Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de How to Measure a Planet?

Chronique de How to Measure a Planet?

The Gathering  - How to Measure a Planet? (Album)

Beau, mais lassant



Il était logique que The Gathering évolue, après deux albums très proches l'un de l'autre dans le style, pas forcément dans le fond (Mandylion et Nighttime Birds). Mais qui avait pu prévoir que le groupe prendrait un tel virage ? Qu'il s'éloignerait ainsi des bases doom et plus encore, des fondations metal qui ont fait sa renommée ? Ni même que les Bataves se montreraient aussi ambitieux. En effet, How To Measure A Planet ? est un double album de rock atmosphérique, pour résumer. Pas moins de treize titres pour deux bonnes heures de musique environ. Et surtout, une belle invitation au voyage, même si certaines escales peuvent paraître un peu longuettes.

La mue est totale. La peau laissée derrière est belle et sous sa nouvelle forme, The Gathering est beau également. Le papillon sait même être magnifique. Le son est plus clair et les guitares sont gentiment mises en retrait pour laisser Anneke s'exprimer, avec des claviers très présents qui distille des mélodies soignées ainsi que quelques sonorités vaguement electro, tandis que la batterie amorce des parties rythmiques soft, minimalistes presque, mais empruntes d'un groove particulier qui sied à merveille au style déployé ici.

Dès le premier morceau, Frail, on met un doigt dans l'engrenage, ignorant que malgré tant de douceur, le bras sera irrémédiablement arraché. On le fait consciemment. On s'enfonce avec délice dans cette ambiance aquatique et légère, tout en délicatesse, où Anneke peut pleinement s'exprimer. Le panel des émotions est large, varié, touchant. Une voix enchanteresse, loin des standards de ce qui se fait habituellement dans le metal (cf Tarja et consœurs), mais terriblement envoutante et étrangement planante. Bien sûr, la force qu'elle pouvait avoir sur Mandylion n'est plus tout à fait là, mais elle reste sous-jacente. Da,ns la mélodie, Anneke s'impose définitivement comme une grande chanteuse, capable de vous filer la chair de poule le long de ballades langoureuses sans jamais virer dans la facilité.

Evidemment les rivages du metal sont très éloignées. Liberty Bell et Travel sonnent de façon plus rock, mais peut-on encore parler de metal ? Non, franchement non. Mais diantre, si les sites spécialisés dans le genre ne parlent pas de The Gathering, qui le ferait avec tout son coeur sans dénigrer la formation ? Surtout que ce disque s'apprécie pour ce qu'il est, pour une expérience riche en émotions et en subtilité. Il s'apprécie pour la voix angélique, pour le travail fait sur la composition, soignée et relativement variée pour le style aborder, avec de nombreux points d'orgues, comme Marooned qui est tout simplement somptueuse, ou My Electricity dont la délicatesse ne peut laisser indifférent.

Cependant, How To Measure A Planet n'est pas exempt de défaut et le premier qui vient à l'esprit est également l'une de ses principales qualités : son ambition. The Gathering a voulu voir les choses en grand et s'est par moment perdu. En abordant un univers musical plus soft (mais en aucun cas inintéressant), le groupe n'a pu éviter de donner parfois dans le dispensable, comme pour The Big Sleep qui n'a pas usurpé son nom hélas ou le title-track, longue pièce d'une demi-heure entièrement instrumentale et qui manque singulièrement de relief (d'un autre côté, dans l'espace, outre le fait que personne ne peut vous entendre crier, comment trouver du relief dans l'éther ?). Un deuxième disque qui finalement parait assez dispensable et difficile à s'enfiler de bout en bout tandis que le premier se serait largement suffit à lui-même. Et là, forcément, ça pose un peu problème, tout n'est pas parfait et il y a comme du remplissage.

How To Measure A Planet ? n'est pas à considérer comme un disque de transition. C'est un album courageux, une démarche artistique honnête et une envie du moment, même s'il dessine grandement le futur de The Gathering. On l'appréciera pour ce qu'il dégage, son charme tranquille, en grande partie due au chant si particulier et tellement reposant de Anneke, qui plus que jamais devient la figure de proue d'un groupe hors normes.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




How to Measure a Planet? - Infos

Voir la discographie de The Gathering
Infos de How to Measure a Planet?
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired