Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Mechanize

Chronique de Mechanize

Fear Factory  - Mechanize (Album)

 8 
10

Fear Factory 2.0



L’un des feuilletons qui a fait le plus de bruit ces derniers temps : la nouvelle version de Fear Factory. Cinq années après l’arrivée du décevant Transgression, Burton C. Bell nous apprend que ses rapports avec Dino Cazares se sont améliorés et que les deux gugusses sont prêts à travailler de nouveau ensemble.

Mais le problème, c’est qu’on voit l’arrivée de Dino accompagné du légendaire batteur Gene Hoglan, connu pour ses participations à succès comme Death, Strapping Young Lad et plus récemment, Zimmers Hole. Le seul qui reste pour le plus discret est Byron Stroud, qui n’en est pas moins actif puisqu’on peut le retrouver aux côtés de Hoglan dans plusieurs projets.

On en oublierait presque Raymond Herrera, batteur du groupe depuis ses débuts, ainsi que le poly-instrumentiste, Christian Olde Wolbers. Le duo n’a pas été convié à la fête, et ce n’est pas l’appel au tribunal pour les droits du nom « Fear Factory », qui empêchera l’existence de cette nouvelle version. D’ailleurs, Olde Wolbers et Herrera avoueront il y a peu de temps que les compositions du premier album d’Arkaea étaient prévues pour un nouveau Fear Fact’. On retiendra l’élégance de Herrera laissant Bell et Cazares s’atteler à ces frasques en se mettant du point de vue des fans en voyant un tel line-up réuni. Ce qui est bien sûr une des choses les plus intéressantes pour ce nouvel album, son line-up. Car oui, Fear Factory n’est plus vraiment dans la cour des grands, même si le groupe avait relevé la tête avec son Archetype, très rapidement suivi par le médiocre Trangression, ce qui mit un coup chez les californiens.

Jusqu’à présent, mis à part un Powershifter juste bon, on ne savait pas trop où allait nous embarquer l’usine de la peur version 2009. Burton C. Bell a décrit ce nouveau brulot comme un mélange mature de Soul Of A New Machine et Obsolete pour son côté abouti. Le résultat ?

Les fans des premières heures se raviront du retour à l’éternel sujet qui a fait la renommée de Fear Factory : le conflit homme/machine. On est donc agréablement surpris par ce bruit mécanique, froid et inquiétant dès les premières secondes du morceau éponyme. Le retour aux sources n’est donc pas de trop, il était même attendu et c’est là que Fear Factory a décidé de taper. Il semblerait que les idées soient revenues avec la récente arrivée de Dino. Les riffs du guitariste d’origine mexicaine sont impressionnants de maitrise, les coups de poignets sont secs, sévèrement burnés et lourds. Le riff répétitif de l’organique « Fear Campaign » est un exemple, parmi tant d’autre, de l’inspiration du Dino(saure).

Attention à ne pas oublier l’immense Gene Hoglan, percutant sa batterie avec son jeu si personnel et tant admiré par les batteurs extrêmes. L’ogre utilise sa double pédale de manière intelligente, n’essayant pas de faire une démonstration sur chaque titre. Il est présent de bout en bout, comme sur l’excellent Industrial Discipline, où on se fait fusiller comme du vulgaire bétail.

« Christploitation » est sans doute le morceau le plus intéressant de l’album. Une intro futuriste au piano, digne d’un film robotique et sanguinaire, relayé par un Burton C. Bell montrant qu’il en a encore dans le gosier. Une chanson digne du chef d’œuvre Demanufacture.
Bref, on ne redira pas à quel point les membres du groupe sont des machines. Usant à force d’acharnement, la musique proposée par les californiens vaut vraiment son coup d’oreille, c’est un réel plaisir de réécouter un Fear Factory en grande forme et avec autant de prestige. Les noms y font pour beaucoup et le tapage médiatique autour aussi bien entendu. Mais que voulez-vous, n’est-ce pas ce qu’on attendait de Mechanize ?

On s’attendait clairement à de la baston, on est servi et on en redemande une dose. Le sublime et dérangeant Final Exit arrive parfaitement à combler ce manque. On rappellera également que toute l’expérience acquise par les membres de ce « nouveau » groupe est bien entendu un des facteurs de la réussite. Avec les différents groupes de tous, on était loin d’être en manque de connaissance des activités de chacun, toutes dans leurs coins, prêtes à être exploitées pour le bien de nos oreilles.

Mechanize signifie certainement le réveil d’un géant, ayant été congelé pendant huit longues années de blabla inutile entre Burton et Dino. Tout ça pour revenir peu de temps après, faire un tapage médiatique énorme et sortir un album incroyable en surprise. Fear Factory nous rend nostalgique des années 90, où le combo régnait en osmose sur la musique industrielle californienne. En tout cas, pour les auditeurs cet opus a tout pour plaire : riffs de tueur, batterie modèle mitrailleuse, chant nuancé et travaillé.

En espérant que l’on nous serve une seconde fois dans l’avenir. A prendre avec gourmandise.

(3) Modifier l'article
par Choko, le 21 décembre 2009
Voir toutes les chroniques de Choko


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
NanoRoux  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 8 commentaires précédents
Moi je te félicite pas, avec ta chro maintenant je vais en chier plus d'un mois en attendant qu'il sorte....... ;-)
ven. 25 déc. 09- 02:20  
Cool la chronique, me tarde d'écouter sa.

Greg.

mer. 13 janv. 10- 02:51  
Une tuerie totale cet album, encore meilleur que ce que j'avais espéré. Fear Factory est de retour, qu'on se le dise !
mer. 20 janv. 10- 15:41  


Mechanize - Infos

Voir la discographie de Fear Factory
Infos de Mechanize
acheter sur Amazon
Sortie : 5 février 2010
Genre : Indus
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Mechanize (04:41)paroles de Mechanize
2. Industrial Discipline (03:38)à écouter en premierparoles de Industrial Discipline
3. Fear Campaign (04:54)à écouter en premierparoles de Fear Campaign
4. Powershifter (03:50)paroles de Powershifter
5. Christploitation (04:59)culte !culte !paroles de Christploitation
6. Oxidizer (03:45)à écouter en premierparoles de Oxidizer
7. Controlled Demolition (04:25)paroles de Controlled Demolition
8. Designing The Enemy (04:55)à écouter en premierparoles de Designing The Enemy
9. Metallic Division (01:30)paroles de Metallic Division
10. Final Exit (08:17)culte !culte !paroles de Final Exit
écouter : Ecouter l'album

Fear Factory

Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de City
City
1997

Chronique de Heavy as a Really Heavy Thing
Heavy as a Really Heavy Thing
1995

Strapping Young Lad
Strapping Young Lad
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada


Albums chroniqués :
Chronique de Bringer of Plagues
Bringer of Plagues
2009

Chronique de Bleed the fifth
Bleed the fifth
2007

Divine Heresy
Divine Heresy
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Years In The Darkness
Years In The Darkness
2009

Arkaea
Arkaea
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Indus
Origine : États-Unis


Zimmers Hole
Zimmers Hole
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada