Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Led Zeppelin II

Chronique de Led Zeppelin II

Led Zeppelin  - Led Zeppelin II (Album)

Le dirigeable prend son envol



1969 est une année charnière dans la musique, vu que le hard rock devient non seulement une réalité concrète, mais surtout, il acquiert également le statut de genre à part entière grâce à deux albums, signés Led Zeppelin, mais attention, deux albums à l'honnêteté douteuse malgré tout.

En effet, quelques mois après avoir accouché d'un premier effort unanimement salué pour le travail effectué sur le son, l'agressivité de la guitare et la puissance rythmique, le groupe propose un second opus sobrement intitulé Led Zeppelin II. Un disque qui se veut plus radical, plus lourd que son prédécesseur. Et pourtant, les conditions d'enregistrement étaient loin d'être optimales. A ce moment là, le dirigeable était sur la route en permanence, à donner des concerts presque tous les soirs. Les morceaux naissaient pour la plupart sur scène, quand Jimmy Page se lançait dans de longues improvisations de plus de vingt minutes sur Dazed And Confused. Des parties de guitares se trouvaient extraites de ses soli interminables et servaient de base de travail pour le groupe à l'hôtel. Dès qu'ils le pouvaient, ils rentraient dans un studio, enregistraient dans des conditions parfois plus qu'improbables certaines parties, allaient terminer le morceau à l'autre bout du globe, avant de finaliser quelques overdubs à un troisième lieu. Une folie en somme, qui serait considéré comme du n'importe quoi de nos jours.

Aussi, difficile de penser que le Brown Album (surnom donné à cause de la couleur principale de la jaquette) allait pouvoir tenir la route. Pourtant... Jimmy Page, impressionné par le travail de Eddie Kramer sur le Electric Ladyland de Jimi Hendrix, demande en effet à ce dernier de lui donner un coup de main. Kramer aura toujours eu le triomphe modeste et attribuera beaucoup des grandes idées quant à la prise du son et du mixage de cet album à l'ombrageux guitariste, même s'il admet que la section centrale de Whole Lotta Love a été faite à quatre mains, lors d'un gros délire sur la console (non, pas de playstation...), où chacun s'amusait à tourner les boutons dans tous les sens.

Bien sûr, Jimmy Page est la personne que l'on remarque tout de suite. Sa guitare se fait plus rude, plus rêche que sur le premier album. Les riffs sont à lourds, tranchant, implacables. Whole Lotta Love est une initiation au heavy metal, un titre percutant, persuasif, qui aligne d'entrée de jeu les beignes sans demander notre avis. Page s'illustre vaillamment, offrant un solo grandiose, résolument électrique, une véritable décharge d'énergie brute qui raye tout sur son passage. Une guitare de feu, donc, souvent sérieusement plombée comme sur ce Heartbreaker où la partie instrumentale est une occasion pour Page de se moquer un peu du monde en choisissant un thème qui n'a strictement rien à voir avec le riff et la mélodie de base, en complet décalage. Il se laissera aussi souvent aller à se partager entre l'acoustique et l'électrique, pour ménager de grands effets coup de poing quand son instrument se mettra à hurler brutalement, toujours en jouant sur la rupture stylistique.

Puis on s'attarde sur le chant aigu de Robert Plant, qui ici gagne en puissance. Lui qui a une voix faite pour le blues s'adapte très bien, en insufflant ce qu'il faut de soul et d'harmonie pour hérisser les poils des bras. Tour à tour rageur ou séducteur, l'ange blond ne laisse pas indifférent. on aime ou on déteste, ou l'on se contente de rester neutre si vraiment on n'accroche pas au rock. Mais difficile de résister à ses intonations folk sur le délicat Thank You. Plant semble d'ailleurs particulièrement à l'aise sur ce genre de tempos, même s'il sait se faire violence pour combler les espaces de certains morceaux, comme sur Ramble On.

Puis il y a également cette batterie brutale. John Bonham était une brute derrière les fûts. Même si Moby Dick fait remplissage, son solo de batterie encadré par deux sessions de guitare de Page ne passe pas inaperçu : frappe de mule, l'homme avait la réputation de cogner les cymbales avec ses poings. Il possédait également un sens du groove et une technique simple qui permettait à Led Zeppelin d'avoir une excellente assise rythmique, qui ne débordait pas et qui laissait libre court à toutes les extravagances instrumentales.

Puis il y a John Paul Jones à ne surtout pas oublier. L'homme est discret. Lui qui était déjà derrière Mellow Yellow de Donovan en 1966 ne tire jamais la couverture à lui. Il se contente d'imposer son style efficace à la basse et des interventions au clavier d'une justesse rare. Il fait office de charnière centrale, entre les lignes rythmiques et mélodiques et ses idées plus musicales s'insèrent parfaitement dans les schémas plus tordus de Page. Un homme essentiel également, qui se tiendra toujours humblement en retrait.

Quatre individualités qui ici arrivent à se renouveler totalement, avec fougue et justesse. Bien sûr, tout n'est pas parfait. Le rock'n'roll Living Loving Maid (She's Just A Woman) semble incongru au milieu des classiques qui jalonnent ce disque devenu légendaire. Moby Dick fait, comme cela a déjà été suggéré, office de bouche trou. Led Zeppelin peine encore à composer un album complet. Il est encore obligé de piocher à droite et à gauche pour donner de la consistance. Des reprises, cela n'a jamais posé de problèmes. Sauf que là, le groupe avait "oublié" de mentionner que le génial Whole Lotta Love est un morceau de Willie Dixon entièrement réinventé pour l'occasion, tout comme le bluesy Bring It On Home, deux morceaux qui créeront bien des problèmes au Dirigeable par la suite.

Mais ne boudons pas le groupe pour ces emprunts malhonnêtes, savourons plutôt l'oeuvre dans son intégralité (et non pas intégrité vu qu'elle ne l'est pas franchement). On appréciera forcément sa tension, sa sexualité débordante. Le rock se fait plus dure, il s'ouvre doucement au heavy metal que s'empressera de créer Black Sabbath. Mais Led Zeppelin s'impose avec une certaine classe. Mais on comprend aisément que les meilleurs années pour Jimmy Page et sa bande sont devant eux.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Quand un premier album est une bombe, le second album est souvent difficile à négocier et manque quelquefois d'un petit quelque chose et celui là ne déroge pas à la règle. Enfin, tout cela est juste un avis personnel.
mar. 23 févr. 10- 22:46  


Led Zeppelin II - Infos

Voir la discographie de Led Zeppelin
Infos de Led Zeppelin II
acheter sur Amazon
Sortie : 22 octobre 1969
Genre : Hard Rock
Label : Atlantic Records
Playlist :
1. Whole Lotta Love (5:34)culte !culte !
2. What Is And What Should Never Be (4:45)à écouter en premier
3. The Lemon Song (6:19)à écouter en premier
4. Thank You (4:49)à écouter en premier
5. Heartbreaker (4:14)à écouter en premier
6. Living Loving Maid (2:39)
7. Ramble On (4:24)à écouter en premier
8. Moby Dick (4:20)
9. Bring It On Home (4:21)
écouter : Ecouter l'album

Led Zeppelin

Led Zeppelin
Led Zeppelin
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni




Groupes en rapport


Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: