Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Coronary Reconstruction

Chronique de Coronary Reconstruction

Aborted  - Coronary Reconstruction (EP (Maxi))

Souillure extrême



Ils sont de retour, de retour, ils sont de retours ! En effet, Aborted sort enfin de la torpeur dans laquelle il nous avait plongé avec « Strychnine .213 » (2008). Comme quoi, il est important d’explorer de nouvelles sonorités, mais à certains moments il est aussi bon de s’abstenir.
Le leader charismatique du groupe, Sven de Caluwe, revient sur le devant de la scène Death Metal avec un nouveau line-up tout neuf… Aucun musicien ayant accompagné le groupe sur « Strychnine.213 » ne sont présents. On souhaite donc la bienvenue Eran Segal et Ken Sorceron à la guitare, Cole Martinez à la basse et à… (Roulements de tambours) DIRK VERBEUREN ! Hé oui, le batteur est revenu mettre une bonne raclé aux fûts après avoir contribué à l’énormissîme « Goremageddon », sorti en 2003.



L’artwork de « Coronary Reconstruction » est égale au groupe : originale et tellement familière à la fois. Comme si on était enfin soulagé de voir le retour de notre très cher docteur sanglant apparaissant déjà sur la pochette de «Goremageddon », (bien qu’à mon avis ce soit la première fois que l’on se sent aussi serein de voir un docteur, surtout celui ci...). Encore un signe du retour aux sources du groupe Belge ? Sûrement, oui.

Dès le morceau éponyme de l’album, « Coronary Reconstruction », Aborted pose directement les bases d’un Death Metal puissant et violent, ne laissant pas de place pour les chi-chis et les manières. C’est crade et dégueulasse mais qu’est ce qu’on aime ça, on irait même jusqu’à en redemander ! Ce n’est pas comme si nous avions été traumatisé par le précèdent opus...
Toutefois, nous ne sommes pas face à une mauvaise surprise. L’album continu dans sa lancée en nous balançant à la tronche des titres tels que « From A Trepid Whiff » débordant d’énergie et de rythme. Mention spéciale au sample de bruits de diarrhée, nous arrachant un sourire.


Les deux guitaristes nous envoient sans ménagement toute une tripotée de riffs aussi ravageurs et efficaces les uns que les autres, coups brutaux assénés sans aucune pitié. Un genou à terre. La basse sort de ses tranchées afin de nous assommer de lignes lourdes et puissantes, donnant ainsi toute cette profondeur étouffante aux morceaux. Dirk se défoule sur les fûts et manie les baguettes d’une main de maître. Les rythmes sont actifs et ravagent toute forme de vie. Quant à Sven, produisant des vocaux gutturaux et caverneux à souhait, celui ci nous tord les tripes et s’amuse à les exhiber sur la place publique. On suffoque, on perd pied, c’est donc là qu’Aborted veut en venir ? Nous emmener tellement loin avec « Coronary Reconstruction » que revenir d’où nous sommes venus nous serait impossible ? Oui, sûrement même.


Or, ce retour au Death des débuts ne serait-il pas en fait le signe que le groupe se serait rendu compte de l’échec de « Strychnine.213 », leur faisant ainsi perdre une bonne partie de leur fan ? Il est clair que l’expression « remise en question » est ici de mise. Mais il est important de préciser qu’Aborted rectifie parfaitement le tire en nous offrant un « Coronary Reconstruction » bien huilé, revenant aux influences de séries Z que nous leur connaissions si bien. « Left And Path » nous rappelle ce côté film d’horreur que le groupe affectionne tant, en envoyant à nous douces et tendres oreilles un instrumental à l’atmosphère inquiétante, rappelant les musiques de fond de film d’horreur, lorsque le tueur en série plonge sur sa victime afin de le mettre en pièce.

Nous sommes face à un album se voulant dans la lignée de « Goremageddon » (2003) et « Engineering The Death » et c’est ça qui est terrible.

Cependant, il ne s’agit pas ici de faire du neuf avec du vieux, et puis quoi encore ? Il ne manquerait plus que ça. Voilà que l’on retrouve nos chevelus Belges et ils nous feraient un coup dans le genre ? Non, rassurez vous donc, nous sommes loin de la pâles copie d’un « The Archaic Abattoir » (2005). Même s’il s’agit de revenir aux sources, Aborted montre ici que « Coronary Reconstruction » possède sa propre personnalité et sa propre valeur. En effet, les années passent et le groupe a évolué, les changements de line-up se sont opérés, tout cela sans compter l’évolution certaine d’Aborted : bien que brutaux et très énergiques, les morceaux se veulent extrêmement structurés et travaillés, très loin des débuts quelques peu brouillons du groupe.



Aborted a effectué un retour aux antipodes des précédents albums. Retour réussi. L’album se veut beaucoup plus rentre dedans que ses prédécesseurs, quelque peu « mous-du-genou ». « Coronary Reconstruction » envoie du bon Death Metal violent avec ce petit côté confu qui lui est propre. Aborted se reprend en main et nous sert ici un album valant le coup d’être écouté et surtout apprécié. Les chevelus sont revenus sur le chemin de leurs origines après être sortis des sentiers battus en tentant de donner une nouvelle approche à leur musique. Nous attendons le prochain album avec impatience, histoire d'être bien sûr que « Coronary Reconstruction » n’était pas qu’un leurre, et que le retour des chevelus est quant à lui, bien réel.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Ouais, j'ai pas été aussi emballé que pour Goremageddon, ou même Strychnine.213...
dim. 10 oct. 10- 10:56  
J'ai jamais vraiment accroché à ce groupe, sauf peut-être The Archaic Abattoir.
D'ailleurs, tu te serais pas plantée dans la note miss ?

dim. 10 oct. 10- 12:03  
J'arrête pas de me faire avoir, une fois c'est sur 5 une autre sur 10, au temps pour moi.
lun. 11 oct. 10- 20:50  


Coronary Reconstruction - Infos

Voir la discographie de Aborted
Infos de Coronary Reconstruction

Sortie : 14 janvier 2010
Genre : Death Metal
Label : Century Media Records
EP (Maxi)

Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Coronary Reconstruction (04:26)paroles de Coronary Reconstruction
2. From A Tepid Whiff (03:26)paroles de From A Tepid Whiff
3. Grime (03:40)paroles de Grime
4. A Cadaverous Dissertation (04:23)paroles de A Cadaverous Dissertation
5. Left Hand Path (Entombed cover) (06:39)paroles de Left Hand Path (Entombed cover)
écouter : Ecouter l'album

Aborted

Aborted
Aborted
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Death Metal
Origine : Belgique

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Carnivore Sublime
Carnivore Sublime
2014

Chronique de Asylum Cave
Asylum Cave
2011

Chronique de Icon
Icon
2007

Chronique de Identisick
Identisick
2006

Benighted
Benighted
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Dying Fetus
Dying Fetus
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heartwork
Heartwork
1993

Carcass
Carcass
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Death Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Gore Metal
Gore Metal
1998

Exhumed
Exhumed
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Grindcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Skinless
Skinless
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: