Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Birth Of A Queen

Chronique de Birth Of A Queen

Bel O Kan  - Birth Of A Queen (Album)

 7 
10

Les belles et les bêtes



Souvenirs flous, un cor de brume résonne dans l'obscurité, avertissant les navires de la proximité du rivage. Le premier contact avec un groupe peut déterminer l'ensemble d'une relation. Quand on vit, quand on aime, quand on ressent la musique, le rapport est presque charnel. Une union qui se rapproche pour certain d'un sentiment amoureux ; certains y vont à l'excès, d'autres au contraire peuvent rester de marbre et ne pas comprendre l'émotion qui peut se dégager d'une oeuvre musicale (même si, ces dernières années, avec les progrès en matière de production, la profondeur s'efface au profit de l'efficacité). Le tout est de trouver un juste milieu, de savoir faire la part des choses. Et alors, la musique devient l'une des plus belles choses qui puissent arriver dans une existence.

Bruit de vague, sourd, comme venant d'un coquillage abandonné sur la plage par le ressac. Le premier contact fut presque décevant. Un concert où le son n'était pas à la hauteur et où Sarah, la chanteuse, sortait tout juste de maladie. Les conditions n'étaient pas optimales. Et pourtant, il y a derrière la persévérance. Plutôt que d'en rester là, il y a cette envie d'aller au-delà des préjugés, des idées toutes faites.

Berceuse douce et agréable chantée par une mère aimante à son nouveau-né. Toujours laisser une seconde chance. Toujours. La surprise ne peut en être que meilleure. Bel O Kan ne pouvait pas décevoir. Pas avec ce mélange entre l'expérience de l'âge et la fougue de la jeunesse. Pas quand cela fonctionne comme ici ; il y a beaucoup de naturel au détour de ce premier album, ne serait-ce qu'avec le son. La production sonne étrangement vintage. Certains avanceraient daté avec de la déception dans la voix. En fait, c'est "chaleureux" qui conviendrait le mieux. Le groupe ne sonne certes pas actuel, mais dans son approche live du son, il fait preuve d'authenticité, pour aboutir à un disque qui ne parait pas formaté.

Rire d'un enfant, cristallin et limpide dans l'immensité d'un chant. Bel O Kan n'est pas un simple groupe à chanteuse comme il a été défini après l'avènement de Nightwish. Même si l'ambiance délicate d'un Utopia rappelle le travail des Finlandais sur l'intimiste Angels Fall First, le reste tendrait plus vers un habile compromis entre la puissance d'un Iron Maiden et la féminité d'un Doro. On est loin du metal symphonique stéréotypé qu'on nous a servi durant des années : une chanteuse, un clavier qui fait turlututu, une guitare qui n'ose pas trop louvoyer dans les soli de peur de s'abimer. Bel O Kan préfère l'efficacité des riffs à la construction basée sur une mélodie jouée au synthé, même si le travail de Nico n'est pas à prendre à la légère. Ses interventions sont judicieuses, jamais envahissantes ; elles donnent même une coloration folk sur certains passages, comme pour l'intro du très "dansant" Blowing The Wind. Sarah quant à elle ne cherche pas à imiter la Callas. Elle est secondée par Marion sur les refrains et quelques autres passages, afin de lui donner plus de présence, de prestance. Du heavy metal soigné à chanteuse en quelque sorte.

Eclatement sonore d'un tronc d'arbre sous l'impact de la foudre. N'allons pas crier au génie non plus, il faut rester lucide et faire savoir à un groupe s'il est humble ou s'il se prend pour le calife à la place du calife. On ne peut pas franchement parler d'originalité dans la musique, on ne peut pas franchement être surpris par les mélodies, l'agencement de certaines compositions, même si on peut saluer et applaudir la bonne volonté qui est derrière, évidente. On peut aussi être excusé de perdre parfois le fil, de ne pas accrocher à tout même si on ne peut pas franchement parler de ventre creux. Il y a simplement des hauts, puis des bas, mais rien de bien catastrophique : Birth Of A Queen est un album plaisant et qui sonne de façon naturelle. Point important.

Bruit des vagues, la mer est un éternel recommencement. Sans être explosif, exceptionnel ou parfait, cet album de Bel O Kan a une façon de flatter l'oreille qui fait plaisir. C'est entraînant, simplement efficace, parfois carrément jouissif. Il faut parfois peu de chose pour être heureux et sans vouloir rabaisser le travail du groupe, ce disque met de bonne humeur et fait passer un excellent moment. On se met à aimer ce disque et on se surprend à souvent le ressortir, avec un regard doux, un sourire. Très bon premier album, qui incite à revoir le groupe sur scène.

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


La remarque qu'il nous faudra faire d'emblée concernant ce Birth of a Queen, premier véritable album de Bel O Kan, concerne sa production. Très inégale, et très versatile, elle nous propose parfois un équilibre étrange où les chants sont très en retrait à contrario d'une batterie très en avant et dont, de surcroit, certaines sonorités seront très graves (c'est le cas notamment de ces grosses-caisses laissant peu de place à la basse).

De plus quelques redondances malheureuses viennent émailler un disque et alourdir ce Heavy Symphonique à voix féminines, ou Metal à chanteuse. Prenons par exemple le titre Children Call. Le solo de guitare de cette chanson n'est qu'un long tunnel sombre aux murs semblables de toute part et d'une banalité consternante. Prenons encore Utopia dont le final n'est que l'inlassable répétition de la même phrase musicale à peine contrasté par une seconde. Il va sans dire qu'il ne sera nullement question ici d'exiger de cette diversité propre à ces mouvances excessivement progressives. Cependant en incorporer davantage dans ce désert aux couleurs désespérément ocres eut été un bienfait. Voire une nécessité.

S'agissant de l'aspect "symphonique" de ce disque, des guillemets s'imposeront tant, en général, il manquera de cette grandeur ambitieuse et de cette richesse grandiloquente inhérente à ce style pour réellement faire de ce plaidoyer un modèle du genre. Tout ici sera, en effet, bien trop sclérosé, bien trop "petit", pour véritablement nous emporter. On s'étonnera par exemple de ne pas trouver, ou si peu, de chœurs venant soutenir des refrains qui, soit dit en passant, seront souvent simplistes et naïfs.

Et puisque nous en sommes à énoncer les imperfections les plus ennuyeuses de ce manifeste, il nous faudra aussi dire que ses paroles sont d'une platitude assez embarrassante. Toutefois, pour être tout à fait honnête, les thèmes mais surtout la manière dont ils seront abordées ne sera pas aussi déconcertante que les difficultés de Sarah Liodenot dans l'expression d'une langue, l'anglais, dont, à l'évidence elle ne maitrise pas toutes les subtilités. D'aucuns trouveront sans doute ses hésitations charmantes. Malheureusement pas votre modeste serviteur. Notons tout de même que la jeune fille à un brin de voix qui sans imposer un quelconque particularisme qui lui aurait permis de se distinguer de ses consœurs, est plutôt agréable à entendre.

La cause de ce premier véritable album de Bel O Kan est-elle pour autant entendue? Pas obligatoirement puisque, aussi étrange que cela puisses paraitre, au delà de toute cette engeance décrite jusque là, le groupe laisse entrevoir quelques belles choses (Runaway, Salem, Fire on Ice, ou encore Blowing the Wind à l'entame "celtique".). Mais ne soyons pas démesurément enthousiaste car cet ultime sursaut est bien peu de chose.

Bel O Kan nous avait fait une promesse audacieuse en nous affirmant que nous allions assister à la naissance d'une reine. L'engagement n'est pas réellement tenu au son de ce premier effort pétri de défauts plus fâcheux les uns que les autres. La déception, quant à elle, est bien là. Et l'espoir ténu.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Birth Of A Queen - Infos

Voir la discographie de Bel O Kan
Infos de Birth Of A Queen
acheter sur Amazon
Sortie : octobre 2009
Genre : Heavy Metal
Label : Brennus Music
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Birth Of A Queen (1:27)paroles de Birth Of A Queen
2. Children Call (5:02)à écouter en premierparoles de Children Call
3. Dark And Night (5:52)paroles de Dark And Night
4. Utopia (6:12)à écouter en premierparoles de Utopia
5. Six Men (6:06)paroles de Six Men
6. Too Late (6:48)paroles de Too Late
7. Runaway (3:58)paroles de Runaway
8. Thousand Ten Milliard (5:22)paroles de Thousand Ten Milliard
9. Salem (6:27)paroles de Salem
10. Blowing The Wind (3:49)à écouter en premierparoles de Blowing The Wind
11. Fire On Ice (5:30)à écouter en premierparoles de Fire On Ice
12. Too Late (Piano Version) (5:30)paroles de Too Late (Piano Version)
écouter : Ecouter l'album

Bel O Kan


Bel O Kan
Bel O Kan
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Incite
Incite
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis


Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Salem
Salem
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Thrash Metal
Origine : Israël