Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Raise

Chronique de Raise

Karelia  - Raise (Album)



Après un Usual Tragedy, premier pas d’une maturité assez incroyable, l’adolescent qu’est Karelia nous revient et aspire, très légitimement à devenir un homme. En marche, voici donc son deuxième pas.

Avec cette nouvelle foulée sur le chemin, loin de trahir son identité musical Karelia tente de s’éloigner intelligemment de ses influences qui étaient les plus évidentes, de ses racines musical à la fois italienne, scandinave, suédoise, un peu trop flagrante sur sa première œuvre. Pour y parvenir il épure son style, en écartant son Heavy mélodique à tendance orchestral de ce gothisme sous-jacent, et laisse place à une amertume plus adulte. Pour ce faire il compose également les morceaux de cet album comme une construction où chacun des instruments vient enrichir le tableau, s’acharnant à étoffer l’atmosphère, bien plus que venant se poser là simplement comme un bel ajout. C’est particulièrement flagrant pour les claviers qui ont été soignés et parsemé de manière ingénieusement parcimonieuse, et dont chaque note contribue à renforcer l’ambiance du morceau dans lequel ils s’intègrent. Tout ceci n’a qu’un seul but : mettre en valeur l’émotion palpable au creux de chaque pièce de cet édifice. Pour la rendre plus perceptible encore, Matthieu Kleiber n’hésite pas, aussi, à abandonner ce chant grave, profond et ultra-maniéré, un autre vestige de ce gothisme d’antan, pour un chant plus naturel, moins forcé ; avec lequel il peut, à l’évidence, partager bien plus d’émotions avec son auditoire. Un chant qu’il continue d’alterner avec un chant plus aigu, exercice dans lequel il a fait quelques progrès.

On sent bien la volonté de Karelia, il a pensé son album dans ces moindres détails, et pour une mise en scène parfaite, il va jusqu’à inclure des samples, ornements dont l’intention est de nous emmener à l’endroit exact où il nous attend. Des morceaux comme "Raise", et ses alternances, de rythme à la fois soutenu, à la fois plus lancinant, qui n’est pas sans rappeler dans une certaine mesure "Slaves of Time", illustrée par des samples de discours d’Adolf Hitler témoigne de cette détermination et de cette maîtrise décrite jusqu’ici. Sur "Child Has Gone" Karelia pousse même l’ouverture d’esprit, qui n’est pas forcement une des caractéristiques les plus réputés dans le milieu métal, jusqu’à inclure une intro à l’ambiance plus électro. Intro qui offre une transition nette et parfaite pour redémarrer, ensuite, sur une partie plus classique. Cette recherche permanente, cette curiosité musicale n’est, évidement, pas sans risque mais Karelia n’est pas là pour laisser emprisonner ses idées, sa soif de découverte, dans les murs dressés par ceux qui refusent tous changements et il ose, avec intégrité, tout ce qui peut servir ses desseins. Mais ce disque ne constitue pas non plus un changement aussi radical qu’il y parait, on y retrouve quand même, au delà des évolutions évidentes et nourrit de celles-ci, tout ce qui a fait le charme, et l’identité propre du groupe jusqu’alors. Karelia n’a donc pas peur d’élargir ses horizons en intégrant dans sa musique des éléments variés, divers, étonnants qui aident à rendre sa musique plus cohérente, plus dense ; mais surtout plus touchante. Dans "Disharmonic Dogmas" il pousse, par exemple, le plaisir jusqu’à faire voyager nos sens jusqu’aux portes de l’orient. Il est indispensable aussi de noter la qualité des textes et des thèmes abordés ici, loin des banalités affligeantes qui sont souvent le lot dans le genre, Matthieu Kleiber, lui, écrit des textes inspirés, réfléchis, et assez remarquables. Citons par exemple "Tearfull Clown", hommage vibrant au génie Charles Chaplin. Dans un tel contexte, terminer l’album sur une reprise de Pink Floyd, "High Hopes", n’est évidement pas anodin.

Voici donc un ouvrage où chaque détail semble maitrisé afin de nous procurer l’émotion la plus pure. Un disque où le ressentis est la principale préoccupation de Karelia et alors que les alsaciens auraient pu, comme bon nombres l’auraient fait à leur place, se contenter d’emprunter le chemin de la facilité en sortant un deuxième enregistrement copie conforme du premier ; ils ont préférés celui plus dur de l’évolution. Le plus dur, mais sans aucun doute le plus intéressant pour eux, comme pour nous.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Raise - Infos

Voir la discographie de Karelia
Infos de Raise
acheter sur Amazon
Sortie : 2005
Genre : Heavy / Power
Playlist :
1. Raise
2. Child Has Gone
3. Breakdown
4. The Hermit
5. Disharmonic Dogmas
6. Cross & Crescent
7. Tearful Clown
8. Unbreakable Cordon
9. Coming Turn
10. High Hopes
écouter : Ecouter l'album



Karelia

Albums chroniqués :
Chronique de Golden Decadence
Golden Decadence
2011

Chronique de Restless
Restless
2008

Chronique de Raise
Raise
2005

Chronique de Usual Tragedy
Usual Tragedy
2003

Karelia
Karelia
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Liebe Ist Für Alle Da
Liebe Ist Für Alle Da
2009

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Reise, Reise
Reise, Reise
2004

Rammstein
Rammstein
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Pain
Pain
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Educated Horses
Educated Horses
2006

Chronique de Hellbilly Deluxe
Hellbilly Deluxe
1998

Rob Zombie
Rob Zombie
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

The CNK
The CNK
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Deathstars
Deathstars
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Indus
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Monster
Monster
2008

Chronique de Monster
Monster
2008

Oomph!
Oomph!
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : Allemagne