Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Drifting Through the Void

Chronique de Drifting Through the Void

Svarti Loghin  - Drifting Through the Void (Album)

Effet papillon ?



Si Svarti Loghin avait brillé avec son précédent opus Empty World resté certes assez confidentiel, il est à nouveau de retour avec un disque radicalement différent.

Si Empty World touchait l’auditeur par ses aspects dépressifs suggérés et une base Black Metal affirmé, les débuts du groupe laissaient entrevoir une évolution vers un Slow Black hypnotique à la Burzum ou Sjodogg sans vraiment que l’on croit plus que ça au potentiel du groupe.
Mais avec ce Drifting Through The Void, Svarti Loghin s’impose par son imprévisibilité ! Puisant désormais bien plus ses influences dans une sorte de Shoegaze extrême ou de post-rock, les suédois présentent là une œuvre étonnante, déconcertante même.
Nous, français, désormais habitués à ces sonorités ‘pop distortionnées’ véhiculées par certains Alcest, Amesoeurs ou désormais par le sublime Les Discrets, nous n’aurons malheureusement pas l’occasion de crier au plagiat pour défendre notre chauvinisme… Non, car Svarti Loghin s’en sort avec une approche de la musique qui lui est bien personnelle. Opportunistes ? Peut-être… A en croire l’engouement soudain pour ce genre musical, on pourrait le penser. Mais Svarti Loghin a montré depuis ses débuts que le Black Metal était un terrain de chasse, ou plutôt un champ d’expérimentation qui lui permettait s’épanouir sa créativité musicale.
Comme de nombreux groupes remarquables tels Farsot ou Lantlôs pour ne citer qu’eux, les suédois s’approprient une grande partie de leur patrimoine Black Metal pour le modeler, le mélanger, et tels des magiciens confirmés, ils n’hésitent pas à se jouer des codes, à pousser toujours plus loin leurs expériences musicales.

Ainsi, on retrouvera une douceur toute contrastée avec des riffs tantôt dissonant tantôt arrogant, un chant tantôt aérien tantôt Burzumien, des atmosphères tantôt posées tantôt possédées.
Et si le groupe transforme le Black Metal de ses débuts en une musique à la fois atmosphériques et pesante, on y retrouvera des influences complètement surprenantes comme certains titres très country comme le morceau éponyme. Une odeur de vieux Far West américain se dessine étrangement pour retourner explorer des fjords enneigés en Norvège quelques notes plus tard. En quelques secondes, Svarti Loghin nous fait parcourir des milliers de kilomètres uniquement à l’aide de sa musique. Des titres riches, variés, mais qui n’entachent en rien la cohérence globale de l’album, sont travaillés avec une approche dont on n’a pas vraiment l’habitude. La surprise est au rendez-vous même si les atmosphères lugubres qui parsemaient Empty World sont belles et bien présentes, disséminées pour toujours nous étonner.
Construits bien souvent sur des arpèges envoûtants, la musique se veut simple, intuitive, rêveuse. A des années lumières de tout discours haineux et blasphématoire, ce nouvel opus s’écouterait comme la bande-son du Peuple Migrateur pour Metalleux. Des ambiances très travaillées, majoritairement instrumentales, perturbée par quelques cris plaintifs épars, font de ce disque un voyage introspectif serein mais angoissé, apaisé mais torturé.

Et si la musique du groupe peut paraître difficile d’accès par cette multitude d’influences extra-metalliques, il n’en est pas moins que Svarti Loghin est un groupe inspiré, original et intéressant. Même si ce nouvel album sera rarement cité comme référence, il est une porte d’entrée à la créativité artistique et musicale.

(0) Modifier l'article
par Pit, le 1 avril 2010
Voir toutes les chroniques de Pit


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


J'avais été vraiment emballé par Empty World, mais je jetterai une oreille sur celui-ci. En tout cas, leur revirement stylistique m'étonne!
sam. 3 avril 10- 11:06  
Ah ouais ! Un gros changement, tu verras !
sam. 3 avril 10- 12:26  


Drifting Through the Void - Infos

Voir la discographie de Svarti Loghin
Infos de Drifting Through the Void
acheter sur Amazon
Sortie : 16 avril 2010
Genre : Post-Black Expérimental
Label : Aeternitas Tenebrarum Music Foundation
Playlist :
1. Red Sun Sets (02:17)
2. Kosmik Tomhet (07:50)
3. Odelagd Framtid (07:50)
4. Drifting Through the Void (07:31)
5. Nightsky Interlude (01:36)
6. Bury My Heart in These Starlit Waters (09:10)
7. Planet Caravan (Black Sabbath cover) (04:08)
8. Stargazer (06:48)
écouter : Ecouter l'album



Svarti Loghin

Albums chroniqués :
Chronique de Drifting Through the Void
Drifting Through the Void
2010

Chronique de Empty World
Empty World
2008

Svarti Loghin
Svarti Loghin
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Black Metal
Origine : Suède




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Privilegivm
Privilegivm
2009

Secrets of the Moon
Secrets of the Moon
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Vehementer Nos
Vehementer Nos
2007

Vehementer Nos
Vehementer Nos
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Black Metal
Origine : France


Alcest
Alcest
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Avant-garde metal
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Amesoeurs
Amesoeurs
2009

Amesoeurs
Amesoeurs
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Avant-garde metal
Origine : France


Les Discrets
Les Discrets
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Avant-garde metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Insects
Insects
2011

Farsot
Farsot
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Black Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: