Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Passage

Chronique de Passage

Samael  - Passage (Album)

 9 
10

Entre deux mondes



A l'écoute de ce Passage, difficile d'imaginer un seul instant que Samael fut un groupe de black metal à l'orientation plutôt raw à ses débuts. La marge de progression de la formation a tout simplement été impressionnante, une évolution continue qui conduit à cet album hors normes, qui réussit toujours l'exploit de sonner moderne quatorze ans après sa sortie, comme s'il était une surface sur laquelle l'eau du temps n'avait pas prise. Il traverse les époques, défiant les modes et arrivant toujours à captiver l'oreille de l'auditeur, comme une mélodie pernicieuse dont on ne peut s'en défaire.

Xy est le véritable chef de meute de Samael sur cet opus. Il s'occupe de la musique, avec une certaine frénésie qui confine à l'obsession : celle de ne pas faire de surplace, de ne pas stagner dans un genre, de s'ouvrir aux technologies et de s'en nourrir, pour étendre de noires ailes sur une Europe quelque peu figée, entre le black metal qui explosait littéralement et toute la vague "true" metal qui se profilait à l'horizon. Passage fait office de bouffée d'air frais, même si cet air est vicié par une obscurité presque olfactive. Enregistré en trois semaines sous la houlette de Valdemar Sorychta (Grip Inc, The Gathering, Moonspell), ce qui frappe d'entrée de jeu réside dans l'épaisseur du son, qui s'étend dans l'espace sans le moins du monde chercher à devenir plus éthéré. Même les passages calmes qui parsème cet opus sont souvent lourds, pesants, oppressants surtout. Les titres forment un ensemble très homogène, même si chacun raconte une histoire différente. Il n'y a pas de redondance trop choquante. L'album se construit autour de morceaux plutôt courts, oscillant entre trois et quatre minutes, intenses, d'une sourde violence même si ce n'est pas ce qui saute en premier aux oreilles.

Passage est de ce point de vu admirablement écrit. Derrière des relents black, vestiges d'un passé qui n'était pas si lointain que ça, se construisent des compositions axés sur la modernité, avec des programmations qui viennent soigneusement doper l'ensemble tandis que les rythmiques et les guitares forment des murs de son efficaces, qui agissent comme des bulldozers. C'est froid, c'est heavy et ça ne fait pas dans la dentelle. Le chant de Vorph, grumeleux à souhait, s'intègre parfaitement à l'ensemble, acide, prenant parfois des allures plus extrêmes quand les conditions le demandent.

Et ce sont ainsi onze morceaux qui découlent d'un même moule, mais chacun marqué de sa particularité, une guitare arrogante, des samples plus marqués ou originaux, des breaks sournois, une déclinaison plus violente. Samael ne s'est pas contenté de construire en série, il a personnalisé chaque titre, avec toujours la même idée fixe, se détacher de son passé, franchir un pallier dans leur carrière. Sur ces points là, encore une fois, c'est une réussite. Le groupe propose un OVNI musical, le genre de disque que l'on ne s'attendait pas à découvrir, à la fois martial et angoissant, au détour d'un refrain ou d'une instrumentation habile et sournoise. Rien n'est laissé au hasard, c'est calculé, ça manque de spontanéité, mais toute cette froideur métallique, typique de l'indus, est nécessaire à l'élaboration de Passage. Sans elle, les titres prendraient des tournures moins radicales, ou s'étendraient inutilement. Là, c'est précis, millimétré même, avec ce qu'il faut dans le son pour donner un côté presque organique à l'ensemble. Samael semble humain, mais c'est un leurre, il s'agit d'une machine, sophistiquée, dont le seul but est de tout écraser sur sa route sanglante.

Il n'est pas forcément aisé de rentrer dans ce disque. Il n'est pas facile d'accès car son homogénéité en fait un bloc, une muraille presque infranchissable. Il faut plusieurs écoutes pour réellement s'en imprégner, le dompter et enfin l'apprivoiser. Le plaisir n'est pas immédiat, il demande à ce que l'on soit patient pour enfin arriver et exploser en une myriade de saveurs enivrantes. Xy et Vorph se sont arrangés pour faire un disque sensiblement extrême et axé à un public restreint pour arriver, par la qualité de leur écriture, à une oeuvre majeur de la seconde partie des années 90, un album phare que eux-même ne sauront plus égaler par la suite.

Passage, c'est une voie d'accès intéressante pour entrer dans le monde de Samael, c'est également l'album à posséder absolument, extravagant et mystérieux, lunatique comme semble nous le dire la pochette, où la mélodie prend des allures de dissonances maîtrisées. Il convient de l'écouter au moins une fois dans sa vie et si l'on en tombe amoureux, lui vouer un culte qui ne doit pas être exagéré. Passage est un chef d'oeuvre, le genre d'opus que l'on attendait pas et qui demeure toujours d'actualité malgré le poids des ans.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Passage - Infos

Voir la discographie de Samael
Infos de Passage
acheter sur Amazon
Sortie : 19 août 1996
Genre : Black Indus
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Rain (04:00)culte !culte !listenparoles de Rain
2. Shining Kingdom (03:37)paroles de Shining Kingdom
3. Angel's Decay (03:37)paroles de Angel's Decay
4. My Saviour (04:08)à écouter en premierparoles de My Saviour
5. Jupiterian Vibe (03:22)à écouter en premierlistenparoles de Jupiterian Vibe
6. The Ones Who Came Before (03:42)paroles de The Ones Who Came Before
7. Liquid Soul Dimension (03:41)à écouter en premierparoles de Liquid Soul Dimension
8. Moonskin (03:56)culte !culte !listenparoles de Moonskin
9. Born Under Saturn (04:18)paroles de Born Under Saturn
10. Chosen Race (04:07)culte !culte !paroles de Chosen Race
11. A Man in Your Head (03:43)paroles de A Man in Your Head
écouter : Ecouter l'album



Samael

Albums chroniqués :
Chronique de Lux Mundi
Lux Mundi
2011

Chronique de Exodus
Exodus
1998

Chronique de Passage
Passage
1996

Samael
Samael
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Suisse

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Concerts:
Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Ministry
Ministry
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Violent Sleep Of Reason
The Violent Sleep Of Reason
2016

Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Downward Spiral
The Downward Spiral
1994

Chronique de Broken
Broken
1992

Nine Inch Nails
Nine Inch Nails
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

The Gathering
The Gathering
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Ambiant/Atmo
Origine : Pays-Bas

Concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Alpha Noir
Alpha Noir
2012

Chronique de Lusitanian Metal
Lusitanian Metal
2008

Chronique de Night Eternal
Night Eternal
2008

Chronique de The Antidote
The Antidote
2003

Moonspell
Moonspell
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Gothique Metal
Origine : Portugal

Rapports de concerts: