Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Belus

Chronique de Belus

Burzum  - Belus (Album)

Le Dieu Blanc



L’annonce fit du bruit. Burzum était de retour. Après plus de dix ans passés dans sa cellule, Varg Vikernes revenait sur le devant de la scène, surprenant au passage son petit monde en annonçant la sortie d’un album dans les prochains mois. Mieux encore : l’album serait du Black Metal, genre qu’il avait délaissé en raison de ses convictions raciales. The White God, devenu Belus à cause d’une polémique qui n’avait pourtant pas lieu d’être, ou le Daudi Baldrs version Black Metal. Pourquoi ce changement de direction ? Varg souhaite-t’il retrouver la saveur des riffs lacrymaux du chef-d’œuvre Hvis Lyset Tar Oss ou encore chercher la beauté atmosphérique du controversé Filosofem, dernier album véritablement Metal avant les deux essais ambient accouchés dans son enfer ? La question ne se pose peut être pas, le personnage a gardé ses convictions et signe avec Belus, à la différence d’Immortal, un album de qualité qui se révèle être aussi un irréductible Black Metal, ancien, rare rempart face à la vague moderne du genre.

La mythologie nordique a endigué l’esprit nazi de Varg Vikernes. Les thèmes qu’il s’acharne à développer depuis longtemps et notamment en détail sur ses œuvres ambiant lui sont chers. Belus est une autre vision, une autre exploration du mythe du Dieu Blanc que l’on appelle aussi Belenos ou Balder. Dieu de lumière, il est celui qui doit annoncer le Ragnarok et la fin des Dieux par enchainement prophétique. Le sujet donne à Belus son relief principal, différent des anciens opus du norvégien, relief plus lumineux, moins démoniaque et plus porté sur la beauté et les élans majestueux des riffs. Belus est différent, mais Burzum reste Burzum et ce, dès les premières notes de guitares. Si Belus est au sens premier un album sur un Dieu majeur de notre Occident, il convient de saisir l’idée que Varg veut faire comprendre au public : Belus est un rappel aux fondements de notre monde, il est un appel à un retour vers la Nature, mais aussi une volonté de défendre une certaine idée de la culture, que l’on ne fera que souligner. Varg, nationaliste, fier de la culture païenne, de l’héritage de son peuple, cherche avec Belus à partager encore sa vison des choses, même si le tout reste une épopée, une recherche sur la mythologie et un amour pour ces mythes.

L’entité Belus est faite de matériaux solides. Pour la résumer, il suffirait de mentionner la majesté de Hvis Lyset Tar Oss et l’atmosphère mystérieuse de Filosofem. L’album puise dans le meilleur, dégage les aspects extrêmes que Varg s’était entêté à développer. Ainsi, le minimalisme de sa musique est toujours présent, les morceaux sont construits sur une base rythmique précise, sur une mélodie qui se répète et se transforme. Mais contrairement au passé, Varg a choisi de mieux agencer ce minimalisme, faisant intervenir bien plus souvent des changements de parties inter-morceaux et délivrant ses compositions des chaînes forgées par son marteau, qui condamnaient l’être musical à se soumettre au schéma d’origine.

Ce schéma, base de sa musique atmosphérique, est donc revisité, pour donner plus d’intérêt à ses compositions. « Glemselens Elv » est la preuve de ce nouveau départ. Forte d’un riff d’entrée superbe, elle évolue de plus en plus, des guitares venant s’apposer au reste pour y apporter leur vison du morceau. Néanmoins, Varg a compris que l’hypnotisme existe bien avec la répétition pure, « Belus’ Doed » en est l’appareil, diabolique, sans grande progression, mais basé sur autre chose qu’une seule ligne de guitare, à la différence de « Jesus' Tod » de Filosofem par exemple. Burzum a ainsi conservé ses aspects entêtants qui lui confèrent son charme. Les mélodies restent en tête, d’autant qu’elles sont dans Belus très efficaces. Le titre, passé « Leukes Renkespill », introduction inutile, est un monument de noirceur porté par un chant toujours aussi particulier mais fort de paroles incantatoires et obsédantes. Le chant est d’ailleurs sensiblement le même mais foncièrement différent. D’un Varg jeune on est passé à un Varg proche de la quarantaine. Le timbre s’en ressent même si la voix est toujours aussi trafiquée. Plus grave, plus prononcée, plus mise en avant, la voix du norvégien a gagné en rondeur mais reste tout de même toujours aussi spéciale, notamment avec les parties parlées, un peu plus présentes que par le passé.

Si le chant a gagné en clarté, le reste a suivi le berger. Belus est mieux produit, et on oserait même dire qu’il est pratiquement bien produit. Cette nouvelle consistance des instruments pourra alors décevoir certains fans, le son ayant perdu quelque peu de son charme originel, ce Black Metal de la vieille vague froid et mystérieux. Avec Belus, on se rapprocherait plus de productions actuelles comme celles de Wolves in the throne room par exemple, en tout de même plus crade, de façon à donner plus de distinction inter-instrumentale tout en conservant ce frisson de bonheur à l’écoute d’une seule guitare aiguë (« Belus’ Doed »). La comparaison avec le géant américain ne pourrait d’ailleurs pas s’arrêter là tant on croirait presque que Varg a jeté une oreille aux travaux des fermiers, notamment sur « Morgenroede », superbement mélodique et à la basse, tête de file. De même, le côté magnificence céleste fera parfois penser au Memoria Vetusta II : Dialogue with the stars de Bluta us Nord.

La mélodie est le maître mot de ce nouvel album, plus que ses anciens essais, Belus est mélodique, mais mélodique dans la lumière, dégageant bien plus souvent de la beauté que des ténèbres froides. Un choix qui pourra rebuter mais qui permet à Burzum de retrouver de l’éclat. Nouveau départ, presque, pour une musique qui, mine de rien, a changé. Adieu les nombreuses parties au clavier, Varg a certainement atteint sa limite avec Daudi Baldrs et Hlidskjlaf. Hormis sur « Keliohesten » où quelques cors portent le riff vers quelque chose de plus épique, le clavier est absent de l’œuvre. Une décision qui en déconcertera beaucoup mais qui permet à Belus de se démarquer du reste de la discographie de Burzum. Volontairement axé sur les guitares, l’album transporte l’auditeur par la grâce de ses sonorités, magnifiques et poétiques. Les paroles, elles, chantées en norvégien mais traduites en Russe, Français, Italien et Allemand sur le site (on ne reviendra pas sur le choix des langues, douteux) sont d’ailleurs un point sur lequel on peut s’attarder. Poétiques, recherchées et toujours teintées de ce mysticisme antique, elles se doivent d’être lues pour mieux apprécier les compositions qui suivent le périple de Balder.

Cependant Belus, malgré ses qualités, ne rivalise pas avec les deux chefs d’œuvre Filosofem et Hvis Lyset Tar Oss. S’il permet à Burzum de revenir sur le devant de la scène, avec des changements notables et rafraichissant, que ce soit au niveau de la production, du travail de composition ou de la technique guitaristique, beaucoup plus développée, il enfonce d’un coup de rangers Burzum dans le terreau des groupes du Black Metal, sans lui donner une verrière particulière. Belus est un très bon album mais un album qui n’a pas autant d’originalité que les anciens essais du maître. Si l’on compte également un « Sverddans » très old school façon Aske et tout à fait dispensable (si l’on excepte l’harmonie guitaristique intermédiaire) mais aussi un manque de charme ancien dans le son, Belus ne peut se targuer d’être un chef-d’œuvre. Une grosse surprise que l’on attendait pas, un très bon opus de l’entité Burzum et certainement pas une déception malgré ses légers défauts, Belus divisera peut être mais surprendra certainement, surtout après tant d’années d’attente.

ENFIN LE VOILA !!!!

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Onze années. Onze années qui nous séparent du dernier album du one man band le plus célèbre et tumultueux des contrées nordiques de l’Europe. Onze années que Varg Vikernes ne nous avait plus donné de signes de vie musicaux. Onze années qui nous séparaient du 6e opus de l’assassin d’Euronymous.

Il est vrai qu’à la qualité des compos qui nous sont livrées ici, on aurait plutôt tendance à penser qu’elles étaient nécessaires. Car ces compos sont certes loin du black métal dit deuxième vague. On a droit à un black métal qui joue plus sur les ambiances et sur des riffs tournant en boucle. Eh oui le génie a encore frappé avec ce Belus de toute beauté.

Que les amateurs de bestialité ne s’y méprennent pas. Nous n’avons pas grand choses de très agressif ici, bien au contraire. Cet album est guidé par une lourdeur et une ambiance très sombres dans les compositions approchées. On pourrait même penser à un concept album. Je lance d’ailleurs un appel à qui comprend le norvégien pour me dire si c’est bel et bien un concept album ou pas.

En tout cas, d’un point de vue strictement musical, nous nous en rapprochons énormément tellement les chansons semblent liées entre elles. Les mélodies servies sont certes répétitives sans pour autant lasser l’auditoire. Car si les tempi, les arrangements changent, la mélodie de base semble étrangement semblable d’une chanson à l’autre. Sans que ce soit pour autant le cas. Cela donne une homogénéité à l’ensemble de ce Belus très réussi. On se surprendra d’ailleurs à entendre un Varg Vikernes chantant en voix claires sur certains passages ou même laisser la place à des instrumentaux bien sentis.

Bref, encore une fois, le fou génial de la musique extrême norvégienne nous a servi une belle pépite en matière de black métal qui pourrait même susciter certaines émotions aux plus réfractaires au style.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Oui je me disais aussi que les gens en faisaient des tonnes mais je suis véritablement surpris malgré une déception après première écoute. Tu te plonges dedans, casque sur les oreilles et franchement c'est un très bon Black qu'il nous sert.

Et merci pour ma chro ;)

sam. 27 févr. 10- 17:57  
Merci pour la chro, je vais peut être me pencher sur les deux albums que tu cites en référence Hvis Lyset Tar Oss pour commencer, un groupe dont on parle beaucoup mais que je ne connais pas. Merci bien, très belle chronique, agréable a lire comme toujours.
ven. 9 avril 10- 21:22  
Merci beaucoup Cyfer cela fait chaud au coeur! Je te conseille plus Filosofem perso, je le préfére malgré le fait que Hvis Lyset Tar Oss soit un chef d'oeuvre.
sam. 10 avril 10- 23:20  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Belus - Infos

Voir la discographie de Burzum
Infos de Belus
acheter sur Amazon
Sortie : 8 mars 2010
Genre : Black Metal
Label : Byelobog Productions
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Leukes Renkespill (Introduksjon) (00:33)paroles de Leukes Renkespill (Introduksjon)
2. Belus' Død (06:23)paroles de Belus' Død
3. Glemselens Elv (11:54)paroles de Glemselens Elv
4. Kaimadalthas' Nedstigning (06:43)paroles de Kaimadalthas' Nedstigning
5. Sverddans (02:27)paroles de Sverddans
6. Keliohesten (05:45)paroles de Keliohesten
7. Morgenrøde (08:54)paroles de Morgenrøde
8. Belus' Tilbakekomst (Konklusjon) (09:37)paroles de Belus' Tilbakekomst (Konklusjon)
écouter : Ecouter l'album



Burzum

Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège




Groupes en rapport



Xasthur
Xasthur
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : États-Unis


Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Belenos
Belenos
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Black Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Collectors of the King
Collectors of the King
2010

Ragnarok
Ragnarok
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Black Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: