Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Triumph or Agony

Chronique de Triumph or Agony

Rhapsody Of Fire  - Triumph or Agony (Album)

 5 
10

Ennuie ou plaisir ?



Rhapsody est devenu Rhapsody Of Fire, faute à un groupe qui avait déjà posé les droits sur le nom même si ce dernier stagnait dans la feignasserie la plus intense. Mais que voulez-vous ? Quand un groupe connait le succès, tout est bon pour le faire chier convenablement. Et les Italiens de rajouter ce "of Fire" bien ridicule en définitive plutôt que de changer totalement de nom, ce qui aurait été en somme encore plus stupide car il n'y a rien de mieux pour désarçonner les fans à travers le monde, qui mine de rien ont du mal à s'y faire quand leur protégé change de blase.

Rhapsody Of Fire, c'est également un groupe qui ne laisse pas indifférent. On pourrait généraliser avec un "on aime ou on déteste", expression passe partout par excellence, mais qui est une solution de facilité par rapport aux questions sous-entendues. En fait, certains s'irritent du fait que RoF tourne en rond depuis les débuts, se contentant juste parfois de durcir le ton et d'avancer dans un monde d'un kitsch presque révolutionnaire (quand on se penche sur les textes, on se retrouve sur l'archétype de la fantasy, à savoir des histoires toujours un brin prévisibles, indignes du terreau fertile autour duquel elles végètent). D'autres, au contraire, y voient le nec plus ultra en matière de metal symphonique, avec des choeurs et des orchestrations imposantes. Et entre les deux, finalement la frontière est très mince ; des personnes s'extasieront devant certains disques et rejetteront d'autres, des fans suivront aveuglément les groupe, quoiqu'il sorte, tandis qu'une autre frange se contentera tout simplement des premiers opus, plus purs. Et il en va finalement de même pour tous les groupes, ou presque, Rhapsody, de par son ampleur dans le monde du metal, ne fait que déchaîner les passions un peu plus.

Alors quid de ce Triumph Or Agony à la pochette révolutionnairement moche par rapport à quelques unes des précédentes ? Difficile d'être pleinement satisfait ou complètement déçu par ce disque qui n'apporte pas grand chose de plus, sinon une avancée dans l'histoire. Le style ne bouge en effet pas d'un poil de cul. On se retrouve toujours face à un metal symphonique aux nombreux choeurs, mais qui n'étonne plus, sinon que la formule semble moins enlevée qu'à l'habitude (mais est-ce vraiment une nouveauté ? Non, Dawn Of Victory avait opéré un changement de cap brutal après tout). Donc pour l'effet de surprise, on repassera.

Et surtout, on se rend compte rapidement que l'album se traîne. Triumph Or Agony n'est pas mauvais en soit, Rhapsody Of Fire gère la chose de façon très pro, le tout est très propre, bien sur soi, un peu comme le gendre idéal en somme (et je ne parle pas d'Adamo), mais voilà, ça en devient trop lisse, il n'y a aucune rugosité derrière tout cela, le slip est propre, quoi. Les guitares, quand elles s'imposent, n'ont pas ce côté mordant habituel, comme si Luca Turilli avait fait tout son possible pour pour faire de ce disque à la gloire du clavier de Alex Staropoli tant ce dernier mange l'espace sonore, gonflant certains passages parfois jusqu'à la nausée.

Bien sûr, la beauté des choeurs est toujours impressionnante. Bien que devenus un argument plus qu'une nécessité, ils remplissent toujours aussi bien l'ensemble sonore, pouvant parfois se rapprocher de Therion dans l'esprit (l'introduction Dar-Kunor est à ce titre magnifique), mais parfois, RoF se perd en plaçant des vocalises féminines style qui viennent salement plomber l'ensemble par ce côté trop convenu qui en définitive n'apporte pas de plus-valu à l'ensemble vu que c'est devenu un stéréotype complet du genre, testé, approuvé et appliquée scrupuleusement par tous les suiveurs et copieurs, fascinés par la réussite du groupe.

En revanche, il convient de souligner une fois de plus la prestation de Fabio Lione qui s'impose de plus en plus au sein de la formation avec ses airs de footballeur. Son chant ne devient pas forcément plus subtil avec le temps, mais il en impose toujours autant, entre rage, déclamation et implication mélodique, il est le chanteur idéal pour Rhapsody Of Fire et reste une des valeurs sûres du genre.

Bien sûr, on peut adorer comme on peut détester ce Triumph Or Agony qui stagne gentiment et qui n'aide pas le groupe à progresser, pénalisé il est vrai par l'absence de refrains vraiment forts et efficaces. Doit-on voir le déclin du groupe avec l'expansion des travaux de Luca Turilli avec deux projets solo qui voient le jour la même année ? Toujours est-il qu'à l'époque de sa sortie, nombreux furent déçus par ce disque et personne ne pouvait deviner que Joey DeMaio allait plomber la carrière des Italiens avec son label Magic Circle Music en leur empêchant de sortir le moindre disque jusqu'à cette année 2010. Ce n'est pas une raison pour réhabiliter un disque assez faible dans l'ensemble, ni même pour comprendre pourquoi il sonne de cette manière, mais cela explique très bien pourquoi certains fans ont un attachement très particulier pour cet opus.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Triumph or Agony - Infos

Voir la discographie de Rhapsody Of Fire
Infos de Triumph or Agony
acheter sur Amazon
Sortie : 25 septembre 2006
Genre : Power Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Dar-Kunor (03:13)paroles de Dar-Kunor
2. Triumph Or Agony (05:02)à écouter en premierlistenparoles de Triumph Or Agony
3. Heart of the Darklands (04:10)paroles de Heart of the Darklands
4. Old Age of Wonders (04:35)paroles de Old Age of Wonders
5. The Myth of the Holy Sword (05:03)paroles de The Myth of the Holy Sword
6. Il Canto Del Vento (03:54)listenparoles de Il Canto Del Vento
7. Silent Dream (03:50)listenparoles de Silent Dream
8. Bloody Red Dungeons (05:11)paroles de Bloody Red Dungeons
9. Son of Pain (04:43)paroles de Son of Pain
10. The Mystic Prophecy of the Demonknight (16:26)à écouter en premierparoles de The Mystic Prophecy of the Demonknight
11. Dark Reign of Fire (06:26)paroles de Dark Reign of Fire
écouter : Ecouter l'album



Rhapsody Of Fire

Rhapsody Of Fire
Rhapsody Of Fire
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : Italie




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Secret Garden
Secret Garden
2015

Chronique de Best Reached Horizons
Best Reached Horizons
2012

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Angra
Angra
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Power Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de In the line of fire
In the line of fire
2015

Chronique de Inhuman Rampage
Inhuman Rampage
2006

DragonForce
DragonForce
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Royaume-Uni

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nemesis
Nemesis
2013

Chronique de Unbreakable
Unbreakable
2013

Chronique de Elysium
Elysium
2011

Chronique de Polaris
Polaris
2009

Stratovarius
Stratovarius
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Lemuria
Lemuria
2004

Chronique de Sirius B
Sirius B
2004

Chronique de Live in Midgard
Live in Midgard
2002

Chronique de Secret of The Runes
Secret of The Runes
2001

Therion
Therion
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal symphonique
Origine : Suède

Rapports de concerts: