Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Night Is the New Day

Chronique de Night Is the New Day

Katatonia  - Night Is the New Day (Album)

Toujours plus noir, toujours plus mélancolique...



Trois ans après l'excellent The Great Cold Distance, Katatonia revient à la charge avec un Night Is The New Day tout de noir vêtu. Promis comme étant le plus sombre et le plus intense des albums de Katatonia, on ne peut qu'espérer que toutes ces promesses seront tenues. Quoiqu'il en soit, la formation menée par Anders Nyström et Jonas Renkse n'a que rarement déçu, que ce soit dans sa période doom-death mélodique, ou celle plus rock mélancolique qu'on lui connaît aujourd'hui...


Il est clair que passer après un opus de la trempe de The Great Cold Distance n'est pas chose aisée. Bien qu'ouvrant une nouvelle voie dans les sonorités de Katatonia, il avait surtout attiré l'attention grâce à ses morceaux accrocheurs et chargés d'émotions.
Le cru Katatonia 2009 montre lui une nouvelle étape dans la discographie des suédois. Délaissant légèrement le côté catchy de ses morceaux pour s'aventurer dans les méandres progressives d'une musique toujours aussi forte émotionnellement, Katatonia marque ainsi une sorte de renouveau dans son jeu. Pas une révolution non, plutôt une évolution. "Forsaker" ouvre le bal avec un riff lourd aux relents presque doom. On peut d'ailleurs constater que le mur de saturation érigé depuis Viva Emptiness est toujours d'actualité, le groupe préférant sans doute confronter le chant aérien de son chanteur aux grosses guitares... En parlant de chant, Jonas Renkse parvient une nouvelle fois à élever la musique des suédois toujours plus haut, donnant pour l'occasion une sensation planante, comme si une certaine lueur d'espoir venait égayer les compositions pourtant tristes de cet opus.
Ainsi, des morceaux comme "The Longest Year", "Onward into Battle", "Liberation" ou "Day And Then The Shade" prennent une dimension particulièrement aérienne, en grande partie grâce aux vocaux. Mais exprimer la qualité d'un tel opus par la seule performance de son chanteur ne serait que trop réducteur. En effet, la paire guitaristique parvient à plonger l'auditeur dans la mélancolie ambiante de Night Is The New Day par l'utilisation d'arpèges ("The Promise Of Deceit", "Nephilim" ou encore "New Night"), de guitares acoustiques (le très Opethien "Idle Blood") et d'autres leads pour le moins expressifs ("New Night", "Inheritance"...). La basse est quant à elle bien plus présente que précédemment, ce qui favorise incontestablement le côté sombre de l'album. Elle souligne également une rythmique au frappé précis qui convient parfaitement aux compositions.

Globalement, Night Is The New Day est bien plus sombre que ses prédecesseurs. Les ambiances, bien que toujours aussi mélancoliques, favorisent cet aspect. On retrouve également quelques clins d'oeil à la discographie du groupe: "The Longest Year" est dans la lignée de The Great Cold Distance, "The Promise Of Deceit" s'apparente lui plus à Viva Emptiness...
Mais d'autres nouveautés font également leur apparition. Tout d'abord, ce côté progressif, tout en contraste, qui permet aux compositions de Night Is The New Day de ne pas lasser. Tout en contraste, voici ce qui définirait parfaitement cet opus. Ensuite, on peut trouver l'utilisation de guitares acoustiques (rapprochant inévitablement le combo d'Opeth), ainsi que des claviers (comme sur "The Promise of Deceit" ou "Inheritance"). La présence d'un chant féminin sur "Nephilim" vient enrichir les compositions, tandis qu'un invité (Krister Linder, ex-Dive, Enter The Hunt) vient poser sa voix aérienne aux côtés de celle de Renkse sur la touchante ballade de fin d'album "Departer".
Comme d'habitude, Katatonia parvient à faire ressentir à l'auditeur toute la mélancolie qui règne dans ses morceaux. Le chant toujours aussi maîtrisé et expressif, les riffs si sinçères et cette manie de rendre toujours plus belle la tristesse fait de Katatonia un groupe vraiment à part.

Un célèbre adage dit: "l'habit ne fait pas le moine". Pourtant, au vu de l'artwork résolumment sombre de ce Night Is The New Day, on peut s'interroger du bien fondé de cette citation... Exprimant parfaitement le contenant de l'album, il traduit à merveille ses ambiances: sombre, bien sûr, mais triste, tout en reprenant ce qui a été fait sur The Great Cold Distance (d'où les couleurs rouges peuplant le livret). Alliée l'image à la musique a toujours été l'un des points forts de Katatonia: cela se vérifie une nouvelle fois ici.


Si on ne retrouve pas le côté catchy qui a fait le succès des albums Viva Emptiness et The Great Cold Distance (avec des morceaux comme "Criminals", "Evidence", "My Twin" ou "July"), on se laisse toutefois surprendre par le dédale d'émotions de ce nouvel album. Bien plus progressif et sombre, mais toujours autant mélancolique, Night Is The New Day parvient à embarquer l'auditeur dans des contrées dictées par la beauté du désespoir.
Moins facile d'accès que ces prédecesseurs, ce huitième album confirme une nouvelle fois le talent de Katatonia, tout en marquant son évolution de manière significative.
Un bien bel album.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Toujours aussi superbe quoi que plus opaque, ces nouveaux morceaux sont toujours aussi poignants, alliant la grâce des moments intimistes, à ces riffs uniques d'une beauté polaire. Un grand groupe.
dim. 14 févr. 10- 13:42  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Night Is the New Day - Infos

Voir la discographie de Katatonia
Infos de Night Is the New Day
acheter sur Amazon
Sortie : 2 novembre 2009
Genre : Dark Metal/Rock Dépressif
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Forsaker (04:05)listenparoles de Forsaker
2. The Longest Year (04:39)paroles de The Longest Year
3. Idle Blood (04:23)listenparoles de Idle Blood
4. Onward Into Battle (03:52)paroles de Onward Into Battle
5. Liberation (04:18)paroles de Liberation
6. The Promise of Deceit (04:18)paroles de The Promise of Deceit
7. Nephilim (04:27)paroles de Nephilim
8. New Night (04:28)paroles de New Night
9. Inheritance (04:30)paroles de Inheritance
10. Day & Then the Shade (04:27)listenparoles de Day & Then the Shade
11. Departer (05:27)listenparoles de Departer
écouter : Ecouter l'album

Katatonia

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


October Tide
October Tide
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Doom Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Ravendusk In My Heart
Ravendusk In My Heart
1995

Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: