Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Bad Reputation

Chronique de Bad Reputation

Dirty White Boy  - Bad Reputation (Album)

 8 
10



Des notions aussi abstraites que la renommé impérissable, né de l’engouement d’un auditoire admiratif pour un artiste géniale, ou encore telle que la gratitude éternelle, sont illusoires. En matière de musique elles se basent sur des jugements tout à fait subjectifs dans lesquels interagissent des concepts aussi indéfinis que le ressentis, le vécu, ou encore, par exemple, le temps qui passe.

Autrefois nul doute que des noms tels que celui de Gregg Giuffria ou David Glen Eisley éveillaient l’intérêt attentif d’un public insatiable. Mais aujourd’hui qui se souvient encore de la singulière destiné de ces américains ? Leur histoire démarre en 1984 lorsque Gregg Giuffria, claviériste d’Angel de 1975 à 1981, fonde le groupe qu’il baptisera de son propre patronyme. Leur premier album, Giuffria (1984), connaitra même un relatif succès qui permettra au groupe de se produire en première partie de Deep Purple, puis de Foreigner avant d’assumer, seule, une tournée japonaise. Le second album, Silk and Steel (1986) marquera, quant à lui, le début du déclin de Giuffria. En effet, les dissensions liées au désaccord concernant certaines décisions prises par un label un peu trop interventionniste et les diverses déclarations de musiciens agacés, provoqueront l’échec de l’entreprise.

Pourtant, loin de se démoraliser, David Glen Eisley et Gregg Giuffria poursuivront, un temps encore, leur collaboration. Composant la maquette d’un troisième effort, provisoirement appelé Pleasure Palace, ils finiront par signer un contrat avec un tout jeune label, Simmons Records dont le principal mandataire et décideur n’est autre que l’illustre Gene Simmons (Kiss). Le caractère hégémonique de l’artiste dogmatique est une légende qui trouvera sa genèse dans certains actes assumés, certaines paroles proférés ou certaines décisions professionnelles discutables dans lesquelles le sentimentalisme n’a pas sa place. Il ne dérogera pas à sa réputation. Tout d’abord il commencera par rebaptiser Giuffria qui désormais se nommera House Of Lords, sa création et créature personnelle. Il poursuivra son œuvre de modification en repositionnant l’expression musicale de sa chose la faisant évoluer d’un Hard-FM empreint de clavier omniprésent à un Hard mélodique à l’esprit Rock très prononcé. Pour finir il exigera, et obtiendra, le départ du chanteur David Glen Eisley remplacé par James Christian (Ex-Jasper Wrath, Ex-Eyes).

Cette éviction pourtant n’affaiblira en rien la conviction d’un David Glen Eisley confiant. Songeons que l’artiste a tant foi en lui, et en son futur projet, qu’il vient de refuser de succéder à Ian Gillan au sein de Deep Purple (poste qui sera repris par Joe Lynn Turner sur le très controversé Slaves and Masters(1990)). Pour donner vie à ses nouvelles aspirations, le chanteur va s’adjoindre les services du batteur Keni Richards (Ex-Autograph), du guitariste Earl Slick, connus pour avoir accompagné David Bowie ou encore, par exemple, pour avoir participé à l’album posthume de John Lennon, Milk and Honey/Double fantasy, et de F. Kirik Alley à la basse. Le groupe se baptise Dirty White Boy et leur premier effort, qui se nomme Bad Reputation, sort en 1990.

Epuré de ces claviers suaves présents en tous lieux et en chaque instant au cœur d’un Giuffria mélodique, Dirty White Boy préfère, d’emblée, privilégier l’efficacité de la simplicité voix/guitare sur cet œuvre. Et dès l’entame d’un excellent Bad Reputation la démarche est une formidable réussite. Mettant admirablement en exergue les chants superbes d’un David Glen à la voix chaude et habitée, les riffs incisifs d’un Hard Rock à l’esprit Bluesy/Southern/Country Rock, s’exprime déjà remarquablement sur ce titre.

Cette atmosphère très folklorique du sud des états unis, relativement marquée sur l’ensemble de cette œuvre, lui offre une teinte authentique très particulière. Si les délices de cette originalité musicale sont présentes en filigrane sur nombre de titres exemplaires (Let Spend Momma’s Money et ses pianos symptomatiques, ou encore, par exemple, Soul Of A Loaded Gun, Dead Cat Alley, Hammer On My Heart et leurs guitares aux mélodies parfois typiquement traditionnelles), c’est dans un exceptionnel Lazy Crazy qu’elle est la plus délectable. Ce titre est, selon votre humble serviteur, le meilleur de l’album. Après un court préambule acoustique blues/country, il démarre sous les augures d’un riff redoutable qui transperce l’air, déchirant nos incertitudes pour laisser place à un plaisir immédiat, avant que des airs aux résonnances sudistes ne viennent délicieusement nous séduire.

Si ces climats particuliers, issus des musiques traditionnelles de l’Amérique profonde, sont remarquables, ils ne peuvent, à eux seules, expliquer les louanges méritées dont ce Bad Reputation devrait être couvert. Il nous faut, en effet, encore une fois, souligner les qualités exceptionnelles de ces musiciens émérites.

Bad Reputation est donc une œuvre superbe qui met en évidence les talents d’artistes remarquables dont les travaux mélodiques sont ici représentatifs d’une certaine perfection rarement atteinte. Le plaisir qui en découle demeure, même autant de temps après, indéfectible. Preuve, s’il en fallait, que ce disque immuable serait digne d’une postérité qu’il n’atteindra, sans doute, jamais. Cruelle infortune.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Bad Reputation - Infos

Voir la discographie de Dirty White Boy
Infos de Bad Reputation
acheter sur Amazon
Sortie : 1990
Genre : Hard Rock
Playlist :
1. Bad Reputationà écouter en premier
2. Lazy Crazyculte !culte !
3. Let's Spend Momma's Money
4. You Give Me Love
5. Dead Cat Alley
6. Hammer On The Heart
7. Hard Times
8. Soul Of A Loaded Gun
9. One Good Reason
10. Badlands
écouter : Ecouter l'album

Dirty White Boy

Albums chroniqués :
Chronique de Bad Reputation
Bad Reputation
1990

Dirty White Boy
Dirty White Boy
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Gene Simmons
Gene Simmons
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: