Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Hydra Lernaïa

Chronique de Hydra Lernaïa

Eryn Non Dae.  - Hydra Lernaïa (Album)

 7 
10

Mais qu'y a t'il dans leurs têtes?



Difficile est le travail du chroniqueur amené à soulever les problèmes, éteindre la flamme et parfois décimer l’espoir du jeune groupe qui lui confie avec appréhension son premier album. Au-delà de la boucherie littéraire sur laquelle peut tomber l’entité en quête de gloire, il n’est pas rare que l’abject critique déclare l’œuvre positive. En cela, Eryn Non Dae est roi, car le travail effectué sur Hydra Lernaia interdit l’incinération.

Il y aurait pourtant nombre de choses à dénoncer dans ce premier essai. Eryn Non Dae n’invente rien. Eryn Non Dae ne s’affranchit de rien. Sans surprise à l’écoute de Hydra Lernaia, Eryn Non Dae reproduit le schéma classique des formations débutantes, schéma évidemment sans gravité. En bref, Hydra Lernaia est relativement un mélange de Meshuggah pour les structures asymétriques, de Hacride (époque Deviant Current Signal) pour le bruitisme vocal et de The Dillinger Escape Plan pour l’aspect barré. Pourquoi « évidemment sans gravité » alors ? Les premiers albums sont souvent composés sans pouvoir échapper aux influences du combo. Nos Landais préférés de Gojira, malgré trois démos à leur actif, n’ont pas pu s’extirper de Morbid Angel dans Terra Incognita, et encore maintenant, de nombreuses formations reproduisent le problème et ce, pas forcément dans leur premier album. Et c’est là que Eryn Non Dae pourrait s’en sortir.

Car les français puisent certainement dans leurs idoles, mais il se dégage une particularité de cet album qui le fait sortir du lot. Sa noirceur déjà, dépasse de loin toute œuvre de Meshuggah sans être pourtant particulièrement froide. Le nihilisme ambiant qui se dégage de l’opus fait froid dans le dos et les coupures arpéges d’un « Existence Asleep » très mesuré n’y sont pas pour rien. Eryn Non Dae confine son auditeur dans un tourment fait de trous noirs et de spirales de souffre. Le groupe va loin dans les ambiances, et ce n’est pas les cris incessants du chanteur (souvent le défaut majeur de ce type de musique) qui vont nous extirper du brouillard, préférant nous enfoncer plus loin encore dans le gouffre sonore produit par ces malades de la rythmique sans fin. Et même si certaines accalmies viendront ponctuer certaines pièces, on se sentira sans cesse tourmenté, véritablement agressé. Eryn Non Dae joue un Metal moderne, aux structures très alambiquées, aux ambiances dérangeantes et aux relents Noisy particulièrement jouissifs (« When Time Elapses », « Blistering Hate »). Et c’est en conjuguant à merveille tout ces aspects que la formation risque bien de devenir majeure dans le paysage français.

Eryn Non Dae a bien choisi son titre d’album. Son Hydra Lernaia est un mélange des genres incroyable, loin de toute recherche bancale, loin de l’échec auquel on peut s’attendre avec ce type d’exercice. En révélant autant de capacités à composer dans une grande diversité de genres, il fait placer tous les espoirs en lui. Alors oui, le chant est vite insupportable, pour ceux qui ne supportent déjà pas celui de Meshuggah. Répétitif, sur le même ton, il lasse vite malgré l’apparition de passages chuchotés. Oui, Eryn Non Dae puise, repuise comme moults groupes. Mais Eryn Non Dae témoigne d’un talent certain. Il s’asseoit sans problème sur l’un des sièges du Metal moderne en délivrant au public un premier essai vraiment bon, riche d’idées (notamment les ambiances, sur l’interlude « Lam Tsol Oua » par exemple, propices à plus de développement) et superbement construit. Les morceaux ont chacun leur personnalité, leur âme et on est littéralement happé par certaines parties titanesques (le final de « Echoes of Distress »). De plus, un jeune groupe usant aussi bien de la basse et sachant composer de telles perles progressives (« Pure ») ne peut pas passer inaperçu. A se procurer, surtout pour les dégénérés.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Hydra Lernaïa - Infos

Voir la discographie de Eryn Non Dae.
Infos de Hydra Lernaïa

Sortie : 19 juin 2009
Genre : Post Hardcore
Playlist :
1. When Time Elapses (07:06)
2. Blistering Hate (05:20)
3. Existence Asleep (07:01)
4. The Decline and the Fall (06:10)
5. Lam Tsol Oua (02:34)
6. Through Dark Skies (04:33)
7. Opposites from Within (06:49)
8. Echoes of Distress (04:37)
9. Pure (10:57)
écouter : Ecouter l'album



Eryn Non Dae.

Eryn Non Dae.
Eryn Non Dae.
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de The Violent Sleep Of Reason
The Violent Sleep Of Reason
2016

Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Neurosis
Neurosis
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Back To Where You've Never Been
Back To Where You've Never Been
2013

Chronique de Lazarus
Lazarus
2009

Chronique de Lazarus
Lazarus
2009

Chronique de Amoeba
Amoeba
2007

Hacride
Hacride
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Plagiarism
Plagiarism
2006

The Dillinger Escape Plan
The Dillinger Escape Plan
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Illud Divinum Insanus
Illud Divinum Insanus
2011

Chronique de Covenant
Covenant
1993

Chronique de Altars of Madness
Altars of Madness
1989

Morbid Angel
Morbid Angel
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: