Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Dismantling Devotion

Chronique de Dismantling Devotion

Daylight Dies  - Dismantling Devotion (Album)

Un pavé du Doom-Death Mélodique!



Daylight Dies est une de ces formations qui ne font pas beaucoup de bruit par chez nous mais dont les albums rassemblent toujours plus de fans soudés et fidèles, qui n'hésitent pas à leur donner sciemment le statut de groupe culte. Vous ne les connaissez pas encore? Il est donc temps de combler cette lacune!
Daylight Dies est donc un groupe américain qui évolue dans un Doom-Death Mélodique qui rappellera à certains les premiers travaux de Katatonia et Opeth, bien que les compositions présentées avec Dismantling Devotion, second opus, soient plus plombées.


Il est clair qu'avec les influences et le style pratiqué ici, le tout ne sera pas forcément très joyeux. Bien au contraire, puisque Daylight Dies sait jouer avec les sentiments de l'auditeur, le laissant errer d'un état quasi-dépressif ("A Life Less Lived") à un sursaut sombre en passant par une sérénité dans laquelle les émotions fusent ("Solitary Refinement" et son côté Swallow the Sun inspiré).

Les tempos sont lourds, les mélodies pesantes, et même si le tout semble annonciateur de mauvais présage, il semble que Daylight Dies ait intégré une sorte de lueur d'espoir, comme si dans le fond tout n'était pas si noir... On pense forcément à des "hits" comme "A Dream Resigned" ou "A Life Less Lived", mais c'est surtout l'excellent morceau éponyme qui saura convaincre les plus sceptiques... Les mélodies se laissent contempler, elles sembles disparates, contrastées, mais finissent par former un monument mélodique qui n'a d'égal que la grandeur de ses notes expressives...

Car si Daylight Dies parvient à tirer son épingle du jeu et de ce fait s'éloigne des autres formations du genre, c'est grâce à un sens développé de la mélodie. Voici en clair son arme fatale, c'est elle qui permet au combo amerloque de proposer une musique riche en émotion, alors qu'au premier abord Dismantling Devotion semble n'être qu'un opus de plus du style avec son côté pachydermique assumé.
En effet, les premières écoutes plomberont l'auditeur, et ce n'est qu'après un certain nombre de tentatives que les nombreux détails se révèleront, reléguant ainsi la musique à un niveau bien plus supérieur et surtout imprévisible. Et pour le style, peu de formations peuvent se vanter de l'être!

Pour finir, il faut bien sûr souligner tout le travail fourni pour faire sonner cet opus: les musiciens évidemment (sacré chanteur d'ailleurs!), mais également un mix pesant qui colle parfaitement aux codes du genre. La grande classe!


Ainsi, Daylight Dies fait évoluer sa sauce et prouve que son Doom-Death Mélodique a de quoi inquiéter les ténors du style. Les longues compositions de Dismantling Devotion reprennent certes les bases du genre, mais elles apportent chacune la touche USA: cet apport se révèle être un sérieux atout à l'écoute de cet opus.
Les mélodies s'entrechoquent, les ambiances défilent et les émotions restent, et c'est bien là tout ce qui fait un bon album de Doom!

A découvrir!

 9 
10



Merveilleux, charmeur, attendrissant, mais avant tout mélodique et langoureux ! Ce sont peut-être les premiers mots qui me sont venus à l’esprit en l’écoutant pour la première fois. L’album est à l’image de la pochette : une magnifique fleur sachant garder ses épines, émergeant d’une berçante et mélancolique noirceur. Il se déguste les yeux fermés, allongé, l’esprit perdu dans les guitare, violon et clavier qui accompagnent la sombre voix death de Nathan Ellis, laquelle n’a aucun problème à se marier au chant fascinant d’Egan O’Rourke, toujours guidé par une triste harmonie et une langueur envoûtante. La composition se veut un hymne à la dualité, alliance de son clair et saturé, tant dans les instruments que dans les voix.
Bref, cet album est idéal pour faire connaître le death metal mélodique (voire pour habituer sa copine à la voix death si chère au métal ;-p) ou encore pour se reposer l’esprit rêveur. Ce deuxième album fait d’ailleurs fortement penser aux plus abordables d’Opeth, notamment pour cette mélodie lourde, pesante mais aérienne, ponctuée de vocaux ténébreux. Cet album dont les pistes durent en moyenne 7 minutes aurait facilement pu sombrer dans le répétitif, mais les ambiances oppressantes sont équilibrées par les changements de rythme et les accélérations ponctuelles, résultat d’un travail de maturation de 4 longues années. Pas question donc de s’ennuyer au cours de ce voyage captivant d’une heure dont la délicate composition vous fera frissonner à coup sûr.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 9 
10
NanoRoux
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Dismantling Devotion - Infos

Voir la discographie de Daylight Dies
Infos de Dismantling Devotion
acheter sur Amazon
Sortie : 7 mars 2006
Genre : Doom/death Mélodique
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Life Less Livedculte !culte !paroles de Life Less Lived
2. Dead Airparoles de Dead Air
3. Dream Resignedlistenparoles de Dream Resigned
4. All We Hadlistenparoles de All We Had
5. Solitary Refinementculte !culte !listenparoles de Solitary Refinement
6. Strive to Seeà écouter en premierparoles de Strive to See
7. Lies That Bindculte !culte !écouterlistenparoles de Lies That Bind
8. Dismantling Devotionécouterparoles de Dismantling Devotion
écouter : Ecouter l'album



Daylight Dies

Daylight Dies
Daylight Dies
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de An Ode To Woe
An Ode To Woe
2008

Chronique de The Angel And The Dark River
The Angel And The Dark River
1995

My Dying Bride
My Dying Bride
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR
The Never Ending Way Of ORwarriOR
2010

Orphaned Land
Orphaned Land
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Doom Metal
Origine : Israël

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Dopethrone
Dopethrone
2000

Electric Wizard
Electric Wizard
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de A Rose for the Apocalypse
A Rose for the Apocalypse
2011

Chronique de No Greater Sorrow
No Greater Sorrow
2008

Draconian
Draconian
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Doom Metal
Origine : Suède