Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Fatal Portrait

Chronique de Fatal Portrait

King Diamond  - Fatal Portrait (Album)

Meurtre fatal grave



Un des groupes les plus prometteurs du début des années 80 aurait très bien pu se retrouver le bec dans l'eau avec le départ de son guitariste Hank Shermann en 1985 vu que ce dernier était le propriétaire du nom Mercyful Fate. De quoi poser une sacré problématique quand il reste une bonne partie de la formation présente, avec une envie de continuer l'aventure initiée trois ans plus tôt avec l'imparable Melissa. Bref, ça faisait un peu désordre. Mais le chanteur du groupe, sur de son charisme, décide de transformer un peu le groupe et lui donne son nom. Ou plutôt, son pseudo : King Diamond. En coulisse, un peu de ménage sera fait et on notera l'arrivée du jeune Andy LaRocque à la seconde guitare et celle de l'imposant Mikkey Dee derrière les fûts.

On notera également un changement de thématique subtil. Si Mercyful Fate s'adonnait gaiement à un satanisme éloquent, King Diamond s'axe nettement plus sur l'horreur. Une horreur un peu vintage, comme celle qui alimentait les pulps des années 30 et 40 puis par extension l'horreur à la Hammer et à la Corman (ce dernier, bien gratiné, à quand même révélé une pléiade d'acteurs cultes dans les années 60/70). Aussi, Fatal Portrait change d'ambiance par rapport à Don't Break The Oath, l'essai de Mercyful Fate le plus proche. Nous ne sommes plus en présence d'une machine occulte, maléfique. Ici, nous pénétrons dans une crypte moyenâgeuse hanté par on se sait quelque fantôme.

Aussi, on peut avoir l'impression que le style est un peu moins flamboyant, moins hargneux. Mais la peur est quelque chose d'insidieux, il convient de poser l'univers macabre et surnaturel au gré des premières secondes de chaque introduction. A ce titre, The Candle est une leçon. L'approche est glaciale, malsaine. Pendant une minute, on est ainsi malmené par une musique d'outre-tombe, au caractère un peu religieux dans sa solennité. Puis on arrive au corps de la chanson à proprement parler, avec des guitares tranchantes qui évoluent sur un mid tempo ravageur. King Diamond, derrière le micro, s'amuse toujours autant avec sa voix, à passer du grave à l'aigu. On peut cependant être un peu déçu par ses aigus. Ils sont moins impressionnants que par le passé. Certainement mieux maîtrisés, mais il manque cette touche de folie que l'on pouvait retrouver sur le fulgurant Come To The Sabbath sur Don't Break The Oath par exemple.

Bien que non crédité pour les compositions, Andy LaRocque attire forcément les oreilles les plus attentives. La musique de King Diamond est truffée de soli ; ceux de Andy se montrent particulièrement technique, sans oublier la finesse d'exécution. Mieux, il a parfaitement réussi à capter l'esprit un brin tordu de son employeur et son jeu correspond parfaitement aux pires délires du chanteur bariolé.

Fatal Portrait, c'est un peu une démonstration de force pour chaque musicien. Chacun viendra s'illustrer à un moment où un autre. A ce titre, Mikkey Dee est une autre révélation de ce disque; Sa frappe lourde, sans trop en faire, est idéale pour un groupe comme King Diamond, venant lui donner une robustesse agressive qui s'accorde très bien avec les guitares qui savent se mettre en retrait pour les besoins d'une chanson.

Cependant, on est loin du coup de maître des deux premiers opus de Mercyful Fate. Il y a comme une espèce de traumatisme au sein du groupe qui l'empêche de vraiment briller. Les compositions sont bonnes. Les idées sont là. La folie manque encore un peu. Mais attention, King Diamond est déjà une bête dangereuse, qui navigue résolument à contre-courant des moeurs musicaux de l'année 1986, où Poison, Bon Jovi et Europe triomphaient avec des albums grands publics. La suite n'en sera donc que meilleure.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Fatal Portrait - Infos

Voir la discographie de King Diamond
Infos de Fatal Portrait
acheter sur Amazon
Sortie : 1986
Genre : Heavy Metal
Label : Roadrunner Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. The Candle (6:38)à écouter en premierparoles de The Candle
2. The Jonah (5:15)à écouter en premierparoles de The Jonah
3. The Portrait (5:06)à écouter en premierparoles de The Portrait
4. Dressed In White (3:09)paroles de Dressed In White
5. Charon (4:14)paroles de Charon
6. Lurking In The Dark (3:33)paroles de Lurking In The Dark
7. Halloween (4:12)à écouter en premierparoles de Halloween
8. Voices From The Past (1:29)paroles de Voices From The Past
9. Haunted (3:54)à écouter en premierparoles de Haunted
écouter : Ecouter l'album



King Diamond


Albums chroniqués :
Chronique de Them
Them
1988

Chronique de Abigail
Abigail
1987

Chronique de Fatal Portrait
Fatal Portrait
1986

King Diamond
King Diamond
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Heavy Metal
Origine : Danemark

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Mercyful Fate
Mercyful Fate
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Heavy Metal
Origine : Danemark


The Oath
The Oath
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Black Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Native Tongue
Native Tongue
1993

Poison
Poison
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: