à cordes entament un combat pacifique, se répondant à coup d'accords et de riffs paisibles. La basse, douce dame hautaine et prude sous les doigts de Sean Malone, nous embarque dans un tourbillon de notes, qui tendent à rendre les morceaux de « Re-Traced » indétrônables, ancrés dans notre esprit après l'écoute de l'album.


Cependant, une nouveauté figure à la liste de cet album, oui, une nouveauté ! Il s'agit de « Wheels Within Wheels ». On ne l'espérait plus. Ce morceau est présent afin de donner plus de couleurs et de nuances à l'album, nous évitant de plonger la tête la première dans la vase de l'ennui. "Wheels Within Wheels" nous donne un goût de nouveauté, nous préparant à découvrir ce nouveau morceau (figurant en dernier de la liste) tout au long de l'album, comme si cela était fait exprès afin de nous garder l'eau à la bouche jusqu'au bout. Les rythmes se veulent à la fois entrainants et entêtants, mais également doux et délicats, nous laissant partir dans ce drôle de monde que Cynic chercher à nous pousser à créer à travers « Re-traced 


"Re-traced" n'a plus rien à voir avec du metal. Cynic a effectué un virage à 180°, délaissant le "déjà vu" pour nous donner ici quelque chose de nouveau. Bien qu'il s'agisse de 4 titres de « Traced In The Air », tout a été mis en œuvre afin d'éviter à l'ennui et la routine de prendre leurs aises. Ne serait-ce qu'au niveau des arrangements ou des ambiances crées au seins des morceaux. Cependant, on ne crache pas sur la véritable nouveauté de l'album : "Wheels Within Wheels", renforçant cette idée d'innovation et d'aller "toujours plus loin" dont fait preuve Cynic. Toutefois, l'important point faible de cet album reste le manque de contribution de batterie, laissant les morceaux passer à côté d'un relief important. C'est une véritable renaissance qu'opère ici Cynic, le groupe signe son retour d'un seul coup de griffe, et quel coup... Terriblement bien placé qu'on sait dès les dernières notes de « Re-traced » que l'espoir d'en sortir indemne sera... Vain.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Re-Traced - Infos

Voir la discographie de Cynic
Infos de Re-Traced
acheter sur Amazon
Sortie : 17 mai 2010
Genre : Metal Progressif
Label : Season of Mist
EP (Maxi)

Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Spaceparoles de Space
2. Evolutionaryparoles de Evolutionary
3. Kingparoles de King
4. Integralparoles de Integral
5. Wheels Within Wheelsparoles de Wheels Within Wheels
écouter : Ecouter l'album



Cynic

Albums chroniqués :
Chronique de Kindly Bent to Free Us
Kindly Bent to Free Us
2014

Chronique de Re-Traced
Re-Traced
2010

Cynic
Cynic
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Death
Death
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Jupiter
Jupiter
2010

Chronique de Jupiter
Jupiter
2010

Atheist
Atheist
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Lurker of the threshold
Lurker of the threshold
2006

Portal
Portal
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Death Metal
Origine : Australie


Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The storm within
The storm within
2016

Chronique de Glorious Collision
Glorious Collision
2011

Evergrey
Evergrey
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Grace Decapitated
The Grace Decapitated
2009

Ellipsis
Ellipsis
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal Progressif
Origine : France