Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Fire was born

Chronique de Fire was born

Cult of Luna  - Fire was born (DVD)

Monstre de scène



S'il y a bien un groupe dont on pouvait attendre un DVD live c'est Cult of luna. Non content d'accoucher de multiples chefs-d'oeuvre, le combo est parvenu à se créer une aura de monstre scénique à l'instar des titans de Neurosis. Pour avoir assisté à l'un de leurs shows, votre serviteur peut vous assurer que certaines légendes naissent à partir de vérités plus que de mensonges. Chez Cult of luna, la dimension de chaque album est décuplée par le live, et offrir aux fans un témoignage de leur talent est on ne peut plus bienvenu.

Les groupes de Post-core sont déjà réputés pour être parmi la fine fleur des formations de qualité sur scène. On peut parler de Pelican, de Dirge, de Isis et bien sûr de Neurosis. Les prestations sont souvent singulières, éloignées d'un Gojira ou d'un Cannibal Corpse par exemple. Le dialogue avec le public est souvent inexistant, et les moyens peuvent être colossaux tant au niveau des compléments (la vidéo et les lumières de Neurosis et Dirge) que du son, ce dernier point ayant fait de certains groupes des légendes scéniques (Neurosis en tête). On ne sera alors que peu surpris en voyant que Cult of luna conserve certains aspects typiques de la scène Post-core: pas de dialogue avec le spectateur, un son dantesque, des lumières à te couper les genoux sous le manteau mais aussi une implication du feu de Dieu. A la différence de certains de ses camarades, Cult of luna privilégie cependant une esthétique plus austére, conservant une approche plus musicale que visuelle. Un drapeau en arrière-fond (dans le cadre de cette tournée, c'était la pochette d'Eternal Kingdom en détaillé) et pas un artifice de plus. La vidéo déconcentrerait l'auditeur et couperait le lien principal musique-public revendiqué par le groupe. Une conception proche d'un Blut aus Nord mais qui reste moins extrême et a le mérite de se comprendre aisément.

Pour en venir au fait même, soit le contenu de Fire was born, il convient de parler tout d'abord de ce qui nous intéresse: le live. Une heure et demie de show à peu près, durée moyenne somme toute mais durée décevante tant la qualité va vous foutre sur le cul. Pas un véritable reproche non, au contraire, le live happe à ce point que l'on veut y revenir à la charge. Dix titres, issus de Salvation, Somewhere along the highway et bien sûr, Eternal Kingdom, album de la tournée. Autant dire qu'il y en a pour toutes les périodes. Et le groupe n'a pas choisi les plus mauvais. "Leave me here", "Adrift" pour Salvation par exemple, "Finland" et "Dark city, Dead man" pour Somewhere along the highway et "Ghost trail" ou "Following Betulas" pour Eternal Kingdom. Du lourd en perspective...D'autant plus que le groupe est au complet (chose très rare), c'est à dire, avec ses deux batteurs, pour un rendu encore plus percutant. Alors on bavasse, on bavasse mais qu'en est-il vraiment de ce live sur Fire was born? Le premier constat est décevant, et ce pour l'un des premiers titres, il faut le dire. Non pas que le groupe joue mal mais simplement que la puissance et l'impact apparaissent nettement plus faibles sur ce titre que sur le reste de la prestation. "Owlwood" en effet, ne dégage pas assez de puissance pour couvrir tout l'aspect sombre initial de sa composition. Le chant assuré au début par Johannes est impeccable, les musiciens sont impliqués mais le son suit moyennement sur ce morceau alors que sur l'entrée "Following Betulas", l'émotion était déjà palpable. Fort heureusement, le reste est incroyable. L'arrivée de "Ghost trail" marque le premier coup de poing en pleine tronche: l'envolée émotionnelle du milieu de morceau est splendide et la fin du titre (qui permet à Klas d'entrer au chant) envoie ce qu'il faut pour calmer le public de la Scala. C'est bien simple, à partir de "Ghost trail", Cult of luna ne fait plus qu'un.

Si les deux premiers morceaux pouvaient laisser sceptique le fan des albums, l'arrivée du monstre présent sur Eternal Kingdom permet de mettre les choses au clair: Cult of luna démarre fort et le son est d'un seul coup parfait. Les titres sont tous impeccables et souvent merveilleusement décuplés dans leur impact. Mention spéciale à "Finland", superbe du début à la fin avec son double chant et ses interludes sublimes, "Adrift" et son passage central mémorable où les musiciens se déchainent physiquement, comme possédés et enfin "Dark city, Dead man", peut être la plus réussie, concluant en beauté un live éprouvant pour l'esprit. Les plans de caméras sont fort variés et permettent d'apprécier sous tous les angles le show, ne laissant personne de côté et dévoilant la partie musicale de chaque musicien (le jeu des batteurs est souvent différent). Le son est incroyable, et même s'il découle d'une post production, souligne bien le fait que le son initial du concert est pachydermique à souhait. Le rendu final est simplement puissant et clair, le groupe ayant privilégié une finesse et une distinction plus prononcée pour chaque instrument qu'une extrême puissance qui se serait faite au prix d'un son brouillon. Du coup, on apprécie chaque seconde du live de Cult of luna, mystique, magnifique et bluffant de bout en bout, techniquement et spirituellement. Les Suédois donnent tout, délivrent leur musique comme s'ils dévoilaient leurs âmes et permettent au spectateur curieux de découvrir un univers plus que riche et au fan de revisiter leur musique qui n'apparaitra jamais plus belle qu'en ce moment.

Pour le reste, on a droit à des clips vidéos ("Leave me here" ou "Back to chapel town" par exemple) et à une interview donnée par Johannes Persson et Anders Teglund. Cette dernière répond en fait à des questions de fans qui ont été sélectionnés parmi une foule de candidats. Le résultat est sympathique mais en anglais, hé oui, le défaut principal de Fire was born restant son unique langage...L'intérêt reste alors le live, d'une qualité parfaite, future référence à venir.

Fire was born posséde un cachet définitivement particulier. Non seulement le titre même du DVD est on ne peut plus prétentieux, mais en plus il n'est disponible qu'en import, et ce, obligatoirement accompagné de Eternal Kingdom, dernier chef-d'oeuvre des Suédois sorti en 2008. Cependant, et attention je vais parler argent (maudis sois-je), pour dix-huit euros, on ne crache pas dessus et on remarque la bonne affaire que nous offre Earache records. Un live mer-vei-lleux, mais des bonus faiblards, voilà ce qu'est Fire was born:un achat indispensable pour les fans et une occasion monstre pour les autres de découvrir un groupe avec autant de génie.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Live juste magique, par contre j'ai pas vraiment compris pourquoi Klas, le chanteur, n'arrive sur scène qu'au bout de deux, trois morceaux???
mar. 16 nov. 10- 11:23  
C'est leur set qui est construit ainsi, les premiers morceaux sont interprétés par Johannes tout simplement. Et ça surprend, c'est le principal.
mar. 16 nov. 10- 14:05  
Oui voilà, c'est sur.
mer. 17 nov. 10- 17:20  


Fire was born - Infos

Voir la discographie de Cult of Luna
Infos de Fire was born

Sortie : 27 avril 2009
Genre : Post/Hardcore
DVD

Playlist :
1. Following betulas (09:02)
2. Owlwood (07:07)à écouter en premier
3. Ghost Trail (13:03)culte !culte !
4. Leave me here (06:08)à écouter en premier
5. Österbotten (03:05)
6. Finland (11:33)à écouter en premier
7. Adrift (07:26)culte !culte !
8. Eternal Kingdom (06:48)à écouter en premier
9. Echoes (06:29)
10. Dark city, Dead man (16:04)culte !culte !
écouter : Ecouter l'album



Cult of Luna

Albums chroniqués :
Chronique de Vertikal II
Vertikal II
2013

Chronique de Vertikal
Vertikal
2013

Chronique de Fire was born
Fire was born
2009

Chronique de Eternal Kingdom
Eternal Kingdom
2008

Cult of Luna
Cult of Luna
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Hardcore
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Neurosis
Neurosis
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts:

Red Sparowes
Red Sparowes
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Rosetta
Rosetta
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Pelican
Pelican
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis


Dirge
Dirge
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Doom Metal
Origine : France


Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Black Metal
Origine : France