Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Facelift

Chronique de Facelift

Alice in Chains  - Facelift (Album)

A la croisée des chemins



1987.

A l’heure ou le Thrash Metal commence à montrer des signes de faiblesse, et que le Death pointe le bout de son nez (avec notamment la sortie de Scream Bloody Gore, mythique premier album de Death), Alice In Chains, fruit de la rencontre entre Layne Staley et Jerry Cantrell, voit le jour à Seattle.

Le groupe est bien souvent considéré comme une formation de Grunge à part entière, tant par ses origines (Seattle étant le berceau du Grunge (Nirvana, Soundgarden)) que par ses textes, centrés sur des thèmes tels que la dépression, la drogue et la mort, et ce malgré le fait que le style musical d’Alice In Chains soit plus ancré dans le monde du Metal.

Après avoir sorti plusieurs démos, ainsi qu’un EP, «We Die Young», accueilli assez froidement à l’époque, Facelift, premier LP du groupe, débarque dans les bacs en Août 1990.

L’album s’ouvre sur «We Die Young», bien évidemment tiré de l’EP sorti quelques semaines plus tôt, et le groupe annonce d’ores et déjà la couleur de cet opus. Il s’agit bien là de Grunge, mais dans une version bien plus couillue que la musique proposée par les groupes cités précédemment. Manifestement, Alice a su tirer le meilleur des deux mondes pour proposer une musique qui donne irrémédiablement envie de taper du pied. Une bonne entrée en matière. S’ensuit «Man In The Box», véritable hit en puissance (Ce refrain mes amis, ce refrain !), puissant, mélodique et catchy. Layne fait ici des merveilles avec sa voix, sans oublier le concours de Jerry, qui s’occupe non seulement de la section guitare rythmique, mais également des chœurs. Le disque suit ensuite son bonhomme de chemin, alternant morceaux bien burnés et titres ralentissant quelque peu la cadence, juste assez pour laisser une fois de plus le talent du chanteur s’exprimer («Bleed The Freak» et «Love, Hate, Love» par exemple).

Le groupe se permet également quelques excentricités avec notamment «I Know Somethin’(‘Bout You )», dont les riffs font par moment penser à l’âge d’or du Rock, et à des monstres sacrés tels que Led Zeppelin, même si la formation de Seattle évolue dans un tout autre registre. Les autres musiciens ne quant à eux pas en reste. Chaque instrument s’entend très clairement, grâce à une production signée Dave Jerden, claire lisse et carrée, qui n’a quasiment pas pris une ride en 20 ans. Chapeau !

Malgré la présence d'un ou deux titres plus dispensables («Confusion», un peu lent à démarrer et «Real Thing», la dernière piste du disque), mais pas foncièrement mauvais, force est de constater que la qualité générale de Facelift dépasse de loin ce que l'on pourrait attendre de la part d'un jeune groupe. Si vous ne connaissez pas Alice In Chains et que vous vous intéressez un tant soit peu à l'univers du Grunge, il est impensable de passer à côté de cet album.

Pour un premier essai, Alice fait mouche, et signe là une oeuvre majeure dans le genre, pour notre plus grand plaisir.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Facelift - Infos

Voir la discographie de Alice in Chains
Infos de Facelift
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired