Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Prends Pas Ton Flingue

Chronique de Prends Pas Ton Flingue

Trust  - Prends Pas Ton Flingue (EP (Maxi))



Le temps emporte tout dans son sillage, recouvrant de l’oubli les plus farouches déterminations, les souvenirs les plus vivaces. Doucement, dans un silence solennel, accompagné de la tristesse et des ressentiments d’un pays entier, Trust a fini par pousser son dernier soupir.

La mort du groupe semble d’autant plus prononcée que le corps de ce défunt tant adulé est recouvert d'un monceau de terre, gisant dans un trou. Les membres de la famille en ont d’ailleurs fait leur deuil avec une facilité déconcertante. Norbert « Nono » Krief à rejoint des horizons, sans doute, bien plus lucratifs (mais qui peut l’en blâmer ?) en intégrant l’équipe de musiciens de Johnny Halliday. Bernard « Bernie » Bonvoisin, toujours animé par le feu tenace des désaccords qui l’oppose à Nono, a décidé, quant à lui, de se consacrer à son autre passion : le cinéma. On le voit notamment jouer dans Hiver 54, ou bien encore dans La Haine ; avant qu’il ne décide de se lancer lui-même dans la réalisation. Frédéric « Fredo » Guillemet et Farid Medjane ayant quant à eux rejoint les rangs de Face To Face, premier super-groupe à la française. Trust n’est plus et son cadavre reposerait en paix dans l’esprit de ceux qui l’ont soutenu, si seulement les maisons de disque ne tentaient pas, dans un but essentiellement profitable et peu scrupuleux, de ranimer ses chairs décomposées en sortant sporadiquement des enregistrements à l’intérêt pas toujours évident. Pâle fantôme témoin trompeur d’une présence alors inexistante du groupe.

C’est donc en 1992, soit 4 années après le dernier souffle (acte) de Trust, soit 15 années après avoir sorti une première fois, sans succès, ces morceaux, que EMI essaye de ressusciter le mort. Voulant, en effet, profiter exagérément de cette fidélité sincère, de ce lien si distinctif qui unit Trust à tous ceux qui vibrèrent aux sons de sa musique, le label décide d’exhumer les cendres d’un enregistrement poussiéreux. Le seul dont elle détient les droits. Il faut savoir que lorsqu’elle sort en 1977 le premier 45 tours de Trust, Prends Pas Ton Flingue, ce disque est un échec commercial. La France ne jurant que par le rock de Téléphone, une autre de ces signatures, et le Punk Rock de Starshooter. EMI refusera de donner sa chance à la bande à Bernie afin de ne pas concurrencer outrageusement la bande à Jean-Louis Aubert. Trust finira par sortir son premier album chez CBS.

Avec les 5 décharges de ce MCD, palettes du défibrillateur à la main, EMI ne se doute pas qu’elle parviendra uniquement à réveiller les douleurs de ceux qui attendent, et jamais à relancer les battements du disparu.

Première décharge :
Glamour and the Rubbish Bin, démarre sur un beat de batterie basique et un riff simple, laissant entendre pour la première fois sur un enregistrement officiel la voix de Bernie. C’est la découverte de ce mariage musical singulier. On sent très nettement les influences du groupe, racines incontestablement Rock’n Roll mêlé à ce chant si particulier qui nous plonge dans un parfum Punk Rock indéniable. Bernie est né. Sa voix chargée de cette rage salutaire n’en est certes qu’à ses prémices gauches, mais le potentiel original et enthousiasmant, et surtout le talent, est déjà présent. Le mélange proposé ne peut être une surprise lorsqu’on sait que le groupe, à ses débuts, jouait sur scène uniquement des reprises de groupes tels qu’AC-DC, The Ramones ou encore The Clash. Même si le morceau est attrayant, le fait qu’il soit en Anglais nous prive d’emblée d’une des plus grandes qualités du groupe : le talent d’écriture de son chanteur. Et un Trust non ouvertement revendicatif, non directement protestataire, n’est pas tout à fait Trust.
Aucun tressautement ne fait battre le cœur.

Deuxième décharge :
Le remix de Glamour and the Rubbish Bin ressemble très nettement à un leurre éhonté, tant il est en tout point semblable à l’original.
Aucun tressaillement ne fait battre le cœur.

Troisième décharge :
Lorsque commence le titre Prends Pas Ton Flingue, on est pris d’une grande lassitude, puisque ce morceau n’est rien d’autre que la version Française de Glamour and the Rubbish Bin. Inutile de dire qu’il devient quasiment impossible d’apprécier à sa juste valeur, enfin, le texte de Bernie, tant notre bonne volonté est émoussée. Imaginez qu’après trois chansons on vient d’endurer 15 minutes du même morceau, c’est presque inhumain. Un bon morceau tout de même, qui aurait sans doute mérité de figurer en première place sur ce MCD.
Aucun tremblement.

Quatrième décharge :
Premier morceau véritablement jouissif, Paris by Night est une version librement Francisée du titre d’AC-DC, Love at First Feel. On y retrouve un Bernie facétieux qui se moque des travers de ce parisianisme mondain. On y retrouve ce qui nous fit vibrer dans la musique du groupe, on y retrouve le plaisir de la jubilation.
Léger frémissement.

Cinquième décharge :
C’est la reprise de Love at First Feel d’AC-DC (curieusement rebaptisé Love at First Field par EMI, encore une preuve flagrante de leur volonté vénale et peu consciencieuse). Que peut-on dire ? Si ce n’est que ce titre excelle, offrant des qualités incontestables auxquelles le public ne resta, à juste titre, pas indifférent.
Petit spasme.

Petit spasme, mais aucune pulsation constante. Le décès est donc confirmé pour le plus grand malheur de tous.

Définitivement un album peu intéressant, destiné uniquement aux connaisseurs ultimes, peu regardants sur la qualité du contenu où seuls 3 des 5 titres peuvent être dignes de prendre place dans une collection respectable, et peu regardants sur le contenant. Il est effectivement navrant de constater que EMI ne fit aucun effort sur le livret désespérément vide et sur la pochette indignement identique à celle de 1977. Ne portant qu’une mention supplémentaire « Leurs Premiers Titres ». Et ne parlons même pas de la faute concernant le morceau d’AC-DC. Juste Honteux, et juste suffisant à nourrir plus encore nos frustrations.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Prends Pas Ton Flingue - Infos

Voir la discographie de Trust
Infos de Prends Pas Ton Flingue

Sortie : 1992
Genre : Hard Rock
EP (Maxi)

Playlist :
1. Glamour and the Rubbish Bin
2. Glamour and the Rubbish Bin (Remix)
3. Prends Pas Ton Flingue
4. Paris by Night
5. Love at the First Field
écouter : Ecouter l'album

Trust

Albums chroniqués :
Chronique de Trust à l'Olympia
Trust à l'Olympia
2009

Chronique de 13 à Table
13 à Table
2008

Chronique de Ni Dieu Ni Maître
Ni Dieu Ni Maître
2000

Chronique de A Live
A Live
1997

Trust
Trust
Voir la page du groupe
Création : 1977
Genre : Hard Rock
Origine : France




Groupes en rapport


Vulcain
Vulcain
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de After the Storm
After the Storm
2016

Chronique de Back To The Front
Back To The Front
1994

Chronique de Face To Face
Face To Face
1992

Face To Face
Face To Face
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Hard Rock
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: