Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de BLACK SABBATH

Chronique de BLACK SABBATH

Black Sabbath  - BLACK SABBATH (Album)

 9 
10

Là où tout commença...



Viens petit, on va remonter le temps...On va revenir presque quarante ans en arrière, alors qu'il n'y avait pas Children Of Bodom, pas Rage Against The Machine, pas At The Gates, pas Metallica, même pas Iron Maiden...Aucun des groupes qui ont fait du métal ce qu'il est aujourd'hui, et, à leur manière, fait bouger les choses et fait évoluer ce genre de musique.

Non, on est en 1969, l'année érotique de Gainsbourg, les Rolling Stones sont témoins d'un meurtre à Altamont, Jim Morrison et Jimi Hendrix, les êtres parmi les plus proche de dieu à l'époque ne vont pas tarder à brûler leurs ailes et à finir étouffés dans leurs vomis respectifs (sale mort pour une rock star, parlez en à Bon Scott)...

Quelques groupes anglais ont pondus des riffs pêchus au possible (pour l'époque, et pour la postérité aussi), et Jimmy Page rebaptise ses New Yardbirds en dirigeable de plomb, mais tout cela reste quand même du côté clair de la force: ça n'en a pas le nom mais ça reste quand même assez hard rock...

Tandis que moi je te propose du sale, du glauque, du sombre...Du noir ! LE groupe qui a créé le métal, vraiment, sous sa forme la plus définie. Black Sabbathtout simplement...

Prenons donc cette galette morceau par morceau: tout d'abord, orage et cloche, c'est l'inquiétant Black Sabbath...Un peu de puissance et beaucoup d'ambiance, un riff qui t'écrase au sol, lourd et lent, et la voix torturée d'Ozzy Osbourne ("Oh no no! Please God help me...") avec un final qui s'emballe dans une cavalcade pour déboucher sur le solo...Les hippies qui montaient le son de leurs amplis peuvent aller se rhabiller: ici c'est négatif et perturbant, c'est pas du flower power, ça innove, et c'est pour ça que c'est génial.
Ensuite The Wizard et son harmonica nous rappellent que le Sab', c'était du blues rock avant.Mais tout reste génial, les petites envolées de Tony Iommi,la batterie qui groove comme c'est pas possible...Un régal, et un des meilleurs titres des quatres anglais.
Après on change de ton et on revient un peu dans les thèmes abordés lors de la première chanson, en tout cas musicalement:Behind The Wall Of Sleep (d'après une nouvelle de H.P. Lovecraft, qui a aussi influencé Cliff Burton si ça vous intéresse), ça envoie du riff grondant, lourd et menaçant comme un orage, puis des petites accélérations de virtuose.
Puis voilà N.I.B., le plat de résistance, LA meilleure chanson de cet album, avec un solo de basse pour commencer, un riff qui tue (votre serviteur s'est usé les doigts sur son instrument avec ce morceau là...mais n'y voyez pas d'allégorie mal tournée bande de dégoutants ; ) , un chant habité, des solos partout, partout...A croire que Black Sabbath a composé ça pour montrer à quel point ils savaient jouer et faire des choses fantastique.Celle là aussi est une des meilleurs chansons du skeud, voire un des meilleurs morceaux de métal, et de rock en général, je n'ai pas peur de le dire...Car si certains titres ont vieillis, celui là n'a pas pris une ride, c'est du vintage, mais increvable, et même maintenant il y a énormément à prendre là dedans.
La suivante, Evil Woman, est un blues endiablé et génial, mais elle, a vieilli.Moi je la trouve génial, mais parce que j'adore le blues, ce n'est pas un morceau indémodable à la N.I.B. .Mais bon, pourquoi leur en vouloir parce qu'un titre est un peu moins bon que celui d'avant?
Sleeping Village nous remets dans une structure plus sabbathienne: riff rouleau compresseur et envolée , avant de s'enchainer avec The Warning, un autre blues, mais très peu reconnaissable et transfiguré. Tony Iommi s'enflamme et visite des contrées guitaristiques inconnues et étrange tandis que Ward et Butler tienne la rythmique solidement et méchamment, comme des titans. Ici ça sonne métal, mais on se rapproche parfois du blues et du jazz, et c'est que du bonheur.
Enfin on finit sur Wicked Wordl, un morceau qui rock à souhait, avec une batterie jazzy délicieuse, et soudainement paf! passage en arpèges, avec sans doute la "dissonance" décrite par Lester Bangs, et puis paf! la guitare sort un break blues rock, et puis paf! on revient au riff de départ.Un devin de l'époque aurait du dire:"quand la musique du diable d'hier(le blues) rencontre celle de demain(le métal) sous les auspices de celle d'aujourd'hui (le rock)..."

Un album assez homogène donc, avec des chansons alternant solos rapides et rythmiques oppressantes.Mais c'est aussi un album qui explore des terres nouvelles pour l'époque.Maintenant il n'est plus nécessaire de l'écouter en boucle, mais il faut connaître cet album, tout simplement parce qu'il contient le passé et le futur du métal,qu'il a cloturé l'ère dorée des sixties avec brio et que c'est l'album génial d'un groupe génial, qui continuera à faire encore mieux quelques albums après.A classer dans le top 50 des meilleurs albums de métal, et dans le top 10 des meilleurs albums de rock, tout simplement parce que c'est l'acte de naissance d'un genre, ni plus ni moins



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


9/10, faut pas pousser non plus, ce disque est relativement imparfait. Ok, il donne naissance à la fois au heavy metal et au doom, mais Paranoid lui est supérieur, largement. Iommi joue des soli à rallonge alors qu'il n'est pas forcément à l'aise dans ce domaine, et certains passages sont un peu plus faibles. 7.5/10, c'est déjà très bien.
mer. 10 déc. 08- 15:20  
Oui, Paranoid vaut mieux que Black Sabbath, mais pour moi cet album, avec ce côté blues rock et glauque à la fois, et ces petites envolées jazzy par moment, en font quelque chose d'unique. Et si, comme Nevermind the Bollock des Sex Pistols, il est blindé de défauts, il n'en reste pas moins un monument de l'histoire du rock'n roll (comme le skeud de punk précédemment cité ci dessus).
Les deux ont assez (mal?) vieillis, ce qui fait qu'il faut les écouter au moins une fois, sans forcément les faire tourner en boucle (contrairement à The Velvet Underground & Nico,London Calling ou, pour rester plus métal, Master Of Puppets ou Antichrist Superstar).
Et là je viens de finir ma chronique et je réalise que j'ai cité cinq des dix CD que j'emporterai sur une île déserte...

mer. 10 déc. 08- 18:48  
"quand la musique du diable d'hier(le blues) rencontre celle de demain(le métal) sous les auspices de celle d'aujourd'hui (le rock)..."carrément! Mais ouais, c'est vrai, c'est une vrai référence, et puis tiens, cette pochette quasi monochrome et lo-fi, cela ne rappel pas un certain "Black Water Park" par hasard?(après "Orchid" sur Master Of Pup...pardon, Of Réality!).
Tout est dans tout et réciproquement.

dim. 25 oct. 09- 02:04  


BLACK SABBATH - Infos

Voir la discographie de Black Sabbath
Infos de BLACK SABBATH
acheter sur Amazon
Sortie : 13 février 1970
Genre : Heavy Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Black Sabbath (06’16)listenparoles de Black Sabbath
2. The Wizard (04’24)listenparoles de The Wizard
3. Wasp/Behind the Wall of Sleep (03’38)paroles de Wasp/Behind the Wall of Sleep
4. N.I.B. (06’06)listenparoles de N.I.B.
5. Evil Woman (03’25)paroles de Evil Woman
6. A Bit Of Finger / Sleeping Village (03’46)paroles de A Bit Of Finger / Sleeping Village
7. Warning (10’32)paroles de Warning
écouter : Ecouter l'album



Black Sabbath

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Black Rain
Black Rain
2007

Chronique de Down To Earth
Down To Earth
2001

Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Heaven And Hell
Heaven And Hell
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: