Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Epica

Chronique de Epica

Kamelot  - Epica (Album)

Un très vieux mythe...



Fort de ses succès précédents et de sa popularité, nos américains décidèrent de se lancer dans un mélange improbable : metal, opéra rock et théâtre. Le résultat fut cet album. Lors de sa sortie en 2003, il rencontra un vif succès, dû en partie à l'originalité du concept et la qualité des compositions, mais également, il faut bien le dire, à la vague insatisfaction qui avait suivi la sortie de Karma. Parmi les invités prestigieux, notons Luca Turilli, qui exécute le solo de guitare de "Descent of the Archangel".
Résumons le concept, donc. D'une part, le groupe : un combo efficace, soudé autours d'un chanteur doté de charisme, Khan, et d'un excellent guitariste, Thomas Youngblood ; une musique particulière, exceptionnellement riche, bourrée d'influences classiques et orientales. De l'autre, une pièce de théâtre de l'un des plus grands poètes allemands. Il n'en fallait pas plus pour inspirer une œuvre unique.
Il y aurait beaucoup à dire sur le mythe de Faust et Méphisto, qui était déjà vieux quand Goethe s'en empara et lui donna la forme que l'on connait, mais ça n'est pas le but présent. Contentons nous de remarquer combien l'histoire reste d'actualité. On y trouve certaines des peurs, certains des désirs les plus anciens de l'homme : la peur de l'ennui, du vide intérieur ; le choix entre moral et facilité ; le paradoxe de l'abondance. Qui n'a jamais eu envie de voir ses désirs réalisés d'un simple coup de baguette magique ?
C'est un peu tout cela que Kamelot a tenté de faire passer dans son œuvre, et je trouve ça assez réussi. Faust prend ici le nom d'Ariel, Marguerite celui d'Helena, et Mephisto reste Mephisto.
D’un point de vue musical, c’est peut être l’une des meilleurs performances du groupe. Tendant fortement sur l’athmo, leur power mélodique fait ici merveille ; soulignant tour à tour la mélancolie affectée, puis le désespoir d’Ariel ; le gout de Mephisto pour l’esbroufe et la superbe ; la vitalité d’Helena. Chœurs, instruments classiques et orientaux, tout y est. Les riffs sont complexes et efficaces ; les soli de guitare globalement courts mais techniques. La batterie n’est pas en reste ; belle performance de Casey Grillo une fois de plus.
Roy Khan fait preuve d’une étonnante maturité, et arrive à véritablement se « glisser dans les peaux » des deux personnages théâtraux auxquels il prête sa voix. Sa double interprétation souligne fort bien le lien complexe entre Mephisto et son protégé : une alliance piégée, faite d’antagonisme et de tricherie, et paradoxalement une certaine complicité.
L'histoire suit de très près celle de la pièce : les quatre premières chansons sont consacrées à Ariel et ses atermoiements. Quatre magnifiques morceaux du reste : Center of The Universe, Farewell, The Edge of Paradise et Wander ; tout quatre excellent et riches à souhait. Deux interludes sont aussi intercalés au début et au milieu.
Ses réflexions, son ennui et sa solitude le conduisent à s'enfermer dans un passé idéalisé, jusqu'au jour où Mephisto, sous la forme d'un ange, lui propose sont fameux pacte : en gros, lui redonner goût à la vie en échange de son âme. Dans le rôle du tentateur, Khan se montre convaincant, rompant totalement avec son style des chansons précédentes. Suit A Feast For The Vain ; Mephisto entraine sa nouvelle recrue dans une orgie célébrant la vanité ; c’est l’occasion d’une débauche de chœur et de solo grandiose, d’instruments orientaux et de roulement majestueux.
Pour accomplir ses vœux, et pour mieux le perde, Mephisto accède ensuite à sa principale demande: trouver l'amour. On The Coldest Winter Night célèbre sa rencontre avec Helena. Comme il se doit, chant et accompagnement s’adoucissent, livrant néanmoins un résultat juste, et exempt de trop de mièvrerie.
Comprenant qui l'entraine avec lui dans sa perte, Ariel abandonne Helena peu après, et la conjure ne pas le suivre, car il veut éviter sa perte et sa damnation éternelle (Lost & Damned ). Forcément, les choses prennent une tournure dramatique, le tempo s’accélère le chant se fait désespéré, les solos se multiplient.
Mais c'est bel et bien sa fuite qui la perd ; abandonné, elle se suicide dans Helena's Theme ; l'esprit de la rivière l'accueille et demande grâce pour son âme à Dieux. C’est une chanson calme, accompagnée d’une mélodie douce, qui se conclut par l’annonce du crieur de la ville « the lady Helena has comited a sin », le péché suprême : le suicide.
Ariel comprend alors, dans The Mourning After, qu'il a été le jouet de Mephisto. Le chant se fait torturé, désespéré, magnifié par les chœurs et les riffs puissants.
Vient alors le moment clé. Devenue un ange, Helena et Mephisto s'affrontent pour la possession de l’âme d'Ariel. Mais ce dernier, refusant le pardon d'Helena, se livre au diable. La lutte entre les deux est fort bien rendu, l’ironie moqueuse fait face à la douceur de l’ange et au désespoir du héros. Sur un tempo rapide, un riff lourd vient accompagner le chant de triomphe de Mephisto, sur lequel s’achève l’album.
Un mythe vieux comme le monde, auquel le metal aura apporté sa petite pierre…

(1) Modifier l'article
par Ouraz, le 15 novembre 2009
Voir toutes les chroniques de Ouraz


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Epica - Infos

Voir la discographie de Kamelot
Infos de Epica
acheter sur Amazon
Sortie : 2003
Genre : Power Sympho
Label : Noise International
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Prologue (01:07)paroles de Prologue
2. Center of the Universe (05:27)à écouter en premierparoles de Center of the Universe
3. Farewell (03:41)à écouter en premierparoles de Farewell
4. Interlude I (Opiate Soul) (01:10)paroles de Interlude I (Opiate Soul)
5. The Edge of Paradise (04:10)culte !culte !paroles de The Edge of Paradise
6. Wander (04:24)paroles de Wander
7. Interlude II (Omen) (00:41)paroles de Interlude II (Omen)
8. Descent of the Archangel (04:36)à écouter en premierparoles de Descent of the Archangel
9. Interlude III (At the Banquet) (00:30)paroles de Interlude III (At the Banquet)
10. A Feast for the Vain (03:58)culte !culte !paroles de A Feast for the Vain
11. On the Coldest Winter Night (04:04)à écouter en premierparoles de On the Coldest Winter Night
12. Lost & Damned (04:55)culte !culte !paroles de Lost & Damned
13. Helena's Theme (01:51)à écouter en premierparoles de Helena's Theme
14. Interlude IV (Dawn) (00:28)paroles de Interlude IV (Dawn)
15. The Mourning After (Carry On) (04:59)culte !culte !paroles de The Mourning After (Carry On)
16. III Ways to Epica (06:17)à écouter en premierparoles de III Ways to Epica
écouter : Ecouter l'album



Kamelot

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Rhapsody Of Fire
Rhapsody Of Fire
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : Italie


Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Blind Guardian
Blind Guardian
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne