Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Unholy Terror

Chronique de Unholy Terror

W.A.S.P  - Unholy Terror (Album)

 6 
10



Indiscutablement le précédent album des américains de WASP, Helldorado, fut un désastre. Son propos bien trop ancré dans une expression Hard Rock Boogie à l'australienne, ses titres interchangeables, son inspiration créative proche du néant et ses thèmes immatures en firent une amère déception pour tous ceux qui avaient, autrefois, approchés l'univers créatifs d'un Blackie Lawless génial. Cet album fut un drame. Il fut une tragédie. Il fut le seul album de WASP de cette décennie dont l'idée directrice première, celle qui consistait à rassurer les adeptes en leur proposant une musique moins complexe et plus convenu après un KFD déconcertant, fut à l'évidence une erreur. Car en une expression sans âme, l'artiste y dévoyaient son art. Il y mutilait, de surcroit, sa créature en piétinant sans scrupule une partie de ce travail subtil accomplis jusqu'alors. Ce même labeur réfléchis qui pourtant avait conduit WASP à devenir une entité mûre exprimant des convictions alarmistes adultes au cœur d'œuvre aussi passionnantes que The Headless Children ou The Crimson Idol. Bien évidemment Still Not Black Enough fut moins aboutis et KFD bien trop insolite pour les adeptes réfractaires au évolutions, pourtant ils n'en demeurent pas moins que l'ensemble des plaidoyer de cette décade pouvaient s'enorgueillir d'être le résultat d'une volonté artistique hors du commun. Si ces albums ne furent pas tous séduisant, ils furent, en somme, bâtis sur le socle d'une pensée attrayante. Pas Helldorado.

Défiguré et agonisant, WASP ne pouvait se résoudre à pousser son dernier soupir. Blessé et moribond, la créativité d'un Blackie Lawless atteint ne pouvait se résoudre au silence. Deux ans après le naufrage sort donc ce Unholy Terror.

Tout d'abord il convient de noter que sans tout à fait renier l'esprit Boogie Rock du précédent opus (esprit que l'on retrouve ça et là, subrepticement, au détour de quelques notes d'un solo, de quelques impressions succinctement ressentis au détour d'une mélodie), WASP est de retour en ses terres conquises. Définitivement plus Heavy que le navrant Helldorado, ce Unholy Terror s'inscrit donc d'emblé comme la promesse d'un moment clairement plus séduisant que ceux passés à l'écoute de certaines autres œuvre du groupe. Revenus en des temps que nous imaginions définitivement révolus, Blackie Lawless et les siens nous propose de poursuivre sur le chemin tracé par Still Not Black Enough. L'engagement tacite est audacieux tant ce dernier, à dire vrai, ne fut pas tout à fait une réussite. Toutefois si, soyons franc, les morceaux de ce nouvel effort ne parviennent pas à nous faire oublier l'excellence disparus de ceux des meilleures albums de WASP, il constituent, néanmoins, un tableau clairement plus attractif que celui peint par Still Not Black Enough. Ainsi des titres tels que Let It Roar, Hate to Love Me, Loco Motive Man ou encore, par exemple, Raven Heart, sans véritablement atteindre l'excellence de ce que fit autrefois Blackie Lawless et les siens, parviennent tout de même à nous rassuré quant à la capacité de ces américains à, vraisemblablement, pouvoir nous convaincre.

De plus il y a également sur cette œuvre quelques délicieux reliquat inspiré par les méandres malsains d'un KFD tourmenté. Citons, en premier lieu, Unholy Terror et son tourbillon hypnotique anxiogène né de ces riffs sombres entêtants conjugués à cette voix narrée ténébreuse et enivrante. Ce titre constitue le parfait préambule d'un excellent Charisma s'inscrivant dans le même schéma pesant, accablant, obscurs et délectable.

Si cet album peut s'enorgueillir de certaines qualités, il ne peut, malheureusement, pas occulté certains de ses défauts. De telle sortes qu'il est difficilement réfutable qu'il souffre aussi, au-delà de ces vertus, d'un certain manque d'originalité et que parfois l'auditeur aguerris se surprends à trouver quelques similitudes avec d'autres morceaux déjà écrits par Blackie. Evoquons, pour étayer cette affirmation, le cas de Evermore. Cette ballade intimiste, plutôt réussie, ne pourra cependant pas dissimuler longtemps son évident lien de parenté avec Forever Free (The Headless Children).

Quoiqu'il en soit, après la débâcle engendré par l'affligeant Helldorado, ce Unholy Terror constitue une source de satisfaction suffisante pour envisager sereinement cette rédemption nécessaire.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Unholy Terror - Infos

Voir la discographie de W.A.S.P
Infos de Unholy Terror
acheter sur Amazon
Sortie : 2001
Genre : Heavy Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Let It Roarparoles de Let It Roar
2. Hate to Love Meparoles de Hate to Love Me
3. Loco-Motive Manparoles de Loco-Motive Man
4. Unholy Terrorparoles de Unholy Terror
5. Charismaparoles de Charisma
6. Who Slayed Baby Jane?paroles de Who Slayed Baby Jane?
7. Euphoriaparoles de Euphoria
8. Raven Heartparoles de Raven Heart
9. Evermoreparoles de Evermore
10. Wasted White Boysparoles de Wasted White Boys
écouter : Ecouter l'album



W.A.S.P

Albums chroniqués :
Chronique de Golgotha
Golgotha
2015

Chronique de Babylon
Babylon
2009

Chronique de Dying for the World
Dying for the World
2002

Chronique de Unholy Terror
Unholy Terror
2001

W.A.S.P
W.A.S.P
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Love You to Pieces
Love You to Pieces
1985

Lizzy Borden
Lizzy Borden
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Raven
Raven
Voir la page du groupe
Création : 1974
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: