Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Once

Chronique de Once

Nightwish  - Once (Album)

 7 
10

Il était une fois un album en demi teinte...



Avec Century Child, Nightwish s'était enfermé dans une espèce de routine; A vouloir faire un Wishmaster bis, le groupe, mené par un Tuomas Holopainen en perte de vitesse, avait posé un genou à terre. Derrière, d'autres formations n'attendaient que ça pour donner le coup de grâce, mais ce couperet ne tomba jamais. Malgré une concurrence furieuse, Nightwish conservait la préférence des fans dans ce genre alors que d'autres combos valaient largement les Finlandais.

Quand le single Nemo parait, les avis sont une fois de plus mitigés. Il est facile d'être écoeuré par un titre aussi facile, avec une mélodie un brin niaise, sans envergure. Et le doute quant à la qualité de ce Once serait permis sans "la face B", Planet Hell, défini par son géniteur comme le plus mauvais titre de l'album. Ben mon con, des mauvais titres comme ça, j'en voudrais plus souvent ! Le London Studio Orchestra, conduit par Pip Williams, ouvre les hostilités de façon épique, presque guerrière. L'ambiance Seigneur des Anneaux est perceptible (c'est le même orchestre qui avait arrangé la BO du film), indéniablement. Quand le groupe fait son arrivée, c'est en conquérant. Riff heavy, rythmique carrée et précise, clavier discret. Le bassiste Marco Hietala pose une voix râpeuse, agressive sur le couplet, avant de donner la réplique à une Tarja Turunen moins lyrique que par le passé, mais bien en place et toujours exceptionnelle. Le solo de Tuomas laisse place à des choeurs d'une rare intensité. Du tout bon... Ce qui laisse songeur sur plusieurs points (dont le principal concerne Holopainen et ses goûts).

Et l'album en lui-même ? En définitive et pour couper court à tout suspense inutile, l'ensemble est très inégal, à l'image du Century Child. Entre bavardage, ennui et éclats de génie, on est souvent balloté durant ce disque. Pourtant, la première partie est très intéressante même si certains traits de composition peuvent laisser pantois (l'arrivée du chant sur Dark Chest Of Wonder est délicate à apprécier tant elle semble incongrue). Mais plutôt que de tabler sur des acquis ayant fait leurs preuves par le passé, le groupe décide d'explorer de nombreuses voies, prenant parfois des risques. Ainsi, Wish I Had An Angel étonnera avec son beat à la Rammstein, mais néanmoins bien balancé. On passera rapidement sur Nemo et l'excellentissime Planet Hell évoqués plus haut pour s'attarder sur l'une des pièces maîtresses de l'album, le délicat Creek Mary's Blood, qui parle du massacre des Amérindiens. Et qui d'autre pour illustrer ce sujet douloureux que John Two Hawks, musicien d'origine indienne ? Ce dernier apporte un côté chamanique qui donne des frissons. Un très grand moment de musique. On s'attardera également sur The Siren et son ambiance orientale, qui tranche subitement avec la noirceur douloureuse de Creek Mary's Blood.

Si l'on était encore à l'époque du vinyle, on tiendrait là la meilleure face. Variée, relevée, ingénieuse par moment, plus facile par endroits. En effet, la seconde partie est bien plus inégale. A l'instar de Century Child, on est d'office confronté à un ventre mou. Le plus dérangeant est qu'il est constitué de morceaux heavy, où la guitare se taille la part du lion. Malheureusement, Emppu Vuorinen est si ancré dans ses riffs sacadés et sans ouverture que ça en devient lassant. Dead Gardens et Romanticide ont du mal à remplir leur office et ne peuvent rivaliser avec les perles de la première partie de l'album. Ensuite, Ghost Love Score vient cristalliser les défauts de composition de Tuomas Holopainen sur les titres longs. Les fans peuvent hurler à l'indécence, à l'incompréhension, ils peuvent réclamer ma tête, rien n'y fera, je camperai sur mes positions. Ce titre aurait pu être d'une platitude navrante si les refrains et le final n'avait pas donné un souffle épique digne de cette composition ambitieuse, qui se voulait pensée comme une BO de film. Etrangement, Planet Hell serait bien plus convaincante dans ce registre. On termine avec deux ballades, Kuolema Tekee Taiteilijan, interprétée en finnois, avec juste Tarja, l'orchestre et des choeurs. C'est joli, mais il manque là encore un petit quelque chose, comme par exemple cette force évocatrice que l'on trouvait sur Lappi (Lapland) de l'Angel Fall First. Et l'album s'achève sur un Higher Than Hope émouvant, mais là encore sans réelle envergure.

Bilan mitigé donc. S'il y a des motifs de satisfaction évidents (rien que le chant de Tarja qui a beaucoup évolué pour cet album, moins lyrique donc, mais toujours aussi puissant), le tir n'a pas tout à fait été corrigé par rapport à Century Child et l'écart n'est en définitive pas si grand. Nightwish a encore manqué son disque, même si celui-ci sonne plus frais, plus original. Mais en définitive, on pourrait penser qu'il pourrait s'agir d'un manque de modestie de la part du principal compositeur... Therion sortait son diptyque Lemuria/Sirius B la même année. Les fans de metal symphonique auraient plus intérêt à investir dans ces deux disques, celui-ci restant encore trop perfectible.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Once - Infos

Voir la discographie de Nightwish
Infos de Once
acheter sur Amazon
Sortie : 7 juin 2004
Genre : Symphonique Lyrique
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Dark Chest Of Wonders (04:28)paroles de Dark Chest Of Wonders
2. Wish I Had An Angel (04:06)à écouter en premierlistenparoles de Wish I Had An Angel
3. Nemo (04:36)à écouter en premierlistenparoles de Nemo
4. Planet Hell (04:39)à écouter en premierparoles de Planet Hell
5. Creek Mary's Blood (08:30)culte !culte !paroles de Creek Mary's Blood
6. The Siren (04:45)paroles de The Siren
7. Dead Gardens (04:28)paroles de Dead Gardens
8. Romanticide (04:58)paroles de Romanticide
9. Ghost Love Score (10:02)à écouter en premierparoles de Ghost Love Score
10. Kuolema Tekee Taiteilijan (03:59)paroles de Kuolema Tekee Taiteilijan
11. Higher Than Hope (05:35)paroles de Higher Than Hope
12. White Night Fantasy (Bonus Track)listenparoles de White Night Fantasy (Bonus Track)
13. Live To Tell The Tale (Bonus Track)paroles de Live To Tell The Tale (Bonus Track)
écouter : Ecouter l'album



Nightwish

Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Darkest White
Darkest White
2013

Chronique de Rubicon
Rubicon
2010

Chronique de Beyond The Veil
Beyond The Veil
1999

Chronique de Widow weeds
Widow weeds
1998

Tristania
Tristania
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Gothique Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Delirium
Delirium
2016

Chronique de Broken Crown Halo
Broken Crown Halo
2014

Chronique de Dark Adrenaline
Dark Adrenaline
2012

Chronique de Shallow Life
Shallow Life
2009

Lacuna Coil
Lacuna Coil
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Rock Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Last Curtain Call
Last Curtain Call
2011

Chronique de Musique
Musique
2000

Chronique de Aégis
Aégis
1998

Chronique de Aégis
Aégis
1998

Theatre Of Tragedy
Theatre Of Tragedy
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Gothique Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Epica
Epica
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Unforgiving
The Unforgiving
2011

Chronique de Mother Earth
Mother Earth
2001

Chronique de The Dance
The Dance
1998

Chronique de Enter
Enter
1997

Within Temptation
Within Temptation
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts: