Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Nightfall In Middle Earth

Chronique de Nightfall In Middle Earth

Blind Guardian  - Nightfall In Middle Earth (Album)

 8 
10

Silmarillon metal



Blind Guardian avait frappé un grand coup avec Imaginations From The Other Side paru en 1995. Et même si Forgotten Tales, EP honnis et tombé plus ou moins dans l'oubli fut le premier effort officiellement sorti en France pour les Allemands, Nightfall In Metal Earth allait réellement être le premier vrai grand test du groupe dans l'Hexagone. Percée d'autant plus difficile vu que cet album est conceptuel et qu'il tourne autour du Silmarillon, oeuvre de J.R.R. Tolkien (vous savez, le Seigneur des Anneaux et tout et tout...).

Blind Guardian fait en fait dans la récidive. La chanson Lord Of The Rings évoquait déjà le SDA. Un livre fleuve résumé en trois petites minutes, ça peut paraitre rude. Un album entier sur la mythologie des Terres du Milieu imaginée par Tolkien est une autre paire de manche : souvent incompréhensible pour les non initiés, le Silmarillon est une compilation de textes au style littéraire parfois très lourd (voire effroyable), qui narre des ères entières par le biais de divers personnages clés ayant modifié l'histoire par leurs actes, leur fourberie ou leur haîne. Comme il est stricto sensu imposible de tout résumer en un seul disque, Blind Guardian s'est concentré sur les épisodes les plus importants de cette saga, ou du moins les plus parlants.

Autre particularité, il s'agit également du premier album de Blind GuardianHansi Kürsch ne joue pas de basse, préférant se concentrer sur le chant compte tenu de la particularité des paroles et de la difficulté à gérer deux instruments, la voix en étant un. Sans être intrônisé membre officiel, c'est Oliver Holzwarth qui tiendra la quatre cordes tout du long.

Plus que jamais, Blind Guardian ressemble à une espèce de formation de bardes élecrtriques. Des structures des chansons aux choeurs prestigieux, tout est fait pour que ça sonne épique avec des allures plus moyen-âgeuses qui correspondent parfaitement au sujet traîté. Les bruits de battailles succèdent à celui du vent dans les montagnes, la théâtralité atteint une espèce de paroxysme. De courts intermèdes viennent presque systématiquement séparer les morceaux pour former une espèce de continuité dans l'histoire, souvent sous la minute, sans que ce soit gênant le moins du monde tant cela semble logique. Il est donc facile de s'immerger dans l'oeuvre et de plonger dans un récite à la dramatique variable, entre une douceur douloureuse (The Eldar) et une violence sourde et cruelle (The Curse Of Feanor, de loin le morceau le plus obscur de a galette).

Et à l'écoute de ces deux titres, on comprend aisément pourquoi Hansi a décidé de ne se charger qu'exclusivement du chant tant ses parties vocales sont ahurrissantes. Entre cris et passages posés sur lesquels il fait montre de son talent pour The Curse Of Feanor, tout en mélodie, dans un style très Queen pour The Eldar, il n'est plus chanteur, mais trouvère, scalde narrant de folles épopées et l'effet est saisissant. Bien sûr, ce type de chant peut paraitre trop maniéré, voire agaçant, mais ici, il fonctionne parfaitement, il donne corps à un genre de metal qui a su sortir de ses clichés pour s'enrichir.

Le point faible de l'album réside dans sa trop grande complexité par rapport au style de base de Blind Guardian. L'évolution est fabuleuse, flatteuse pour les oreilles, mais si l'on rentre facilement dans ce disque, il est aussi possible d vite se perdre au détour de certains enchaînements où le médiéval cède brutalement sa place au metal bien teuton (Blood Tears, pourtant très bien foutu). Parfois un peu indigeste, peut-être un peu trop présomptueux, ce disque ne laissera pas indifférent. On aime, on déteste, difficile de dire simplement "mouais, en fond c'est sympa" car il se vit. Il ne s'écoute pas simplement, il demande un effort personnel de la part de l'auditeur pour être pleinement apprécié.

Nightfall IN Middle Earth n'est pas le meilleur album de Blind Guardian, mais même s'il est légèrement inférieur à Imaginations From The Other Side, c'est bien celui-ci qui traversera le temps et qui restera leur oeuvre de référence de par sa diversité et son concept poussé à fond. Un bel hommage à Tolkien (et c'est moi qui dit ça !) et un bien bel album, que chacun se doit de posséder dans sa collection.

 6 
10

Le concept ambitieux déconcertant.



De tous temps Hansi Kursch aura agrémenté son œuvre de manière plus ou moins parcimonieuse de ses influences littéraire les plus évidement « Tolkienne ». Habité par les écrits de l’écrivain, du poète et philologue anglais auteur d’ouvrages aussi marquant que Bilbo le Hobbit ou, bien évidement, la trilogie du Seigneur des Anneaux ; le chanteur de Blind Guardian s’apprête avec ce Nightfall in Middle Earth à concrétiser un de ces rêve les plus ardent. Dans un concept ambitieux il va tenter de nous narrer les prémices des terres du milieu décrites dans les cinq parties du Silmarillion.

Bien évidement, de cette pensée conceptuelle ambitieuse, ne peut naitre qu’une musique, fatalement, elle aussi, plus ambitieuse. Bien qu’emprunt d’un propos à l’esprit traditionnel propre à Blind Guardian, au son de titres Heavy principalement véloces tels que Into the Storm, Mirror Mirror, ou encore When Sorrow Sang, les impératifs narratifs de l’histoire impose à l’ensemble un tempo et des rythmes plutôt mid qui déconcerteront, assurément, les plus fervents adeptes du groupe d’autant plus s’il sont amateurs, dans une certaine mesure, de ce conformisme teuton qui, même si Blind Guardian en est désormais l’exemple de l’expression le moins évident, reste les racines les plus fondatrices du groupe. Ornementés de nombreux préambules narratifs directement puisés dans l’ouvrage original de J.R.R. Tolkien, et de quelques instrumentaux introductifs (War of Wrath, Lammoth, The Minstrel, Captured…), distillant les atmosphères à même de plonger l’auditoire profondément dans le récit, mais aussi d'un visage plus théâtral et symphonique que jamais ; le résultat reste néanmoins abscons. Il est effectivement assez compliqué de s’immerger complètement dans cet album atypique. Et les fantasques épopées développés sur les ritournelles, bien trop peu agressives, des tempo bien trop langoureux de morceaux tels qu’un Nightfall, Thorn, The Eldar ou encore The Passage sont, sans aucun doute, passionnantes pour qui voudra se retrouver au cœur de cet histoire, mais feront bien pâles figures pour ceux qui encensèrent la relative simplicité de titres plus direct et plus efficaces issus de la sainte trilogie (Tales from the Twilight World, Somewhere Far Beyond, Imaginations from the Other Side). Il va sans dire qu’il reste complexe de saisir cette œuvre comme autre chose que ce qu’elle est, c'est-à-dire une histoire. On peut, effectivement, difficilement en extraire un quelconque suc de manière parcimonieuse ou succincte, et il apparait comme évident qu’elle doit être envisagée comme un ensemble.

Il appartiendra donc à chacun de savoir s’il veut consentir à faire l’effort nécessaire afin de s’abandonner et de se laisser submerger par le récit féérique de cet album. Cependant ce Nightfall in Middle Earth est une composition monolithique qui reste ardue à appréhender. D’un point de vue exclusivement musical, il est impossible, aussi (même si ce fait est la conséquence d’obligations narratives évidentes), de nier que les morceaux sont dans l’ensemble moins rapides, moins âpres, moins vifs et donc moins bons, pour qui aura gouté avec délices les précédentes œuvres du groupes. Ces derniers resteront fatalement décontenancés.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


6?! 6?! 6!!!!!!!! Pas du tout mais alors pas du tout d'accord là. C'est au moins 8 pour moi.
mar. 19 janv. 10- 15:23  
Je ne partage pas la note, ni l'avis également... Mais bon, on ne va pas charger la mule. je donnerai mon point de vue dans une chronique.

Et on sait que je ne suis pas fana de Tolkien...

mar. 19 janv. 10- 15:39  
Je ne comprends pas l'engouement générale concernant ce disque. Je ne peux l'écouter sans systématiquement m'ennuyer. C'est sans doute la faute de mon éducation musical culturellement ancré dans une certaine idée de la musique allemande.

Ce disque pour moi est un monolithe, et reste un mystère.

Je prépare la chronique du suivant que je n'apprécie guère plus.

Je lirais ta chronique avec intérêt Elric...

mar. 19 janv. 10- 16:00  


Nightfall In Middle Earth - Infos

Voir la discographie de Blind Guardian
Infos de Nightfall In Middle Earth
acheter sur Amazon
Sortie : 1998
Genre : Speed Metal Mélodique
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. War of Wrath (1:50)paroles de War of Wrath
2. Into the Storm (4:24)listenparoles de Into the Storm
3. Lammoth (0:28)paroles de Lammoth
4. Nightfall (5:34)listenparoles de Nightfall
5. The Minstrel (0:32)paroles de The Minstrel
6. The Curse of Fëanor (5:41)paroles de The Curse of Fëanor
7. Captured (0:26)paroles de Captured
8. Blood Tears (5:23)paroles de Blood Tears
9. Mirror Mirror (5:07)listenparoles de Mirror Mirror
10. Face the Truth (0:24)paroles de Face the Truth
11. Noldor (Dead Winter Reigns) (6:51)paroles de Noldor (Dead Winter Reigns)
12. Battle of Sudden Flame (0:44)paroles de Battle of Sudden Flame
13. Time Stands Still (At the Iron Hill) (4:53)paroles de Time Stands Still (At the Iron Hill)
14. The Dark Elf (0:23)paroles de The Dark Elf
15. Thorn (6:18)paroles de Thorn
16. The Eldar (3:39)paroles de The Eldar
17. Nom the Wise (0:33)paroles de Nom the Wise
18. When Sorrow Sang (4:25)paroles de When Sorrow Sang
19. Out on the Water (0:44)paroles de Out on the Water
20. The Steadfast (0:21)paroles de The Steadfast
21. A Dark Passage (6:01)paroles de A Dark Passage
22. Final Chapter (Thus Ends...) (0:48)paroles de Final Chapter (Thus Ends...)
écouter : Ecouter l'album



Blind Guardian

Blind Guardian
Blind Guardian
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne




Groupes en rapport


Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Of Doom and Death
Of Doom and Death
2009

Savage Circus
Savage Circus
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Power Metal
Origine : Allemagne


Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Astron Black And The Thirty Tyrants
Astron Black And The Thirty Tyrants
2010

Nightfall
Nightfall
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Grèce


Wrath
Wrath
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis