Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Deep Shadow and Brilliant Highlights

Chronique de Deep Shadow and Brilliant Highlights

HIM  - Deep Shadow and Brilliant Highlights (Album)

Continuité foireuse



Logiquement, HIM a décroché un jackpot européen avec son Razorblade Romance tout en commençant à s'attirer les foudres et les quolibets de toute une partie du public, dont une large proportion de la frange gothique qui ne s'y retrouve pas dans la musique pratiquée par la formation de Ville Valo. De son côté, ce dernier commence à s'enfoncer dans des problèmes d'alcool qui provoqueront quelques alertes sérieuses quant à sa santé (qui a dit que problèmes d'alcool et Finlandais c'est synonyme ? Encore toi ? Décidément, tu n'en rates pas une...), ainsi qu'un autre, plus sensible et désarçonnant, concernant son ego, qui devenait à cette époque disproportionné.

Deep Shadows And Brilliant Highlights voit le jour à la fin de l'été 2001, avec une pochette une nouvelle fois à la gloire de l'artiste. Jamais le groupe, toujours Valo, qui est l'argument vendeur pour la formation. Les premiers singles extraits de l'oeuvre sont plutôt soft. Soit des ballades romantiques, soit des choses un brin plus énervées, où la guitare se fait un peu plus distordue, mais déjà, il y avait de quoi provoquer un certain questionnement auprès de ceux qui suivaient le combo. S'agissait-il d'une nouvelle voie musicale ou simplement un hasard ? Parce que malgré certaines qualités, Pretending et In Joy And Sorrow ne présentaient pas les arguments d'un Right Here In My Arms par exemple.

Et ces singles s'avèrent en définitive très représentatifs de l'album, qui est désespérément mou du genou. Dans le fond, nous sommes sur un Razorblade Romance Part II, mais sans les idées électriques qui lui permettait de surnager par moment. Une simple continuité d'un style que Valo avait établi sur son second album, fait de mélodies sucrées, issues du glam, avec des paroles qui parlent des relations amoureuses, avec leur part d'ombre, dernier rempart d'un bastion du gothique déserté. Fondamentalement, dire que c'est mauvais est une exagération non dénuée de fondement, parce que la forme ne correspond plus à grand chose. Là où le groupe relevait un challenge sur Razorblade Romance en réinventant son style, HIM se contente de revisiter son écriture sans lui apporter ce surplus d'énergie ni cette saveur saline particulière, que l'on associerait aux larmes. Parce que l'émotion est ici surfaite. Valo utilise certains automatismes pour donner corps à ses compositions, comme sa voix grave pour marquer la profondeur des sentiments, des choeurs soignés pour certains refrains, mais sans réel relief. Même Pretending semble surfaite. Des relents hard rock parce qu'il en faut, avec un solo de guitare interchangeable avec un autre.

Le souci de HIM est que la formation joue sur son image à fond. Au détriment de la musique, qui devrait être l'argument premier. Que Valo se prenne pour un lover, un crooner ou Dieu sait quoi encore n'est pas le problème, c'est son droit le plus strict. Mais il ne se donne pas d'arguments pour légitimer ce qu'il veut paraitre et il devient petit à petit une mauvaise caricature de lui-même. Si l'on retourne en arrière, que l'on compare Greatest Lovesongs Vol. 666, qui reste l'album de référence, à ce Deep Shadows And Brilliant Highlights, on ne peut que constater le fossé qui sépare ces deux disques, entre une époque où la formation se donnait les moyens d'avoir son mot à dire et de tendre le metal gothique dans une direction moins tragique avec un certain brio et celle-ci où elle pratique une redite soft de ce qui a été fait, sans apporter la profondeur nécessaire.

Bien sûr, on peut parler d'évolution. Que ce soit naturel ou non, qu'elle soit judicieuse ou non. On peut aussi évoquer de la jalousie de la part du chroniqueur, ou une vision des faits acceptables. Chacun se forge sa propre opinion avec le temps, au fil des écoutes.

Cependant, le manque de pêche de cet album fera tout de même qu'il vendra moins. Ou alors serait-ce du à sa qualité globale, finalement assez pauvre dans cette accumulation de ballades où les sentiments semblent bien forcés ? Est-ce que cette baisse de popularité fera que le groupe essaiera de redresser la barre sur l'album suivant, y arrivant un peu, mais pas totalement ? Des questions, toujours des questions et des réponses qui sont du domaine de l'expectative.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Deep Shadow and Brilliant Highlights - Infos

Voir la discographie de HIM
Infos de Deep Shadow and Brilliant Highlights
acheter sur Amazon
Sortie : 27 août 2001
Genre : Rock
Label : GUN
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Salt in Our Wounds (3:57)à écouter en premierparoles de Salt in Our Wounds
2. Heartache Every Moment (3:56)paroles de Heartache Every Moment
3. Lose You Tonight (3:42)paroles de Lose You Tonight
4. In Joy and Sorrow (4:00)à écouter en premierlistenparoles de In Joy and Sorrow
5. Pretending (3:54)listenparoles de Pretending
6. Close to the Flame (3:47)paroles de Close to the Flame
7. Please Don't Let It Go (4:28)paroles de Please Don't Let It Go
8. Beautiful (4:33)paroles de Beautiful
9. Don't Close Your Heart (4:33)paroles de Don't Close Your Heart
10. Love You Like I Do (5:14)paroles de Love You Like I Do
écouter : Ecouter l'album



HIM

HIM
HIM
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:
  • HIM - 30 mars 10 (Montréal)




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Yoshū Fukushū
Yoshū Fukushū
2013

Chronique de Tsume Tsume Tsume
Tsume Tsume Tsume
2008

Chronique de Buikikaesu
Buikikaesu
2007

Maximum The Hormone
Maximum The Hormone
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : Japon

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Delirium
Delirium
2016

Chronique de Broken Crown Halo
Broken Crown Halo
2014

Chronique de Dark Adrenaline
Dark Adrenaline
2012

Chronique de Shallow Life
Shallow Life
2009

Lacuna Coil
Lacuna Coil
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Rock Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Stone Sour
Stone Sour
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de This Is War
This Is War
2009

Chronique de A Beautiful Lie
A Beautiful Lie
2007

Chronique de 30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
2002

30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Alternine
Alternine
2008

Alternine
Alternine
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Rock Metal
Origine : France