Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Black Halo

Chronique de The Black Halo

Kamelot  - The Black Halo (Album)

 9 
10

The Black Halo



Septième album du groupe américain, The black Halo est clairement dans la lignée d’ Epica, son prédécesseur ; non seulement d’un point de vue musical mais également les textes. L’album était centré sur une histoire inspirée du Faust de Goethe, un homme ayant vendu son âme au diable contre l’éternelle jeunesse, qu’une jeune fille tente de racheter par amour. Comme dans Faust, elle échouait et mourait. Les chansons s’enchainent sur cette histoire, parfois sous forme de dialogues entre les protagonistes : Ariel, le héros ; Méphisto, le diable ; Helena, la jeune fille. Une sorte d’opéra version métal en somme ; bien que le mythe de Faust soit classique, sa relecture est intéressante.
Au niveau musical, on retrouve la technique des multiples collaborations, pratiquement chaque chanson faisant appel à un assortiment d’invités différent. On retrouve avec plaisir la voix de Khan et sa technique vocale assez particulière, son chant aux multiples inflexions.
Très remarquable, la présence d’un orchestre symphonique ; parfois jouant en solo, le plus souvent associé aux instruments du métal, il apporte une certaine complexité aux mélodies et fait une bonne partie du charme de cet album. Un chœur est également présent, ce qui achève la ressemblance avec l’opéra.
March of Méphisto débute sur une strophe en latin, chantée par Shagrath dans le plus pur style de Dimmu Burgir. Accompagné par le clavier, puis un martellement de botte et des cris, il glorifie le goût du lucre. Batterie, basse et guitare prennent le relais avant que Méphisto (à qui Kahn prête sa voix) n’arrive. Il a retrouvé Ariel, qui l’avait fuit, et veut le soumettre. De sa voix tantôt enjôlante, tantôt menaçante, il mélange promesse et fausse compassion, et finit par lui rappeler le pacte qu’il a signé.
Commençant sur un solo de batterie, When the lights are down met en scène l’aveu de faiblesse d’Ariel ; par fatalité il se soumet à Méphisto, mais son désir de rédemption revient dans The Haunting, avec la rencontre de Marguerite, un personnage tout droit tiré de Faust et interprété par Simone Simons, la chanteuse d’ Epica (le groupe).
L’interlude Dei Gratia, un court air en latin, associe Khan à une voix de femme avant l’introduction orchestrale de Abandonned. Ariel y exprime cette fois ses regrets, sa mélancolie ; le piano vient souligner ses sentiments, ainsi que la courte apparition d’Helena. Mêlant toujours musique orchestrale et sons métal, This Pain et Moonlight continuent dans le même registre ; les thèmes musicaux sont toujours aussi complexes.
L’interlude, Un Assassinio Molto Silenzioso, est assez curieux ; il s’agit d’un air de cabaret en italien, qu’une femme interprète un peu à la façon des bohémiennes. Le contraste avec le reste de l’album est étonnant ; il s’agit peut être d’une évocation de la vie dépravée que le héros menait sous l’influence du diable. On peut aussi faire un parallèle avec la chanson de la puce que Méphisto interprète dans la taverne, dans l’opéra que Berlioz avait tiré de Faust.
Suit la chanson emblématique de l’album, Black Halo. La musique est beaucoup plus violente et désespérée ; Ariel est résolu à mourir, soutenue par le chœur dans sa détermination. Cependant il hésite jusque dans Memento Mori, où Helena, devenue un ange, affronte Méphisto (chanté cette fois par Shagrath) pour lui reprendre l’âme d’Ariel. C’est le dénouement et la fin de l’histoire. Un nouvel interlude étrange suit, où l’on entend le maire de la ville souhaiter une bonne année à ses concitoyens, puis les pas d’un homme s’enfuyant dans la neige…L’album se conclut sur Serenade, où le chœur est une nouvelle fois associé à Kahn, cette fois pour un hymne d’espoir.
L’histoire connait moins d’évolutions que dans Epica ; elle est plus centrée sur le héros et ses affres ; la musique en revanche gagne largement en complexité. Autre détail originale, les transitions ne sont pas instrumentales comme le font la plupart des groupes, mais constituées de courts textes, souvent des mises en situations ; au lieu de constituer des temps morts, elles font avancer l’histoire. Souvent décrié pour son manque d’originalité, Kamelot nous prouve dans cet album sa capacité à innover, à réaliser la fusion des styles musicaux dans un genre différent du métal symphonique.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 9 
10
Waifai
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The Black Halo - Infos

Voir la discographie de Kamelot
Infos de The Black Halo
acheter sur Amazon
Sortie : 2005
Genre : Power Sympho
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. March of Mephisto (05:29)écouterparoles de March of Mephisto
2. When the Lights Are Down (03:42)culte !culte !listenparoles de When the Lights Are Down
3. The Haunting (Somewhere in Time) (05:40)à écouter en premierécouterlistenparoles de The Haunting (Somewhere in Time)
4. Soul Society (04:18)à écouter en premierlistenparoles de Soul Society
5. Interlude I: Dei Gratia (00:57)paroles de Interlude I: Dei Gratia
6. Abandoned (04:07)écouterparoles de Abandoned
7. This Pain (03:59)à écouter en premierparoles de This Pain
8. Moonlight (05:11)paroles de Moonlight
9. Interlude II: Un Assassinio Molto Silenzioso (00:41)paroles de Interlude II: Un Assassinio Molto Silenzioso
10. The Black Halo (03:43)à écouter en premierparoles de The Black Halo
11. Nothing Ever Dies (04:46)culte !culte !paroles de Nothing Ever Dies
12. Memento Mori (08:54)paroles de Memento Mori
13. Interlude III: Midnight / Twelve Tolls for a New Day (01:21)culte !culte !paroles de Interlude III: Midnight / Twelve Tolls for a New Day
14. Serenade (04:33)paroles de Serenade
écouter : Ecouter l'album



Kamelot

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Rhapsody Of Fire
Rhapsody Of Fire
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : Italie


Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Blind Guardian
Blind Guardian
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne