Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Ich Töte Mich Jedesmal Aufs Neue

Chronique de Ich Töte Mich Jedesmal Aufs Neue

Sopor Aeternus & The Ensemble of Shadows  - Ich Töte Mich Jedesmal Aufs Neue (Album)

 5 
10

Une plongée dans les ténèbres



Comment décrire Sopor Aeternus avec de simples mots ? Nulle chronique ne peut rendre cette atmosphère unique. Cette douceur presque malsaine, cette étrangeté absolue, cette aura de mystère qui flotte autour de chaque titre. Il y a deux manières de l’aborder : soit on décroche au bout de dix secondes et on en reste là, soit on pénètre dans l’imaginarium de l’ « exhibitionniste introverti », de l’androgyne suprême mangeur de rat, du poète apôtre de la décadence humaine : j’ai nommé Anna Varney Cantadea !
Bien des choses ont été dites sur ce personnage ; certaines ce sont avérés justes, d’autres fausses ; toutes ont contribuées également à sa légende. Dans une interview, elle a déclaré que sa musique a principalement pour but de produire un effet de catharsis, c'est-à-dire de purification ou de médication par la musique.
Elle (il) est accompagnée par « the ensemble of shadow » : pas un orchestre ni un groupe de musiciens précis, mais une sorte de murmure, un mélange de voix et de sons censés le (la) guider.
Pénétrer dans cet univers, c’est pénétrer un monde sombre et onirique, un monde « de dépression, de solitude et de désespoir », pour reprendre les mots dont la chanteuse (puisqu’il ou elle préfère être considéré(e) comme une femme) décrivit sa propre vie. Autant dire que survivre à l’expérience peut s’annoncer assez compliqué, et je la déconseille à toute personne ayant une prédisposition à l’empathie. Dieu merci, les hommes et les femmes sont égoïstes !
A l’écoute de cette musique, montent irrésistiblement à l’esprit ces images à la limite du monstrueux que l’auteur se plait à réaliser. On se prend à imaginer un monde sombre et feutré, peuplé de créature humaines asexuées, corps blanchâtres glissants lentement et silencieusement dans l’obscurité….
Bref.
La musique se construit essentiellement sur une base médiévale. Pas la version populaire, non, ça c’est bon pour In Extremo. Non, il s’agit là du chant courtois, de la musique de cours ; de Tristan et Iseult déclamé par un ménestrel. Un air extrêmement lent et doux, où prédominent claviers et cuivres, parfois la batterie. S’y ajoutent « the ensemble of shadow » : une sorte de murmure, constitué de bruissement, parfois de percussions ou de piano, et d’une gamme très étendu de sons discrets ; et surtout d’une voix masculine elle aussi lente et douce, rêveuse, caressante presque.
Toute cette douceur a quelque chose d’atrocement malsain, que ne fait qu’exprimer le « chant » de la « cantatrice ». Il est impossible de le décrire : un murmure éraillé, brisé, difforme, qu’on ne saurait attribuer à un homme ou une femme. Un gémissement plutôt qu’un chant, mais les gémissements d’un être tordu et atrocement mutilé, d’un monstre inachevé et sanglant. Et de fait, ce doit être à peu près ce à quoi elle (il) ressemblait de l’intérieur, du moins à l’époque…
Donner une note à ce genre d'œuvre n'a pas le moindre sens.
A noter qu’on l’entend, somme toute, assez peu sur cet album. Les voix masculines, « douces », accompagnées de soyeuses mélodies, tiennent au final plus de place. Il faut dire que ce premier album était, semble t il, une simple collection de démo transmises telles quelle au label, et que Anna Varney refusa de réenregistrer.
Commencer Sopor Aeternus par cet album n’est donc pas forcément l’idéal, de l’aveu même de l’auteur. Il n’en reste pas moins une œuvre stupéfiante, peut être la plus spontanée et la plus macabre de la pléthorique discographie accumulée depuis cette année 1994 où il sortit.
Le titre, notable par sa longueur, signifie littéralement « je me tue encore et encore, mais je suis immortel, et je me relève à chaque fois… dans une vision de chute ».
Sopor Aeternus est unique en son genre. On peut, et je conseillerais, de l’écouter à titre de curiosité. A ce titre, cet album n’est pas celui que je conseillerais. Se plonger plus avant dans cet univers morbide, en revanche, n’est envisageable que pour les individus dotés, soit d’un solide équilibre mental, soit d’un fort goût pour l’autodestruction, et dans ce cas souhaitons que la médication par catharsis se poursuive sur l’auditeur.

(0) Modifier l'article
par Ouraz, le 1 janvier 2010
Voir toutes les chroniques de Ouraz


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Ich Töte Mich Jedesmal Aufs Neue - Infos

Voir la discographie de Sopor Aeternus & The Ensemble of Shadows
Infos de Ich Töte Mich Jedesmal Aufs Neue

Sortie : 1994
Genre : Gothique Metal
Playlist :
1. Travel on Breath
2. Falling Into Different Flesh
3. Birth-fiendish Figuration
4. Tanz der Grausamkeit
5. Im Garten des Nichts
6. Time Stands Still
7. Do You Know My Name?
8. Penance and Pain
9. Holy Water Moonlight
10. Beautiful Thorn
11. The Feast of Blood
12. Dark Delight
13. Baptisma
14. Birth-fiendish Figuration
écouter : Ecouter l'album

Sopor Aeternus & The Ensemble of Shadows




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Staub
Staub
1994

Chronique de Die Propheten
Die Propheten
1991

Das Ich
Das Ich
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Autre
Origine : Allemagne


In Extremo
In Extremo
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Pagan/Folk
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: