Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR

Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR

Orphaned Land  - The Never Ending Way Of ORwarriOR (Album)

 9 
10

Message universel



Dire que le nouvel album d’Orphaned Land était attendu relève de l’euphémisme. Après un tel battage médiatique dans le monde du Metal, le groupe israëlien ne pouvait laisser indifférent. Multiples couvertures (Kerrang notamment), polémiques sur les photos annonçant l’album, The Never ending way of Orwarrior, second album concept du groupe après le légendaire Mabool, se doit d’être à la hauteur des espérances énormes des fans et des curieux susceptibles de voir déjà là la sortie du mois, voire du trimestre.

Kobi Farhi avait annoncé à maintes reprises que l’album serait un concept. « Orwarrior » déjà, terme énigmatique, est un jeu de mot entre « Or » qui veut dire « lumière » en hébreu mais aussi « notre » si on le transpose en anglais (« our »), et « warrior » soit « guerrier » en anglais. Récit épique de ce guerrier de lumière, The Never ending way of Orwarrior se pose là en terme de thème classique. Orphaned Land clame la paix à travers son nouvel essai, mais ce qui pourrait apparaître niais au possible pour un groupe quelconque se révèle très important pour un groupe israëlien qui a vécu l’horreur des guerres du Moyen-Orient. Plus encore qu’un simple message destiné à trouver ses apôtres, l’album est aussi lui-même une pièce maîtresse en terme musical, rassemblant une diversité véritable. Chant en hébreu, anglais et arabe, accompagnements symboliques (l’orchestre arabe de Nazareth), pochette montrant une fusion entre symbole arabe et juif et enfin textes riches rapprochant les trois religions monothéistes majoritaires. Avec un tel projet, The Never ending way of Orwarrior se pose déjà comme un des plus grands albums de world-music de tous les temps. Un premier constat incroyable donc.

Le nouvel opus des israëliens tient déjà sa première promesse en cherchant à rassembler dans la forme. Pour le reste, The Never ending way of Orwarrior se doit d’être disséqué pour mieux être approfondi. Découpé en trois parties, le concept-album tient en quinze morceaux soit une heure et quart de musique riche et complexe. Autant le dire de suite, l’œuvre d’Orphaned Land est difficile d’accès. Si le titre d’entrée, « Sapari », reprise d’une chanson yémenite folk, déjà promu single de l’opus, est plutôt accessible et met dans le bain via une ambiance « mille et une nuits » très léchée, le reste est d’une complexité rare. Les structures sont plus alambiquées (« From Broken Vessels ») et variées que par le passé. Les fans de Mabool ne perdront cependant pas le Nord, l’album est dans la continuité, si ce n’est qu’il comporte en son sein un chapitre de « plus » beaucoup plus garni que son prédecesseur. Dans ce chapitre donc, The Never ending way of Orwarrior est en tout point complet. Plus progressif déjà, avec des titres variés comme les deux parties de « The Path » ou « The warrior ». Plus heavy aussi, Orphaned Land cherchant enfin à diversifier ses soli bien trop monocordes dans Mabool qui deviennent ici beaucoup plus techniques et mélodiques, sacrifiant parfois l’aspect oriental à une esthétique toute autre (le magnifique solo de « The Warrior »). Ici, la richesse prime, la diversité se fait dans la forme et le fond. Plus complexe aussi, l’album comportant à chaque seconde cette petite touche particulière qui fait décoller le tout, notamment avec l’apport d’un large panel d’instruments (bouzouki par exemple) qui apparaissent uniquement pour donner l’émotion et l’atmosphère nécessaire comme sur le très mid-tempo « The Warrior », à la limite de la procession funèbre, proche d’œuvres de musique classique d’opéra par exemple, où le chant a une place prépondérante. Mieux construit également car bénéficiant d’une structure bien plus carrée, notamment avec les interludes qui jalonnent le parcours mais se révèlent malheureusement trop souvent classiques et dénués d’intérêt pour la plupart.

La production de Steve Wilson (Opeth, Porcupine Tree) dévoile, elle, toute sa magie ; le bonhomme étant habitué à travailler sur des œuvres progressives aux nombreuses parties musicales, son travail sur le dernier Orphaned Land éclate et témoigne d’un savoir-faire énorme en la matière. Chaque instrument se détache, tout devient homogène malgré une clarté largement mise en avant. Ecouter le disque est alors un plaisir de chaque instant.
Travail d’autant plus gratifiant au vu de la complexité de l’album. Les parties musicales sont en effet bien plus variées et recherchées que par le passé (le très heavy et progressif « From Broken Vessels »). Les styles se conjuguent pour mieux retentir aux oreilles de l’auditeur (que dis-je, du spectateur !) qui, croyant être arrivé au summum musical avec son expérience de professeur de chaire, se voit vite démuni face à un tel déploiement d’artifices majestueux et une telle sincérité dans le message. « Disciples of the sacred oath II » vaincra le combattant du jihad, se faisant maîtresse de la nuance et de la paix, les textes étant écrits en majeure partie en arabe dans ce titre et tournés vers l’appel à déposer les armes. « New Jerusalem », titre phare, qui met en valeur la voix de Shlomit Levi, toujours aussi magnifique, montrera à chacun l’attachement d’Orphaned Land à rassembler les religions jusqu’à un final aux touches orientales plus que magnifiées dans le pathos.

Les israëliens ont gagné en technicité et en maîtrise de la multiplicité instrumentale, rejoignant le panthéon des formations les plus incroyables en terme de Musique pure. Sous l’épaisse couche terrestre de Death Metal, on trouvera alors de belles accalmies acoustiques tempérées par des percussions endiablées ( « Olat’ Ha’Tamid », « From Broken Vessels ») ; sous les hautes montagnes du Heavy Metal mélodieux on discernera sans problème la puissance du Metal brut de décoffrage pourtant jamais séparé de son exotisme scintillant (le puissant mais nuancé « Codeworld : Uprising » et les jumeaux « The Path ») ; enfin, derrière tous ces éléments orientaux mythologiques, on verra briller la flamme unitaire chère au cœur du groupe (« New Jerusalem »). Une multitude de genres qui se regroupent pour former une musique des plus singulières qui soient. Oubliez les Diablo Swing Orchestra ou autres Eluveitie, Orphaned Land se pose dorénavant comme la référence en matière de recherche et d’utilisation d’instruments en tout genre.

Au-delà de tous ces plus qui font de The Never ending way of Orwarrior un chef-d’œuvre, c’est le message véhiculé qui pose Orphaned Land comme groupe majeur. Musicalement, textuellement, on retrouve les trois cultures issues des religions monothéistes mais c’est aussi à travers l’image même de l’album que l’on sent la révolution voulue par le groupe. Le titre même de « New Jerusalem » interpelle quant au désir de bâtir de nouvelles fondations dans une zone où le sang a remplacé le lit des rivières. L’arrivée du messie est finalement le thème de l’opus, que ce soit dans sa conception chrétienne (le retour) ou judaïque (l’avènement d’un nouveau monde) et la place est laissée à une possible entente islam-judaïsme : « Disciples of sacred oath » : baissez les armes mes frères. Avec la possible explosion médiatique du groupe, on se met à espérer à leurs côtés, croyant ou non, que le soleil ne se lèvera plus rouge mais qu’il brillera aux yeux de tous. Et The Never ending way of Orwarrior peut déjà être vu comme une bible musicale, qu’il vous sera difficile d’assimiler et sur laquelle vous reviendrez maintes et maintes fois, pour y prendre une leçon de musique et une leçon de partage, tout simplement.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The Never Ending Way Of ORwarriOR - Infos

Voir la discographie de Orphaned Land
Infos de The Never Ending Way Of ORwarriOR
acheter sur Amazon
Sortie : 25 janvier 2010
Genre : Death / Doom / Oriental / Progressive Metal
Label : Century Media Records
Playlist :
1. Sapari (04:04)
2. From broken vessels (07:36)
3. Bereft in the abyss (02:45)
4. The path part 1 – Treading through darkness (07:27)
5. The path part 2 – The pilgrimage to or shalem (07:45)
6. Olat ha'tamid (02:38)
7. The warrior (07:11)
8. His leaf shall not wither (02:31)
9. Disciples of the sacred oath II (08:31)
10. New Jerusalem (06:59)
11. Vayehi or (03:27)
12. M I ? (02:41)
13. Barakah (04:13)
14. Codeword : uprising (05:25)
15. In thy never ending way (Epilogue) (05:09)
écouter : Ecouter l'album

Orphaned Land

Orphaned Land
Orphaned Land
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal
Origine : Israël

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Circle
Circle
2013

Chronique de The Beginning Of Times
The Beginning Of Times
2011

Chronique de Skyforger
Skyforger
2009

Chronique de Chapters
Chapters
2003

Amorphis
Amorphis
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Sign Of Faith
The Sign Of Faith
2017

Ignea
Ignea
Voir la page du groupe
Création : 2011
Genre : Metal symphonique
Origine : Ukraine


Albums chroniqués :
Chronique de Hair Of The Dog
Hair Of The Dog
1975

Nazareth
Nazareth
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Pandora's Piñata
Pandora's Piñata
2012

Chronique de The butcher's ballroom
The butcher's ballroom
2006

Diablo Swing Orchestra
Diablo Swing Orchestra
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Eluveitie
Eluveitie
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Pagan/Folk
Origine : Suisse

Rapports de concerts: